Attn! Always use a VPN when RSSing!
Your IP adress is . Country:
Your ISP blocks content and issues fines based on your location. Hide your IP address with a VPN!
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

older | 1 | .... | 9 | 10 | (Page 11) | 12 | 13 | .... | 104 | newer

    0 0
  • 08/13/15--01:03: La force du jeûne.
  • L'incroyable force du jeûne

    Chère lectrice, cher lecteur, 

    En mars 2012, la chaîne ARTE diffusa un reportage intitulé « Le jeûne, une nouvelle thérapie » qui connut un tel record d'audience qu'il fut rediffusé en septembre 2013. Le réalisateur, Thierry de Lestrade, publia de plus chez ARTE éditions un livre, du même nom, avec des témoignages supplémentaires et de nouvelles perspectives. 

    Pourquoi un tel succès ? Alors que le jeûne est habituellement associé à des pratiques religieuses (carême des chrétiens, ramadan des musulmans...), il n'était pas du tout question de Jésus, d'évangiles, ni même de spiritualités. Ce reportage était en effet consacré aux vertus du jeûne dans le traitement des maladies graves, notamment le cancer, et c'est évidemment cela qui explique les succès de ce jeûne nouvelle formule. 

    Jeûne contre médecine conventionnelle

    Jeûner pour guérir. Avant tout, précisons que cette méthode thérapeutique est combattue désespérément par le système médical, coincé dans sa bulle « une maladie, un médicament », et qui ne saisit toujours pas les capacités naturelles de l'organisme à se rétablir. 

    Il est vrai que de nombreux jeûneurs se lancent dans cette pratique en quête de spiritualité et d'absolu. Ils contournent la science et se réfugient dans les néo-religions où les gourous de tout poil sont à la manœuvre. 

    Toutefois, le sujet intéresse aujourd'hui des scientifiques de haut vol, et même si les financements (il n'y a rien à vendre…) sont inexistants, les résultats sont tangibles, facilement reproductibles, et à la portée de chaque malade.

    Le jeûne est en effet adapté à l'ensemble des pathologies du « trop » qui délabrent nos organismes : allergies, rhumatismes, maladies auto-immunes, hypertension, diabète, cancers, dégénérescence cérébrale… Toutes ces maladies ont un lien direct avec l’alimentation ou l’exposition à des produits chimiques. 

    Il faut avoir conscience de cette intoxication délétère pour accepter de se soigner par le vide, sans écouter les sirènes médicales qui se réfèrent encore à l'obligation vitale d'une alimentation pluriquotidienne, riche en céréales et en produits laitiers. 

    Comment les Etats-Unis ont séparé l'Eglise et le jeûne

    C'est au XIXe siècle que des médecins, aux Etats-Unis, se sont penchés pour la première fois sur les vertus thérapeutiques du jeûne, hors de tout contexte religieux. 

    Il faut dire que le cadre était propice aux médecines douces. Les médecins « cowboys » américains faisaient encore plus fort que leurs confrères européens dans l'utilisation de méthodes fortes pour combattre les maladies. En plus de la saignée, des lavements et des vomitifs bien connus en Europe, la pharmacie du médecin américain était principalement composée de produits extrêmement toxiques : alcaloïdes (opium, apomorphine, digitaline) et sels de métaux tels que le mercure, le plomb, l'arsenic et l'antimoine. 

    Il ne faut pas s'étonner si c'est là-bas que le public a réagi avec le plus de vivacité aux excès de la médecine dure. Comme nous l'avons expliqué dans une précédente lettre, c'est aux Etats-Unis que l'homéopathie connaît le plus grand succès, avec 12 % des médecins qui la pratiquent au XIXe siècle. 

    En parallèle, plusieurs médecins s'efforcent de faire connaître les bienfaits du jeûne avec les méthodes de l'époque. Ainsi le Dr Henry Tanner se met en scène pour un jeûne de 40 jours, dans un théâtre de Manhattan, sous la surveillance étroite d'une cohorte de médecins suspicieux qui l'entourent jour et nuit. Son jeûne commence le 28 juin 1880. C'est l'événement de l'année : de nombreux badauds viennent en permanence encourager le jeûneur, tandis que les deux journaux leaders New York Times et New York Herald en font une rubrique quotidienne. Du coup, les journaux de tout le pays embrayent sur cette affaire. 

    La mesure de poids, de pouls, le rythme de respiration, sont annoncés régulièrement. 

    Les lettres d'encouragement affluent de toute la terre, et le jeûne se poursuit sans incident jusqu'au 7 août, comme convenu. Tanner a perdu 16 kilos, il est vif et bien vivant, et les mises en garde du corps médical contre les prétendus dangers du jeûne n'effraient plus personne. 

    Dès lors, et aujourd'hui nous nous retrouvons peut-être dans des circonstances équivalentes, la voie est libre pour aménager des jeûnes au profit d'une population plus importante. De nombreux centres de jeûne voient le jour. L'éditeur MacFadden met en place à Chicago un « Healthatorium », centre de fitness où le jeûne se pratique avec des exercices de sport, des massages et des saunas. En parallèle s'organisent des réseaux de « drugless physicians », des médecins qui ne prescrivent aucun médicament et soignent en appliquant homéopathie, jeûne et manipulations (rappelons que l'ostéopathie fut elle aussi fondée aux Etats-Unis, en 1874, par A.T. Still). 

    Mais en quelques dizaines d'années, le corps médical est repris en main. Le savoir est verrouillé par le système universitaire avec un monopole de fait sur les « bonnes pratiques », celles que le « bon » médecin doit appliquer, sans quoi il se met en dehors de la profession, au civil comme au pénal… 

    Le jeûne est petit à petit délaissé pour devenir une pratique douteuse exercée par des illuminés ou des charlatans. 

    Mais les recherches sur le jeûne se poursuivent, par le plus grand des hasards, de l'autre côté du Rideau de Fer. 

    Le communisme : terrain d'expérimentation exceptionnel

    Les régimes totalitaires sont propices aux expériences scientifiques novatrices à grande échelle, car ils instaurent à la fois :
    • une pénurie de moyens et de compétences, qui fait qu'on est obligé de chercher des solutions plus efficaces et moins chères ;
    • un système hiérarchique implacable, qui fait qu'une initiative « dans la ligne du parti » sera appliquée sans discussion et parfois sur des populations importantes et de longues durées. De quoi acquérir des résultats tangibles.
    Des expériences en Union soviétique ont ainsi montré que le jeûne agit vraiment « à la base » de l'organisme pour rééquilibrer de nombreuses fonctions essentielles.

    Le médecin Youri Nikolaiev est désigné en 1955 pour soigner l'alcoolisme forcené du fils d'un dignitaire du Parti, Nicolai Boulganine. C'est un sujet difficile qui a mis en échec de nombreuses équipes médicales ayant eu recours à la pharmacologie existante. Grâce au jeûne, il est débarrassé en trois semaines de son addiction, à la grande satisfaction de son père, qui ouvre la porte de plusieurs services à cette nouvelle thérapie.

    Nikolaiev peut alors expérimenter le jeûne auprès d'autres catégories de malades. Il observe des résultats étonnants chez les dépressifs suicidaires, qui se sentent rejetés et dévalorisés au sein de leur groupe ou de leur famille. Au bout de deux semaines de jeûne, les voici généralement moins inquiets et plus intéressés par leur environnement et leur assiette.

    Il en est de même des angoissés et des personnes atteintes de TOC (troubles obsessionnels compulsifs) ou d'enfermement psychique. Gavés de neuroleptiques et vivants dans une bulle, quelques semaines de jeûne leur permettent de revenir à des rapports sociaux normaux. Les taux de neuromédiateurs (adrénaline, acétylcholine) se normalisent, ainsi que les rythmes cérébraux.

    Il met toutefois en évidence un critère fondamental de succès : le consentement des patients. Souvent, pour faciliter la démarche, Nikolaiev exige que les médecins jeûnent eux aussi au côté des patients.

    Asthme et hypersensibilité

    Ces maladies « modernes » étaient déjà bien répandues en URSS dans les années 50. Les malades, comme en Occident, avaient leur dose de ventoline (bronchodilatateur) et de corticoïdes. Des médicaments qui soulagent un temps avant de devenir inefficaces, voire délétères. Or, il y avait de nombreux asthmatiques parmi les patients en psychiatrie et on s'aperçoit que leur respiration s'améliore encore mieux que leur faiblesse psychique. 

    Le jeûne se transporte dans des services de pneumologie et un médecin comme Serguei Osinine peut se prévaloir de plus de 10 000 patients soignés par le jeûne, avec plus de 50 % de succès tangibles (reprise du travail) pour des malades qualifiés d'invalides. Il observe qu'au bout de 12 jours, les mastocytes, ces cellules immunitaires bourrées de médiateurs de l'inflammation (histamine, prostaglandines, leucotriènes et enzymes protéolytiques) se transforment et digèrent littéralement leur contenu. C'est un individu nouveau, en meilleure santé, qui semble renaître. 

    Avec la Perestroïka, c'est la fin du système de soins gratuits. Les cures deviennent payantes, les hôpitaux se doivent d'être rentables, il faut vendre des médicaments – une belle page de la médecine est tournée. 

    Le jeûne mal vu en Occident

    En Occident, la pression médiatique et médicale a réduit le jeûne à un quasi exercice physique dévolu aux hurluberlus du new age. Et la menace des accusations de sectarisme refroidit bien des initiatives. 

    En Allemagne, cependant, ainsi qu'en Suisse, plusieurs lieux de jeûne en milieu médicalisé fonctionnent en permanence. C'est le cas de la clinique Buchinger à Überlingen qui a développé sa propre méthode, à base d'eau, tisanes, jus de fruits, bouillons de légumes, tandis que d'autres pratiquent le jeûne hydrique (eau uniquement) [2].

    Le réalisateur du reportage d'ARTE y a rencontré des praticiens convaincus et des « malades » en pleine santé, dans les domaines les plus divers. 

    Hypertension

    Pour l'hypertension, les résultats sont visibles au bout de quelques jours : triglycérides et cholestérol se normalisent, et la tension se restreint à des normes correctes, ce qui permet d'arrêter les prises de bétabloquants.

    Goutte

    Pour les maladies d'accumulation comme la goutte, il en est de même, et les résultats sont généralement acquis, au prix d'une hygiène de vie très bien acceptée. 

    Diabète de type 2

    Dans le cas du diabète de type 2 (baisse de l'efficacité de l'insuline), la mise en route d'un jeûne fait immédiatement baisser le taux de glucose du sang, ce qui met au repos le pancréas, et permet aux cellules de retrouver une sensibilité normale à l'insuline. Là encore, les médicaments peuvent le plus souvent être mis de côté, avec des principes alimentaires plus naturels. (la suite ci-dessous) 

    Annonce spéciale

    Ils n'ont plus le diabète !!!

    Il existe un régime alimentaire expérimental qui a permis à ceux qui l'ont suivi de se débarrasser définitivement de leur diabète



    Suite de la lettre de ce jour : 

    Dépression

    Concernant les « malades de l'humeur », les résultats en Allemagne confirment les études soviétiques. A condition de les débarrasser de leur carcan chimique, les malades retrouvent un esprit positif, avec les changements hormonaux correspondant : hausse du cortisol au petit matin, de la dopamine dans la journée, et de la sérotonine le soir, baisse de l'insuline et des hormones thyroïdiennes. L’efficacité à long terme dépendra en revanche des causes initiales de la dépression. 

    L'étrange découverte du Dr Valter Longo

    Il y a bien quelque chose qu'une diète sévère fait changer dans nos organismes, mais quoi ? 

    C'est la question à laquelle s'est attelée un chercheur américain désormais célébrissime : Valter Longo. Il commença par imposer des jeûnes très sévères à de simples levures de raisin et s'aperçut qu'elles étaient nettement plus vigoureuses lorsque, après quelques mois, elles se retrouvaient dans un environnement de croissance favorable. 

    Ils réitéra son expérience en comparant des souris ayant jeûné à des souris bien nourries. Exposées à des médicaments de chimiothérapie (l'étoposide), le résultat fut sans appel : les souris ayant jeûné sont à quasi 100 % des survivantes, contre 35 % dans le groupe de contrôle [3].

    Mieux, il constate que le jeûne protège les cellules saines contre les effets délétères de la chimiothérapie, mais pas les cellules cancéreuses qui, elles, restent sensibles au poison et continuent à être détruites normalement [4].

    Des résultats largement ignorés par la communauté médicale

    La publication des travaux de Longo fait grand bruit dans les médias mais reste sans écho dans les congrès professionnels où se préparent les traitements de demain. 

    Aujourd'hui, les oncologues (médecins spécialistes du cancer) restent arc-boutés sur deux idées force :
    • Les malades qui subissent des radio/chimiothérapies sont en état de faiblesse, donc il faut les nourrir à tout prix ;
    • Le cancer est dû à une modification structurelle des gènes des tissus tumoraux, sans retour possible à leur expression normale.
    Or, on constate qu'après 48 heures de jeûne, un grand nombre de gènes modifient leur expression. Certains se mettent en veilleuse, d'autres se mettent en route. On note en particulier un ralentissement brutal de la machinerie dévolue à la division cellulaire : les cellules cancéreuses cessent de se multiplier à la même vitesse.

    De plus, on note un ralentissement de la production du facteur de croissance IGF-1, qui est un puissant stimulant du développement des tissus en général… et des tumeurs en particulier.

    Il est donc particulièrement regrettable que la piste du jeûne ne soit pas suivie avec plus d'intérêt par la majorité des médecins.

    Pour finir, voici quelques précautions à avoir en tête avant de commencer un jeûne :
    • Pendant le jeûne, l’organisme perd de la masse grasse mais aussi de la masse musculaire. Or le système immunitaire utilise les protéines des muscles pour créer des cellules tueuses naturelles qui luttent contre les tumeurs et les virus. Le jeûne est donc déconseillé aux personnes qui ont trop peu de masse musculaire car elles risquent de voir leurs capacités immunitaires se réduire.
    • Les personnes qui souffrent d’une maladie hépatique ou rénale chronique devraient prendre un avis médical avant de commencer un jeûne.
    • Et surtout, pour les maladies auto-immunes, le jeûne ne permet pas une guérison à long terme sans une modification en profondeur des habitudes alimentaires, et en particulier la suppression des céréales à gluten et des produits laitiers [5].
    Face aux réticences de la communauté médicale, je suis convaincu que le changement viendra par la base, lorsque les patients réclameront massivement de bénéficier des plus récentes avancées de la médecine, surtout lorsque celles-ci sont… naturelles.

    A votre santé !

    Jean-Marc Dupuis, avec Effervesciences

    ******************************
    Publicité :

    Contre la désinformation : L'action conjointe de l'Union Européenne et des lobbys de l'industrie pharmaceutique menace les médecines naturelles. Bientôt, non seulement les traitements alternatifs risquent d'être interdits, mais les sources d'information sur les médecines naturelles disparaîtront elles aussi.
    Prenez dès aujourd'hui les devants ! Abonnez-vous aux Dossiers de Santé & Nutrition et restez en permanence au courant des dernières découvertes en pointe de la médecine naturelle.
    Découvrez les nouveaux traitements que Bruxelles n'a pas encore eu le temps d'interdire en regardant la présentation ici.

    ******************************

    Si vous n'êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement,inscrivez-vous ici.

    ******************************

    Pour être sûr de bien recevoir la lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

    ******************************

    Sources :

    [1] Forte hausse de la consommation alimentaire en Tunisie pendant Ramadan

    Consommation alimentaire durant le ramadan En hausse, selon une étude de l’UGCAA

    [2] Voir la liste des établissements en Allemagne

    [3] Le jeûne protège les cellules saines des souris contre la chimiothérapie

    [4] Starvation-dependent differential stress resistance

    [5] Julien Venesson, Gluten, comment le blé moderne nous intoxique, Thierry Souccar Editions, 2013.

    ******************************

    Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie

    Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de SNI Editions. Pour toute question, merci d'adresser un message à contact@santenatureinnovation.com 

    0 0
  • 08/13/15--04:50: "Keiser Report" Episode 796

  • 0 0


    « Nous avons la possibilité de frapper notre monnaie comme nous voulons. Le Franc CFA aujourd’hui c’est du papier. En deux ans, sa devient du chiffon, on peut même pas l’utiliser », estime le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby.
    L’Afrique ne peut pas évoluer avec la monnaie Franc CFA. Le Président tchadien Idriss Déby est formel et l’a clairement fait savoir ce mardi, lors d’une conférence de presse à Abéché, deuxième plus grande ville duTchad où était célébré le 55ème anniversaire de l’Indépendance.« Les relations entre le Tchad et la France sont des relations historiques et anciennes. Le premier Président François Tombalbaye, le 11 août à 00h, a déclaré haut et fort : Le Tchad est indépendant et souverain. Cela a été applaudit. On ne peut pas négativer totalement les relations que nous avons avec la France, mais nous ne pourrons pas continuer le système France-Afrique ou le système paternaliste qui est dépassé, que les français eux-mêmes n’aiment pas. Les africains, c’est nous qui courrons derrière, à qui vous voulez donner la faute ? », a souligné le dirigeant tchadien.
    « C’est une décision courageuse que nos amis français doivent prendre »
    Le Franc CFA est une monnaie garantie par le trésor français qui n’est pas convertible avec les autres devises internationales.
    Pour Idriss Déby, « il y a aujourd’hui le FCFA qui est garantit par le trésor français. Mais cette monnaie là, elle est africaine. C’est notre monnaie à nous. Il faut maintenant que réellement dans les faits, que cette monnaie soit la nôtre pour que nous puissions, le moment venu, faire de cette monnaie une monnaie convertible et une monnaie qui permet à tous ces pays qui utilisent encore le FCFA de se développer. Je crois que c’est une décision courageuse que nos amis français doivent prendre ».
    Déby appelle à revoir avec la France « les clauses » qui tirent l’économie de l’Afrique
    « L’Afrique, la sous-région, les pays africains francophones aussi, ce que j’appelle aujourd’hui la coopération monétaire avec la France, il y des clauses qui sont dépassés, ces clauses là, il faudra revoir, dans l’intérêt de l’Afrique, et dans l’intérêt aussi de la France. Ces clauses tirent l’économie de l’Afrique, ces clauses ne permettront pas à l’Afrique avec cette monnaie là de se développer. On a pas besoin de chercher de midi à 14 heures. Nous allons continuer à coeur l’amitié sincère avec la France. Mais il faudra avoir le courage de dire que le moment est venu de couper un cordon qui empêche à l’Afrique de décoller », a expliqué Déby. Et d’ajouter que « ce n’est pas une question cadeau. Aucun chef d’Etat, aucun ministre, aucun africain ne doit faire de cette question là une question cadeau. On se pose la question, si c’est notre monnaie. Pourquoi cette monnaie n’est pas convertible. Pourquoi tous les échanges passent par la Banque centrale de la France. Qu’est ce que nous gagnons en mettant nos ressources dans des comptes d’opérations ? Quel est le taux d’intérêt que nous gagnons ? »
    L’Afrique doit « frapper sa propre monnaie »
    « Nous avons la possibilité de frapper notre monnaie comme nous voulons. Le Franc CFA aujourd’hui c’est du papier. En deux ans, çà devient du chiffon, on peut même pas l’utiliser, çà coûte cher pour frapper une monnaie, l’Afrique, les pays qui sont concernés doivent avoir la possibilité de faire un appel d’offre au meilleur offrant à qui l’on doit s’adresser pour frapper notre monnaie et cette monnaie doit être large sur toutes ses formes. Cette question n’est pas un tabou. Celui qui veut faire de cette question un tabou va tuer l’Afrique et demain on va être condamné par les générations futures », a conclut à ce sujet le Président de la République.
    (alwihdainfo)

    0 0





    L'initiative "Monnaie pleine" bien partie, selon une étude


    La Banque nationale (BNS) doit disposer du monopole de la création d'argent. Près de 80% des personnes interrogées dans le cadre d'un sondage soutiennent l'initiative "Monnaie pleine".

    Le texte de l'association Modernisation Monétaire (MoMo), réclame qu'à l'avenir, seule la Confédération ait le droit de produire de la monnaie, des billets de banque, ainsi que de la monnaie scripturale. Ce dernier point serait une innovation financière.

    En proposant des crédits, les banques produisent sans cesse de l'argent fictif, soit de la monnaie scripturale. Aujourd'hui, cette dernière n'existe que de façon électronique, mais augmente la masse monétaire en circulation. Et dès qu'un crédit est remboursé, l'argent disparaît à nouveau.

    Méconnaissance des sondés

    Une réalité souvent méconnue par les Suisses. Selon un sondage effectué dans le cadre d'un travail de Master à l'Université de Zurich, seuls 13% des personnes interrogées savaient que des banques d'affaires privées produisaient également de l'argent par le biais de crédits.


    Selon l'enquête, 78% des Suisses questionnés estiment que les banques privées ne devraient pas fabriquer ou faire circuler de l'argent, cette tâche devrait être uniquement dévolue à la BNS.

    Et 57% des sondés affirment qu'ils soutiendraient une initiative allant dans ce sens. La revendication principale de notre texte est donc susceptible de réunir une majorité, s'est félicitée l'association mardi dans un communiqué. Le nombre de personnes sondées s'élève à 1146 citoyens dans 26 cantons.


    Déjà 90'000 signatures

    Modernisation Monétaire a lancé en été 2014 son initiative intitulée "Pour une monnaie à l'abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale !". Le délai pour déposer les 100'000 paraphes court jusqu'au 3 décembre de cette année.


    Selon son site internet, plus de 90'000 signatures auraient déjà été récoltées. Avec cette initiative, la Suisse aura l'argent le plus sûr du monde, s'enorgueillit MoMo. Et tous les gains issus de la création monétaire reviendront à l'Etat et aux citoyens.

    (ats / 12.08.2015 05h31)

    Initiative monnaie pleine, questions fréquentes. FAQ.

    Monnaie pleine, Vollgeld, positive money.


    OBJECTIFS


    1. La Banque Nationale créera désormais seule de la monnaie scripturale électronique.
    2. Les banques ne pourront plus elles-mêmes créer de la monnaie scripturale, mais prêter seulement de la monnaie qui existe déjà.
    3. La Banque Nationale mettra en circulation de la nouvelle monnaie pleine moyennant un don (sic, sans dette) au gouvernement fédéral, aux Cantons ou aux citoyennes et citoyens.



    Un banquier suisse explique en 3 minutes l'arnaque de la création monétaire actuelle pratiquée presque partout dans le monde:


    https://www.youtube.com/watch?v=IFgzodUwyZk

    Nous voulons un système qui corresponde simplement à ce que la population croit qu'il est déjà actuellement... avant que ce système n'explose en laissant des millions de victimes sur le carreau... et des guerres terribles ou des révolutions sanglantes... et des migrations honteuses et mortifères... et des malades somatiques ou psychiques, des alcooliques, des drogués, des stressés, des abusés, esclaves modernes de mensonges honteux et de manipulations mentales qui profitent des silences complices de nos "élites" corrompues...

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/06/monnaie-pleine-vollgeld-positive-money.html





    Parmi le comité devant la BNS à Berne, deux romands, MM P. Mottier, tout à gauche sur la photographie, et François de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

    Explications plus philosophiques de l' Université de Lausanne:

    https://www.youtube.com/watch?v=rW_aAzL2pvo





    http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/commandez-du-materiel-dinformation/




    La solution ci-dessous...
















    Remarque liminaire:











    Les machines, robots, ordinateurs rendent le "travail humain rémunéré " (dans chaque industrie) de plus en plus rare, c'est un fait.


    Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées.


    Ce sont des gaspillages stupides . La seule solution est de promettre des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de plus en plus par des robots et des machines.






    La politique de plein emploi doit être remplacée par une politique de la liberté de décider quoi faire hors de l’économie formelle pour de plus en plus des gens, parce que l’économie formelle ne nécessite plus le travail de tous les adultes - le revenu de base et le dividende créditiste pourraient être deux choses différentes car le dividende peut changer selon la performance de l’économie et le financement qui est aussi différent.






    En effet, l' oeuvre humaine noble et digne n'est financée ni par les impôts, ni par des versements patronaux, ni par des dettes, car il est financé par la création d'argent nouveau sans dettes.






    MONNAIE PLEINE OU VOLLGELD.


















    Puisque, VU L'AUTOMATION GRANDISSANTE, les salaires ne suffisent pas pour acheter toute la production,

    LA BNS 3.0 peut combler la différence par l’émission d’un dividende périodique à tous les citoyens.

    VOIR ART.99a du projet monnaie-pleine...

    3 Dans le cadre de son mandat légal, elle met en circulation, sans dette, l’argent nouvellement émis, et cela par le biais de la Confédération ou des cantons ou en l’attribuant directement aux citoyens. Elle peut octroyer aux banques des prêts limités dans le temps.





    De l’argent est avancé au producteur (industrie) par LA BNS 3.0 OU L' OFFICE NATIONAL DU CRÉDIT OU LES BANQUES CANTONALES, pour la production de nouveaux biens, ce qui amène (flèche de gauche) un flux de produits étiquetés avec des prix et (flèche de droite), des salaires distribués aux employés.

    La rencontre des consommateurs et des produits se fait chez le marchand, et lorsqu’un produit est acheté (consommé), l’argent qui avait été avancé au début de la production de ce produit retourne à sa source,

    LA BNS 3.0, ayant ainsi accompli sa fonction et terminé sa course dans le circuit financier, puisque le produit a atteint le consommateur.

     En tout temps, il y a une égalité entre les moyens d’achat entre les mains de la population, et les prix à payer pour les biens consommables mis en vente sur le marché.





    La création monétaire est actuellement volée (sic) par le système bancaire.






    L’ écart entre les prix et le pouvoir d'argent est comblé maintenant principalement par des dettes nouvelles à intérêts, nous voulons au contraire le remplir par la création d'argent nouveau sans dettes à travers le dividende et l'escompte.






    Les guerres mondiales et les récentes crises bancaires prouvent la création possible de masses monétaires en vue de gaspillages honteux et polluants... Créons ces masses (sans dettes) pour la paix sociale et la civilisation. Libérons-nous des chaînes de la rareté...






    Pour être clair, nous soulignons aussi que l'argent pour la production sous un système créditiste continuerait être de l'argent dette, mais sans intérêts, au profit de tous.






    C'est seulement le dividende et l'escompte qui seraient créés sans aucune dette pour équilibrer le cycle monétaire et l'écart actuel entre les productions automatisées et le pouvoir d’achat toujours insuffisant vu l'automatisation qui ne donne plus de salaires aux machines et robots.






    VIVE LA ROBOLUTION ou ROBOT-SOLUTION AVEC DE VRAIS DIVIDENDES à TOUS.






    Créons ces masses pour la paix sociale et la civilisation.






    Libérons-nous des chaînes de la rareté...




    Pour une BNS 3.0






    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/07/pour-une-banque-nationale-bns-30.html







    Pour que tous puissent avoir une part de l'héritage économique légué par leurs prédécesseurs, voici notre but, reprendre le contrôle de la BNS. C'est ce que nous voulons graver dans la Constitution fédérale pour le bien de tous et l'indépendance de la Suisse.


    La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est complétée comme suit par exemple par un nouvel


    Article 128a :


    I. Le pouvoir de battre monnaie, y compris par le crédit ex nihilo, appartient au Souverain qui reprend le contrôle de l'émission et du volume de la monnaie et du crédit, sans intérêt et le délègue notamment à la BNS ou aux associations du type wir sous contrôle démocratique.


    Il. Il l'exercera à tous les échelons par des Commissions indépendantes locales, notamment cantonales, jouissant de toute l'autorité voulue pour atteindre ce but.


    III. Les ressources financières, matérielles et intellectuelles de la Suisse représentées par les Citoyen(ne)s, les PME, etc. et leurs productions sont la base de la monnaie et du crédit.


    IV. L'émission de la monnaie et du crédit devrait en tout temps se mesurer sur le mouvement de la production robotisée le plus possible de façon qu'un sain équilibre se maintienne constamment entre celle-ci et la consommation. Cet équilibre est assuré, partiellement du moins, par le moyen d'un dividende et d'un escompte dont le taux variera nécessairement avec les fluctuations mêmes de la production automatisée.


    V. Pour que tous puissent avoir une part de l'héritage économique légué par leurs prédécesseurs, les Commissions locales versent un Dividende mensuel dont le montant sera déterminé par la masse des biens à consommer. Ce dividende sera versé à chaque personne, de leur conception à leur mort naturelle, qu'elle aie ou non des sources de revenus.


    VI. Il est indispensable de définir socialement des remises à zéro périodiques sur 7 fois 7 périodes de tous les compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique ou les lois sur les propriétés intellectuelles (Copyright) et ainsi de réparer l'erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d'intérêt, mais qui a oublié la remise des propriétés agricoles aux familles et le pardon jubilaire des dettes au moins tous les 49 ans. Concrètement, ceci signifie que grâce aux créations monétaires mensuelles, toutes les dettes seront effacées et toutes les terres agricoles seront franches de toute hypothèque au moins tous les 49 ans.


    VII. Les anciennes masses monétaires en francs suisses tirées du néant (emprunts fédéraux, cantonaux, communaux, etc.) sont purement et simplement supprimées. Par contre, les vraies épargnes réelles des personnes physiques et morales sont respectées.


    VIII. La BNS est directement placée sous le contrôle permanent - sans Commission externe indépendante de type FINMA - de l'Assemblée fédérale (Plénum), qui y consacre au moins un jour complet à chaque Session.


    IX. Les réserves de la BNS qui garantissent un CHF (Franc suisse), indépendant et fort sont constituées d'or physique stocké qu'en Suisse, ainsi que des réserves de diverses graines alimentaires (avoine, épeautre, froment, maïs, orge, pommes de terres, riz, etc.), non OGM, consommables, plantables et à même d'assurer pendant 7 ans la subsistance de la Suisse.


    X. Tous instruments juridiques étrangers, accords, conventions, traités, passés ou futurs qui iraient à l'encontre de cette Initiative ou qui viendraient à la violer sont à dénoncer immédiatement tant au plan cantonal que fédéral.


    XI. Au vu des économies réalisées par la suppression de l’endettement et de ses conséquences, la Confédération supprime immédiatement tous les impôts fédéraux directs et indirects, notamment la TVA, la vignette et les droits sur l’essence.


    XII. De même, les communes et les cantons pourront fortement réduire leur fiscalité et supprimer les taxations sournoises sous la forme de péages subtils pourtant interdit dès la Constitution de 1948.



    Dispositions transitoires :


    La Confédération crée une contribution de solidarité par des masses monétaires sans taux d'intérêts et les fait affecter à chaque famille en proportion du nombre d'enfants conçus.


    Le produit de la contribution de solidarité sera versé aux Cantons selon une clé de répartition démographique définie par la Confédération représentée par l'Assemblée fédérale (Plénum).


    L'écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à CHF 500'000.-.


    Tout dividende social ou autre prestation sociale n'empêche personne de travailler en plus contre rémunération ou en qualité d’indépendant, créateur d’entreprise, etc.


    L'obligation de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont directement affectés aux besoins communs.


    Tout financement d'investissement à un terme donné doit être assuré par des emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être financé par des emprunts à court terme. Pour le bien commun, les points suivants sont notamment respectés :

Dissociation totale des activités bancaires et leur attribution à trois catégories d'établissements distincts et indépendants :


    1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.
    
2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.
    
3) Banques d'affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.


    Indexation obligatoire de tous les engagements sur l'avenir : prêts, emprunts, salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.


    Interdire le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.


    Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d'éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.


    Supprimer la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour pour chaque place financière et pour chaque valeur.
    
Supprimer les programmes d'achat/vente automatiques. Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.
    
Abandonner le système de changes flottants pour un système de taux de changes fixes mais révisables par une commission indépendante.
    
Interdire toute dévaluation compétitive.

    Abandonner le dollar US $ comme monnaie de compte, d'échange et de réserve.
    
Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec un système approprié d'indexation.
    
Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés.


    Aucune puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique, papier...).


    Les méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents, billes, sels, etc.) sont admises si leur seigneuriage bénéficie à tous les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire aux familles.


    Chaque citoyen suisse, depuis sa naissance ou son acquisition de citoyenneté, est propriétaire d'une part de la


    
Conclusions :


    « Il s'agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n'ont été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés de favoriser l'efficacité de l'économie, ni par les socialistes justement attachés à l'équité de la distribution des revenus… Les uns et les autres n'ont cessé d'être aveuglés par la répétition incessante de toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. »


    Maurice Allais, prix Nobel d'économie.



    Si vous voulez changer le système pour le meilleur, alors coopérez à cette Initiative.

    L'initiative "Monnaie pleine" bien partie, selon une étude


    La Banque nationale (BNS) doit disposer du monopole de la création d'argent. Près de 80% des personnes interrogées dans le cadre d'un sondage soutiennent l'initiative "Monnaie pleine".


    Le texte de l'association Modernisation Monétaire (MoMo), réclame qu'à l'avenir, seule la Confédération ait le droit de produire de la monnaie, des billets de banque, ainsi que de la monnaie scripturale. Ce dernier point serait une innovation financière.


    En proposant des crédits, les banques produisent sans cesse de l'argent fictif, soit de la monnaie scripturale. Aujourd'hui, cette dernière n'existe que de façon électronique, mais augmente la masse monétaire en circulation. Et dès qu'un crédit est remboursé, l'argent disparaît à nouveau.


    Méconnaissance des sondés
    Une réalité souvent méconnue par les Suisses. Selon un sondage effectué dans le cadre d'un travail de Master à l'Université de Zurich, seuls 13% des personnes interrogées savaient que des banques d'affaires privées produisaient également de l'argent par le biais de crédits.


    Selon l'enquête, 78% des Suisses questionnés estiment que les banques privées ne devraient pas fabriquer ou faire circuler de l'argent, cette tâche devrait être uniquement dévolue à la BNS.


    Et 57% des sondés affirment qu'ils soutiendraient une initiative allant dans ce sens. La revendication principale de notre texte est donc susceptible de réunir une majorité, s'est félicitée l'association mardi dans un communiqué. Le nombre de personnes sondées s'élève à 1146 citoyens dans 26 cantons.


    Déjà 90'000 signatures
    Modernisation Monétaire a lancé en été 2014 son initiative intitulée "Pour une monnaie à l'abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale !". Le délai pour déposer les 100'000 paraphes court jusqu'au 3 décembre de cette année.


    Selon son site internet, plus de 90'000 signatures auraient déjà été récoltées. Avec cette initiative, la Suisse aura l'argent le plus sûr du monde, s'enorgueillit MoMo. Et tous les gains issus de la création monétaire reviendront à l'Etat et aux citoyens.


    (ats / 12.08.2015 05h31)

    Initiative monnaie pleine, questions fréquentes. FAQ.



    Monnaie pleine, Vollgeld, positive money.


    OBJECTIFS


    1. La Banque Nationale créera désormais seule de la monnaie scripturale électronique.
    2. Les banques ne pourront plus elles-mêmes créer de la monnaie scripturale, mais prêter seulement de la monnaie qui existe déjà.
    3. La Banque Nationale mettra en circulation de la nouvelle monnaie pleine moyennant un don (sic, sans dette) au gouvernement fédéral, aux Cantons ou aux citoyennes et citoyens.


    Un banquier suisse explique en 3 minutes l'arnaque de la création monétaire actuelle pratiquée presque partout dans le monde:


    https://www.youtube.com/watch?v=IFgzodUwyZk

    Nous voulons un système qui corresponde simplement à ce que la population croit qu'il est déjà actuellement... avant que ce système n'explose en laissant des millions de victimes sur le carreau... et des guerres terribles ou des révolutions sanglantes... et des migrations honteuses et mortifères... et des malades somatiques ou psychiques, des alcooliques, des drogués, des stressés, des abusés, esclaves modernes de mensonges honteux et de manipulations mentales qui profitent des silences complices de nos "élites" corrompues...






    Parmi le comité devant la BNS à Berne, deux romands, MM P. Mottier, tout à gauche sur la photographie, et François de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

    Explications plus philosophiques de l' Université de Lausanne:   








    La solution ci-dessous...


    Remarque liminaire:


    Les machines, robots, ordinateurs rendent le "travail humain rémunéré " (dans chaque industrie) de plus en plus rare, c'est un fait. 
    Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées.  
    Ce sont des gaspillages stupides . La seule solution est de promettre des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de plus en plus par des robots et des machines. 

    La politique de plein emploi doit être remplacée par une politique de la liberté de décider quoi faire hors de l’économie formelle pour de plus en plus des gens, parce que l’économie formelle ne nécessite plus le travail de tous les adultes - le revenu de base et le dividende créditiste pourraient être deux choses différentes car le dividende peut changer selon la performance de l’économie et le financement qui est aussi différent.

    En effet, l' oeuvre humaine noble et digne n'est financée ni par les impôts, ni par des versements patronaux, ni par des dettes, car il est financé par la création d'argent nouveau sans dettes.

    MONNAIE PLEINE OU VOLLGELD.




    Puisque, VU L'AUTOMATION GRANDISSANTE, les salaires ne suffisent pas pour acheter toute la production,

    LA BNS 3.0 peut combler la différence par l’émission d’un dividende périodique à tous les citoyens.

    VOIR ART.99a du projet monnaie-pleine...

    3 Dans le cadre de son mandat légal, elle met en circulation, sans dette, l’argent nouvellement émis, et cela par le biais de la Confédération ou des cantons ou en l’attribuant directement aux citoyens. Elle peut octroyer aux banques des prêts limités dans le temps.
     

    De l’argent est avancé au producteur (industrie) par LA BNS 3.0 OU L' OFFICE NATIONAL DU CRÉDIT OU LES BANQUES CANTONALES, pour la production de nouveaux biens, ce qui amène (flèche de gauche) un flux de produits étiquetés avec des prix et (flèche de droite), des salaires distribués aux employés.
    La rencontre des consommateurs et des produits se fait chez le marchand, et lorsqu’un produit est acheté (consommé), l’argent qui avait été avancé au début de la production de ce produit retourne à sa source,

    LA BNS 3.0, ayant ainsi accompli sa fonction et terminé sa course dans le circuit financier, puisque le produit a atteint le consommateur.

     En tout temps, il y a une égalité entre les moyens d’achat entre les mains de la population, et les prix à payer pour les biens consommables mis en vente sur le marché.


     La création monétaire est actuellement volée (sic) par le système bancaire. 

    L’ écart entre les prix et le pouvoir d'argent est comblé maintenant principalement par des dettes nouvelles à intérêts, nous voulons au contraire le remplir par la création d'argent nouveau sans dettes à travers le dividende et l'escompte.

    Les guerres mondiales et les récentes crises bancaires prouvent la création possible de masses monétaires en vue de gaspillages honteux et polluants... Créons ces masses (sans dettes) pour la paix sociale et la civilisation. Libérons-nous des chaînes de la rareté...

    Pour être clair, nous soulignons aussi que l'argent pour la production sous un système créditiste continuerait être de l'argent dette, mais sans intérêts, au profit de tous.

    C'est seulement le dividende et l'escompte qui seraient créés sans aucune dette pour équilibrer le cycle monétaire et l'écart actuel entre les productions automatisées et le pouvoir d’achat toujours insuffisant vu l'automatisation qui ne donne plus de salaires aux machines et robots.

    VIVE LA ROBOLUTION ou ROBOT-SOLUTION AVEC DE VRAIS DIVIDENDES à TOUS.

    Créons ces masses pour la paix sociale et la civilisation. 

    Libérons-nous des chaînes de la rareté...


    Pour une BNS 3.0



    Pour que tous puissent avoir une part de l'héritage économique légué par leurs prédécesseurs, voici notre butreprendre le contrôle de la BNS. C'est ce que nous voulons graver dans la Constitution fédérale pour le bien de tous et l'indépendance de la Suisse.

    La Constitution fédérale du 18 avril 1999 est complétée comme suit par exemple par un nouvel

    Article 128a :

    I. Le pouvoir de battre monnaie, y compris par le crédit ex nihilo, appartient au Souverain qui reprend le contrôle de l'émission et du volume de la monnaie et du crédit, sans intérêt et le délègue notamment à la BNS ou aux associations du type wir sous contrôle démocratique.

    Il. Il l'exercera à tous les échelons par des Commissions indépendantes locales, notamment cantonales, jouissant de toute l'autorité voulue pour atteindre ce but.

    III. Les ressources financières, matérielles et intellectuelles de la Suisse représentées par les Citoyen(ne)s, les PME, etc. et leurs productions sont la base de la monnaie et du crédit.

    IV. L'émission de la monnaie et du crédit devrait en tout temps se mesurer sur le mouvement de la production robotisée le plus possible de façon qu'un sain équilibre se maintienne constamment entre celle-ci et la consommation. Cet équilibre est assuré, partiellement du moins, par le moyen d'un dividende et d'un escompte dont le taux variera nécessairement avec les fluctuations mêmes de la production automatisée.

    V. Pour que tous puissent avoir une part de l'héritage économique légué par leurs prédécesseurs, les Commissions locales versent un Dividende mensuel dont le montant sera déterminé par la masse des biens à consommer. Ce dividende sera versé à chaque personne, de leur conception à leur mort naturelle, qu'elle aie ou non des sources de revenus.

    VI. Il est indispensable de définir socialement des remises à zéro périodiques sur 7 fois 7 périodes de tous les compteurs économiques, comme demandé dans le Lévitique ou les lois sur les propriétés intellectuelles (Copyright) et ainsi de réparer l'erreur de Charlemagne du 23 mars 789 qui a condamné le taux d'intérêt, mais qui a oublié la remise des propriétés agricoles aux familles et le pardon jubilaire des dettes au moins tous les 49 ans. Concrètement, ceci signifie que grâce aux créations monétaires mensuelles, toutes les dettes seront effacées et toutes les terres agricoles seront franches de toute hypothèque au moins tous les 49 ans.

          VII. Les anciennes masses monétaires en francs suisses tirées du néant (emprunts fédéraux, cantonaux, communaux, etc.) sont purement et simplement supprimées. Par contre, les vraies épargnes réelles des personnes physiques et morales sont respectées.

          VIII. La BNS est directement placée sous le contrôle permanent - sans Commission externe indépendante de type FINMA - de l'Assemblée fédérale (Plénum), qui y consacre au moins un jour complet à chaque Session.

          IX. Les réserves de la BNS qui garantissent un CHF (Franc suisse), indépendant et fort sont constituées d'or physique stocké qu'en Suisse, ainsi que des réserves de diverses graines alimentaires (avoine, épeautre, froment, maïs, orge, pommes de terres, riz, etc.), non OGM, consommables, plantables et à même d'assurer pendant 7 ans la subsistance de la Suisse.

    X. Tous instruments juridiques étrangers, accords, conventions, traités, passés ou futurs qui iraient à l'encontre de cette Initiative ou qui viendraient à la violer sont à dénoncer immédiatement tant au plan cantonal que fédéral.

    XI. Au vu des économies réalisées par la suppression de l’endettement et de ses conséquences, la Confédération supprime immédiatement tous les impôts fédéraux directs et indirects, notamment la TVA, la vignette et les droits sur l’essence.

    XII. De même, les communes et les cantons pourront fortement réduire leur fiscalité et supprimer les taxations sournoises sous la forme de péages subtils pourtant interdit dès la Constitution de 1948.
           

    Dispositions transitoires :

    La Confédération crée une contribution de solidarité par des masses monétaires sans taux d'intérêts et les fait affecter à chaque famille en proportion du nombre d'enfants conçus.

    Le produit de la contribution de solidarité sera versé aux Cantons selon une clé de répartition démographique définie par la Confédération représentée par l'Assemblée fédérale (Plénum).

    L'écart des salaires tant publics que privés ne dépasse pas 33 fois, avec une limite absolue indexée fixée à CHF 500'000.-.

    Tout dividende social ou autre prestation sociale n'empêche personne de travailler en plus contre rémunération ou en qualité d’indépendant, créateur d’entreprise, etc.

    L'obligation de refinancer les prêts à 100 % auprès de la BNS reporte la perception des profits à ce niveau et les revenus ainsi fortement majorés sont directement affectés aux besoins communs.

    Tout financement d'investissement à un terme donné doit être assuré par des emprunts au moins de même terme. Aucun emprunt à long terme ne peut être financé par des emprunts à court terme. Pour le bien commun, les points suivants sont notamment respectés :

Dissociation totale des activités bancaires et leur attribution à trois catégories d'établissements distincts et indépendants :

    1) Banques de dépôts : encaissements, paiements, gardent les dépôts de leurs clients.
    
2) Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés.
    
3) Banques d'affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

    Indexation obligatoire de tous les engagements sur l'avenir : prêts, emprunts, salaires, etc. aussi bien entre particuliers, entreprises et État.

    Interdire le financement des opérations boursières et de la spéculation par la création de moyens de paiement ex nihilo.

    Augmenter les garanties en liquidités à 100 %, afin d'éviter les créations privées de monnaie ou quasi-monnaie ex nihilo.

    Supprimer la cotation en continu et la remplacer par une seule cotation par jour pour chaque place financière et pour chaque valeur.
    
Supprimer les programmes d'achat/vente automatiques. Interdire la spéculation sur les indices et les produits dérivés.
    
Abandonner le système de changes flottants pour un système de taux de changes fixes mais révisables par une commission indépendante.
    
Interdire toute dévaluation compétitive.

    Abandonner le dollar US $ comme monnaie de compte, d'échange et de réserve.
    
Etablir progressivement une unité de compte commune sur le plan international avec  un système approprié d'indexation.
     
Interdire la spéculation aux banques sur les changes, les actions, obligations et produits dérivés.

    Aucune puce, RFID ou un quelconque moyen de traçage ne peut être dissimulé dans la monnaie, quelque soit la forme de la monnaie( métallique, papier...).

    Les méthodes alternatives de création monétaire (wir, jazz, reka, talents, billes, sels, etc.) sont admises si leur seigneuriage bénéficie à tous les utilisateurs de manière proportionnelle et égalitaire et sans nuire aux familles.

    Chaque citoyen suisse, depuis sa naissance ou son acquisition de citoyenneté, est propriétaire d'une part de la

    
Conclusions :

     « Il s'agit de réformes fondamentales qui intéressent la vie de tous les jours de millions de citoyens. Ces réformes indispensables n'ont été réalisées, ni même envisagées, ni par les libéraux justement préoccupés de favoriser l'efficacité de l'économie, ni par les socialistes justement attachés à l'équité de la distribution des revenus… Les uns et les autres n'ont cessé d'être aveuglés par la répétition incessante de toutes parts de pseudo vérités et par des préjugés erronés. »               

    Maurice Allais, prix Nobel d'économie.


    Si vous voulez changer le système pour le meilleur, alors coopérez à cette Initiative.


    0 0
  • 08/14/15--05:10: Invitation à Neuchâtel







  • à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

    Notamment RBI & Initiative "Monnaie pleine", 80 % pour !






    L'initiative "Monnaie pleine" bien partie, selon une étude


    La Banque nationale (BNS) doit disposer du monopole de la création d'argent. Près de 80% des personnes interrogées dans le cadre d'un sondage soutiennent l'initiative "Monnaie pleine".

    samedi 15 août
    de 18:00  à 23:00

    Neuchâtel

    15 août 2015
    Aula du Mail
    Avenue de Bellevaux 52


    Conférences :

    Vote blanc
    Modernocratie 
    RBI (Revenu de Base Inconditionnel)
    Monnaie pleine
    avec notamment M. François de Siebenthal

    Génération Nomination


    ENTRÉE LIBRE
    possibilité de faire un don (ou deux...)

    Neuchâtel à 17h30, Aula du Mail, av de Bellevaux 52, dans le cadre de la « journée démocratie » avec aussi vote blanc, modernocratie, monnaie pleine et tirage au sort du conseil national – événement sur facebook

    RSVP, merci par mail ou 021 616 88 88

    Qui veut aider ? 

    On pourrait avoir M. Gérard Foucher, ce Jeudi 17 septembre, à Lausanne après Genève ! 




    Merci



    f.


    La monnaie, la dette, le fonctionnement du système de monnaie-dette, expliqué en 1 minute chrono !

    Du jamais vu ! Now with subtitles! (english, spanish, russian, italian, and more to come!)

    https://youtu.be/JD4BlM9G-nQ

    La vérité bancaire en 3 minutes.




    https://www.youtube.com/watch?v=iw_uVLHGWzs&feature=youtu.be

    "Je suis banquier, j'étais derrière les rideaux, j'ai vu comme ça se créait. Ils balancent au bilan actif/passif une création pure qui ne vient de NULLE PART !"
    Transcription intégrale : 




    Avec mes meilleurs voeux notamment pour une bonne santé

    François de Siebenthal

    à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

    0 0
  • 08/14/15--07:21: Le monde moderne avilit

  • « Le monde moderne avilit. Il avilit la cité, il avilit l’homme. Il avilit l’amour ; il avilit la femme. Il avilit la race ; il avilit l’enfant. Il avilit la nation ; il avilit la famille. Il avilit même, il a réussi à avilir ce qu’il y a peut-être de plus difficile à avilir au Monde : il avilit la mort. »

    Charles Péguy.
    • Se dégrader, s'abaisser, avoir perdu toute dignité : Il s'avilit dans l'alcoolisme.
    • Vieux. Perdre de sa valeur.

    Oeuvres choisies1900-1910

    Couverture
    Grasset1 janv. 1911 - 413 pages

    0 0



    Urgence du débat sur la monnaie

    VENDREDI, 14.08.2015

    VollGeld. Un sondage indique que 57% des Suisses soutiendraient un tel système. Malgré une large méconnaissance.

    Marjorie Théry

    Les moyens de paiement officiels n’ont jamais été aussi nombreux. Pièces et billets, chèques, cartes à puces, compte Paypal, paiement mobile ou encore Apple Pay. Pourtant, la plupart des utilisateurs ignorent les mécanismes de création de la monnaie....

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/02/initiative-monnaie-pleine-questions.html






    0 0


    Le capital suisse ou la monnaie-pleine.

    Par François de Siebenthal

    « Dans l'histoire des peuples, la Suisse aura le dernier mot ».

    Victor Hugo

    « … encore faut-il qu'elle le dise ».

    Denis de Rougemont dans son livre

    La Suisse ou l'Histoire d'un Peuple heureux


    Disons-le !


    LA  BATAILLE  FINALE  DE  LA  CHRÉTIENTÉ  SE  FERA  AUTOUR  DU PROBLÈME  DE  L'ARGENT,  ET  TANT  QUE  CE PROBLÈME  NE  SERA  PAS  RÉSOLU, IL NE POURRA Y AVOIR  L'APPLICATION  UNIVERSELLE  DU CHRISTIANISME —


    Honoré de Balzac
















    https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzZXJzbE04V1dfV2M/view?usp=sharing






    0 0
  • 08/16/15--03:52: Kerviel & Darius Rochebin
  • http://www.rts.ch/play/tv/videos-en-bref/video/jerome-kerviel-la-speculation-est-repartie-comme-en-40?id=5714612


    Ce que nous avions prévu en 1989 arrive.

    Effet de levier inverse ou l'effet multiplicateur inverse ou encore l' effet diviseur.

    L'effet de levier inverse est là et il se généralise. Les ménages, entreprises, investisseurs, s'étant auparavant endettés pour bénéficier de l'effet de levier financier, ne peuvent plus supporter la charge de leur dette. En effet, leur solvabilité réduite (actifs dépréciés, perspectives de profits en baisse) leur impose de se désendetter rapidement dans des conditions défavorables.

    Les banques y sont aussi soumises. Chaque remboursement de crédit est en fait une destruction de masse monétaire (sic).

    Nous allons vivre la crise du prime rate des locaux commerciaux, puis celle des cartes de crédit, puis des CDS, puis des TB.

    Le risque systémique est sur le $, la £ et beaucoup d'autres monnaies.

    La crise est voulue et provoquée par quelques initiés. Les autres n'y comprennent rien et ne veulent rien y comprendre, à l'image des trois petits singes bien repus par le système.

    La démographie voulue fortement récessive l'aggrave.

    L'effet massue ou effet boule de neige 
    peut venir aggraver le processus et nous pousser vers des dictatures voulues par certains "puissants".

    http://michaeljournal.org/images/Chien2.gif

    Le Japon commence à s'écrouler, comme prévu.

    http://euroracket.blogspot.com/2008/11/japan-quo-vadis-no-future-no-children.html

    La seule solution, la doctrine sociale de l'Église par le crédit social

    [Europe-hiver.jpg]

    Les dominateurs du monde trouvent que la crise ne va pas assez vite vers le bas...

    La crise 2008 déjà annoncée en 1989 lors d'un grand congrès à Lausanne, notamment par les facteurs démographiques.

    Le livre: " Europe: l'hiver démographique" en parlait déjà en 1989. ( Édition l'age d'homme, Lausanne et Paris )

    Les courbes de population utilisées qui y étaient utilisées était notamment celles de Jean Bourgeois Pichat.


    Ces graphiques mis en conclusion du livre démontrait que si aucune réaction sérieuse n'intervenait, nous aurions un maximum de population vers 8 milliards autour de 2040 puis l'effondrement d'une population vieillie retombant en 2100 bien en dessous du niveau actuel. En vérité nous devons faire face aux deux problèmes à la fois et, sur le plan écologique, aboutir à de vrais efforts en matière de respect de la nature, de lutte contre les gaspillages, d'éducation des populations.

    http://desiebenthal.blogspot.com/2009/05/population-conspiracy.html

    http://desiebenthal.blogspot.com/2008/10/le-grand-krach-2008-dj-annonc-par-crit.html - 384k -
    http://desiebenthal.blogspot.com/2008_10_01_archive.html - 977k -
    http://familiaplus.com/news.htm
    www.familiaplus.com/site03.htm

    http://www.michaeljournal.org/leconsagre.htm





    Les leçons du Crédit Social sont sorties
    de la Doctrine Sociale de l'Église
    Il faut passer à l'action pour régler
    le problème de la pauvreté
    Les Pèlerins de saint Michel ont eu l'insigne honneur de recevoir, à leur congrès 2008, Son Éminence le grand Cardinal Bernard Agré, qui a participé, à Rome avec quatre autres Cardinaux, et autres membres du Conseil Pontifical Justice et Paix, à la réalisation du Compendium de la Doctrine Sociale de l'Église. Il avait donc plus que quiconque l'esprit ouvert aux grands problèmes de notre société. L'Oeuvre des Pèlerins de saint Michel était de nature à l'intéresser, et il le fut.
    Il est né le 2 mars 1926, à Monga, Côte d'Ivoire. Titulaire d'un doctorat en droit canon obtenu à l'Université pontificale urbanienne, il est ordonné le 20 juillet 1953 pour le diocèse d'Abidjan. Son ministère sacerdotal a été partagé entre la pastorale paroissiale et l'enseignement avant de devenir vicaire général du diocèse d'Abidjan. Nommé évêque de Man le 8 juin 1968, il a été consacré le 3 octobre suivant par le cardinal Bernard Yago. Il préside la Conférence épiscopale des évêques francophones d'Afrique de l'Ouest (CERAO) de 1985 à 1991. Le 6 juin 1992, il est nommé évêque de Yamoussoukro avant de devenir archevêque d'Abidjan le 19 décembre 1994. Il démissionne de cette charge à 80 ans, le 2 mai 2006. Il a été créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire du 21 février 2001 avec le titre de cardinal-prêtre de S. Giovanni Crisostomo a Monte Sacro Alto. Il fut le grand artisan de paix pour son peuple et le Bon Pasteur de son troupeau. Il est connu mondialement par ses prédications de retraite.
    Extraits de la très réconfortante conférence de Son Eminence le Cardinal Agré au congrès international des Pèlerins de saint Michel, le 31 août 2008:
    De Son Éminence le Cardinal Agré
    Mlle Tardif, chers dirigeants, chers permanents de l'Oeuvre des Pèlerins de saint Michel, sympathisants, mesdemoiselles, mesdames, messieurs,
    Je commence par vous saluer cordialement, comme Jésus a salué ses apôtres: «shalom» ! que la paix soit dans vos coeurs! Que vous n'ayez pas peur, et que vous croyez en un demain meilleur!
    Je félicite tous les intervenants, ils ont été brillants, brillants, imaginatifs, et ils m'ont fait plaisir. Je n'oublie pas les animateurs. Dans les animateurs je commencerai par saluer derrière le rideau, là-bas, tous les cuisiniers et cuisinières. Quand on veut qu'un groupe marche, il faut la cuisine. Nous saluons aussi les artistes qui s'ignorent, la chorale, nous avons entendu tout à l'heure "l'Ave Maria", par le maître de la chorale, les sopranos, les altos, vous avez toute la gamme. Et je n'oublie pas non plus le virtuose, celui qui accompagne les chants, il accompagne parfaitement les chants, il ne couvre pas la voix et il fait les nuances. C'est la voix d'un ancien directeur, maître de chorale pendant des années qui le dit et le félicite. Merci. (Son Éminence était musicien, pianiste, maître de chorale, etc.)
    C'est mon deuxième contact avec les Pèlerins de saint Michel. Quand nous avons reçu l'invitation, il y a quelque temps, j'avais lu dans l'un de vos journaux qui nous parviennent là-bas, l'intervention que j'avais faite, assez à l'improviste, au Conseil Pontifical Justice et Paix à Rome, auquel j'appartenais, j'avais parlé de «blocage au développement en Afrique, fait par les banques».
    Je voulais venir, j'hésitais un peu, j'ai appelé telle personne du Canada, on m'a répondu: «Oh! Oh! Saint-Michel, oh! oh! ce sont des farfelus.»
    Je me suis dis: Des farfelus, pour défendre un idéal comme ils défendent, c'est étonnant, je suis venu. Je suis venu, j'ai vu et je suis revenu!
    Vous êtes un Mouvement très marial. Alors à mon premier contact, je voulais voir, je voulais entendre et j'ai beaucoup entendu et j'ai aussi vu la pédagogie de vos intervenants. J'ai parcouru aussi vos livres, (avec humour en prenant un patois canadien) «c'est pas pire, c'est pas pire!». Je continue à voir, nous devons voir un peu plus tard qu'est-ce que nous ferons. Comme je le disais à l'oreille tout à l'heure à Mlle Tardif, nous commencerons par conscientiser et après nous verrons pour un centre permanent. Ça été comme ça avec les Focolaris, j'ai envoyé des gens chez eux, je suis allé moi-même, et ensuite ils sont venus, ils sont restés.
    Qu'est-ce qui nous amène? C'est le problème récurant de la pauvreté dans les pays qu'on appelle «pas riches».
    En Italie, je parlais à des directeurs de grandes entreprises de Milan, ils me disaient: «La Côte d'Ivoire n'est pas un pays riche, ce n'est pas un pays riche, mais un pays archiriche.»
    Alors ils ont commencé à énumérer tout ce que produit ce pays, il n'est pas très grand, il a la superficie de l'Italie, et il y a 17 millions d'habitants. Vous trouvez dans ce pays: l'agriculture, premier producteur au monde de cacao; le café, troisième producteur au monde; et le bois, et l'ananas et les fruits de toutes sortes, les bananes, il y en a beaucoup. Les Français croyaient que la vigne n'y pousserait pas, que le blé n'y pousserait pas. La vigne pousse très bien et ça donne de bons fruits. Il y a du pétrole en quantité, comme le Koweït à peu près; le gaz naturel en quantité, et puis l'or et puis le diamant, qu'est-ce que vous en dites?
    Et le problème, les gens sont pauvres dans un pays comme cela. On marche sur l'or et les gens sont pauvres.
    En Suisse, je suis allé visiter la Suisse, du nord au sud, partout, je suis allé souvent prêcher là-bas comme je l'ai fait au Canada, et j'ai vu. La Suisse est un pays pauvre en richesses naturelles, il n'y a que les montagnes et les vaches. Mais les habitants sont riches. Le pays est pauvre, mais les habitants sont riches, parce qu'ils sont «malins», parce qu'ils ont toutes les banques chez eux, et la tête aussi. Ils sont organisés.
    Chez-nous, nous cherchons la voie et les moyens pour pouvoir nous sortir de cette pauvreté récurrente et paradoxale.
    Alors, il y a de l'espoir, ici en écoutant, en voyant, en lisant, on ne peut pas dire qu'on est complètement barricadé. Mais il faut conscientiser les gens, il faut parler avec eux, il faut ensuite les organiser, pour qu'ils sachent que seuls, ils ne peuvent rien, mais qu'ensemble, ils peuvent beaucoup, et surtout passer à l'action, et cette action, l'organiser avec les spécialistes, qui sans doute viendront nous expliquer la solution, comme ils nous l'ont expliquée ici.
    Qu'est-ce qui me fait parler ici? C'est l'ambiance. Vous savez, j'étais à Man à organiser un nouveau diocèse plein de païens, de musulmans et autres, et souvent nous avions des réunions. Je ne parlais pas du Ciel avec les chefs qui venaient fraterniser. Pourtant, eux m'en ont parlé.
    Ce chef païen voulait devenir catholique. — «Vous parlez toujours du Ciel et de l'enfer, mais c'est quoi l'enfer? Mais c'est quoi le Ciel?» — Je ne pouvais pas lui donner une réponse théologique.
    Alors je lui ai dit: «L'enfer, c'est un endroit où je ne voudrais pas que tu ailles, parce que là-bas, chacun garde ses problèmes pour lui, ils ne peut pas communiquer avec les autres, il y a des murs fermés. Alors, vous voyez, quand on va dans les villages, les vieux ne parlent pas avec les jeunes, les jeunes sont barricadés entre eux, les femmes ne parlent pas aux hommes, et ainsi de suite. Ils sont tout seuls, c'est ça l'enfer, parce que le Ciel et l'enfer commencent sur terre. Alors chacun garde ses problèmes.
    Au Ciel, au contraire, je voudrais que tu sois le premier à y aller, et moi le second. Au Ciel, on communique, on parle et les joies sont partagées; les peines, il n'y en a plus du tout, c'est comme dans votre village, si tout le monde pouvait communiquer ensemble, prendre des décisions ensemble, ce serait déjà un bout du Ciel. Et au Ciel, ce n'est pas comme la Tour de Babel où tous parlent, et ne s'entendent pas; c'est la Pentecôte au contraire! Si vous parlez en portugais, en espagnol, en anglais, on se comprend, ça c'est très important: La communion fraternelle.
    Autrefois on n'employait pas les «petits téléphones», mais je suis sûr que les anglophones, les francophones et les hispanophones se comprenaient bien, n'est-ce pas? Au Ciel, c'est comme ça, pas besoin de petits téléphones pour se comprendre. Je parlais comme ça aux chefs pour leur expliquer le Ciel et l'enfer.
    Nous avons vécu un peu le Ciel ici, dans la communication totale, et dans la communion, la recherche des voies et moyens pour créer un monde meilleur. Je tenais à souligner cela, parce qu'on ne peut pas avoir fait tant de kilomètres pour venir vivre ensemble et ne pas remporter beaucoup d'amitié. Vous avez échangé beaucoup la paix n'est-ce pas? Ensemble, nous pouvons rechercher les chemins d'une bonne présentation.
    Qu'est-ce qui nous bloque? Une poignée de personnes réfugiées dans un système, un système où ils sont solidaires dans le mal. On doit être solidaires dans le bien. Mais solidaires dans le mal... ils savent très bien qu'ils vont dans une voie sans issu, ils créent des guerres, ils créent des chaos...
    J'étais aux États-Unis, on m'avait donné un chauffeur, on transportait des choses, j'étais avec un jeune Américain, je lui ai dit: «Qu'est-ce que tu fais?» Il me dit: «Mon travail, c'est d'essayer de créer des chaos à gauche et à droite, dans le monde, pour pouvoir vendre des armes.»
    Voilà ce qu'il fait comme travail principal, avec comme couverture devant: «agent de liaison». En fait, il vend des armes. Et pour bien vendre des armes, il faut créer des guerres. Alors quand on a vu dans l'histoire que les guerres ont été fomentées pour de l'argent, c'est vrai.
    Vous nommez l'argent: l'iniquité, Mammon, etc. Qu'est-ce qu'on dit aux jeunes aujourd'hui? La valeur, c'est l'argent. L'argent ce n'est pas une valeur absolue. C'est un moyen de travail, ça ne peut pas être un maître. Il faut employer cet argent pour faire le bien, cet argent, c'est bien, comme serviteur, mais pas comme maître. Or, souvent le dollar, dans la tête des gens, les piastres, ça devient une valeur absolue. L'argent d'abord, l'homme après.
    Or dans l'Évangile, nous avons une modification. Quand vous parlez de Crédit Social, c'est une forme évangélique. Lorsque nous parlons d'amour dans Focolaris, Chiara Lubich, la fondatrice, avec qui nous parlions souvent, disait: «Mais c'est l'Évangile vécue. La spiritualité de l'amour, en disant: "Jésus est au milieu de nous", c'est l'Évangile.»
    Lorsque vous prenez les dix leçons du Crédit Social, elles sont sorties en droite ligne de la pensée qui a été condensée dans le Compendium de la Doctrine Sociale de l'Église; vous sentez à plein nez ce contenu de la Doctrine Sociale, et à plein nez, l'application de l'Évangile. Je crois qu'il faut faire beaucoup attention à cela. l'Évangile est là et on explicite, on enseigne à partir de l'Évangile et on en tire quelque chose.
    Jacek Morava et Janusz Lewicki, responsables du journal
    "Michael" polonais, heureux de se faire photographier
    en compagnie de S.E. le Cardinal Agré
    C'était un grand croyant, mais aussi un grand chercheur qui était venu me voir et on discutait ensemble, et il me disait, mais la Bible, la Bible, à supposer que tout soit détruit, et qu'il faut en sortir une ou deux phrases pour sauver l'essentiel, il n'y a pas à chercher, c'est le Christ qui a déjà donné la réponse: «Tu aimeras Dieu de tout ton coeur, de toutes tes forces; tu aimeras ton prochain comme toi-même»; c'est la loi et les prophètes, c'est l'Écriture sainte en condensé.
    Lorsqu'on nous a donné, à nous, les cinq Cardinaux, qui avons terminé de faire la toilette du «Compendium de la Doctrine Sociale de l'Église», c'était un gros livre, on l'a rétréci un peu, effectivement quand vous le parcourez, vous voyez à chaque instant la référence au Nouveau Testament et à l'Ancien Testament. Cela veut dire que ce qui a été revu et corrigé, c'est à partir de ce texte fondamental de l'Évangile.
    Quand je vous ai vus ici, vivre cela, j'ai noté que vous viviez l'Évangile, vous priez Jésus-Christ et la Vierge Marie et ça va ensemble.
    Par exemple, vous prenez le Compendium, il est bourré de citations bibliques. Il y a les citations bibliques, il y a aussi le Concile Vatican II, il y a le catéchisme de l'Église catholique, et le Compendium. Aujourd'hui, vous avez pour votre formation chrétienne, pour votre formation permanente vous devez avoir 4 manuels: 1. la Bible, 2. les décrets du Concile, 3. le catéchisme de l'Église catholique, je suppose que vous l'avez tous lu, que vous l'avez tous dans votre bibliothèque; 4. vous avez une mine dans le Compendium qui rassemble tout ce que les grands Papes, qui ont parlé de société, ont dit. Partons de ceux qui ont parlé davantage: Pie XI, Pie XII, Jean XXIII, on arrive à Paul VI qui a aussi écrit beaucoup, et à Jean-Paul II. C'est tout cela ensemble qui fait la Doctrine Sociale de l'Église. Il faut en tenir compte.
    L'argent ce n'est pas à rejeter, il faut gagner honnêtement l'argent, et faire attention, je vous laisse une phrase: «Il faut déshonorer l'argent mal gagné.» C'est-à-dire qu'aujourd'hui, toutes les banques créent l'argent, il y a l'argent bon et l'argent sale. L'argent sale créé de rien, l'argent sale de la prostitution, l'argent sale de toutes sortes de choses qu'on ne pourrait pas nommer. Ça existe, les banques créent l'argent. Tout l'argent que les banques reçoivent, c'est de l'argent propre de l'argent gagné, mais celui qu'elles créent de rien, c'est de l'argent sale.
    Je reviens à ce que l'Église a fait au point de vue sociale. Il y a la Doctrine Sociale de l'Église. Mais il y aussi les actes sociaux de l'Église. A partir de tout ce que nous avons appris nous pouvons voir l'action porteuse de fruits.
    Dans l'Histoire de l'humanité, qui est longue, odieuse, l'Église catholique a infiltré, un peu à la fois, l'Évangile d'abord, en regardant la misère de l'homme, elle a dit comme son Maître: «J'ai pitié de cette foule». Quand il y avait l'esclavage, qu'est-ce que l'Église a fait? Elle a tout fait pour que les patrons ne gardent pas toujours, les serfs, les serviteurs au travail. Elle a institué quoi ? Elle a institué les jours de fête. Et les fêtes se sont multipliées, et l'Église a demandé d'observer le dimanche. Il y a eu une longue lutte pour que le dimanche soit institutionnalisé comme jour de repos pour tout le monde. Ça c'était pour soulager les serfs, c'était pour soulager les esclaves.
    Et l'Église a commencé à construire les écoles, les universités sortent en droite ligne de l'Église, dans la partie moderne de notre histoire. Les universités, les écoles, vous en avez partout, puis les hôpitaux, les léproseries, pour qu'on puisse regrouper ces pauvres. «Donnez-leur vous-mêmes à manger», dit Jésus-Christ, donnez-leur vous-mêmes à manger, ne vous contentez pas seulement de parler, mais donnez-leur à manger.
    Très souvent les gens attendent. Dans certaines régions, ils attendent les prêtres qui sont un peu les bienfaiteurs de tous. Dans un tel village, très pauvre, très, très pauvre, les gens ne mangeaient pas tous les jours, et alors, arrive le temps du carême, le prêtre a expliqué à tout le monde qu'il fallait jeûner, il faut manger une seule fois par jour. Quand il a fini son homélie, un fidèle vient dire au prêtre: «Ah, mon père, tu as dit qu'il faut manger une fois par jour, mais tu as un grenier pour qu'on puisse prendre le riz pour manger au moins une fois par jour?» Ils n'avaient pas besoin de jeûner, puisqu'ils jeûnent tout le temps n'ayant pas de quoi prendre un repas par jour.
    Déshonorer l'argent mal gagné, mal employé aussi, parce que l'argent mal employé devient nocif. C'est ce que nous lisons dans les dix leçons du Crédit Social et autres enseignements.
    Comme tout le monde, je suis venu chercher de l'espérance. Mon espérance, c'est que nous arriverons coûte que coûte, à force de parler, à force de conscientiser, à force de cercles d'étude, nous arriverons à assouplir cette loi de fer et de feu d'un argent, d'une maison financière internationale qui nous contrôle tous, on y arrivera, c'est certain.
    Mais ça prend quoi? ça prend des apôtres, ça prend des prophètes, ça prend des têtus, il faut avoir un amour têtu, un amour têtu.
    C'est un peu comme ça avec les mamans, elles ont un amour têtu. Regardez saint Augustin, partir à l'aventure à Rome dans les milieux les plus infâmes, et sainte Monique pleurait, et sainte Monique parlait, et finalement quelqu'un lui a dit que: «L'enfant qui a coûté tant de larmes ne peut pas se perdre.» Et Augustin ne s'est pas perdu.
    Alors des coups, vous allez en recevoir, des incompréhensions, c'est certain, et même des menaces, des menaces de mort, vous les aurez. Mais à la fin, l'Esprit Saint agira, la Vierge Marie aussi agira, et il y a saint Michel aussi, saint Michel agira.
    J'ai lu dernièrement, les 33 propositions qui sont des ordres donnés par le pouvoir des ténèbres, je veux parler des francs-maçons qui veulent désacraliser la Messe, et dedans il est écrit qu'il faut tout faire pour qu'à la Messe on ne prononce plus le nom de saint Michel, parce qu'autrefois, après la messe, il y avait une prière à saint Michel pour mettre les démons hors d'attaque. Il faut que les gens sachent que saint Michel a une grande importance.
    Alors vous avez commencé à vous appeler Vers Demain, Vers Demain et accompagné de saint Michel, qu'il vous couvre de son aile, mais qu'il déblaie aussi le terrain devant vous. Quand je dis «vous», je dois dire «nous» parce que je crois que nous prenons un peu fin et cause. Je ne ferai jamais un Plein-Temps, comme je suis à la retraite, j'ai fini mon apostolat officiel, je suis dans les contacts, je suis dans la prière, je suis dans les contacts comme ça et dans les amitiés, mais je pense que ce que nous sommes en train de faire portera des fruits, tout le monde ne se range pas sous l'épée de saint Michel tout de suite, mais petit à petit, et les chefs, et les prêtres, et les fidèles seront plus nombreux avec vous pour porter haut le drapeau de l'Évangile qui passe par le Compendium et par le Crédit Social avec ses dix leçons, et dans vos initiatives.
    Je vous dis grand, grand merci pour tout et aussi pour l'amour qu'on a les uns envers les autres. Encore une fois Merci. Que le Dieu Tout-Puissant vous bénisse abondamment, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.
    + Bernard Cardinal Agré







    TITRE: EUROPE: L'HIVER DEMOGRAPHIQUE


    AUTEUR: GEINOZ... DE SIEBENTHAL...

    Edité par AGE D'HOMME
    Paru en 1989
    http://michaeljournal.org/images/Ane.gif

    https://books.google.ch/books?id=r68RzMwd6qIC&pg=PA10&lpg=PA10&dq=europe+hiver+démographique+siebenthal&source=bl&ots=Ze4a8nxnmS&sig=gULzwyQ74-3a_xGfz30z0gb0IOE&hl=fr&sa=X&ved=0CCoQ6AEwAmoVChMI483G072txwIVgZ8UCh0dIQkJ#v=onepage&q=europe%20hiver%20d%C3%A9mographique%20siebenthal&f=false

    0 0
  • 08/17/15--03:39: Monnaie nouvelle: Léman

  • et venez à l' AG

    Convocation 

    à l'
    Assemblée générale
     de 

    Monnaie Léman
     
    Chères et chers membres de Monnaie Léman,
    Chères personnes ayant montré votre intérêt au projet,

    Notre monnaie citoyenne et
    transfrontalière se concrétise à grands pas !


    Nous profitons de ce deuxième numéro de
    e-LémanTerre pour vous informer des prochaines étapes.


    Le Comité de Monnaie Léman


     

    Assembléegénérale 
    du 28 août 2015
    Le comité de Monnaie Léman vous invite à la prochaine 
    Assemblée générale de l'association, qui aura lieu le

    vendredi 28 août 2015 à 19h30 à la Haute École de
    Travail Social (HETS).

    Adresse: rue Prévost-Martin, 28
    Genève.

    Voici l'ordre du jour que nous vous proposons:

    1. Mots de bienvenue et adoption du PV de l'Assemblée
    constitutive
    (accessible sur le site)

    2. Préparation d'Alternatiba Léman

    a. Collaboration avec l'Association Alternatiba Léman

    b. Informations sur la billetterie
    c. Informations sur le logiciel de gestion de compte
    d. Informations sur les Stands et organisation pratique
    e. Présentation du kit informatif pour les visiteurs

    3. Préparation de l'Assemblée générale du 10 octobre

    a. Pourquoi et comment s'inscrire dans le Temps des Communs
    b. Préparation de l'ordre du jour de l'AG du 10 octobre:
    - cotisation
    - gouvernance
    - reconversion
    - articulation nantissement et crédit mutuel
    c. Élection du/des Comité(s) le 10 octobre
    (envoyez vos dossiers de candidature !)

    4. Modification des textes fondateurs:
    Charte, statuts, Guide

    Ces documents sont accessibles sur le
    site.
    Merci de nous envoyer les propositions de modification au moins
    3 jours avant l'AG.
    Les propositions seront présentées et discutées, puis une décision
    sera prise, sur la base du consentement dans la mesure du possible.

    5. Divers



    Nous nous réjouissons de vous y voir
    nombreux et nombreuses !

    Devenez membre de la communauté de paiement du Léman en remplissant ce formulaire !



     

    Les Lémans circuleront 
    à Alternatiba
    La coordination d'Alternatiba a décidé le 30 juillet 
    que les Lémans seront l'unique monnaie d'échange
    à l'intérieur du Festival, du 18 au 20 septembre.



    Un comité conjointAlternatiba / Monnaie Léman se met
    en place, afin de concrétiser cette collaboration dans les détails.

    Vous pourrez retrouver le stand de Monnaie Léman
    dans l'espace thématique « finance responsable »
    (près du terrain de pétanque, sur la Plaine).

    Nous mettons en place actuellement une équipe de bénévoles
    qui tiendra des bureaux de change répartis sur le site,
    et des agents de change mobiles qui quadrilleront la zone,
    afin que les participants puissent obtenir des Lémans facilement.


    En outre, à partir du lundi 17 août, vous êtes les bienvenus 
    au café de la Maison des associations
    (rue des Savoises, 15)
    tous les matins de la semaine de 8h à 9h, pour boire un café
    et nous répartir les tâches à effectuer en vue du lancement
    du Léman le 18 septembre.

    Nous avons besoin de tout le monde !
    Inscrivez-vous en tant que bénévole sur ce formulaire.



     

    Soyez les ambassadeurs du Léman 
    Le temps qui nous sépare d'Alternatiba est compté, et il nous 
    faut profiter de cette énergie pour diffuser le Léman,
    avant,
    pendant et après ce grand Festival transfrontalier de la transition,
    en faisant adhérer le plus de particuliers, d'associations et
    d'entreprises possibles.

    Chacun-e de nous doit se considérer comme une 
    ambassadrice ou un ambassadeur du Léman, tant
    en démarchant des entreprises ou des commerces
    sur une base thématique
    (Coopératives, entreprises
    sociales, agriculture de proximité, cinéma ou librairie
    indépendants), que sur une base territoriale, dans
    les quartiers et les communes de la région.

    C'est sur une communauté solide que le Léman pourra être 
    lancé sereinement, et durablement.

    Un kit informatif est en phase de finalisation, et sera à votre
    disposition sur le site ou sur papier (commande par mail).

     
    Envoyez un mail si vous avez besoin
    de renseignements supplémentaires.

     
    Facebook
    Facebook
    Site web
    Site web
    Email
    Email

    Monnaie Léman
     
    c/o LES IDEES
    Rue des Savoises, 15

    1205 Genève

    0 0



    Pas de bulle immobilière en Suisse, le taux de propriétaires le plus bas d’Europe



    Bulle immobilière! UBS, CS et BNS n’ont cessé de répéter que la Suisse souffrait de bulle immobilière. Cette assertion a abouti en juin 2012 à une restriction édictée par le Conseil Fédéral à l’accès à la LPP lors de l’achat d’une résidence principale. Une part minimale de 10% de la valeur du bien devrait être fournie dorénavant autrement que par la LPP. Or, il est rare que des foyers arrivent à épargner autant en dehors de la LPP dont -rappelons-le!- une des finalités est précisément l’épargne pour l’achat d’une résidence principale…
    L’affirmation répétée de l’existence d’une bulle immobilière était étonnante pour un si petit pays avec un terrain limité. Par ailleurs, la banque centrale qui s’évertue à multiplier la taille du bilan sans aucune réalité tangible n’arrive pas à sortir le pays de la déflation. Alors?
    Or, voici les chiffres qui démontrent que cette assertion est pour le moins discutable!
    Bulle immobilière en Suisse
    On voit sur ce graphique l’année 1975 comme point 100 ou point de départ. La courbe bleue est celle de la moyenne de 21 pays (UE, Etats-Unis,…) et la noire celle de la Suisse. La moyenne globale présente effectivement une flambée de l’immobilier. Pas la Suisse! La progression reste modérée après avoir connu une période de creux malgré la politique d’affaiblissement intensive du franc suisse par la BNS.
    Le tableau ci-dessous nous montre à quel point les autres pays ont connu une flambée de l’immobilier. La création monétaire des banques commerciales y est certainement pour beaucoup! Celles-ci ont été enrichies puisqu’elles croissent par les dettes qu’elles octroient à leurs clients (cf La monnaie scripturale détruit les Etats par LHK).
    On constate que la Suisse possède la courbe la plus basse et surtout la plus stable en comparaison des autres pays.
    Bulle immobilière monde
    Mais la Suisse comme nous le voyons est loin du scénario de bulle immobilière.
    Plus grave est que la décision du Conseil fédéral a pénalisé l’accès à la propriété par de jeunes couples qui n’ont pas 10% de la valeur d’un bien sous forme de cash. Or, cette stratégie des autorités monétaires et financières pénalisent directement ce que prévoit l’art 108 de la Constitution au sujet de l’Encouragement de la construction de logements et de l’accession à la propriété.
    Celui-ci stipule bien dans son alinéa 1 «  La Confédération encourage la construction de logements ainsi que l’acquisition d’appartements et de maisons familiales destinés à l’usage personnel de particuliers « 
    Voici maintenant les chiffres qui montrent la régression du taux de propriétaires vivant dans leur résidence.
    Le taux de logements en propriété est relativement bas en Suisse en comparaison internationale. Il était le plus bas en 2008 d’Europe avec un taux de 39%. Ce taux tombe même à 37.5% de l’aveu même du site de la Confédération....
    De fait, cette ordonnance qui limite l’accès à la caisse de prévoyance dans le cadre de l’accès à la propriété a eu plusieurs effets que l’on ne peut réfuter:
    1. Une partie des citoyens ne peut plus disposer librement de sa caisse de prévoyance dans une finalité prévue lors de la mise en place du mécanisme.
    2. On restreint l’accès  à la propriété privée prévue par la Constitution en bloquant l’accès à sa propre épargne
    3. On élimine une partie des acheteurs potentiels de biens immobiliers. Ce faisant, on réduit la concurrence.
    4. La concurrence réduite, les prix vont fortement baisser laissant un terrain encore plus avantageux aux fonds d’investissements qui financent le bétonnage de la Suisse.
    5. La demande continue de croître puisque la Suisse a augmenté sa population de plus de 10% en 10 ans. Ce qui est énorme du point de vue démographique.
    6. Pour finir, les prix ne baissent pas tant que ça mais la qualité de l’immobilier financé par des financiers a baissé.
    7. Les prix des biens de qualité dans des régions prisées flambent…
    8. Si on cumule avec la crise financière que connaissent les agriculteurs, les hangars et autres grandes surfaces remplacent les vaches. La société consumériste a largement gagné sur ce terrain…
    Les questions sont nombreuses à ce stade quant à la finalité de la stratégie économico-financière du Conseil fédéral:
    1. A-t-on cherché à empêcher les gens « désécurisés » par la politique monétaire du pays à investir dans la pierre?
    2. Remet-on en question le droit à la propriété privée?
    3. Pénalise-t-on volontairement la classe moyenne?
    4. La politique financière de la BNS gourmande en fonds de citoyens suisses a-t-elle mobilisé l’épargne des caisses de pension?N’a-t-elle pas besoin ce ces fonds pour sa politique d’affaiblissement du franc face à l’euro?
    5. Les banques commerciales peuvent-elles encore se permettre de voir des caisses de pension répondre à leurs obligations? Auraient-elles besoin de ces fonds dans leur quête de conquête  de la planète?
    Dans tous les cas, on ne constate aucune bulle immobilière concernant les ménages privés. La seule spéculation possible serait celle des fonds d’investissement sur les locatifs et les biens de luxe. Mais pour ces gens Mme Widmer-Schlumpf n’a prévu aucune restriction…
    Liliane Held-Khawam | 2015/08/17

    0 0

    Limitons leur cupidité, leur avarice, leur voracité illimitée..., greed en anglais... !

    Pour la prochaine AG BNS :

    - Réservez le 29 avril 2016 à partir de 10h

    http://www.snb.ch/fr/ifor/shares/anngen/id/shares_anngenmeet

    - Achetez un action par personne

    Il en faudra au moins 20 pour pouvoir faire passer des motions.

    et préparez vos questions et remarques.

    La BNS vous offrira le billet de train 1ère classe, le petit déjeuner et un buffet dînatoire plantureux et pantagruélique et beaucoup de joie à recadrer quelques cupides...


    François de Siebenthal: Pour une Banque Nationale ( BNS ...

    desiebenthal.blogspot.com/2015/.../pour-une-banque-nationale-bns-30.h...

    23 juil. 2015 - La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son .... sur la photographie, et F. de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

    François de Siebenthal: Banque nationale suisse, BNS ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../banque-nationale-suisse-bns-berne-ce.html

    24 avr. 2015 - Assemblée Générale de la BNS, Berne, ce vendredi 24 avril. ... année, contactez-nous au 021 616 88 88 ou par mail siebenthal at gmail.com.

    Pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 2.0

    desiebenthal.blogspot.com/.../pour-une-banque-nationale-vraiment.html

    7 juil. 2015 - La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son .... sur la photographie, et F. de Siebenthal, le 3ème en partant de la droite.

    LeTemps.ch | L'édition en ePaper

    www.letemps.ch/.../Une_initiative_veut_exclure_les_banques_de_la_cré...

    4 juin 2014 - La BNS est responsable de la création de billets et pièces. Toutefois ... Parmi ses soutiens, on trouve François de Siebenthal, économiste HEC ...

    voici mes notes sur le fonctionnement de la BNS - Martouf

    martouf.ch/.../435-relations-entre-la-confederation-suisse-et-la-banque-n...

    BNS Banque Nationale Suisse- Schweizerische Nationalbank. ..... Merci à François deSiebenthal de sauvegarder les textes que je n'arrivais plus à retrouver ...

    Pour une Banque Nationale ( BNS ) 3.0 Nous travaillons ...

    https://plus.google.com/.../posts/LrHuGUAwx1h

    23 juil. 2015 - Pour une Banque Nationale ( BNS ) 3.0. Nous travaillons pour faire une BNS 3.0 BNS 1.0 La BNS de papa, son symbole, St Martin qui donne la moitié de son ...

    Pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 2.0 ...

    https://plus.google.com/.../posts/C446XvtDXsZ

    7 juil. 2015 - Pour une Banque Nationale vraiment Suisse, BNS 2.0. Scandales, la BNS soutient par exemple Apple CONTRE les horlogers suisses, investit dans le gaz de ...

    Franc fort: La BNS annonce une perte de 50,1 milliards de ...

    https://www.lematin.ch/economie/bns-annonce-perte-501.../25045663?...
    La BNS annonce une perte de 50,1 milliards de francs ... Alternative, se renseigner sur l'"INITIATIVE MONNAIE PLEINE SUISSE" de François de Siebenthal, via ...

    Franc fort: La BNS accuse une perte de 50,1 milliards de ...

    www.lematin.ch/economie/La-BNS-accuse-une-perte.../25045663?...
    Accessoirement, cela permet opportunément à la BNS de ne pas payer d'impôts. ... sur l'"INITIATIVE MONNAIE PLEINE SUISSE" de François de Siebenthal, via ...

    Réserves d'euros dans les coffres de la BNS. Un gros risque

    www.parlament.ch › Le Parlement suisse › Recherche

    16 juin 2010 - Texte déposé. Le Conseil fédéral est chargé de soumettre au Parlement un projet de modification des articles 29 à 31 de la loi sur la Banque ...

    0 0


    This is a robbery, ceci est un vol...

    La dette grecque, la BCE, la troïka, l’austérité, un résumé de la situation grecque avec en bonus une conversation entre 2 membres de Jaiundoute. Comme d'habitude, regardez, cherchez, analysez, débâtez et éventuellement, partagez cette vidéo...

    https://www.youtube.com/watch?v=FVQM9ZSyGuY&feature=youtu.be


    Grèce, on socialise les pertes et on privatise les gains, notamment les ventes d'armes allemandes... une "magie" résumée par MM Zettelmeyer, Trebesch and Gulati :
    ... Nous n’avons pas connaissance dans toute l’histoire des dettes souveraines d’un autre cas de « migration de crédit » du secteur privé vers le secteur public aussi énorme. » ...

    “En moins d’un an, la structure de la dette publique grecque a été inversée, la dette privée (obligations et T-Bills) représentant désormais seulement environ 20 pour cent du total. Le plus surprenant a été la quasi disparition de la dette souveraine détenue par des privés. À la mi-février, les banques et les autres investisseurs détenaient encore environ 206 milliards d’euros d’obligations grecques. Mais après l’échange de mars/avril et le rachat de dette qui a suivi, ce chiffre avait diminué à tout juste 35 milliards d’euros (29,5 milliards d’euros sous la forme des nouvelles obligations et 5,5 milliards d’euros d’anciennes obligations grecques possédées par des détenteurs refusant de les vendre). Au même moment, les prêts consentis par d’autres États de la Zone euro augmentaient pour passer de 58 milliards d’euros au début de l’année 2012 à plus de 160 milliards d’euros à la fin de cette année, avec un engagement supplémentaire de 35 milliards d’euros prévu pour 2013. Nous n’avons pas connaissance dans toute l’histoire des dettes souveraines d’un autre cas de « migration de crédit » du secteur privé vers le secteur public aussi énorme. » .
    Ils sauvent les banques, pas la Grèce et l’ensemble de sa population. 
    Jeromin Zettelmeyer, Christoph Trebesch, and Mitu Gulati, “The Greek Debt Restructuring : An Autopsy”, Working Paper Series, August 2013, pp. 10, 47-50,
    En juin 2013, selon ATTAC Autriche: Sur un total de 206,9 milliards d’euros, 77 % ont été affectés au secteur financier. L’étude précise que « ces 77 % constituent… un minimum d’un montant qui a pu être sous-estimé. » 
    Attac, “Greek Bail-Out : 77% went into the Financial Sector“, June 17, 2013,
    La dette grecque : une dette illégale, illégitime, odieuse et insoutenable, des contrats impossibles donc nuls... obtenus par des astuces en bandes organisées cupides et corruptrices... le monde entier en souffre...












    0 0

    Un banquier suisse, votre serviteur,  explique en 3 minutes l'arnaque de la création monétaire, avec le Canada comme exemple.
    Vidéo Facebook :

    https://www.facebook.com/LePeupleEstRoi/videos/vb.152656254942354/398971633644147/?type=3&theater

    Solutions:

    http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/signez-maintenant/

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/08/texte-de-la-conference-de-neuchatel.html

    Pour comprendre le fonctionnement du système monétaire actuel :
    https://www.youtube.com/watch?v=_gXsD...
    https://www.youtube.com/watch?v=syAkd...
    https://www.youtube.com/watch?v=YMOFB...
    https://www.youtube.com/watch?v=V28vk...
    https://www.youtube.com/watch?v=WoGxu...
    http://www.chercherlaverite.com 
    Pour comprendre l'origine et l'illégitimité de la dette grecque:
    https://www.youtube.com/watch?v=6phVn...
    https://www.youtube.com/watch?v=x_Y3C...
    http://cadtm.org/Synthese-du-rapport-...
    Pour comprendre comment l'oligarchie financière s'assure de la collaboration du monde politique: 
    https://www.youtube.com/watch?v=VfLsa...
    Pour comprendre pourquoi le système financier va s'effondrer: 
    https://www.youtube.com/watch?v=4gWWp...
    https://www.youtube.com/watch?v=llIjo...
    Pour décoder la désinformation de vos médias, prenez conscience de leurs techniques de manipulation :https://www.youtube.com/watch?v=w1HJx...

    0 0
  • 08/19/15--23:43: La NASA et notre disparition


  • l'hiver démographique

    https://books.google.ch/books?isbn=2825100056


    LE PLUS. Notre civilisation serait condamnée à disparaître. Non, vous n'êtes pas dans un film de science-fiction, c'est la Nasa elle-même qui l'annonce, via une étude qu'elle a financée. Des chercheurs ont ainsi montré que plusieurs critères pourraient entraîner la disparition de notre civilisation d'ici une quinzaine d'années. Doit-on craindre ce scénario ? Décryptage de notre contributeur, passionné de sciences et d'histoire.

    Édité par Rozenn Le Carboulec  Auteur parrainé par Benoît Raphaël
    L'Espagne et le Portugal pris en photo depuis la Station spatiale internationale le 12/03/14 (CB2/ZOB/SIPA)

    Les civilisations vont et viennent, l'histoire en est la preuve. L'empire romain, les Han de Chine, Sumer, Babylone, l'Égypte des pharaons et bien d'autres encore, ont disparu. Les causes en sont multiples, certes, mais il est peut-être possible d'en prévoir quelques-unes.

    Celle que nous connaissons va-t-elle s'effondrer dans les toutes prochaines décennies? C'est ce qui ressortirait d'une étude menée par une équipe multidisciplinaire, basée sur des travaux de mathématiques appliquées aux sciences humaines, financée par la Nasa, et dont le contenu vient d'être révélé par le site du "Guardian".

    Plusieurs facteurs à l'origine du déclin des grandes civilisations

    En étudiant les cas précédents, l'équipe menée par le mathématicien Safa Motesharrei a identifié les facteurs à l'origine du déclin des grandes civilisations : la population, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie. La chute surviendrait lorsque ces facteurs convergent pour provoquer deux éléments cruciaux :

    - la réduction des ressources due à la pression mise sur la capacité de charge écologique (la taille maximale de population qu'un milieu peut supporter). Traduction : trop de monde sur Terre par rapport aux ressources disponibles (nourriture, eau, matières premières nécessaires pour maintenir la civilisation...)

    - la stratification de la société entre élites (riches) et masses (pauvres). Ce phénomène aurait joué un rôle central dans la chute dans tous les exemples étudiés sur les derniers 5000 ans. Traduction : un trop grand fossé entre ceux qui contrôlent les richesses et les autres. Cela désigne également le clivage entre pays riches et pays pauvres.

    Distribution des ressources et consommation d'énergie

    Les chercheurs ont modélisé différents scénarios, qui mettent en avant que les élites (qui ont le monopole des richesses) sont protégées plus longtemps que les gens du commun des désastres environnementaux, et qu'elles sont donc tentées de continuer à vivre comme si de rien était, en dépit des catastrophes prévisibles. Traduction : dans notre cas, cela pourrait signifier par exemple le refus d'admettre la réalité du changement climatique et de prendre les mesures nécessaires avant qu'il ne soit trop tard...

    Même s'ils l'estiment "difficile à éviter", ils semblent penser que la catastrophe n'est pas totalement inévitable, à condition de prendre les mesures structurelles nécessaires pour cela...

    Les deux solutions-clé étant d'assurer une distribution des ressources plus équitable, et de réduire drastiquement la consommation d'énergie en se basant sur des ressources renouvelables... en réduisant la croissance de la population. Tout cela nous mènerait alors peut-être à une civilisation plus stable.

    Des sacrifices nécessaire à la survie de notre civilisation

    Alors, on fait quoi ? 

    Ce n'est pas la première fois que les inégalités Nord-Sud, l'exploitation à outrance de ressources non renouvelables et la surpopulation sont pointées du doigt. La nouveauté, ici, c'est qu'un modèle mathématique les a décrites comme des causes très probables de la chute de la civilisation actuelle. 

    C'est un peu comme pour le changement climatique. Il y a ceux qui mettent en avant les chiffres et le temps, et d'autres qui expliquent par A plus B qu'il n'existe pas. Et ceux qui se foutent du résultat, et ne veulent tout simplement pas changer.

    De plus, toute société a ses propres mécanismes de défense et son inertie : ceux qui bénéficient de la situation sont ceux qui ont le contrôle, et donc ceux qui pourraient éventuellement changer les choses de manière "souple".

    La question que l'on pourrait tous se poser serait de savoir quels sacrifices nous serions individuellement et collectivement prêts à faire pour que ce changement survienne s'il s'avérait nécessaire à la survie de cette civilisation...



    Mise à jour : Au lendemain de la publication initiale de ce billet, le 20 mars 2014, la Nasa a publié un communiqué pour prendre quelques distances vis-à-vis de l'étude. Si elle finance effectivement les outils qui ont été utilisés, elle n'est pas son commanditaire, et n'a pas revu les résultats qui sont sous la seule responsabilité des auteurs, tient-elle à préciser. Elle ne remet pas en question l'étude, simplement elle nous dit qu'elle n'a rien à voir là-dedans... à part avoir financé un programme de recherche qui a été utilisé pour l'étude.

    Et dans un article très développé publié le 22 mars, The Guardian explique l'implication exacte de la Nasa dans l'étude. L'auteur de l'article détaille le financement de la Nasa au projet, et parle même d'un petit coup de main donné par l'agence spatiale américaine aux chercheurs pour leur modélisation de la planète. D'autre part, il insiste sur le fait qu'il s'agit d'une étude scientifique.

    Que la Nasa s'en approprie ou non les conclusions ne change rien à ce fait et à la validité de ses résultats...


    Résultats de recherche

      François de Siebenthal: Démographie : la chute a commencé

      desiebenthal.blogspot.com/2009/.../demographie-la-chute-commence.ht...
      10 juin 2009 - Démographie : la chute a commencé. [Europe-hiver.jpg]. L'ordre des médecins annonce la sortie prochaine de son atlas démographique 2009, ...

      François de Siebenthal: Démographie: Objectifs sournois du ...

      desiebenthal.blogspot.com/2010/.../demographie-objectifs-sournois-du.h...
      21 sept. 2010 - Démographie : la chute a commencé. Courbe sans tenir compte d'une pandémie. par simple application mathématique des taux de fertilité ...

      François de Siebenthal: Démographie du Japon

      desiebenthal.blogspot.com/2012/11/demographie-du-japon.html
      26 nov. 2012 - François de Siebenthal: Le courage de taxer les robots ... En démographie, les effets mettent longtemps à apparaître. Mais si on compare les ...

      activit - Famille de Siebenthal

      www.de-siebenthal.com/activit.htm
      avec Alain Tornay, Egalité, inégalité et participation ,Jean de Siebenthal . L'égalité ...145-156). Dr Anselm Zurfluh : La démographie, un problème d'avenir ? (p.

      Famille de Siebenthal

      www.de-siebenthal.com/
      La vie de Jean de Siebenthal ...... Jean de Siebenthal : La formation des élites en Suisse. (Finalités ...... Michel Tricot Concepts fondamentaux de démographie.

      page_89_F. de Siebenthal - Famille de Siebenthal

      www.de-siebenthal.com/page89_f_de_siebenthal.htm
      Ce thème mérite une analyse approfondie car le facteur essentiel et le pilier indispensable de notre civilisation reste le facteur démographique. Au-dessous  ...

      Europe, l'hiver démographique

      https://books.google.ch/books?isbn=2825100056
      1989 - ‎Europe
      La création de l'Institut Suisse de Démographie et de Développement, ISDD, dont ...François Geinoz François de Siebenthal Michel Tricot Préface par Philippe  ...

    0 0



    Monopoly ou Polypoly


    La monnaie  représente la mise de départ des joueurs pour rendre le jeu possible, mise en circulation par l'arbitre.


    Imaginez un joueur qui arrive avec la possibilité de fabriquer toute la monnaie qu'il veut..., et qui commence à tout acheter : c'est de la triche, non ?


    Mais si l'arbitre laisse faire, les autres joueurs vont rapidement ne plus avoir envie de jouer, car comment lutter ?

    Et bien la création de monnaie bancaire, par les banques commerciales c'est pareil. En créant des milliards, gratuitement, sans travail et sans impôts, les banques achètent tout ! Elles achètent le résultat du travail de tous, et surtout le capital, les entreprises. Qui peut lutter contre une création sans trace de monnaie bancaire ?

    C'est le Revenu Bancaire Inconditionnel, la création de monnaie bancaire gratuite, sans travail et hors impôt, qui détruit le travail et détourne le capital vers la spéculation.


    " Le résultat est connu : l'austérité pour le peuple, la récession pour l'économie réelle et le jackpot pour le monde de la finance, tandis que les intérêts négatifs grignotent nos retraites !"

    Signez www.initiative-monnaie-pleine.ch

    Argent double !

    Je suis VENDU ! VENDU par la BNS exclusivement aux banquiers, pour blanchir la monnaie 100 % bancaire, qu'ils ont crédité sur des comptes pour acheter votre travail.

    Je suis un ARGENT DOUBLE au service des banquiers !

    Pour m'obtenir, vous vendez votre travail aux banquiers : à cause de moi, vous vous vendez.

    Pour vous c'est presque trop tard : au moins libérez vos enfants !

    Pour en parler et comprendre, signez et propagez

    Qui suis-je vraiment ? Je suis un support physique conçu par la banque centrale.

    Mais connaissez-vous ma seconde face ?

    TINA Mo, née liquide. Je suis de la monnaie liquide ! Vous croyez m'avoir dans votre main, votre poche, votre compte ?

    Pauvre ignorant, je suis de la monnaie liquide, vous ne pouvez jamais m'attraper !

    Je suis née comme crédit à intérêts composés… en exponentielle,

    1+i puissance n

    , subtilement cachée dans un compte bancaire.

    Même quand je circule sur un billet, bien décorée pour attirer, J'obéis seulement à mon vrai cré-acteur, Le banquier qui m'a créé-dité en comptant du vent, ex nihilo, du néant en latin….

    Chaque fois qu'un banquier crée-dite de la nouvelle monnaie bancaire, Je diminue de valeur dans votre main, votre poche, votre compte, je file entre vos doigts, je m'évapore discrètement, Je suis de la mousse bâtie sur du vent.

    Dés que vous m'utilisez, il est trop tard pour vous, vous êtes piégé, Par votre ignorance, je prend le pouvoir sur vous et votre travail. Sortie du néant par le verbe écrit, je suis un contrat mais avec qui ? Vous pouvez seulement me comprendre ou m'ignorer : Vous pouvez seulement devenir banquier souverain, mon maître, Ou me débiter à mon crée-acteur pour me renvoyer au néant.

    There Is No Alternative ? Une SEULE…

    Monnaie-pleine.ch

    Pourquoi le WIR est-il une bonne monnaie?

    Le WIR est un bonne honnête et transparente: tous les utilisateurs savent que les unités de WIR sont créées par la banque WIR et que si cette banque fait faillite, les comptes en WIR perdent toute valeur. Les clients peuvent prendre leurs décisions en toute connaissance de cause.

    Le problème économique actuel est que les autres banques créent aussi chacune leur propre monnaie, mais elles l'appellent toutes comme la monnaie officielle légale: c'est cela la contrefaçon, le détournement de la marque de monnaie légale avec de la monnaie qui n'est pas créée par la Banque Centrale mais par chaque banque commerciale, avec un risque très différent.

    C'est donc bien le manque de transparence sur qui a créé quelle monnaie et combien, qui est un problème.

    Les banques commerciales sont les premières à revendiquer le libéralisme et la responsabilité individuelle, et les premières à s'abriter derrière la marque monétaire d'un Etat pour cacher aux clients leur activité de création monétaire privée.

    Soyez courageux les banquiers, assumez la marque de la monnaie bancaire que vous créez!


    Dettes à intérêts, des monstres juridiques iniques.

    ...Le prêt à intérêt est donc un « monstre » juridique, un hybride contradictoire.

    D’un côté, le prêteur n’est pas considéré comme propriétaire de la somme prêtée, puisqu’il n’a pas part aux pertes.

    De l’autre, le prêteur est considéré comme propriétaire de la somme prêtée, puisqu’il a part aux profits.

    Le prêt à intérêt introduit donc une incohérence — et constitue par conséquent un corps étranger — dans l’ordre juridique.

    L’intérêt rompt l’équilibre des prestations entre les parties, ce qui fait du prêt à intérêt un contrat « lésionnaire » ou « léonin », c’est-à-dire un contrat inéquitable par lequel une partie (le prêteur) se taille « la part du lion » au détriment de l’autre partie (l’emprunteur). Un contrat impossible est nul…


    http://www.salve-regina.com/Chretiente/Le_pret_a_interet_Ramelet.htm


    Source: Bernard Gva


    Si un Maître d’École augmentait les notes des élèves contre de l'argent, ce serait un scandale. Un banquier "moderne" fait cela tous les jours, et personne n'en parle.....
    .........Allez-vous agir ? Un signature suffit !


    0 0

    Remarque corrective, pas besoin d'impôts, au contraire:


    Les machines, robots, ordinateurs rendent le "travail humain rémunéré " (dans chaque industrie) de plus en plus rare, c'est un fait. 
    Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées.  
    Ce sont des gaspillages stupides . La seule solution est de promettre des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de plus en plus par des robots et des machines. 

    La politique de plein emploi doit être remplacée par une politique de la liberté de décider quoi faire hors de l’économie formelle pour de plus en plus des gens, parce que l’économie formelle ne nécessite plus le travail de tous les adultes - le revenu de base et le dividende créditiste pourraient être deux choses différentes car le dividende peut changer selon la performance de l’économie et le financement qui est aussi différent.

    En effet, l' oeuvre humaine noble et digne n'est financée ni par les impôts, ni par des versements patronaux, ni par des dettes, car il est financé par la création d'argent nouveau sans dettes.

    MONNAIE PLEINE OU VOLLGELD.




    Puisque, VU L'AUTOMATION GRANDISSANTE, les salaires ne suffisent pas pour acheter toute la production,

    LA BNS 3.0 peut combler la différence par l’émission d’un dividende périodique à tous les citoyens.

    VOIR ART.99a du projet monnaie-pleine...

    3 Dans le cadre de son mandat légal, elle met en circulation, sans dette, l’argent nouvellement émis, et cela par le biais de la Confédération ou des cantons ou en l’attribuant directement aux citoyens. Elle peut octroyer aux banques des prêts limités dans le temps.
     

    De l’argent est avancé au producteur (industrie) par LA BNS 3.0 OU L' OFFICE NATIONAL DU CRÉDIT OU LES BANQUES CANTONALES, pour la production de nouveaux biens, ce qui amène (flèche de gauche) un flux de produits étiquetés avec des prix et (flèche de droite), des salaires distribués aux employés.
    La rencontre des consommateurs et des produits se fait chez le marchand, et lorsqu’un produit est acheté (consommé), l’argent qui avait été avancé au début de la production de ce produit retourne à sa source,

    LA BNS 3.0, ayant ainsi accompli sa fonction et terminé sa course dans le circuit financier, puisque le produit a atteint le consommateur.

     En tout temps, il y a une égalité entre les moyens d’achat entre les mains de la population, et les prix à payer pour les biens consommables mis en vente sur le marché.


     La création monétaire est actuellement volée (sic) par le système bancaire. 


    François de Siebenthal: Revenu de base inconditionnel ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../revenu-de-base-inconditionnel-reponses.ht...

    23 avr. 2013 - Réponses FAQ. La solution ci-dessous... Remarque liminaire: Les machines, robots, ordinateurs rendent le "travail humain rémunéré " (dans ...

    Initiative monnaie pleine, questions fréquentes. FAQ.

    desiebenthal.blogspot.com/2015/.../initiative-monnaie-pleine-questions.h...

    10 févr. 2015 - Parmi le comité devant la BNS à Berne, deux romands, MM P. Mottier, tout à gauche sur la photographie, et François de Siebenthal, le 3ème ...









    0 0

    Même des francs-maçons sont d'accord avec Saint Thomas More, sic !

    Assassinés des deux côtés à cause de leurs idées novatrices et courageuses en faveur du Revenu de Base Inconditionnel , alias RBI ou dividende universel  inconditionnel ???





    Selon St Thomas More, La première mission du Sénat, qui compte trois députés par ville, est la statistiqueéconomique, permettant la péréquation des richesses entre villes :


    « Chaque père de famille vient chercher tout ce dont il a besoin et l'emporte sans paiement, sans compensation d'aucune sorte. Pourquoi refuser quelque chose à quelqu'un puisque tout existe en abondance et que personne ne craint que le voisin demande plus qu'il ne lui en faut ? Car pourquoi réclamer trop, alors qu'on sait que rien ne sera refusé ? Ce qui rend avide et rapace, c'est la terreur de manquer. ».


    NdE: Quand l'eau est courante et abondante comme en Suisse, personne n' en fait des réserves coûteuses, quand elle est rare, tous en font des réserves...

    Le mot « utopie » est formé à partir du grec ou-topos, qui signifie en aucun lieu ou bien lieu du bonheur (du grec eu : « bien, heureusement » et topos : « lieu, endroit »).
    Dans cet ouvrage écrit sur le mode du dialogue avec un narrateur, l'explorateur Raphaël Hythlodée, Thomas More prône la tolérance et la discipline au service de la liberté, à travers le portrait d'un monde imaginaire, proche de l'idéal de l'auteur.
    Thomas More est témoin des ravages sociaux qu'engendre dans l'Angleterre du xvie siècle le premier mouvement des enclosures. Alors stimulée financièrement par le développement de l’industrie lainière, l'aristocratie tudorienne se met à créer de grands élevages de moutons. Cette réorganisation dans le monde rural, même si elle conduit à un meilleur suivi des terres, se fait au détriment des usages précédents : les anciennes tenures nourrissant les familles paysannes sous le régime féodal. Ce mouvement eut des conséquences sociales dramatiques, privant nombre de personnes de tout moyen de subsistance, et cela avec brutalité.
    « Vos moutons si doux, si faciles à nourrir de peu de chose, mais qui, à ce qu'on m'a dit, commencent à être si gourmands et si indomptables qu'ils dévorent même les hommes. »
    Thomas More dénonce ces conséquences et cette brutalité dans la première partie d'Utopia :
    « On se trompe en pensant que la misère du peuple est une garantie de paix, car où y a-t-il plus de querelles que parmi les mendiants ? »
    Dans la deuxième partie, consacrée à son objet même, More décrit l'île d'Utopie, contrepoint lumineux à l'Angleterre de son temps. Comme celle de la république de Platon, l'économie utopienne repose sur la propriété collective des moyens de production et l'absence d'échanges marchands. Cette société, composée d'une cinquantaine de villes gérées de manière semblable, vit sans monnaie, et les échanges collectifs y prennent la place de l’accumulation privée qui cause en Angleterre les malheurs du peuple. La première mission du Sénat, qui compte trois députés par ville, est la statistique économique, permettant la péréquation des richesses entre villes :
    « Chaque père de famille vient chercher tout ce dont il a besoin et l'emporte sans paiement, sans compensation d'aucune sorte. Pourquoi refuser quelque chose à quelqu'un puisque tout existe en abondance et que personne ne craint que le voisin demande plus qu'il ne lui en faut ? Car pourquoi réclamer trop, alors qu'on sait que rien ne sera refusé ? Ce qui rend avide et rapace, c'est la terreur de manquer. »
    Utopie commerce uniquement les surplus de son économie avec l'étranger, non pas pour s'enrichir vu que l'or n'a aucune valeur dans son économie mais pour se constituer une réserve d'or pour engager des mercenaires en cas de guerre.
    Pacifiques et respectueux de la liberté religieuse, les Utopiens reconnaissent cependant, tous ou presque, un être suprême et l'immortalité de l'âme ; plusieurs embrassent la doctrine chrétienne que leur présentent leurs visiteurs. Fondée sur la volonté de vivre selon la nature, la morale publique d'Utopie est rigoureuse, condamnant la dissimulation, la chasse, les jeux de hasard, la polygamie et l'adultère ...

    Dans la fiction[modifier | modifier le code]

    Annexes[modifier | modifier le code]

    Biographies[modifier | modifier le code]

    • Jacques Mulliez, Thomas More (1478-1535) : Au risque de la conscience, Nouvelle Cité, 2013
    • Thomas More : la conscience d'un saint, Paris, du Centurion,‎ , 80 p. (ISBN 2-227-05010-1) traduit de l'édition originale (de) Thomas Morus : der Heilige des Gewissens, Fribourg, Verlag Herder,‎ , 80 p.. Ouvrage largement illustré de nombreuses photos et gravures.
    • Henri BremondLe bienheureux Thomas More, Victor Lecoffre, 1904
    • Bernard CottretThomas More. La face cachée des Tudors, Tallandier, 2012
    • Princesse de CraonThomas Morus, lord chancelier du royaume d'Angleterre au xvie siècle, Paris, C. Gosselin, 1832
    • Joseph Delcourt, Deux saints anglais: John Fisher et Thomas More, La Bonne Presse 1935
    • Edmond Privat, Le Chancelier décapité, Victor Attinger, 1935
    • Léon Lemonnier, Un résistant catholique, Thomas More, La Colombe, 1948
    • Georges Hourdin, Un intellectuel sans vanité, Thomas More, Gabalda, 1958
    • André Merlaud, Thomas More, Éditions SOS, 1973
    • Walter Nigg, Thomas More ou la conscience d'un saint, Centurion, 1979
    • Jacques DufresneL'Expérience de Dieu avec Thomas More, (introduction et textes de Thomas More choisis par Jacques Dufresne), Fides, 1999
    • Louis Bouyer, Sir Thomas More, humaniste et martyr, CLD, 1984
    • Germain Marc'hadour, Thomas More, un homme pour toutes les saisons, Les éditions ouvrières, 1992
    • Germain Marc'hadour, Thomas More ou la sage folie, Éd. Seghers, 1971
    • Philippe GoddingPetite vie de Thomas More, Desclée de Brouwer, 2002
    • Elisabeth-Marie Ganne, Thomas More, l'homme complet de la Renaissance, Nouvelle Cité, 2002
    • Daniel Sargent, Thomas More, trad. Maurice Rouneau, Desclées de Brouwer
    • Thomas Stapleton, Histoire de Thomas More, grand chancelier d'Henri VIII, trad. sur l'original latin de 1588 par M. Martin, Maison 1849
    • Walter J. Jos, Thomas More, Mame, 1873

    Études[modifier | modifier le code]

    • Germain Marc'hadour, Thomas More et la Bible, Vrin, 1969
    • Germain Marc'hadour, L'Univers de Thomas More, Vrin, 1963
    • Germain Marc'hadour, Thomas More vu par Erasme, Angers, 1969
    • Germain Marc'hadour, The Bible in the Works of Thomas More, 1969-1972
    • Germain Marc'hadour, Saint Thomas More and the Body of Christ, Moreanaum, 2000
    • Émile DermenghemThomas Morus et les Utopistes de la Renaissance, Plon, 1927
    • Nicole Morgan, Le Sixième Continent. L'Utopie de Thomas More, Vrin, 1995
    • D. Nisard, Études sur la Renaissance : Erasme, Thomas More et Melanchton, Lévy, 1855
    • André Prévost, Saint Thomas More. Contribution à l'histoire de la pensée religieuse, Lille, 1945
    • André Prévost, Thomas More et la crise de la pensée européenne, Mame, 1969
    • Joseph Delcourt, Essai sur la langue de Thomas More d'après ses œuvres anglaises, Didier, 1941
    • Y. Dilas-Rocherieux, L'Utopie ou la mémoire du futur Robert Laffont, 2000
    • Georges Duveau, Sociologie de l'Utopie et autres Essais, PUF, 1961
    • Roland Galibois, Religion et socialisme dans l'Utopie de Thomas More, L'Harmattan, 2008
    • M. Abensour, L'Utopie de Thomas More à Walter Benjamin, Sens et Tonka, 2000


    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/08/revenu-universel-inconditionnel-charlie.html

    0 0


    30 + minutes video of former Swiss Banker Francois de Siebenthal

    https://vimeo.com/channels/eucharistshinefilms/136794177


    discusses his experiences at the highest levels of International banking, while attending an annual conference with The Pilgrim's of St. Michael in Rougemont, Quebec, Canada. 

    Eucharist Shine Films was on-hand to document the proceedings and classroom sessions. While there, we were introduced to former Swiss banker Francois de Siebenthal, an advocate for the concept of worldwide monetary reform known as "Social Credit," agreed to an in-depth interview. 

    Executive Producer, Frank Maggio. Production Coordinator, Brent Gardner. Cinematography & Editing by Joe Gaudet, of Tampa & St. Petersburg, Florida.
    https://vimeo.com/channels/eucharistshinefilms/136794177



    Plus an written interview with this Swiss banker

    Here is an interview hosted by one of our representativesfrom the United States, Mr. Yves Jacques. 

    He recently spoke to Francois de Siebenthal, who is a banker from Switzerland, on the crisis in the financial world today and what solutions he would suggest to correct the chaos that is occuring.

    YJ: Francois, you are from Switzerland, trained as a professional banker and economist, is that correct?

    FS: Yes.

    YJ: And you’ve been an economist for how many years?

    FS: For more than twenty-five years.

    YJ: Some textbooks and other sources mislead people by saying that banks lend from the depositors savings. Can you tell us what really happens?

    FS: The truth is that credit makes deposits, and not the other way around. This means that, for example, more than 90% of the money in circulation was created out of thin air. We can estimate that 99.99% of the United States dollar was created out of nothing. We call that Fiat Money, or Ex Nihilo. The problem is that, on the whole, they have been using the credit system to sustain the growth of the United States, to conserve the American economy at the cost of the poor of the world.

    Recently the financiers even used the real estate market of the United States to uphold the credit industry. They have created massive amounts of credit (Ex Nihilo) as loans for real estate, and then sold the American mortgages to investors such as Fanny Mae and Freddie Mac at huge profits. They then used the massive import of funds and savings from all over the world to tell the American people that the value of the American industry is rising all the time. But now we have reached a limit in credibility and it (the American dollar) is starting to downslide. It has lost 60% of its value already since the beginning of the Iraq war. The entire system is a lie, and it is causing a massive lack of confidence, and of faith…

    When credit is created only to sustain the virtual growth of the economy, there are various ways to get out of it. One of them would be to create a general war with millions of victims, or a bloody revolution, or even a credit crunch such as Japan experienced with its liquidity trap and massive depopulation, or then again, a general collapse of the economy such as what happened in 1929.

    YJ: So, this is their solution?

    FS: Yes, from my point of view the International Bankers are planning new wars and revolutions. I think that the best solution would be to do as the poor people of the United States did in 1929; establish local banks with 6,000 local currency systems. We can improve all those local systems and coordinate them, like a franchising chain of free and open local banks sharing the same values that are open to all people of good will.

    You can find such a proposition at www.pavie.ch with all the details on how to function with this local system, as they are already doing in some poor countries.

    The dollar will collapse for sure, and you need to persuade everyone to start local systems, improved LETS (Local exchange systems) with dividends and compensated discounts (see social credit on the internet). In fact, the dollar is collapsing faster now; its value is going down all the time. For instance, when I began in the banking business the dollar was nearly four Swiss francs to one dollar. Now, it is one Swiss franc to one dollar. So it is, in fact, a massive inflation. If a Swiss, for example, wants to buy a Chevrolet, he must convert it to cheese, watches, machinery and other goods. If an American wants to buy a Swiss watch, he pays in dollars. And what is a dollar? It is a piece of paper on which is printed, "One dollar: in God we trust" or just some bits in a computer.

    YJ: Do you think that the reason they want the US dollar to collapse in the United States is because they want to change it for the Amero?

    FS: Yes. What they are doing is the same as they did in 1929. The banks print and open more credits to buy more assets very cheap, that way they control more of the people and you can do nothing without their consent. The Patriot Act is a method of dictatorship and they suddenly wanted to change all the notes and put RFID devices in all the currency.

    YJ: What do you think of people who say we should exchange US dollars to Euros or Japanese Yen?

    FS: If the dollar is collapsing and the same people are behind the Euro or the Yen, it will all come to the same conclusion. Let’s talk about the Japanese Yen. In Japan there is a big, big problem with the population. One third of the Japanese population will disappear before 2050. It is already beginning. There will be a massive depreciation in the real estate markets and this will create a huge crisis, even bigger than the United States, because the Japanese will not allow immigration. The only solution I can foresee for the Japanese is a massive drop in the price of properties. Already I have information from Japan that they are pushing to establish euthanasia. You know the situation is really a war, a war against the weakest in society. They are buying a lot of robots to cope with this trend. The truth is that they want a massive reduction in the population; by the billions… Julian Simon said in his book "The Ultimate Resource 1" that he was paid by those people to prove that the earth was overpopulated, however he wrote books and articles proving exactly the opposite.

    The Ultimate Resource (now The Ultimate Resource 2) and Population Matters discuss trends in the United States and the world with respect to resources, environment, population and the interactions between them. Simon concludes that there is no reason why material life on earth should not continue to improve, and that increasing population contributes to that improvement in the long run. Those popularly-written books developed positive ideas and foresaw the falling natural resource prices, increased world oil supply, and decline in farmland prices. His view of population economics is unique and persuasive. In the discussion, he covers resources, environment, population growth with analytical methods.

    As said on Amazon, Julian L. Simon is the world’s greatest contrarian. The Ultimate Resource 2–an update, not a sequel–skewers the sacred cows of environmentalism, population control, and Paul Ehrlich. In the contest between resource scarcity and human ingenuity, Simon bets the farm on the ability of intelligent people to overcome their problems. Thankfully, he is not a theorist. This book lays out convincing empirical evidence for his prediction of a prosperous future. The keys to progress are not state-run conservation programs, he says, but economic and politicial freedom. Only then can talented minds properly apply themselves to their earthly dilemmas. (To read his book, go to this link: http://www.juliansimon.com/writings/Ultimate_Resource/).

    He wrote in his book "Population matters" how he was ostracized by the "rulers" of the new world disorder.

    The last book about this type of manipulation is by Steve Mosher. The book is entitled Population Control and it does not simply outline the problems; it proposes a solution as well. Mosher dedicates his final chapter to possible ways that developed nations can avoid the demographic disaster that now threatens. Small tax credits and paltry child subsidies are not nearly enough. Young couples, he argues, need to be sheltered from taxes altogether. And population control programs need to be discontinued as soon as possible. Mosher ends by quoting the late Julian Simon: "Human beings are the ultimate resource." We need everybody to find good solutions. (For more information see www.pop.org) Play list for all of Julian L. Simon’s videos can be found at: http://www.youtube.com/view_play_list?p=DDAF5AC211C1A

    The members of those Clubs hate poor people. Most of these wealthy New World Order people are racists, in fact they are racists of the worst kind. They condition people to believe that our earth is overpopulated. And so the poor are corralled like cattle into big cities such as Mexico, just to control them and prove that they are right. But in fact, the rest of the earth is empty. The world is huge and we can feed more people. Ramses of Egypt, in the Bible, had this way of thinking and he killed all the male Jews. Now we have "white" bankers living in New York, London and Paris doing the same well-paid job; killing millions or even billions of aborted children with financial soft Gulags to earn billions of dollars.

    I recommend this film: "Freedom to Fascism" from the filmmaker Aaron Russo, who exposed his first-hand knowledge of the elite global agenda during a live video interview with Alex Jones’ nationally syndicated radio show.

    Nick Rockefeller told Russo about the plan to microchip the population, (see Bilderberg and micro-chip on the internet) and warned him about "an event that would allow us to invade Afghanistan and Iraq" some eleven months before 9/11. Rockefeller foretold that the "War on Terror" would be a hoax where soldiers would be looking in caves for non-existent enemies. Rockefeller also tried to recruit Aaron Russo into the Council on Foreign Relations during the tenure of their friendship. A picture sent by the Russo family verifies that friendship, and strengthens evidence of a global agenda of which Rockefeller’s creation of women’s lib, and the elite’s ultimate plan for world population reduction and a micro-chipped society, played important roles.






    YJ: Can you explain to us briefly, how money is created today and how it should be created? Then maybe we can speak about the practice of interest.

    FS: In the United States most of the money, as credit-bearing interest, is created by the Federal Reserve Board and other private banks. The Federal Reserve is about as Federal as the Federal Express. That means that it is a private company owned by a few people. I have a list of about 12 families who are the shareholders that own the Federal Reserve. These people are using this private business for their own personal gain, to generate private profits of trillions (yes, trillions) of dollars. If you add the amounts that are generated every year since Christmas of 1913, sums hidden in various foundations and trusts in tax haven "paradises," the profits are unbelieveable. Wars are for their own profit only and not for the benefit of the American people.

    And on the credit base, which is called M zero, you have a massive creation of money, and this credit is based on nothing. Alan Greenspan said that they create the money out of thin air. You have the statistics published by the Federal Reserve (which is a private company) that show that it is allowing and emitting credit to the other banks or other financial vehicles.

    A few months before his assassination, President John F. Kennedy was summoned by his father Joseph to the lobby of the White House. He said to him, "If you do this, they will kill you!" But the President was not deterred. On June 4, 1963, he signed Executive Order number 111 110, that repealed the Act and Executive Order number 10,289, calling the production of banknotes into the hands of the state and depriving the cartel of private banks of a large part of their power. After $4 billion of US dollars in small denominations called "United States Notes" had already been put into circulation, and while the state was preparing to deliver even larger cuts of Fed currency, Kennedy was assassinated on November 22, 1963. This happened 100 years after Lincoln’s death. He had created debt-free "Greenback" notes for the United States as well, and he was murdered by a sniper. Kennedy’s successor Lyndon B. Johnson suspended the printing of the notes for an inexplicable reason. The twelve Federal Reserve banks withdrew the Kennedy banknotes immediately from circulation and exchanged them with their own acknowledgements of debt. A few of those notes are still in the hands of Imelda Marcos because her husband was trying to escape the system.

    And now with the sub-prime crisis, they are printing millions or trillions of dollars but we don’t know exactly where this money is going. Perhaps it is going to sustain the banks that are in bankruptcy. Crooks are sustaining crooks. And of course, all of this money is created with an interest rate. This interest rate is imposed on the American population mainly through taxes, on the backs of the poor people. For one example, see the LTCM 3 Trillion dollar scandal under Clinton, and other similar situations. The poor of the world cannot eat; they are starving. And the worse problem is that babies are not even allowed to live! Their goal is to have fewer people that are more easily controlled with laws that are becoming even more and more stupid. One such case is Monsanto, a plant that patents pigs or plants and ruins farmers; their goal is to raise the price of food, all the while saying that they are working for the good of humanity…

    The Fed began with approximately 300 people or banks that became owners (stockholders purchasing stock at $100 per share–the stock is not publicly traded) in the Federal Reserve banking system. They make up an international banking cartel of wealth that has no comparison. The Fed collects billions of dollars annually in interest and distributes the profits to its shareholders. Congress illegally gave the Fed the right to print money (through the Treasury) at no interest to the Fed. The Fed then creates money from nothing, and loans it back to us through the banks, and charges interest on our currency. The Fed also buys Government debt with money printed on a printing press and then charges US taxpayers interest. Many Congressmen and Presidents have said that this is fraud.

    Louis T. McFadden, Chairman of the House Committee on Banking and Currency from 1920-21, accused the Federal Reserve of deliberately causing the Great Depression. In several speeches made shortly after he lost the chairmanship of the Committee, McFadden claimed that the Federal Reserve was run by Wall Street banks and their affiliated European banking houses.

    McFadden said: Mr. Chairman, we have in this country one of the most corrupt institutions the world has ever known. I refer to the Federal Reserve Board and the Federal Reserve Banks. The Federal Reserve Board, which is a Government board, has cheated the Government of the United States out of enough money to pay the national debt. The twelve credit monopolies that were deceitfully and disloyally foisted upon this country by the bankers who came here from Europe and repaid us for our hospitality by undermining our American institutions… The people have a valid claim against the Federal Reserve Board and the Federal Reserve banks. For the text of his entire speech, see this website: http://www.afn.org/~govern/mcfadden_speech_1932.html

    McFadden was killed in the same way as Kennedy and Lincoln and many other opponents to those who control this system of usury.

    "Quid prodest scelus, is fecit" which means: "The one who takes profit from the crime, has done it."

    An encyclical called "Vix Pervenit" a text stating what contracts are good or bad in business was eliminated from the bookshelves. This encyclical may be found at these addresses on the internet:http://www.papalencyclicals.net/Ben14/b14vixpe.htm and also at http://en.wikipedia.org/wiki/Vix_Pervenit

    So who owns the Federal Reserve Central Banks? The true ownership of the 12 Central banks, a very well kept secret, has been partially revealed. This is a list of some names:

    Rothschild Bank of London

    Warburg Bank of Hamburg

    Rothschild Band of Berlin

    Lehman Brothers of New York

    Kuhn Loeb Bank of New York

    Israel Moses Seif Banks of Italy

    Goldman, Sachs of New York

    Warburg Bank of Amsterdam

    Chase Manhattan Bank of New York

    Lazard Brothers Bank of Paris

    These bankers are all connected to London Banking Houses in the totally free City which ultimately controls the Fed. When England lost the Revolutionary War with America (our forefathers were fighting their own government), they planned to control us by taking over our banking system, the printing of our money, and our debt.

    The individuals listed below owned banks which in turn owned shares in the Fed. The banks listed below have significant control over the New York Fed District, which controls the other 11 Fed Districts. These banks also are partially foreign owned and control the New York Fed District Bank:

    First National Bank of New York, James Stillman

    National City Bank, New York, Mary W. Harnman

    National Bank of Commerce, New York, A.D. Juillard

    Hanover National Bank, New York, Jacob Schiff

    Chase National Bank, New York, Thomas F. Ryan, Paul Warburg, William Rockefeller, Levi P. Morton, M.T. Pyne, George F. Baker, Percy Pyne, Mrs. G.F. St. George, J.W. Sterling, Katherine St. George, H.P. Davidson, J.P. Morgan (Equitable Life/Mutual Life), Edith Brevour, and T. Baker (source: http://www.rense.com/ufo2/fedrez.htm)



    YJ: Well, I think this interview will help the people understand the system a bit more, and what is happening today.

    FS: It is better to fight this way, and create a credit club or a local system with coupons free of interest as we wrote about in the "Michael Journal" with the example of Madagascar and the Philippines, than to take out your gun and fight a war!

    YJ: The truth is blinding and people do not see it. They want a complicated system, but in fact the solution is very simple.

    FS: During the Great Depression in the 30’s the citizens started 6,000 local systems, local credit systems all over the United States. Tell people to study the history of their country. While they were creating their own credits, the big banks were stopped. Do the same! Improve it with Social Credit systems and dividends to share the profits of the robots and computers! 90% of the workload will be done by computers and robots, the challenge is how is distribute the abundance.

    YJ: Well, I think that’s the plan of the Pilgrims of St. Michael, we want to start the local exchange systems all over the world. I know that in Columbia they have several systems that are working very well.

    FS: In the United States, your grandfathers were the organizers of the local systems. Ask them how it was done. You had more than 6,000 systems all over the United States. The WIR system in Switzerland has made our country one of the richest in the world. (www.wir.ch) Just think of what happened in Argentina when the banks collapsed there. That can happen in the United States as well.

    Maurice Allais, Professor of Economics at the National School of Mining Engineering in Paris, France and the 1988 Nobel Prize Winner in Economics, had this to say in his book "Les Conditions Monétaires d’une Economie de Marché" ("The Monetary Conditions of a Market Economy" p. 2): "In essence, the present creation of money, out of nothing, by the banking system is, I do not hesitate to say it in order to make people clearly realize what is at stake here, similar to the creation of money by counterfeiters so rightly condemned by law. In concrete terms, it leads to the same results."

    We need to practice all five Shabbats and Jubilees, every 7 days, weeks, months, years and 49 years ( 7 times 7 years) and fight usury at all levels, because usury kills.

    Please read this extract from Louis Even. "But what about the term ‘usury practiced under another form’ used by the Pope? Does it mean too high an interest rate? If so, of what percentage? Or is it something else, and under what form?"

    An English priest named Father Drinkwater, wrote a book in 1935 that identified this "devouring usury under another form" that is the monopolization of credit, which was to amount more and more to a monopolization of money, although the workings of this monopolization of credit were still mysterious to almost everyone at that time.

    Father Drinkwater recorded that a committee based at the University of Fribourg, Switzerland, had prepared some elements for the drafting of Rerum Novarum, and that among the members of this committee there was at least one person from Austria who was well aware of the money question and of bank credit. A text that this Austrian had prepared and that was apparently approved by the committee, showed clearly how mere bank money–which is created in banks and consists basically of figures written in bank-books and ledgers, and which was already becoming the major monetary instrument for trade and industry–was nothing but the monetization of the production capacity of the whole community. The new money thus created can only be social in nature (belonging to all of society), and not the property of the bank. This new money is social because of its basis: the community, or society, and because it can buy any good or service in the country. The control of this source of money therefore puts in the hands of those who exercise it, a discretionary power over all economic life.

    The text of this Austrian expert also showed that banks do not lend their depositors’ money, but rather deposits that they create out of nothing simply by inscribing figures in bank-books. When banks lend money–no account is diminished in the bank–they do not have to extract one penny from their safes. So the interest charged on their loans is certainly usury: whatever its rate–it is actually more than 100%, since it is interest charged on a capital of zero, nil–the lender (the bank) does not have to do without the money he lends, he just creates it! This usury can rightly be described as "devouring", since banks require creditors to pay back money that has never been created, that has never been put into circulation. (Banks create the principal they lend, but not the interest.) It is therefore mathematically impossible to pay back all loans; the only way for the economy in such a system to keep going is to borrow again to pay the interest, which creates un-repayable private and public debts.

    What was the exact wording of this text about the monopoly of credit? One cannot know, since there is no mention of it in the encyclical. Was it suppressed in Fribourg in the final draft sent to Rome? Was it stolen between Fribourg and Rome, or between its arrival in Rome and its delivery to the Sovereign Pontiff? Or was it Pope Leo XIII who decided to put it aside? Fr. Drinkwater raises these questions, but gives no answer. End of quote. This scandal is producing the same absurd situation as in Canada.

    And finally let us quote Mackenzie King, who stated while he was campaigning to become Prime Minister of Canada in 1935: "Until the control of the issue of currency and credit is restored to government and recognized as its most conspicuous and sacred responsibility, all talk of the sovereignty of Parliament and of democracy is idle and futile." For more graphs depicting our financial situation see our webiste:http://www.michaeljournal.org/images/croisdet2.gif and http://www.michaeljournal.org/images/debtcan.jpg

    YJ: We thank you for this interview with us, Mr. De Siebenthal; you are included in our prayers and our support for you and your family.

    FS: You are welcome, be assured of our prayers as well, and all the best to you. If you need any further information, please do not hesitate to ask me. You may email me at: siebenthal@gmail.com





    0 0

    Greed = cupidité

    La nouvelle est à la une du Wall Street Journal (WSJ) et du Financial Times (FT).
    Historique, première condamnation à de la prison ferme (14 ans) au motif de manipulation motivée par la cupidité.



    Un ex-courtier d'UBS condamné à 14 ans de prison pour avoir manipulé le Libor...


    Le jury a tranché «de manière unanime» dans ce procès «pour l’exemple», de plus «plusieurs autres grandes banques ont avoué avoir aussi manipulé le Libor».
    Une semaine de délibération... super, bravo à ces anglais, enfin de la sagesse :-)

    Pour se défendre, l'ex-courtier avait expliqué que la manipulation du taux était "monnaie courante" dans l'industrie financière.

    Pas seulement des taux, mais tout le système est une gigantesque manipulation "ex nihilo", du néant en latin..., de cupides à nos dépens à tous...

    Les autorités américaines et britanniques ont annoncé ... avoir infligé une amende de près de 6 milliards de dollars à 6 grandes banques pour avoir manipulé les taux de change entre 2007 et 2013.


    Outre UBS, Citigroup, JPMorgan, Barclays, Royal Bank of Scotland (RBS) et Bank of America sont concernés.

    Les établissements américains Citigroup et JPMorgan, les britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland ont plaidé coupable dans cet énième scandale touchant la finance, selon un communiqué du département américain de la Justice.

    Outre la pénalité financière, la banque suisse UBS a perdu son immunité la préservant d'éventuelles poursuites judiciaires au pénal.

    >>Lire: UBS doit payer deux nouvelles amendes aux Etats-Unis

















    La cupidité, greed en anglais, à son maximum, au greed o meter, avant l'explosion ... !

    https://www.youtube.com/watch?v=TIRjtKgUcnE&feature=youtu.be




    Découverte intéressante d'un blog juridique sur l'économie et la finance publié par Jean-Cédric Michel. À lire...

    [...] "Il a fallu la révélation d’une nouvelle affaire à charge de Barclays révélée par la presse anglaise pour qu’il sorte publiquement que… le Credit Suisse avait fait la même chose en catimini: soutenir son cours et augmenter fictivement ses fonds propres par un prêt de 10 milliards de francs à un tiers pour souscrire dans son augmentation de capital. Et ce tiers est le même, le Qatar. En Angleterre la FSA et le Serious Fraud Office enquêtent sur cette manipulation – par laquelle Barclays avait visé à éviter de devoir être "bailed-out" ou quasi-nationalisée comme à cette même époque RBS et Llodys TSB. Il y a là le problème technique, de fond: une souscription fictive de capital n’améliorant que fictivement les fonds propres avec la manipulation de cours que cela entraîne. Il y a le problème contextuel d’un secteur dirigé par des bandits prêts à tout pour conserver leur indépendance et leurs bonus – cette question ayant été centrale sur la période 2007-2009. Pour Barclays qui est décidément de tous les mauvais coups, il y a encore des suspicions de trafic d’influence, corruption et faux, certaines écritures et paiements ne correspondant probablement pas à la réalité de certains arrangements, au demeurant dépourvus de sens commercial, entre la banque et le Quatar. Mais en Suisse? Eh bien le Credit Suisse a fait la même chose apparemment avec l’accord de la Finma. Le double problème de fond évoqué ci-dessus se double d’un troisième aussi grave: cette opération n’a pas été révélée – alors qu’elle constitue pourtant un délit au-delà de la grave manipulation comptable et boursière qu’elle constitue.

    Mais dans la bucolique Dysfunctioning Corporate Switzerland, tout le monde s’en moque et ce n’est qu’à la faveur d’un article du FT que quelques entrefilets furent publiés en page 9 ou 14, par Le Temps par exemple le 4 février, mais reprenant l’information brute du FT sans aucune analyse ni commentaire supplémentaire. Aucun émoi ni sur la manipulation des fonds propres, ni sur la manipulation boursière, ni pire encore sur l’absence de transparence de cette opération. Est-ce le fait que la Finma semble avoir autorisé cette opération? Il est compréhensible que le ré-haussement des fonds propres du Credit Suisse ait été un élément crucial et impératif dans la crise catastrophique de l’automne 2008. Le seul motif exprimé du bout des lèvres pour justifier une opération autrement illicite réglementairement est celle-là: éviter une market uncertainty au pile moment du sauvetage de l’UBS. Et il est vrai que de devoir suspendre la cotation d’une banque ou les retraits, ou qu’elle se trouve en état de faillite comptable, constituaient des préoccupations réelles de la Finma et des régulateurs à l’époque. Mais son accord n’en rend certainement pas l’opération licite, encore moins au plan pénal, ni ne justifie l’absence de transparence et d’information des actionnaires s’agissant d’un groupe coté. Le communiqué de presse du Credit Suisse du 16 octobre 2008 mentionne l’augmentation de capital et l’intervention de Qatar Holding – mais naturellement pas le prêt.



    Y aura-t-il une interpellation parlementaire ou tout le monde s’en moque-t-il définitivement en Suisse, sachant que les autorités de poursuite pénale ne feront rien, n’en ayant ni les ressources, ni les connaissances, ni l’envie? Scary en tout cas sachant que c’est… la Finma qui disposera très prochainement de compétences élargies en matière de répression des délits d’initiés et abus de marché dans la nouvelle LBVM. Problématique et dépassé également qu’elle ne soit pas soumise à la LTrans. Ah oui dernière chose, le prêt à Qatar Holding n’avait pas à être révélé dans le cadre de l’augmentation de capital d’octobre 2008? Trois coups de bâtons à celui qui prétendra que cela est exact, que c’était une opération de crédit autonome distincte de l’augmentation de capital. C’était-là à l’évidence un fait susceptible d’avoir un impact sur le cours et devant donc être révélé. Et quelqu’un s’est-il posé la question du délit d’initié pour les opérations sur titres Credit Suisse de ceux qui connaissaient l’existence de ce prêt? Ah? Il fallait?"

    Les voyous qui nous volent en toute impunité! Liliane Held-Khawam

    Dettes publiques, crédits hypothécaires, trafic de paiements, caisses de retraite, épargnes diverses, comptes salaires, crédit commercial PME, etc. TOUT est entre les mains des banques et de leurs acolytes les banquiers centraux et autres hedge funds.
    Or, voilà la preuve que ces gens qui tiennent des milliards d’individus par la gorge sont de véritables voyous. Zerohedge (relayé par TDG ci-dessous) rapporte les échanges entre traders pour fixer, pardon pour manipuler le prix du Libor du franc suisse. Ce Libor est un taux qui sert de référence au marché monétaire. Même la Banque nationale suisse s’en sert dans sa politique monétaire!
    Nous savions que tout était pipé. Nous savions que le même marché  manipule la valeur du franc suisse pour permettre à la BNS de mener sa politique au service de l’étranger. Nous savions qu’un petit groupe de personnes, par le fait du prince, s’approprie le fruit du travail durement gagné de certains. Nous savions qu’un petit groupe de personnes s’appropriait l’épargne d’honnêtes gens ainsi que leurs retraites. Mais de le lire en direct est choquant!
    De lire noir sur blanc ce que toute cette corporation savait déjà est attristant. De lire que notre travail a été échangé contre des sushis vieux de la veille est humiliant.
    Mais savoir qu’une Finma, dirigée régulièrement par des ex hauts dirigeants de UBS qui à n’en pas douter ont trempé directement ou indirectement là-dedans, ne bouge pas le petit doigt pour ouvrir une enquête est une trahison.
    L’histoire se souviendra des coupables mais aussi de tous ceux qui se sont tus alors que tout est sur la place publique!
    Liliane Held-Khawam
    Des documents issus d’un procès intenté contre des établissements bancaires ayant manipulé les taux Libor du franc suisse rappellent avec quelle légèreté les traders évoquaient leurs stratagèmes.
    « C’est notre droit naturel de refléter nos intérêts lors du processus de fixation du Libor (…) toutes les banques font la même chose », expliquait en 2005 un employé d’UBS chargé de transmettre le taux d’intérêt du franc suisse.
    Cette déclaration est contenue dans un document judiciaire américain mis en ligne par le siteZerohedge, en lien avec un recours collectif contre un groupe de banques, dont Credit Suisse, UBS et RBS. Toutes accusées d’avoir activement manipulé les taux du franc suisse.

    Discussions par téléphone et chats internes

    Les arrangements entre les employés chargés de transmettre les taux et les traders avaient déjà été soulignés comme problématiques dans le dossier UBS, banque amendée à plus de 545 millions de dollars en mai dernier.
    Cette compilation de discussions par téléphone et chats internes – qui avaient déjà été révélées pour certaines – illustrent les manipulations subies par le taux de référence du franc suisse durant des années, touchant indirectement un grand nombre de produits financiers, tels que les emprunts immobiliers (voir encadré plus bas).
    Toujours chez UBS, cette fois en 2006, un trader explique à son collègue responsable de transmettre le taux qu’il a besoin « d’un taux à un mois élevé ». « Pas de problème, je le fixerai haut », réplique directement le collègue.

    « Il me reste des sushis »

    Des discussions illustrent également la légèreté avec laquelle se déroulaient des actes pourtant illégaux. Extrait d’une discussion datant de 2008 chez RBS:
    Trader: « Peux-tu pousser plus bas le Libor suisse à 6 mois s’il te plaît »
    Responsable Libor: « Non (…) qu’est-ce que cela vaut?
    Trader: « Il me reste des sushis de hier »
    Responsable Libor: « OK, je baisse le taux à 6 mois, rien que pour toi »
    Trader: « Wooooooooohoooooooo, 0,01% serait fantastique »
    Toujours chez RBS, mais cette fois en 2009, une demande de manipulation est à nouveau faite sur un ton léger:
    Trader: « Pourrait-on avoir un (taux, ndlr) super haut à trois mois et super bas à 6 mois? »
    Responsable Libor: 41 & 51
    Trader: Si tu fais ça je t’aimerai pour toujours!
    Responsable Libor: « 41 & 55 alors »
    Trader: « Si tu fais ça je viendrais vers toi et te ferai l’amour, je te laisse choisir »
    Responsable Libor: « Ça sera 41 & 51 alors »
    Les plus grandes banques du monde ont payé près de 9 milliards de dollars en amendes depuis 2012 afin de régler des litiges liés à la manipulation des taux Llibor.
    Marc Renfer




older | 1 | .... | 9 | 10 | (Page 11) | 12 | 13 | .... | 104 | newer