Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

older | 1 | .... | 3 | 4 | (Page 5) | 6 | 7 | .... | 104 | newer

    0 0



    La "grande" guerre, une grande boucherie inutile...

    Pendant cette guerre, environ 9 millions de personnes sont mortes, et environ 20 millions ont été blessées4

    Plus jamais la guerre, armistice 1918, le 11 du 11 à 11h00, 11'000 morts inutiles... le jour même de l'armistice...


    ONU, Jamais plus la guerre : Paul VI et l'abondance.


    Jamais plus la guerre..., discours à l'ONU du  Pape Paul VI.

    Ecoutez les paroles lucides d'un grand disparu, John Kennedy, qui proclamait, il y a quatre ans:

    « L'humanité devra mettre fin à la guerre, ou c'est la guerre qui mettra fin à l'humanité ». 

    Il n'est pas besoin de longs discours pour proclamer la finalité suprême de votre Institution. Il suffit de rappeler que le sang de millions d'hommes, que des souffrances inouïes et innombrables, que d'inutiles massacres et d'épouvantables ruines sanctionnent le pacte qui vous unit, en un serment qui doit changer l'histoire future du monde: jamais plus la guerre, jamais plus la guerre! C'est la paix, la paix, qui doit guider le destin des peuples et de toute l'humanité! 

    Pape Paul VI


    Ils veulent une nouvelle guerre, prions pour eux...


    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/10/onu-jamais-plus-la-guerre-paul-vi-et.html

    Mesdames, Messieurs,
    Chères amies, chers amis,

    Comme déjà annoncé, la rencontre St-Nicolas et Dorothée de Flue aura lieu du 28 au 30 novembre 2014.

    Nous remercions déjà les personnes inscrites et invitons celles et ceux qui souhaitent être hébergés ou prendre des repas pendant la session à bien vouloir s’annoncer sans tarder (si possible jusqu’au 16 novembre 2014) au moyen du lien suivant : www.nicolasdeflue.org/inscriptions-2014.html

    Vous trouverez tous les renseignements utiles sur le site www.nicolasdeflue.org

    En nous réjouissant de vous retrouver nombreux à St-Maurice, nous présentons à chacune et à chacun nos meilleures salutations.

    Association culturelle Nicolas et Dorothée de Flüe


    0 0



    Miséricorde pour le mal "honoris causa " ?


    Le loup dans la bergerie


    Boycott de l'université "catholique" de Fribourg. qui a bénéficié notamment en 1949 d’une dotation d’un demi million de Francs grâce à l’engagement des évêques à procurer ces fonds par des quêtes nombreuses auprès des fidèles dans les églises à la condition qu’elle conserve son caractère d’université Catholique.


    Cette condition n' est plus respectée...


    " Honoris causa..." Ces gens savent-ils ce qu'est l'honneur ? L'honneur se gagne par des actes admirés par la collectivité...

    Ils n'ont en tout cas plus de vergogne, vertu essentielle pour une vraie démocratie selon les sages grecs ( Du latin  vĕrēcundia « crainte respectueuse, réserve, pudeur », voir tout en bas de ce message)  et n'en savent même plus le sens, Ils se glorifient de leurs vices, de leurs ventres, de leurs sexes et en arrivent à tuer les plus faibles pour assouvir leurs désirs de puissance et de jouissance absolue et totalitaire...

    L'évêque lui-même a fait publier un communiqué...

    L'évêché de Lausanne, Genève et Fribourg a souhaité réagir à ces affirmations. 

    Le 11 novembre 2014, il précise:

    " L'Université de Fribourg n'est pas et n'a jamais été une Université catholique, au sens juridique du terme», mais «une Université d'Etat fondée au XIXe siècle dans un canton catholique», traditionnellement appelée catholique. 

    ...

    Le Père Benoît-Dominique de la Soujeole, professeur 

    associé en théologie dogmatique, a déclaré 

    publiquement vouloir aussi boycotter le Dies 

    academicus...


    Judith Butler, égérie de la théorie du genre, arrive en Suisse, invitée pour un doctorat "honoris causa " par la faculté de lettres de l’université de Fribourg


    Les abus horribles et totalitaires du "genre", portes ouvertes aux pires violences sur les plus petits et les plus faibles...:

    Un enfant torturé moralement et physiquement, puis tué (sic) par deux lesbiennes parce qu’il refusait d’en appeler une papa...



    Sites sud-africains qui rapportent les faits :

    >>  http://www.thestar.co.za/index.php?fSectionId=128&fArticleId=3171828
    >> http://www.iol.co.za/news/south-africa/lesbian-couple-guilty-of-gruesome-murder-1.270415#.UJpX-Ia6WSo

    " Qu’être père vient d’être homme, ..."

    Un petit garçon de 4 ans l'a payé de sa vie pour l'avoir compris:

    Un enfant torturé et tué par deux lesbiennes parce qu’il refusait d’en appeler une papa

    Papa ? Maman ? Les 2 ?

    Un enfant de 4 ans a été torturé puis battu à mort pour avoir refusé d’appeler l’amante lesbienne de sa mère « Papa ».

    C’est une histoire horrible, mais ce sera demain une histoire banale, vu le climat de folie qui souffle sur les pays des droits homosexualistes.

    Mercredi, le tribunal régional de Vereeniging en Afrique du sud a statué qu’Engeline de Nysschen (33 ans ), et la mère de l’enfant Hanelie Botha (31 ans) sont coupables d’avoir assassiner l’enfant.

    Bien que Nysschen a été reconnue coupable d’avoir infligé des violences, la juge s’est prononcée contre la mère qui n’a pas réagi face à la violence physique répétée de son enfant par Nysschen ainsi que pour avoir menti afin de la protéger.

    Après que les parents du petit Jandre Botha ont divorcé, sa mère obtint sa garde auprès d’un tribunal. Puis, elle se mit en « couple avec une femme »…

    Au bout d’un moment, celle-ci ne supporta pas que le petit garçon de 4 ans refuse de l’appeler « papa », malgré ses injonctions.

    Elle finit par battre et torturer le petit, sans que sa mère ne réagisse ni ne proteste, jusqu’à ce que mort s’en suive. 

    Les deux lesbiennes tentèrent sans succès de faire croire que le garçonnet avait glissé dans sa baignoire. Mais les médecins comprirent vite que cette version n’était pas crédible, au vu des terribles blessures subies par l’enfant : fracture du crâne et lésions cérébrales, jambes, clavicules, mains et bassin cassés…

    Les Témoignages devant le tribunal des employés du couple de lesbiennes a indiqué que le garçon a été agréssé violemment pour avoir refusé les demandes répétées d’appeler Nysschen « Papa ».

    A l’heure où l’on veut chambouler la notion de parentalité, ne comptez pas sur les médias occidentaux pour rapporter ce genre de faits divers.

    Le principe de précaution ? Seulement quand ça arrange.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

    http://www.iol.co.za/news/south-africa/lesbian-couple-guilty-of-gruesome-murder-1.270415#.UJpX-Ia6WSo

    http://actualitechretienne.wordpress.com/2012/11/10/un-enfant-tue-par-deux-lesbiennes-parce-quil-refusait-den-appeler-une-papa/


    judith-butler-fribourg
    Cette université fondée sur l’ancien collège Saint Michel transformé en académie de droit en 1763 fut propulsé en 1889 au rang d’université Catholique sous l’impulsion des catholiques suisses. Elle y accueillera en 1890 une faculté de Théologie.
    ...
    C’est sur le site de la Miséricorde qui abrite en son sein l’institut de Théologie que l’auteur et promotrice des études pseudo-scientifiques de la théorie du genre sera accueillie et y recevra le titre de docteur honoris causa.

    Si vous vous interrogez sur l’opportunité de la venue de Judith Butler au sein de cet établissement catholique, vous pouvez vous adresser au recteur: guido.vergauwen@unifr.ch13 novembre 2014

    De puissants lobbies sont en train d’imposer l'idéologie du genre comme une dictature.

    Extrait d'un texte issu d’une catéchèse prononcée par le père Mario Pezzi – le prêtre qui, avec Kiko et Carmen, constitue le trio dirigeant du Chemin néocatéchuménal :
    "[...] En 2012, le pape Benoît XVI a prononcé, lorsqu’il a présenté ses vœux de fin d’année à la curie romaine, un discours historique dans lequel il a affirmé que nous étions aujourd’hui confrontés à un changement qui fera date, semblable à celui qui s’est produit au temps de la chute de l'empire romain et de l’invasion des peuples barbares. Les bases de la société, de la civilisation catholique sont en train de disparaître. Le pape Jean-Paul II avait lui aussi déclaré, à Fatima en 1982 : “Ce qui était autrefois considéré comme un péché, a aujourd’hui acquis droit de cité”.
    Au cours de l’histoire, il y a eu de très nombreuses attaques contre la famille chrétienne. Le dernier en date de ces assauts violents est représenté par ce que l’on appelle l’idéologie du genre. De puissants lobbies sont en train d’imposer cette idéologie comme une dictature. Parmi les racines philosophiques qui sont à l’origine de ce monstre qui menace nos familles, surtout dans les écoles, il y a le marxisme. Dans la pensée de Marx, la thèse selon laquelle l’essence de l’homme consiste à pouvoir se créer lui-même est liée au dépassement des genres sexuels et à la destruction de la famille.
    Le débat relatif au genre s’est ensuite transféré surtout aux États-Unis, où l’idée qu’il y a deux sexes a été complètement dépassée.De deux genres on est passé à cinq : homme, femme, homosexuel, lesbienne et transgenre. Mais en cohérence avec l’organisation antinaturaliste, puisque l’homme peut se créer lui-même, on en est arrivé à 17 genres. Il y a même, aujourd’hui, des gens qui en dénombrent 51 : qui dit mieux ?
    Par ailleurs la théorie du genre révèle son origine gnostique. L'ennemi, d’après la gnose, ce n'est pas le sexe en soi, mais bien le sexe dans son aspect procréatif, parce que faire naître des enfants signifie contribuer à l’œuvre créatrice du dieu mauvais.
    On a découvert que le féminisme radical est intimement lié au culte satanique. Lorsque le pape François a été interrogé à propos de ces agressions, il a déclaré : elles sont le fruit du démon qui veut détruire.
    Le mythe du dépassement des genres se retrouve également dans les formulations gnostiques de la franc-maçonnerie, aux degrés d’initiation les plus élevés, avec l’adoration du démon, celui-ci étant représenté avec des caractéristiques androgynes.La théorie du genre implique une redéfinition anthropologique complète de l’essence de l’homme. La tentative faite par l’homme de prendre la place de Dieu.
    Elle trouve ses origines historiques dans la planification antinataliste qui a été mise en place à partir des années Soixante, avec la propagande en faveur de la contraception et de l’avortement et la campagne de promotion de l’utilisation de la pilule RU 486. Lorsque la formule "family planning", qui signifie planification familiale, a été adoptée par la conférence des évêques des États-Unis, le Vatican est intervenu pour demander un changement de formule. Parce que celle-ci est trompeuse. Le chrétien ne planifie pas.
    Que dit l’Église de cette idéologie du genre ? Le pape Benoît XVI avait déclaré, en citant Gilles Bernheim, le grand rabbin de France :
    "Celui-ci conteste sa propre nature. La manipulation de la nature, qu’aujourd’hui nous déplorons pour ce qui concerne l’environnement, devient ici le choix fondamental de l’homme à l’égard de lui-même. L’être humain, désormais, existe seulement dans l’abstrait, qui ensuite, de façon autonome, choisit pour soi quelque chose comme sa nature. L’homme et la femme sont contestés dans leur exigence qui provient de la création, étant des formes complémentaires de la personne humaine. Cependant, si la dualité d’homme et de femme n’existe pas comme donné de la création, alors la famille n’existe pas non plus comme réalité établie à l’avance par la création. Mais en ce cas aussi l’enfant a perdu la place qui lui revenait jusqu’à maintenant et la dignité particulière qui lui est propre. Bernheim montre comment, de sujet juridique indépendant en soi, il devient maintenant nécessairement un objet, auquel on a droit et que, comme objet d’un droit, on peut se procurer. Là où la liberté du faire devient la liberté de se faire soi-même, on parvient nécessairement à nier le Créateur lui-même et enfin, par là, l’homme même. Dans la lutte pour la famille, l’être humain lui-même est en jeu". [...]"

    Posté le 13 novembre 2014 à 09h44 par Michel Janva | Catégorie(s): Culture de mort : Idéologie du genre 


    Un peu de bon sens, que diable ! Ouvrez vos yeux et vos coeurs ...

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/11/la-mere-du-genredocteur-honoris-causa.html

    Réaction officielle:

    Monsieur,

    Mgr Morerod a bien pris connaissance de votre message et vous invite à lire le communiqué paru aujourd'hui sur le site du diocèse, en consultant le lien suivant : http://www.diocese-lgf.ch/medias/actualites/articles/article/dies-academicus-reactions-parvenues-a-leveche.html.

    Je vous prie, Monsieur, d'agréer l'expression de ma considération distinguée.

    Camila Gross Nachef


    Evêché de Lausanne, Genève et Fribourg
    Secrétariat personnel de l’évêque

    Camila Gross Nachef
    Théologienne
    Rue de Lausanne 86, CP 512, CH - 1701 Fribourg

    DIES ACADEMICUS : RÉACTIONS PARVENUES À L'EVÊCHÉ

    le lundi 10 novembre 2014 à 16h59
    Dies academicus : réactions parvenues à l'Evêché
    Université de Fribourg
    La prochaine remise par la Faculté des Lettres de l'Université de Fribourg, le 15 novembre, du titre de Docteur honoris causa à la chercheuse Judith Butler, contributrice majeure dans les études de genre, a amené plusieurs personnes à interpeller l'Evêché de Lausanne, Genève et Fribourg pour demander une suppression de cette distinction.

    QUELQUES PRÉCISIONS :

    L'Université de Fribourg n'est pas et n'a jamais été une Université catholique, au sens juridique du terme (dont les normes actuelles sont régies par la ConstitutionSapientia Christiana, publiée par le pape Jean-Paul II le 29 avril 1979). C'est une Université d'Etat fondée au XIXe siècle dans un canton catholique, et on l'a traditionnellement appelée "Université des Catholiques Suisses". Pour cette raison, une quête est proposée chaque année aux catholiques suisses, dans le but de favoriser une certaine présence catholique dans des projets interfacultaires.
    La Faculté de Théologie est la seule formellement liée à l'Eglise, et elle a un Grand Chancelier qui est le Maître général des dominicains. Celui-ci doit approuver les doctorats honoris causa de la Faculté de Théologie, mais il n'a absolument aucun rôle dans les autres Facultés. Dès la fondation de l'Université, l'Etat de Fribourg (notamment le Conseiller d'Etat Georges Python) a souhaité que l'évêque du diocèse n'ait pas son mot à dire sur la vie interne de l'Université, et pour cette raison il a pris contact avec l'Ordre dominicain en ce qui concerne la Faculté de Théologie.
    Soucieuse de la polémique autour des études de genre, une commission des évêques suisses suit actuellement la question et communiquera ultérieurement sur le sujet.
    Fribourg, le 10 novembre 2014
    Le Service diocésain de la communication
    https://www.youtube.com/watch?v=7waAbs5hDa0 

    A la minute 03:47 - Abbé Grosjean totalement halluciné par la théorie du genre consistant à nier l'altérité sexuelle (Gender Theory). Débat avec Najat Vallaud-Belkacem (PS), Emmanuel Pierrat (Avocat), Henri Guaino (UMP), Barbara Pompili (EELV) et Bruno Gollnisch (FN) dans Mots Croisés présenté par Yves Calvi.

    Voir cette autre interview d'Abbé Grosjean sur BFM TV :
    http://www.youtube.com/watch?v=2EJSkT...

    https://www.youtube.com/watch?v=cOnXqOUqQcw


    MGR MOREROD S'EXPRIME SUR LES RÉACTIONS LIÉES AU DIES ACADEMICUS

    le mercredi 12 novembre 2014 à 17h08
    Mgr Morerod s'exprime sur les réactions liées au Dies Academicus
    Université de Fribourg
    Le Dies Academicus du 15 novembre sera à l'Université de Fribourg l'occasion de plusieurs manifestations simultanées, comme les 125 ans de la Faculté de Théologie et la remise du doctorat honoris causa par la Faculté des Lettres à Mme Judith Butler. Les activités d'une Faculté sont décidées à l'intérieur de celle-ci, sans que les autres soient consultées. Certains me demandent de supprimer la Messe duDies (célébrée par le Grand Chancelier de la Faculté de Théologie) : ce serait une manière de gâcher le jubilé d'une Faculté (mais aussi l'expression de la foi d'enseignants et étudiants de toutes les Facultés) à cause d'une décision à laquelle elle n'a pris aucune part. En d'autres termes, ce serait donner aux personnes qui ont promu ce doctorat un veto effectif sur l'expression de la vie de foi d'autres membres de la communauté universitaire. Qui plus est, la situation invite plutôt à la prière...
    Il est évident que certains aspects des études en genre mettent en cause des aspects centraux de la vision chrétienne de l'homme. En particulier, et S. Jean-Paul II avait beaucoup insisté sur ce point : c'est en tant que homme et femme que l'homme est créé à l'image de Dieu (et en brouillant l'image, on rend plus difficile la reconnaissance de ce dont elle est image). Ici, la tradition judéo-chrétienne intègre une vérité naturelle (pas seulement culturelle) considérée comme évidente à travers l'histoire : c'est par l'union d'un homme et d'une femme que la vie est transmise, et ce fait est un fondement de la vie en société.
    Comme cela a déjà été communiqué, une commission de la Conférence des évêques suisses prépare un texte sur les études en genre. La préparation de ce document a été décidée bien avant l'annonce de la remise du doctorat honoris causa à Mme Judith Butler, et il est bon de laisser cette commission achever son travail de manière sérieuse. Une suggestion : cela pourrait être combiné avec un colloque organisé par la Faculté de Théologie de Fribourg sur les études en genre, afin de permettre un vrai débat académique interne à l'Université, puisque c'est aussi à cela que sert la présence commune de différentes Facultés dans une même Université. On voit particulièrement bien dans un tel contexte que c'est en argumentant, plutôt qu'en insultant (je pense à certains messages reçus), que l'on peut à la fois défendre ses propres idées et discuter celles des autres. L'insulte donne l'impression que l'on n'a pas d'argument.
    +Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg

    http://www.diocese-lgf.ch/medias/actualites/articles/article/mgr-morerod-sexprime-sur-les-reactions-liees-au-dies-academicus.html

    Vergogne, indispensable à la vraie démocratie.

    Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 vergoigne « sentiment de honte » (Roland, éd. J. Bédier, 1705); 1553 vergogne (La Bible, s.l., impr. J. Gérard, Esdras, 8, 22); 2. 1588 [éd.] sans vergongne « sans honte, sans scrupule » (Montaigne,Essais, III, 5, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 847). Du lat. class. vĕrēcundia « crainte respectueuse, réserve, pudeur », lat. de l'époque impériale « honte devant une chose blâmable », dér. de verēri « craindre; révérer, respecter, appréhender »; actuellement ne s'emploie plus que dans la loc. sans vergogne.


    Les ténèbres ne peuvent pas chasser les ténèbresseule la lumière le peut. La Haine ne peut pas chasser la haine, seul l'Amour le peut.” ...(Martin Luther King).

     l’Esprit souffle où et quand il veut), c’est  « la révolution catholique pour l’Europe » qu’observe déjà et appelle de ses vœux le cardinal Walter Brandmüller, président émérite du Comité pontifical des sciences historiques, dans une lumineuse conférence donnée lors la journée de commémoration du 50e anniversaire de la proclamation de saint Benoît patron de l'Europe, qui s'est tenue le 25 octobre à Nurcie (texte intégral traduit en français sur le site Benoît et moi) : « N'oublions pas, dit-il, que l'Église est non seulement annonciatrice de l'Évangile de Jésus-Christ, mais elle s'est toujours également considérée comme la gardienne du patrimoine spirituel naturel, du vrai, du beau et du bon. La grâce présuppose la nature. C'est pourquoi avant même l'annonce de l'Évangile de Jésus-Christ, la contribution de l'Église à l'avenir de l'Europe consiste dans la restauration – pour ainsi dire – des fondements naturels de la vie humaine, de la société humaine. »

    C’est parce qu’ils ont pris conscience de l’urgence de cette refondation humaine et sociale que certains catholiques COMME VOUS  ont rallumé les fourneaux – intellectuels et spirituels – chez vous et dans ce pays de France où, comme aimait à le dire le bienheureux Paul VI, « se cuit le pain de la chrétienté »."
    SOYEZ BÉNIS !

    0 0



    Judith Butler à Fribourg.   

    Judith Butler L' icône mondiale du mouvement LGBTI (lesbien, gay, bi , trans  et inter-sexes ) sacralisée!

    Judith Butler prône une idéologie foncièrement contraire à la doctrine catholique et à la loi naturelle. L’idéologie du genre véhiculée par Judith Butler est une négation de la réalité anatomique et biologique. Judith Butler s’appuie sur les idéologies du XIXe et XXe siècle néo-marxiste existentialiste et structuraliste pour penser « le féminisme et la subversion de l’identité ».
    Auteur du manifeste Troubles dans le genre, sous-titré explicitement Pour un féminisme de la subversion, Judith Butler, militante lesbienne, – elle a dit d’elle-même « aux Etats-Unis, dans ma jeunesse, j’étais une gouine de bar qui passait ses journées à lire Hegel et ses soirées dans un bar gay, lesbien et drag queen » – y prône notamment « la subversion en actes corporels« . En guise de stratégie pour dénaturaliser et resignifier les catégories relatives au corps, je décrirai et proposerai un ensemble de pratiques parodiques fondées sur une théorie performative des actes de genre, des pratiques qui sèment le trouble dans les catégories de corps, de sexe, de genre et de sexualité, et qui amorcent un processus subversif de resignification et de prolifération du sens débordant du cadre strictement binaire« , écrit Judith Butler dans son habituel langage abscons.
    Dans la deuxième partie de son livre, partie qu’elle intitule « Prohibition, psychanalyse et production de la matrice hétérosexuelle« , Judith Butler, au nom de sa guerre contre « l’hétéro-normativité« , cherche notamment à légitimer le « tabou de l’inceste« .
    A propos de cet ouvrage, Judith Butler a avoué qu’il ou elle  « cherchait à saper toute tentative d’utiliser le discours de la vérité«
     Sa pensée exprime une dialectique entre la nature et la culture. Sa proposition : s’affranchir de la nature.  
    Au cours de l’histoire, il y a eu de très nombreuses attaques contre la famille chrétienne. Le dernier en date de ces assauts violents est représenté par ce que l’on appelle l’idéologie du genre. De puissants lobbies sont en train d’imposer cette idéologie à la jeunesse comme une dictature. Parmi les racines philosophiques qui sont à l’origine de ce monstre qui menace nos familles, surtout dans les écoles, il y a le marxisme. Dans la pensée de Marx, la thèse selon laquelle l’essence de l’homme consiste à pouvoir se créer lui-même est liée au dépassement des genres sexuels et à la destruction de la famille.Le débat relatif au genre s’est ensuite transféré surtout aux États-Unis, où l’idée qu’il y a deux sexes a été complètement dépassée. De deux genres on est passé à SIX : homme, femme, homosexuel, lesbienne, transgenre  et indéterminé . Mais en cohérence avec l’organisation anti-naturaliste, puisque l’homme peut se créer lui-même, on en est arrivé à 17 genres. Il y a même, aujourd’hui , des gens qui en dénombrent 51 : qui dit mieux ?

    L'Eglise du CHRIST ne peut s'agenouiller devant cette nouvelle  Religion ANTICHRISTIQUE qui est celle du Nihilisme individualiste relativiste et matérialiste dénuée de toute transcendance:le Nouvel Ordre MORAL

    LA RETHORIQUE  DES REDRESSEURS DE TORTS  COMME FREVALL  "'FRIVOLE?" Qui consiste à faire appel aux" bons sentiments" , à" l'ouverture ", à 'l'amour ' , à la "tolérance' ... le PROGRESSISME   en somme... POUR NOUS FA IRE ACCEPTER L'INNOMMABLE   EST ÉCULÉE.
    C'EST LA MÊME que celle  du Serpent tentateur de la Genèse .
    HITLER appelait les chambres à gaz': la mort " MISÉRICORDIEUSE"', dans son programme AKTION T4.
     Il faut combattre la théorie du genre et les expérimentations pseudo -scientifiques qui ne  sont qu'un lavage de cerveau mortel et est un élément   de  la gigantesque entreprise de démolition non seulement de la société chrétienne mais de la société tout court et de la nature humaine MAIS dont  le but n'en est pas moins réel : imposer  une idéologie totalitaire faite des stéréotypes pseudo-scientifiques les plus abscons :
     de fait aujourd’hui grâce à la manipulation médiatique  et par une promotion à visée planétaire finement orchestrée nous sommes dans une transgression de la loi naturelle que veut imposer selon le modèle marxiste de la justice une mouvance ultra -minoritaire  à une majorité en état de sidération  et par une forme d’acceptation tacite d’un état de fait illégitime.
    Cette idéologie planétaire s'empare de tous les rouages de l"administration des ETATS .ELLE VISE A IMPOSER à L'Europe à moyen  TERME ,UNE LEGALISATION DE L'INCESTE ET DE LA PEDOPHILIE.
      ELLE  oriente le politique Européene comme le préconise le rapport LUNACEK du nom de la   vice-présidente de l'intergroupe-LGBT du Parlement européen, adopté à BRUXELLES EN FEVRIER dernier .

    Ce rapport européen qui envisage «plus de deux parents pour les enfants»Même si cette résolution n'est pas juridiquement contraignante, elle «fera l'objet d'une utilisation orientant les États membres vers la légalisation du mariage , de l'adoption, de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui (mères porteuses) pour les couples de même sexe», s'inquiète la pétition en ligne.

    Près de 200 000 citoyens européens ont signé une pétition contre ce texte.  beaucoup d'entre eux avaient refusé le rapport Estrella qui a ete rejetté  .
    le rapport Lunacek  !
    • « rapport sur la feuille de route de l'UE contre l'homophobie et les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre », qui comprend l'historique des différentes étapes avant le vote final ;
    • texte adopté finalement en assemblée plénière le 04/02/2014.
    le rapport Lunacek a été adopté au Parlement européen grâce aux votes du PPE !
    394 voix pour, 176 contre 72 abstentions.
    Une fois adoptée, la résolution « Feuille de route LGBTI » reflétera la position politique du Parlement européen pour faire de la sexualité un élément directeur dans la conception des politiques publiques à titre de la non-discrimination;
    Il y a une parfaite cohérence du haut en bas de la vie et des instances politiques dans l’entreprise de déconstruction de la personne humaine que l’on veut faire douter de son identité et sa reductio ad sexum.
    La vérité sur le rapport Lunacek cachée par les médias:un sommet d'hypocrisie!
    Sous couvert de non-discrimination, les paragraphes 1, 2 et 3 érigent en nouvelles valeurs de l’Europe l’homosexualité masculine, le lesbianisme, la bisexualité, la transsexualité, etc…
    Le paragraphe 4 fixe les étapes d’un processus totalitaire à cet effet :
    • Mobilisation à cet effet de toutes les agences payées par les contribuables européens (au point A3) ;
    • Propagande auprès de la jeunesse dans l’éducation (au point D i)) ;
    • Imposition du mariage homosexuel à tous les États membres (au point H iv)) ;
    • Liberté de promotion de l’homosexualité, « gay pride » et autres (au point I) ;
    • Criminalisation de toute critique rebaptisée « discours de haine » (au point H) ;
    • Droit d’asile politique accordée aux LGBTI non-européens (au point K).
    le rapport RECOMMANDE la mise en place d’une feuille de route «visant à la protection des droits fondamentaux des LGBTI», «contre l’homophobie et la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre». Il est ainsi exigé des Etats «d’adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux. Le document inclut la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux), car cela ouvrirait la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel et des familles LGBT, tout comme des familles recomposées».
    Le rapport recommande aussi «de garantir l’accès des femmes célibataires et des femmes lesbiennes aux traitements de fertilité et aux traitements de procréation médicalement assistée» ; de promouvoir «dans les écoles le respect et l’intégration des personnes LGBTI et de favoriser un enseignement objectif des questions concernant l’orientation sexuelle, l'identité de genre et l'expression du genre dans les écoles et les autres structures éducatives».
    Il demande également la possibilité de faciliter l’organisation de «défilés de type “Pride”» car ces manifestations «sensibilisent le public aux questions relatives aux LGBTI et permettent aux personnes LGBTI de s’exprimer».
    Ce rapport a été préparé et promut par ILGA Europe, cad par la LGBTI.ILGA Europe a été financée à hauteur de 1,408 millions € en 2012. Ce rapport conduira à un financement encore bien plus important.
    Ésope ,  un ancien , disait la langue est la meilleure et la pire des choses , avec la langue on peut défendre les causes les .moins défendables ,voir les plus tordues .
    La rhétorique est l'art de faire prendre des vessies pour des lanternes , tant pis si au passage on se brûle .
     Tout est fait au nom de l'enfant , mais jamais on ne lui demande son avis :veut-il plusieurs pères qui sont des mères , plusieurs mères qui sont des pères ,c'est qui son géniteur , quelles sont les valeurs au quelles il va s'identifier .au secours !Kafka est là .
    Sommes nous le dernier maillon de l'espèce humaine ...
    Tant que le droit de l'enfant d'avoir un père et une mère biologique reconnus passera au second plan devant le droit des parents homosexuels le débat ne cessera jamais .La question est bien là !Un enfant doit-il se contenter de parents symboliques de sa filiation naturelle ?
    Aura-t-il un jour le droit de réclamer des comptes à ses parents virtuels , si son psychisme est affecté ?
    Ainsi seront sacralisés :
    – la théorie du genre, qui nie l’individu comme être sexué ;
    – le mariage homosexuel, c’est à dire la négation de la notion de famille;
    -le principe de co-parentalité multiple, qui représente la fin de tout repère pour l’enfant et la société.
    "Derrière ces dispositions, c’est un projet de société monstrueux qui se dessine. Celui d’une société dans laquelle l’individu consommateur serait étranger à toute réalité, celui dans laquelle l’enfant n’évoluerait pas dans une famille mais dans un groupe de co-actionnaires."
    un chancelier l'avait rêvé , le marxisme et le parlement européen ouvre la porte à ce délire .
    Où voyez-vous des personnes discriminées à cause de leur sexualité? Tout cela n’est que fantasme des lobbies LGBTI, qui sans complexe imposent leur propagande au reste de la société qui en a marre que l’on parle plus que de sexe, comme si la vie se résumait à cela. La sexualité est une affaire privée et n’a rien à faire sur la place publique ou à l’école. Des injustices et des discriminations il y en aura toujours, et les motifs sont infinis, les petits, les gros, les rouquins, les laids, les bavards, les ennuyeux, les différents brefs, et ce n’est pas par des lois que l’on résoudra le problème. La première chose à faire serait d’aider les personnes qui se sentent brimées à dépasser leur subjectivisme et à accepter leur incarnation sur terre comme elle est, sachant que ce n’est qu’un passage. Comme dans une pièce de théâtre, pas tout le monde peut avoir le beau rôle.
    Un jour on devient vieux, d’autres prennent notre place, on pourrait aussi crier à la discrimination : le patron préfère embaucher une jeune secrétaire pour sa réception, qu’une vieille, ou une belle qu’une moche. Quand va-t-on arrêter de jouer à la victime
     ?
    Partout  là où on pouvait voir qu’effectivement l’homosexualité et le gender étaient plébiscités par le gouvernement, les sites ont été fermés ou en maintenance. ILS ONT ÉTÉ REMIS en ligne: exemple –>ligne azur et académie de Grenoble en France.

    LA RAISON DU PLUS FOU ou " l 'idéologie du genre"prônée par JUDITH BUTLER:

     Afin de gouverner et de contrôler une population autrement que par la violence, il faut obtenir son consentement au moyen des appareils idéologiques de l’État : le système éducatif, le divertissement,  le système politique… »

     Louis Althusser  'philosophe français   (important rénovateur   de l' idéologie marxiste qui finira par étrangler son épouse puis être  envoyé à  STE ANNE)

    Tout partisan de la théorie du genre devrait lire ce livre   :  BRUCE , BRENDA ET DAVID     L'histoire du garçon transformé en fille,par j. Colapinto .

    Démonstration par A + B des drames qu'on nous prépare en voulant faire de quelques cas pathologiques (transsexuels) la norme.  Pourquoi  occulter les « anomalies », parce qu’elles existent bel et bien.
    Démonstration aussi de la fausseté de cette théorie du genre.

    Ici, c'est l'inverse. L'enfant n'a pas été "neutralisé", mais a été changé d'un genre à un autre.
    Ce que prônerait la théorie du genre, à supposer qu'elle existe, c'est justement d'abolir la frontière entre les genres. Et gros, forcer les garçons et les filles à devenir un genre neutre pour qu'ils puissent faire preuve d'autodétermination.              

    Un garçon transformé en fille : "C'était comme un lavage de cerveau"

    Un livre revient sur ce petit garçon transformé en fille dans les années 60, par le Dr Money, qui pensait, comme nos idéologues du gender, que l'identité sexuelle est déterminée par la manière dont élève un enfant et non par la nature :

    "À 8 mois, Bruce Reimer, un beau bébé canadien, a servi de cobaye à une expérience célèbre sur l'identité sexuelle qui va se révéler un échec total et un terrible drame. Tout commence par une opération banale. En 1965, les Reimer amènent leurs jumeaux, Bruce et Brian, à l'hôpital pour une circoncision, car ils souffrent de phimosis (une affection du sexe). Mais l'intervention se déroule mal et, à la suite d'une erreur médicale, Bruce perd son pénis. [...] Le Dr Money convainc les parents Reimer de transformer anatomiquement Bruce en fille. La castration suivie d'une reconstruction génitale, affirme-t-il, doit être pratiquée avant l'âge de deux ans et demi, et les Reimer ne doivent jamais remettre en question cette transformation. Bruce s'appelle donc désormais Brenda, porte de petites robes et reçoit des injections d'oestrogènes à l'adolescence.
    GC'est cette histoire incroyable et terriblement émouvante que raconte John Colapinto dans son livre Bruce, Brenda et David, l'histoire du garçon que l'on transforma en fille, qui vient de sortir en France (éditions Denoël). Bruce/Brenda devient célèbre - tout en restant anonyme - dans le monde médical. Pendant des années, le Dr Money, personnage suffisant et agressif, va donner en exemple dans de multiples conférences et livres le cas de cet ex-garçon devenu, selon lui, une fille parfaitement équilibrée et bien dans sa peau pour justifier ses théories sur la réaffectation sexuelle. Brenda devient un cas d'école, cité dans tous les manuels médicaux, et a une énorme influence sur de nombreux sexologues, qui, à leur tour, vont appliquer sur leurs patients affectés d'organes génitaux ambigus les théories du Dr Money. Ce dernier est également porté aux nues par le mouvement féministe, alors en plein essor, qui défend depuis des années l'absence de différence biologique entre les sexes.

    Mais John Money ne tient pas compte de la réalité, bien différente. La métamorphose magique qu'il avait prédite ne s'est pas produite. Toute petite déjà, Brenda montre des signes de perturbation. Elle est agressive, mal dans sa peau, n'a pas d'amis, ne veut pas jouer avec des poupées et affirme qu'elle est un garçon. Les visites annuelles chez le Dr Money tournent très vite au cauchemar. Il est vrai qu'il a des méthodes plutôt douteuses,montrant aux jumeaux des images pornographiques, leur faisant mimer très jeunes l'acte sexuel, les harcelant de questions... En grandissant, Brenda est de plus en plus malheureuse, solitaire, violente, suicidaire. Son corps devient très masculin tout comme sa voix. Même si sa mère la force à porter des robes, elle est rejetée dans les nombreuses écoles qu'elle fréquente, objet de moqueries constantes. Les multiples psys qui vont s'occuper d'elle comprennent très vite que l'expérience est un échec. Mais personne n'ose se mettre à dos le très célèbre Dr Money, à part le biologiste Milton Diamond, qui critique, sans succès, ses théories biaisées.
    Les crises incessantes de Brenda ont un impact dévastateur sur sa famille. Son père se met à boire, sa mère dépressive fait une tentative de suicide et son jumeau, lui aussi, en pâtit. Brenda, traumatisée, finit par refuser d'aller voir le Dr Money et de subir de nouvelles opérations chirurgicales. Finalement, alors qu'elle a 14 ans, un psy conseille à ses parents de lui dire la vérité. Brenda demande aussitôt à redevenir un garçon et entreprend une série d'opérations douloureuses qui, à terme, recréent un pénis et permettent des rapports sexuels. David, comme il a choisi de s'appeler en référence à Goliath, trouve un travail dans un abattoir, se marie et élève les enfants de sa femme, car, bien sûr, lui ne peut pas en avoir. Mais, psychologiquement, il reste très marqué. "C'était comme un lavage de cerveau, dira-t-il. Je donnerais n'importe quoi pour aller voir un hypnotiseur qui me fasse oublier tout mon passé parce que c'était de la torture. Ce qu'ils ont fait au niveau physique n'est pas aussi terrible que ce qu'ils ont fait psychologiquement." [...]"
    Le tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre :Documentaire retraçant le tragique destin de David Reimer,Brenda


    vidéo à  voir absolument.
    "vous arrivez devant la nature avec des théories,  la nature flanque tout par terre"
    Pierre-Auguste Renoir. 

    ET QUAND BIEN MÊME ,flairant le piège ,JUDITH BUTLER PRÉTEND SE DISTANCIER  TRÈS HABILEMENT DU DR MONEY et de Richard Green, UNE FOIS LE SCANDALE MIS SUR LA PLACE PUBLIQUE avec l'affaire REIMER  .IL EST INDÉNIABLE qu ' elle s'est empressée de publier une réédition augmentée, 2012, p. 83) dans un addendum« Rendre justice à David » (Défaire le genre, p. 75-93) ou elle affirme prendre la défense de DAVID ,à partir des dits de celui-ci  et seulement quand elle  en a pris connaissance ,en consultant l’ouvrage du journaliste John Colapinto, écrit en collaboration avec David Reimer lui - même. 


    Judith Butler s’appuie sur les idéologies du XIXe et XXe siècle néo-marxiste, existentialiste et structuraliste pour penser « le féminisme et la subversion de l’identité». Le féminisme initial adhère à l’idée que l’identité sexuelle et le genre coïncident, mais ce lien sera progressivement remis en cause car la frontière entre le masculin et le féminin est parfois floue et la société impose un rôle ou stéréotype : la femme aux tâches ménagères, l’homme à l’extérieur. En outre, les féministes radicales ne sont pas satisfaites de l’égalité des sexes et de la parité. Elles prétendent que la revendication de cette égalité suppose une différence entre les sexes, or la différence entraîne l’inégalité et donc la domination, celle de l’homme sur la femme. Ce qui fait dire à Judith Butler que la définition du genre est une construction sociale et culturelle au service de la domination de l’homme sur la femme. Sa pensée exprime une dialectique entre la nature et la culture. Sa proposition : s’affranchir de la nature.                                                           
     La théorie du genre n'est jamais qu'une théorie de la justification rhétorique de la mutilation mentale et sexuelle destinée à banaliser et généraliser la mutilation effective.
     Il faut combattre la théorie du genre et les expérimentations pseudo -scientifiques qui ne  sont qu'un lavage de cerveau mortel et est un élement   de  la gigantesque entreprise de démolition non seulement de la société chrétienne, mais de la société tout court et de la nature humaine ,
     MAIS dont  le but n'en est pas moins réel : imposer  une idéologie totalitaire faite des stéréotypes les plus abscons ,pseudo-scientifiques :

     de fait aujourd’hui grâce à la manipulation médiatique  et par une promotion à visée planétaire finement orchestrée  , nous sommes dans une transgression de la loi naturelle que veut imposer, selon le modèle marxiste de la justice, une mouvance ultra -minoritaire  à une majorité en état de sidération  et par une forme d’acceptation tacite d’un état de fait illégitime.
    Ce pseudo  néo -humanisme  " revisité "n'est autre qu' une autre Religion , celle du Nihilisme , individualiste, relativiste et matérialiste, dénuée de toute transcendance,  et qui inspirent les différents thèmes de la politique de "libération" que mettent en place les gouvernement successifs depuis 40 ans.

    La société peut-elle s'organiser à partir d'une orientation sexuelle ? A partir du moment où une orientation sexuelle est légitimée pourquoi en pénaliser certaines et ne pas toutes les reconnaître ? La notion de couple a-t-elle un sens pour vivre une orientation sexuelle ? 

    Quels effets sur la psychologie de l'adulte à venir lorsque des enfants vivent dans le cadre d'une relation fondée sur une orientation sexuelle ? Il en va de même avec la notion de « l'identité de genre » . Elle reprend la terminologie de l'idéologie de « la théorie du genre » qui laisse entendre que l'identité sexuelle est une construction sociale et procède de la culture que la loi sociale peut faire et défaire. C'est une façon de supprimer l'identité personnelle. La théorie du genre est plus pernicieuse que le marxisme et, sous couvert de libération subjective de la différence sexuelle, elle prépare de nouvelles aliénations que l'on retrouve dans la plupart des séries télévisées qui banalisent les confusions du genre. Elle provoquera davantage de dégâts que le marxisme en altérant la symbolique conjugale et familiale qui a mis des siècles pour se construire.La philosophie irréaliste du genre soutient ainsi une vision éclatée de la parenté du géniteur (le créateur de l'enfant), distincte de la parenté sociale (celui qui donne le nom) de la parenté éducative (celui qui éduque l'enfant) sous le seul prétexte du divorce ou de l'existence de familles dite monoparentales ou recomposées (cette dernière étant une fiction de langage car l'enfant n'a pas plusieurs familles). Autrement dit, faute d'une vision sur le sens du mariage, du couple et de la famille se sont les mœurs qui feraient la loi. La préparation en France du statut du « beau-parent » va dans ce sens et dans le sens du morcellement de la famille et de la parenté en créant une sorte de parenté sociale. Nous nous étonnerons par la suite d'avoir des enfants et des adolescents en manque de repères, agités, violents, à la psychologie impulsive et fractionnée dont le symptôme souvent présenté dans nos consultations est l'inaptitude à la concentration.
    AINSI  la société moderne est infestée d'"hommes" ou de" femmes"  qui croient avec mépris et arrogance nous manipuler par leur mensonges éhontés ,par leur volonté de puissance ,  qui veulent se prévaloir de nos souffrances pour nous imposer leurs caprices, faire peser sur nous la tyrannie de leurs vices , construire parmi nous le repaire de leur débauche ,de leurs anomalies et de leurs rapines...
    "celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas ou il va.
    Il précipite par ses démarches insensées la catastrophe qui doit l'engloutir !"
    le vice et même le crime ont des limites , l' erreur n'en a pas.


    Tout être humain a  besoin d'un "par delà", d'un "au-delà", et de tendre activement vers lui en crevant la 'pauvreté' du quotidien.
    Pour certains c'est la transcendance, pour les autres, ne leur reste que la transgression.
    Bienvenue dans le MEILLEUR des MONDES ...

    En honorant Judith BUTLER ,la Faculté des lettres de l ' UNIVERSITÉ DE FRIBOURG   va prendre devant l'Histoire, la responsabilité écrasante et  indélébile   de la reconnaissance de l' idéologie la  plus pernicieuse et  la plus subversive que l'humanité ait jamais connue !
    Patricia Daurelle.

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/11/la-mere-du-genredocteur-honoris-causa.html

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/11/boycott-de-luniversite-catholique-de.html

    INCOMPATIBILITÉ ENTRE L’APPARTENANCE À L’ÉGLISE ET LA FRANC-MAÇONNERIE
    On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé, étant donné que dans le nouveau Code de droit canonique il n’en est pas fait mention expresse, comme dans le Code antérieur.
    Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due au critère adopté dans la rédaction, qui a été suivi aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont inclues dans des catégories plus larges.
    Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion.
    Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature des associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci dessus, dans la ligne de la déclaration de cette Congrégation du 17 février 1981 (cf. AAS 73, 1981, p. 240-241 : DC 1981, n° 1805, p. 349. Voir aussi la déclaration de l’épiscopat allemand du 12 mai 1980, DC 1981, n° 1807, p. 444-448).
    Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal préfet soussigné, a approuvé cette déclaration, qui avait été délibérée en réunion ordinaire de la Congrégation, et en a ordonné la publication.
    A Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le 26 novembre 1983.
    Joseph, card. RATZINGER Préfet
    + Fr. Jérôme Hamer, O. P. Secrétaire

    0 0

    Qui de nos plus noires souffrances,
Sait toujours être vainqueur.

    A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, et pour le 25e anniversaire de la ratification par la France de la Convention internationale des droits de l’enfant, les Sentinelles veilleront, silencieuses, pacifiques et déterminées, devant le ministère des Affaires étrangères.
    QuaiSentinelles
    Vous êtes invités à les rejoindre pour témoigner en consacrant un peu (ou beaucoup) de votre temps à cette veille.
    Vous pouvez (si vous le souhaitez) vous inscrire sur l’événement facebook qui est au bout du lien que voici :https://www.facebook.com/events/463643303775450/
    Vous pouvez diffuser sans modération dans votre entourage cette invitation. Merci !

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.
    Lieu : Ministère des Affaires étrangères
    Date : 20/11/2014
    Adresse :
    37 Quai d’Orsay - Paris VIIe
    A partir de 19:00 h
    Type d'entrée : Entrée libre

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.


    https://www.youtube.com/watch?v=3pXZHpaEktI 

    Résistance pacifique et déterminée au mariage pour tous - Les veilleurs - Nouvelle interprétation mixte du chant emblématique des veilleurs.

    Les paroles du chant

    Le front penché sur la terre
 
    J'allai seul et soucieux

    Quand résonna la voix claire

    D'un petit oiseau joyeux
    Il me dit : "reprend courage

    L'espérance est un trésor

    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or."
    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or

    

Lorsque le soir se fait sombre

    J'entend le petit oiseau

    Gazouiller là haut dans l'ombre
    
Sur la branche au bord de l'eau

    Il me dit : "Reprend courage
    
L'espérance est un trésor

    Même le plus noir nuage

    A toujours sa frange d'or."
    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or

    

Mais il partit vers le Père

    Et jamais ne le revit
    
Je me penchais sur la terre

    Et la contemplais, ravi

    Car il n'est que l'espérance

    Pour raviver notre coeur

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.


    Des veilleurs se lèvent à la suite des 150 jeunes gens et jeunes filles rassemblés aux Invalides à Paris mercredi 17/04/13.


    Ils ont ouvert la voie à une résistance pacifique aux changements de civilisation qui sera provoqué par le mariage dit pour tous.

    Ne trouvant pas d'interprétation adéquate sur les réseaux, 4 jeunes femmes et 4 jeunes hommes ont enregistré cette version à l'intention des veilleurs.

    L'objectif est de faire connaître ce formidable mouvement de résistance intérieure, pacifique et ferme.

    Des veilleurs se rassemblent partout.

    Partagez généreusement...

    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or





    Description des débuts des veilleurs ici :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/pihout...

    Plus d'informations sur les veilleurs ici :
    http://www.facebook.com/pages/Les-Vei...

     http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/11/les-veilleurs-suisses-accueillent-judith-butler-%C3%A0-luniversit%C3%A9-de-fribourg.html

    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.


    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.

    0 0




    Reportage ORT 1ere chaîne russe, au sujet du Boeing MH17 de la Malaysian Airlines.

    Après le "crash", le syndicat des ingénieurs russes avaient publié un rapport extrêmement précis expliquant, à leur sens le scénario, privilégiant l'attaque d'un avion de chasse.
    Suite à la publication dans toutes les langues de ce rapport, les ingénieurs russes ont reçu des milliers de messages de soutien de la part des experts, pilotes et ingénieurs aéronautique.
    Le 9 novembre ils ont reçu un message d'une personne se présentant comme un spécialiste depuis plus de 20 ans dans le domaine aéronautique du MIT (Massachusetts Institute of Technology) accompagné d'une photo satellite.
    Sur cette photo où apparaissent les inscriptions d'usage se trouvent, entre autres le jour et l'heure.
    Sur cette photo on voit clairement le Boeing de la Malaysian et un avion de chasse avec la trainée de départ d'un missile, avion identifié comme un MIG 29.
    Cette photo a été analysée depuis le 9 par les experts russes et a été confirmée comme authentique.
    L'analyse a permis de confirmer les éléments de la photo: topographie, météo ce jour là et également les traces sur les débris, coté droit de l'appareil.
    L'analyse a également confirmé que le satellite, orbite basse était soit britannique soit américain..........
    Nous sommes donc en face d'un crime de guerre ukrainien (avions de chasse MIG 29 en provenance du territoire Ukrainien), et un crime d'état (US ou GB) qui a couvert le crime...
    Je vous laisse méditer et surtout partager...
    http://www.1tv.ru/news/leontiev/271840

    Antoine Che  14 novembre 23:33


    0 0



    Les veilleurs suisses accueillent Judith Butler à l'Université de Fribourg.


    Même le plus noir nuage 

    
A toujours sa frange d'or...

    ... pour protester pacifiquement contre la remise d'un Doctorat Honoris Causa à cette idéologue de la théorie du genre :
    https://www.youtube.com/watch?v=3pXZHpaEktI 

    Résistance pacifique et déterminée au mariage pour tous - Les veilleurs - Nouvelle interprétation mixte du chant emblématique des veilleurs.

    Les paroles du chant

    Le front penché sur la terre
 
    J'allai seul et soucieux

    Quand résonna la voix claire

    D'un petit oiseau joyeux
    Il me dit : "reprend courage

    L'espérance est un trésor

    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or."
    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or

    

Lorsque le soir se fait sombre

    J'entend le petit oiseau

    Gazouiller là haut dans l'ombre
    
Sur la branche au bord de l'eau

    Il me dit : "Reprend courage
    
L'espérance est un trésor

    Même le plus noir nuage

    A toujours sa frange d'or."
    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or

    

Mais il partit vers le Père

    Et jamais ne le revit
    
Je me penchais sur la terre

    Et la contemplais, ravi

    Car il n'est que l'espérance

    Pour raviver notre coeur

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.


    Des veilleurs se lèvent à la suite des 150 jeunes gens et jeunes filles rassemblés aux Invalides à Paris mercredi 17/04/13.


    Ils ont ouvert la voie à une résistance pacifique aux changements de civilisation qui sera provoqué par le mariage dit pour tous.

    Ne trouvant pas d'interprétation adéquate sur les réseaux, 4 jeunes femmes et 4 jeunes hommes ont enregistré cette version à l'intention des veilleurs.

    L'objectif est de faire connaître ce formidable mouvement de résistance intérieure, pacifique et ferme.

    Des veilleurs se rassemblent partout.

    Partagez généreusement...

    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or





    Quelques jours avant le colloque inaugural de l'Institut de la théologie du corps, qui ouvre ses portes à Lyon, son président Yves Semen et Famille chrétienne présentent un résumé de cette magnifique théologie forgée par Jean-Paul II, qui explique le sens de l'éthique sexuelle proposée par l'Eglise :
    1. Les origines
    "Si on veut comprendre le sens de la sexualité humaine, c’est du côté de la ressemblance de l’homme avec Dieu qu’il faut se tourner. Et certainement pas de sa ressemblance avec l’animal. Nos corps sexués nous révèlent que nous sommes des êtres de communion, à l’image du mystère trinitaire de Dieu. Ils portent de façon très concrète et visible l’invitation à la relation, au don de soi : le masculin pour le féminin, le féminin pour le masculin. Notre corps est fait pour être don, c’est inscrit structurellement en lui. Mais on ne sait plus voir cette réalité. Et c’est ce qui cause notre malheur.
    Notre corps, très concrètement, nous donne la définition de l’homme, qui en tant que personne ne s’accomplit vraiment que dans le don de lui-même. À l’image de Dieu, être de communion par excellence, le couple humain exprime très concrètement ce mystère de la communion et se trouve au sommet de la Création. Donc, bien loin d’être un poids dont il faudrait se libérer, le corps, dans sa complémentarité homme-femme, est le signe visible du mystère invisible de la communion divine. En s’attaquant au corps dans cette complémentarité (comme le fait l’idéologie du gender), on nie l’image de Dieu en l’homme.
    2. Le péché et la chute
    L’homme ne peut plus accéder à l’état des origines qu’à travers un voile. C’est ce que Jean-Paul II a appelé « la frontière infranchissable du péché originel ». Car la première conséquence du péché d’Adam et Ève porte sur le sens du corps : ils virent qu’ils étaient nus. L’homme ne comprend plus sa sexualité devenue pour lui opaque et obscène ; il n’y voit plus qu’une similitude avec la sexualité animale. Et du coup, il la cache parce qu’il en a honte. Ayant perdu de vue la communion originelle, il bascule dans la domination mutuelle où chacun va essayer d’imposer sa sexualité à l’autre. Cela se traduit à travers le regard de convoitise, de concupiscence, qui réduit l’autre à l’état d’objet de jouissance qu’on peut manipuler et utiliser.
    C’est cet état du cœur, cette incompréhension, qui est à la racine de tous les péchés dans l’ordre sexuel. Et non le corps en lui-même, qui n’est que la victime de la blessure du cœur. Les fautes commises dans l’ordre sexuel ne sont pas des fautes du corps, mais des fautes contre le corps.
    3. La résurrection et le monde à venir
    L’homme est appelé à la résurrection. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Les chrétiens eux-mêmes ne sont pas toujours très clairs lorsqu’ils évoquent le Ciel ou l’immortalité de l’âme, comme si le corps n’y avait qu’une place incertaine… L’homme est appelé à ressusciter avec un vrai corps sexué. Il est appelé à l’assouvissement de toute la soif de communion qui est dans son cœur et qui ne trouve qu’une réponse très imparfaite dans le mariage. L’amour dans la communion entre époux doit nous conduire à la soif de communion avec Dieu.
    Dans la résurrection, ce n’est pas l’autre qui me comblera, mais Dieu Lui-même. C’est ce qu’annonce prophétiquement le célibat, qu’il ne faut surtout pas opposer au mariage, car les deux conditions s’éclairent mutuellement. Le célibat est prophétique, parce qu’il éclaire la vocation de toutes les personnes au don total, pas parce qu’il échapperait aux remugles de la chair !
    4. Le mariage éclairé d'un jour nouveau
    Le mariage, c’est une alliance d’ordre mystique. On ne se marie pas simplement parce qu’on a des sentiments pour l’autre. Ce n’est pas suffisant. À l’Église, aucune formule ne dit : « Je t’épouse parce que je suis amoureux de toi », mais : « Je te reçois comme époux et je me donne à toi  ». Tout mariage chrétien qui ne procède pas de cette alliance mystique est à côté de sa vocation chrétienne, et reste du domaine de la mondanité dénoncée par le pape François.
    Cette réalité même du mariage envoie un flot de lumière sur la résurrection, qui est l’accomplissement des noces du Christ et de l’Église en chacun de nous, et pour toujours. La soumission réciproque des époux chrétiens est comme une réponse à la domination mutuelle provoquée par le péché. Le mariage est le sacrement primordial dans l’ordre de la Création. Dans l’ordre de la Rédemption, c’est celui qui éclaire tous les autres sacrements de la Nouvelle Alliance : une œuvre d’épousailles entre le Christ et les hommes, où Celui-ci se donne de manière nuptiale et radicale au point de se faire nourriture pour nous dans l’eucharistie.
    5. Une relecture d’Humanae vitae
    Cette vision de l’homme éclaire tous les points abordés par l’encyclique, comme la contraception, qui trahit la vocation fondamentale de la personne au don d’elle-même. En séparant volontairement la sexualité de la procréation, on fait mentir le corps. On le castre au lieu de le « libérer » comme l’a prétendu la révolution sexuelle. Chacun peut plus ou moins consciemment en ressentir la blessure. De même qu’on en voit les conséquences dans nos sociétés, où les fondements anthropologiques les plus élémentaires sont désormais remis en question, au point que l’on puisse parler de GPA (la gestation pour autrui, c’est-à-dire les mères porteuses) « éthique » !
    La théologie du corps éclaire le sens profond de l’éthique sexuelle proposée par l’Église, que l’on défigure en la réduisant à une morale répressive du permis et du défendu. Nous avons à réapprendre le langage du corps dans sa vérité et à le réintégrer dans notre vie. Une façon de remettre Dieu au centre de l’amour humain, et de s’en émerveiller avec confiance, au lieu d’aborder toujours le corps comme une source de problèmes, en criant à l’impuissance."

    Description des débuts des veilleurs ici :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/pihout...

    Plus d'informations sur les veilleurs ici :
    http://www.facebook.com/pages/Les-Vei...

     http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/11/les-veilleurs-suisses-accueillent-judith-butler-%C3%A0-luniversit%C3%A9-de-fribourg.html

    Même le plus noir nuage 
    
A toujours sa frange d'or

    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.


    Qui de nos plus noires souffrances,

    Sait toujours être vainqueur.

    0 0

     

     " Dominus providebit -


      "At the rate you've been sellin' your soul, I think even ol' Faust would blush"... hahahaha..

    https://www.youtube.com/watch?v=ruDp8x4GwrQ&feature=youtu.be

    A song in support of the Swiss "Save Our Gold" popular initiative. Long live true democracy! Like gold, it keeps its value.

    Vote "yes" on 30 November and put back some rationality in the Swiss economic policies.





    AV 32,25 g; 6h; 1925, zecca di Berna. Nel bordo: HELVETIA, *** DOMINUS PROVIDEBIT **********

    The portrait is of a curly-haired herdsman, wearing a hooded shirt, who is the famous William Tell, "Confoederatio Helvetica" means "Swiss Confederation" and "Dominus Providebit" means "The Lord will provide."

    The country's name is on all the coins as Confoederatio Helvetica, the Latin name of the Swiss Confederation, or Helvetia specified.
    The oldest coins are still valid today; the 10 Rappen coins dating back to 1879. They are therefore among the world oldest coins still valid today. To date, they have the same design and the same alloy (copper, nickel). Until 1967, the circulating coins with face values of 1/2 franc to 5 francs were of silver alloy.

    This November, a Swiss Gold Referendum is going to a vote, and the repercussions, one way or the other, could cast a shadow of uncertainty on the US dollar. Nearly one-third of the Swiss Franc used to be guaranteed by gold reserves, not it’s less than 8 percent. If THIS VOTE goes through, the Swiss will be forced to raise the gold reserve back up to 20 percent. 

    Joining us today is radio host Charles Goyette. He and Congressman Ron Paul have talked about central banks at great length on his radio show. Today, we’d like to get HIS input on the Swiss Gold Referendum. 
    https://www.youtube.com/watch?v=qb3cQKSYESU

    https://www.youtube.com/watch?v=PDf-QXKFssw

    Germans are very afraid,  American banks sold gold which is not theirs! In Germany they call this betrayal and robbery! Together with the NSA-espionage of german people in Germany it´s a catastrophy for the "German-american friendship"! Bankers are naked...

    https://www.youtube.com/watch?v=iM4s3LYZQHM


    https://www.youtube.com/watch?v=NyemAwLD2N0

    http://www.wallstreetdaily.com/2013/07/16/fort-knox-gold/

    Peace has more worth than all the gold of the world

    The main thing is to look for the Kingdom of Christ and His justice: “But seek first the Kingdom of God and His righteousness, and all these things will be given you besides.” (Matthew 6:33.) This is really what we are doing here with local exchange systems; we are dealing with justice, the justice of God. Work for justice, and everything else will follow!

    ... the 5-franc coin that is currently in circulation in Switzerland.  On one side, one can see the Swiss cross, which represents the Kingdom of Christ, and on the other side, social justice is represented by William Tell, the Swiss national hero and liberator of the poor and of the oppressed. On the edge, one can read these Latin words: “Dominus providebit — God will provide”, which specifically refers to the verse of the Gospel of Matthew mentioned above.

    On the edge “Dominus providebit — God will provide”, the year of the production and 13 stars, i.e. the Christ plus his 12 Apostles.

    5 francs, 5 fingers with the name of the Trinity spelled on each finger seen as a circle, 5 voyels not writing but as a song, even a baby can sing those 5 voyels, your throat more and more open, i e o u a
    I E O U A
    I E sh O U A , shin means humanity in God
    A ll E L U I A
    LIOBA, with the A BB A, meaning Daddy, God the Father.


    HORNROH LIOBA.mp4



    https://www.youtube.com/watch?v=k3GTxRt4iao


    Alphorn Festival 2008 - Festival de cor des Alpes




    Good morning,


    May I draw your attention upon :

    http://ofreysinger.ch/petition


    (please find a translation beneath)
    I thank you to let it known widely in your e-networks, etc., also abroad
    ... and to sign it with lucidity and courage.

    Thanks to you, the neutral, firm and just, as peaceful position of Switzerland can again make ALL the différence.


    May God bless you, as the situation also requires prayers.



    Reminder and remark which also engages only the undersigned :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Nicholas_of_Fl%C3%BCe

    is not only the Patron Saint of Switzerland, but also of World Peace.


    Kind regards.
     

    Ed Snowden's Colleagues.
    The lives of your Families' members and Friends are more beautiful without the Banksters' last nuclear fire.

    +++++

    Popular Petition
    The world needs more than ever a neutral Switzerland
    Petition to the Government and Swiss political authorities

    The US and EU Sanctions against Russia initiate a cycle of confrontation and war. The extension of the conflict would be fatal to Peace in Europe. Peace has no alternativeand Switzerland should not join any measures which might aggravate tensions. 

    A new war is knocking at our doors. The Ukrainian conflict is obviously in a process of internationalization because of the massive involvement of foreign powers. In its current development, it reproduces largely the automatic gear patterns we have already seen in action during First World War.
    Under the leadership of the United States, a system of sanctions aiming Russia is being implemented by a fraction of the world's governments. These measures in the EUCountries but also in Switzerland are accompanied by a conditioning of the public opinions based on an unilateral treatment of information. They also herald explicitlywarlike measures, such as sending foreign military advisers 
    into Ukraine, the arming of one of the parties to the conflict, or a concentration of military capabilities of NATOto Russia's borders.
    This scenario has already materialized in the recent past in other theaters of crisis, with arguably counterproductive and tragic outcomes for the populations. None of the Countries "pacified" by the Western coalition came out to his advantage and many of them are now living in fire and blood. These interventions benefit only to arms dealers and fanatics, especially in the Middle East.
    The current situation presents an additional risk of nuclear confrontation. As in August 1914, the logic of confrontation prevails and Europeans may once again fightagainst each other. In the best case, the wall of sanctions being installed in the middle of the Continent is made to permanently divide the people of Europe between themselves.
    In this context, Peace has no alternative! Dialogue should supplant threat and bellicose posturing inspired by an external actor in Europe. Our destiny is in our own only hands.
    As citizens and residents of a neutral Country, we urge Swiss politicians not to join this race into the abyss. It is time that they find again the courage to take the Constitution and the Tradition of this country 
    seriously, and not to yield to outside pressures. We live in Europe, we depend on our environment and therefore shouldcontribute to the extent of our ability to maintain Peace on our Continent.
    Switzerland joined the United Nations with the hope of contributing to Peace in the World. It therefore can not condone illegal sanctions, both under the UN Charter and the Rules of the WTO, which, it must be remembered, is headquartered in Switzerland.
    It is neither profitable nor honorable to join maneuvers based on intimidation, that lead to war and carry the seeds of the risk of the total destructions of our Countries.

    To sign the petition, please fill the form below.
    Your email addresses are not disclosed or communicated to others.













  • François de Siebenthal: A more real democracy. This is now ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../more-real-democracy-this-is-now-first.html

    2 déc. 2008 - A more real democracy. This is now the first European country to extend indefinitely the statute of limitations for paedophile crimes. Victims of ...
  • 7:08 Bold Swiss Ballot Plan Tries "Economic Democracy"

    www.youtube.com/watch?v=m0Mne9wDGV4
    12 oct. 2012 - Ajouté par American Free Press
    ROUGEMONT, Canada—AMERICAN FREE PRESS roving editor Mark Anderson recently met with Swiss ...
  • François de Siebenthal - YouTube

    www.youtube.com/user/siebenthal7

    Traduire cette page
    François de Siebenthal subscribed to a channel 12 hours ago .... Swiss Open Society to a real economical democracy, let's distribute the incomes from more and ...
  • François de Siebenthal | Facebook

    https://www.facebook.com/desiebenthal?fref=nf

    François de Siebenthal is on Facebook. Join Facebook to connect with François deSiebenthal and others you may know. Facebook gives people the power to...
  • If you want "democracy" the more... - Freedom Is A State Of ...

    https://www.facebook.com/permalink.php?story...

    Traduire cette page
    If you want "democracy" the more democracy is centralized the less voice you get in ... Paul Siebenthal Democratic coercion only happens against hierarchical ...
  • BiblioCDC - Famille de Siebenthal

    www.de-siebenthal.com/biblicdc.htm

    330.186 SIE SIEBENTHAL (Jean de) Manuel de la cellule trinitaire CDC (Lausanne, 232p) 1984 ...... traduction de Democracy and Education 1916 1975 426 1.
  • Nécessité des élites - Famille de Siebenthal

    www.de-siebenthal.com/XPC97__.htm

    particulièrement Monsieur Jean de Siebenthal qui m'honore de sa. confiance en me ...... Elites and the Betrayal of Democracy. Le sociologue américain parle de ...
  • Ad Fontes: Original Manuscripts and Their Significance for ...

    books.google.ch/books?isbn=9004161821 - Traduire cette page
    Thomas J. Kraus - 2007 - ‎Religion
    Harvey, F.D., 'Literacy in the Athenian Democracy', RÉG 79 (1966) 585–635. Haubeck, W./von Siebenthal, H., Neuer sprachlicher Schlüssel zum griechischen ...
  • NATA-NY: Swiss Propose Basic Income Payment

    nata-ny.blogspot.com/.../swiss-propose-basic-income-...

    Traduire cette page
    4 nov. 2013 - ... for Swiss voters to consider in their unique direct-democracy system. ... According to de Siebenthal, the UBI, if approved, would mean that the ...
  • Encyclopaedia of the History of Science, Technology, and ...

    books.google.ch/books?isbn=140204559X - Traduire cette page
    Primitive Democracy in Ancient Mesoptamia. Journal of Near Eastern ... B. Foster Thorkild Jacobsen and H. von Siebenthal. Malibu: Undena Publications, 1978.
  • A song in support of the Swiss "Save Our Gold" popular ...

    https://plus.google.com/.../posts/5ea1GhcynH...

    Traduire cette page
    Il y a 1 minute - A song in support of the Swiss "Save Our Gold" popular initiative. Long live true democracy! Like gold, it keeps its value. Vote "yes" on 30 November and put back ...
  • Switzerland is forward progress and adapt to new conditions ...

    https://plus.google.com/.../6vYY1NmPRo1

    Traduire cette page
    17 nov. 2013 - The new Swiss company for true economic democracy finally distribute the income of technical progress, natural resources, automation more efficient, thanks to ...
  • 100 francs
    100 CHF 1925 681736.png
    Pièce de 100 francs de 1925
    Avers : Vreneli Revers : croix suisse rayonnante au-dessus d'une branche de rhododendrons et de gentianes
    Masse
    32,258 g
    Alliage
    Au 900 (Au 90 % – Cu 10 %)
    Diamètre
    35 mm
    Épaisseur
    2,2 mm
    Artiste(s)
    Fritz Landry
    Tranche
    « DOMINUS PROVIDEBIT » (Dieu y pourvoira en latin) avec 13 étoiles en relief.
    Millésimes
    1925
    Masse d'or fin
    29,0322 g

    Remarques – seulement 5 000 pièces ont été frappées, en 1925.



    0 0


    Le journal sud-africain, « The Star » rapporte un procès concernant la mort d'un enfant de quatre ansBotha Jandre qui, selon les preuves données au tribunal a été battu  à mort pour avoir refusé d'appeler l'amante lesbienne de sa mère « Papa ». C’est une histoire horrible, qui s’est déroulée en Afrique du Sud... , mais qui se produira probablement bientôt en occident, vu le climat de folie qui souffle sur les pays des droits homosexualistes.

    Dialogue de 2 gays qui ont adopté une fille qui pleure sa maman.

    Mercredi, le tribunal régional de Vereeniging  a statué qu'Engeline de Nysschen (33 ans ), et la mère de l'enfant Hanelie Botha (31 ans ) sont coupables d'avoir assassiner l'enfant. À Bien que Nysschen a été reconnue coupable d'avoir infligé des violences, la juge Rita Willem se s'est prononcée contre la mére Botha pour ne pas avoir réagi face à la violence physique répétée de son enfant par Nysschen ainsi que pour avoir menti afin de la protéger. Engeline De Nysschen, reconnue coupable par le tribunal.
    Après que les parents du petit Jandre Botha ont divorcé, sa mère obtint sa garde auprès d’un tribunal. Puis, elle se mit en « couple avec une femme »… Au bout d’un moment, celle-ci ne supporta pas que le petit garçon de 4 ans refuse de l’appeler « papa », malgré ses injonctions. Elle finit par battre le petit, sans que sa mère ne réagisse ni ne proteste, jusqu’à ce que mort s’en suive. Les deux mégères tentèrent sans succès de faire croire que le garçonnet avait glissé dans sa baignoire. Mais les médecins comprirent vite que cette version n’était pas crédible, au vu des terribles blessures subies par l’enfant : fracture du crâne et lésions cérébrales, jambes, clavicules, mains et bassin cassés…
    Les Témoignages devant le tribunal des employés du couple de lesbiennes a indiqué que le garçon a été agréssé violemment pour avoir refusé les demandes répétées d'appeler  Nysschen « Papa ». Botha a affirmé que son enfant était mort après avoir glissé dans la baignoire, mais les experts médicaux ont rejeté ses affirmations en remarquant que les blessures, dont une fracture du crâne et des lésions cérébrales, ainsi que les jambes, la clavicule, les mains et le bassin brisées témoignaient que l'enfant avait subi des assauts répétés.
    ...
    A l'heure où l'on veut chambouler la notion de parentalité, ne comptez pas sur les médias occidentaux pour rapporter ce genre de faits divers.

    Discrédit scientifique sans appel contre l’homoparentalité : 


    1 quart (23%) des enfants abusés sexuellement !


    contre 2 %
    L'article du "Star" (anglais) :

    http://www.thestar.co.za/index.php?fSectionId=128&fArticleId=3171828

    http://www.lifesitenews.com/news/4-year-old-killed-for-refusing-to-call-moms-lesbian-lover-daddy

    Traduction :
    http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/ 


    « Une étude scientifique parue au début de l’été remet radicalement en cause la ligne officielle qui prévalait jusqu’ici accréditant la thèse selon laquelle il n’y aurait aucune différence en terme de santé mentale entre les enfants élevés par des couples homosexuels et ceux qui le sont par des parents hétérosexuels[1].

    Discrédit scientifique sans appel contre l’homoparentalité : 1 quart (23%) des enfants abusés sexuellement !

    « Le lobby homoparental s’appuie sur des études qui, dans leur quasi-totalité, ne sont que pseudo-scientifiques. L’intoxication est suffisamment bien faite pour que tout le monde soit convaincu que ces études prouvent que les enfants élevés par les parents homosexuels vont bien. Pourtant, il suffit de se donner la peine de vérifier la nature des travaux cités pour comprendre leurs faiblesses méthodologiques et leurs biais de recrutement des groupes étudiés[1]». L’auteur de cette charge sans concessions ne saurait laisser nos responsables politiques indifférents au moment où ils s’apprêtent à ouvrir l’adoption, voire l’assistance médicale à la procréation, aux personnes homosexuelles. Maurice Berger est en effet professeur de psychopathologie de l’enfant, chef de service de psychiatrie de l’enfant au CHU de Saint-Etienne et membre de plusieurs commissions interministérielles concernant la protection de l’enfance…. »
    la suite -> http://enfantsjustice.wordpress.com/2012/10/14/discredit-scientifique-sans-appel-contre-lhomoparentalite-1-quart-23-des-enfants-abuses-sexuellement/
    « No difference ». Telle était la sempiternelle conclusion de l’ensemble des travaux Outre-Atlantique comparant l’épanouissement psychique des enfants issus de couples homosexuels et hétérosexuels. Un célèbre article de la psychologue Charlotte Patterson de l’Université de Virginie recensant au début des années 90 près de 30 études allant toutes dans le même sens représentait l’argument scientifique infaillible pour faire taire les opposants à l’homoparentalité et tenter d’influencer les choix politiques jusque dans les enceintes internationales[1]. Reprenant la compilation de Patterson, une seconde enquête publiée en 2005 par la prestigieuse American Psychological Association (APA) concluant qu’« aucune étude n’a montré que les enfants de parents gays ou lesbiens étaient désavantagés par rapport aux enfants de parents hétérosexuels » fut ainsi versée au dossier de l’affaire E.B. c. France par les lobbys gays et lesbiens pour défendre l’adoption « homoparentale » devant la Cour européenne des droits de l’homme[2].
    Les recherches du professeur Mark Regnerus de l’Université du Texas tordent le cou à ce discours convenu en s’appuyant sur l’examen de 3000 enfants devenus adultes éduqués au sein de 8 structures familiales différentes à partir de 40 critères sociaux et émotionnels[3]. Les résultats les plus positifs concernent les adultes provenant de familles « traditionnelles » qui se disent plus heureux, sont en meilleure santé mentale et physique et consomment moins de drogues que les autres.

    A l’inverse, les enfants élevés par des lesbiennes sont les plus mal lotis avec une augmentation statistique inquiétante des dépressions dans leur groupe. Les adultes interrogés disent également avoir été plus souvent victimes d’abus sexuels (23% contre 2% chez les enfants issus de couples hétérosexuels mariés) et souffrent plus de précarité économique (69% dépendent de prestations sociales pour 17% de ceux élevés par leurs père et mère).[4]

    Ces travaux sont d’autant plus intéressants qu’ils viennent contredire la théorie en vogue chez certains psychanalystes qui ont mis l’accent ces derniers mois sur l’importance de la « triangulation psychique », c’est-à-dire le fait d’avoir deux parents homosexuels plutôt qu’un seul parent hétérosexuel, pour assurer une croissance normale de l’enfant.(…) » (Pierre-Olivier Arduin –www.libertepolitique.com)

    L’étude de Marc Regnerus traduite en français

    La traduction en français sur familleliberte.org (document en format pdf).

    -> Homoparentalité : Etat des lieux ->

    Les homosexuels ne se soucient pas de l’homoparentalité,
    contrairement à 1 élite pervertie et pédophile

    Mariagegate : Pierre Bergé décide-t-il pour la France et les français ?megafono

    Les français descendent dans la rue pour dénoncer la trahison


    L’arrogance incroyable d’une association qui avoue manipuler 65 millions de français pour leur imposer l’homoparentalité !http://enfantsjustice.wordpress.com/2012/10/06/une-association-lgbt-reconnait-manipuler-lopinion-pour-imposer-lhomoparentalite/



    L’homoparentalité gravement discréditée par 1 étude scientifique : 1 enfant sur 4 (!) abusé sexuellement (23% contre 2%)
    http://wp.me/p2IN2B-2s

    Dénigrer la famille, saper les fondements culturels et sociaux… Quel est le projet ?
    http://enfantsjustice.wordpress.com/2012/11/17/denigrer-la-famille-saper-les-fondements-culturels-et-sociaux-quel-est-le-projet/

    Colossal : on dépasse le million de manifestants !! (du jamais vu au cours de la dernière décennie)
    http://enfantsjustice.wordpress.com/2013/01/13/pour-la-famille-et-contre-le-mariage-gay-1-raz-de-maree-humain-encore-jamais-vu/


    CONCLUSION Vivons-nous les derniers temps de la LOBBYCRATIE ?
    http://enfantsjustice.wordpress.com/2012/12/02/vivons-nous-les-derniers-temps-de-la-lobbycratie/

    Autres liens sur le sujet :


     Le leader d’une association LGBT militante condamné pour pédophilie aggravée (viol d’enfant et de nourrisson)
    .

     Jean-Marc, maire et homosexuel : « les LGBT ne nous représentent pas : ils n’ont pas à parler en notre nom »
    .

     Les philosophes inquiets : le mariage gay entraînera les femmes à louer leur utérus #féminisme ( PMA , GPA)

     Le Grand Rabbin de France opposé au projet
    .

     Un enfant de 4 ans, battu à mort par la lesbienne de sa mère « parce qu’il refuse de l’appeller Papa »
    .

    Grande Bretagne : Une mère se voit arracher ses 2 garçons au profit d’un couple d’homosexuels
    .

     Il se marie à son chien et réclame le droit à la différence. Honey, un labrador de 5 ans, a accepté la demande en mariage de Joseph Guiso
    .

     Les Femen de Caroline Fourest, gazent un enfant dans une poussette
    .

     Pédagogie : pourquoi le mariage et l’adoption homo sont ABSURDES !
    .

     Mariage forcé : Un retraité découvre que sa femme est un homme !
    .

    Les maires interdits de « liberté de conscience » : forcés à célébrer des mariages gays et lesbiens
    .

     La grande dégringolade : Le «mariage» gay et l’adoption en chute libre dans les sondages
    .

     Des homosexuels expliquent pourquoi le mariage gay est une loi homophobe
    .

     Les associations d’enfants adoptés contre l’homoparentalité
    .

     Un congé paternité accordé à un couple de femmes
    .

     La France banni les mots « pére », « mére », « mari » et « femme » des documents officiels.
    .

    NOTE :
    Sites sud-africains qui rapportent les faits :


    0 0

    https://www.youtube.com/watch?v=kGS7vAliIjI

    I am of the generation without remuneration
    And this situation does not even bother me.
    What a fool I am!

    Because this is bad and will continue,
    It’s lucky that I might be able to intern.
    What a fool I am!

    And I keep thinking,
    What a very silly world it is
    where, in order to be a slave, it is necessary to study.

    I am of the ‘house of the parents' generation,
    If I already have everything, why want anything more?
    What a fool I am!

    Children, husband, I am always putting it off
    And I still have to pay for the car.
    What a fool I am!

    And I keep thinking,
    What a very silly world it is
    where, in order to be a slave, it is necessary to study.

    I am of the ‘why should I complain?’ generation,
    There is someone much worse than me on television.
    What a fool I am!

    And I keep thinking,
    What a very silly world it is
    where, in order to be a slave, it is necessary to study.

    I am of the ‘I can’t take it anymore!’ generation,
    Because this situation has lasted long enough.
    And I am not a fool!

    And I keep thinking,
    What a very silly world it is
    where, in order to be a slave, it is necessary to study.


         Yes, the very silly economic situation, both in Portugal and elsewhere, has lasted long enough. It IS silly ... very silly .... because, given the enormous productive capacity (both actual and potential) of the modern, industrialized economy, there is no good reason for poverty (a generation without remuneration), for servility in its various forms including the inane policy of full employment (you have to study in order to be a slave -- it’s lucky that I might be able to intern), for chronic and ever increasing debts (and I still have the car to pay for), or for the social and psychological fallout of a failed economy (I am of the ‘house of the parents' generation -- children, husband, I am always putting it off -- what a fool I am!), etc., etc. And It HAS lasted long enough because both the explanation for the great discrepancy between what a modern economy can do and what it actually does, as well as the correct solution to that particular paradox have been known – not widely known – but known for many decades.
         The Anglo-Scottish engineer, C.H. Douglas (1879-1952), correctly identified the core cause behind modern economic dysfunction and also devised apposite remedial measures. The resultant body of thought became known as Social Credit.
         Portugal, along with the rest of the world, suffers, not because of a lack of 'competitivity' or a lack of sound management as such, but because the conventional financial system is not properly designed to begin with. It is not designed to facilitate, to the greatest possible extent, the delivery of goods and services as, when, and where required, with the least amount of trouble to everyone. Instead, the physical economy is hemmed in, restricted, and distorted by a financial system that does not adequately reflect reality. If one were to sum up the problem in a single phrase that phrase would be: 'chronic lack of consumer purchasing power.' To make matters worse, recurring financial crises are bound to occur just so long as this underlying gap between prices and incomes is not adequately addressed. The appropriate solution is for the financial system to be suitably modified so as to restore a real (i.e., self-liquidating) balance to the circular flow. A compensatory flow of debt-free money must be created by a National Credit Office and issued directly (via a National Dividend) or indirectly (via a National Discount on retail prices) to the consumer. Once an endogenous financial homeostasis has been achieved, all the other symptoms of economic dysfunction will dissipate. Portugal does not need inhuman austerity measures, nor does it require the intervention of the globalist troika (the unholy trinity of the IMF, the European Commission, and the European Central Bank). What Portugal needs is Social Credit!
         Another beautiful composition from Deolinda’s repertoire which likewise touches on a variety of Social Credit themes is “Um Contra O Outro” – “One Against the Other”. This particular song challenges people to opt out of the rat-race – yet another phenomenon which can be traced back to the dysfunctional financial system.

    "One Against the Other" that should be of interest:



    Come on, unplug the cable,
    which links life to this game.
    Play with me a new game
    with two lives, one against the other.

    It's no longer enough,
    this fight against time,
    this time that we waste
    trying to beat somebody.

    At the end of it all,
    what is presented as a gain,
    goes to waste
    without giving anything to anyone.

    Come on, take a break,
    park the car,
    get out of the race,
    drop this war,
    because your objective
    is on this side
    of your life.

    Change your level,
    get out of the invisible state,
    adopt a mode compatible
    with my condition,
    because your life is real and repeated,
    give yourself more than the impossible,
    if you give me your hand.

    Get out of the house and come with me into the street, come,
    because this life that you have,
    for as many 'lives' that you may earn,
    it's yours that has the most to lose if you don't come.

    Get out of the house and come with me into the street, come,
    because this life that you have,
    for as many 'lives' that you may earn,
    it's yours that has the most to lose if you don't come.

    Come on, show what you're worth,
    you, in this game, you're worth so little,
    exchange your vice for a new one,
    because the challenge is a brawl.

    Choose your weapon,
    a strategy that never fails,
    the strong side of the battle,
    maximize your power.

    I give you the advantage,
    you with everything,
    and me without anything, even like this, weaponless,
    I'll teach you to lose.

    Get out of the house and come with me into the street, come,
    because this life that you have,
    for as many 'lives' that you'll earn,
    it's yours that has the most to lose if you don't come.

     

    Get out of the house and come with me into the street, come,
    because this life that you have,
    for as many 'lives' that you'll earn,
    it's yours that has the most to lose if you don't come.

    Música e Letra: Pedro da Silva Martins
    Arranjo: Deolinda 

    Músicos:
    Ana Bacalhau - Voz
    Luís José Martins - Guitarra 
    Pedro da Silva Martins - Guitarra 
    Zé Pedro Leitão - Contrabaixo

    _____....._____


    PARVA QUE SOU

    Sou da geração "sem-remuneração"
    E nem me incomoda esta condição.
    Que parva que eu sou!

    Porque isto está mau e vai continuar,
    Já é uma sorte eu poder estagiar.
    Que parva que eu sou!

    E fico a pensar: que mundo tão parvo
    onde para ser escravo é preciso estudar.

    Sou da geração "casinha-dos-pais",
    Se já tenho tudo, p´ra quê querer mais?
    Que parva que eu sou!

    Filhos, marido, estou sempre a adiar
    E ainda me falta o carro pagar,
    Que parva que eu sou!

    E fico a pensar: que mundo tão parvo
    onde para ser escravo é preciso estudar.

    Sou da geração "vou-queixar-me-p´ra-quê?"
    Há alguém bem pior do que eu na tv.
    Que parva que eu sou!

    Sou da geração "eu-já-não-posso-mais-que-esta-situ­ação-dura-há-tempo-demais!"
    E parva não sou!

    E fico a pensar, que mundo tão parvo
    onde para ser escravo é preciso estudar

    João Rocha Vieira

    A literal translation I made so non-Portuguese speaking people can follow the lyrics.

    Fool that I am - Deolinda

    I´m from the generation "without a pay-check"
    And it doesn't even bother me this condition
    Such a fool that I am
    Because this is awful and it will go on
    It´s already such a luck to be able to have an internship
    Such a fool that I am
    And I keep thinking
    Such a fool world where to be a slave you need to study
    I´m from the generation "parents little house"
    If I already have everything why want more
    Such a fool that I am
    Children, husbands, I´m always delaying, and I still have the car left to pay
    Such a fool that I am
    And I keep thinking
    Such a fool world where to be a slave you need to study
    I´m from the generation "why would I complain, someone far worse than me is on the TV"
    Such a fool that I am
    I´m from the generation "I can´t take it any longer, 'cause this situation is lasting way too long"
    And a fool I am not
    And I keep thinking
    Such a fool world where to be a slave you need to study
    Such a fool world where to be a slave you need to study


    0 0


    Lausanne, le 18.11.2014

    Madame, Monsieur,

    Indignés par l'indifférence du Service de l’enfance et de la jeunesse (SEJ) du Canton de Fribourg, une vingtaine d'amis, voisins et parents d'Adrian et de ses trois enfants se sont libérées ce mardi 18 novembre, jour de semaine et sont venus, pour la plupart de Lausanne et des environs, pour témoigner de l'injustice que subit cette famille. A 11h00, ils ont remis une lettre, signée par 70 personnes en tout, en mains propres à M. Ducret du SEJ. Cette lettre peut vous être communiquée sur demande.

    Pour le reste vous pouvez vous référer au communiqué de presse ci-joint.

    Les photos sont libres de droit et vous pouvez les avoir en résolution complète.

    Adrian Englert
    Téléphones du père : 021 729 54 92079 280 91 64

    E-mail du père : papa.adrien@englert.ch

    Téléphone de l’avocate à Fribourg : 026 322 34 10

    Téléphone des avocats Vaudois : 021 922 19 19

    Encore un Noël sans papa ?

    Communiqué de presse
    Aujourdʼhui, mardi 18 novembre 2014, 11:00 à Fribourg, boulevard de Pérolles 24, aux 
    bureaux du Service de lʼenfance et de la jeunesse (SEJ), nous sommes venus une 
    vingtaine pour témoigner dʼune injustice grave :
    Suite à un divorce, alors que les enfants de cette famille, que nous connaissons bien, 
    avaient le droit de voir leur père un week-end sur deux et pendant quatre semaines de 
    vacances par année, brusquement, lʼété 2013, la mère des enfants a transmis des 
    accusations absurdes mais terribles contre le père.
    La justice de Paix a immédiatement réagi en retirant le droit de visite au père, sans faire 
    dʼenquête au préalable, ce dont la mère a profité en interdisant à ses enfants tout contact 
    avec leur papa.
    Une enquête est menée depuis un an déjà, dans un autre canton. De toute évidence 
    personne ne prend les accusations au sérieux et ce dossier nʼest donc pas prioritaire. On 
    prend son temps. Lʼaffaire dure déjà un an et trois mois.
    Lʼavocate du père a déposé une demande de reprise du droit de visite le 15 avril 2014. 
    Dans ces cas-là, on accorde généralement aux enfants le droit de voir leur père dans un 
    cadre surveillé. Mais cette possibilité nʼest même pas envisagée actuellement et la 
    demande de lʼavocate est restée lettre morte.
    Le Service de lʼenfance et de la jeunesse (SEJ) du Canton de Fribourg est mandaté pour 
    protéger les enfants et il devrait suivre lʼaffaire de près, mais il prétend quʼil ne peut rien 
    faire avant que lʼenquête ne soit terminée. Il ne tient aucun compte du rapport dʼexpertise 
    du psychiatre, rendu pendant la procédure de divorce déjà, qui avertissait des dangers de 
    manipulation du côté de la mère.
    Pendant ce temps les enfants ont lʼinterdiction de téléphoner ou dʼécrire à leur père. Tout 
    est fait pour les convaincre que leur papa a commis une faute si grave quʼelle justifie cette 
    interdiction. Un des enfants avait dʼailleurs déjà fait une déclaration qui accusait son père. 
    Déclaration transmise par des pédo-psychologues (qui nʼavaient encore jamais rencontré 
    le père à ce moment-là), selon laquelle «sous lʼeffet de la colère ou sous lʼemprise de 
    lʼalcool, son père le mettrait à terre pour le rouer de coups de pied». Cet enfant nʼa jamais 
    été amené chez un médecin, comme il aurait fallu le faire sʼil avait réellement subi une 
    telle violence et il nʼy a évidement aucun constat médical prouvant cette allégation. La 
    mère elle-même déclarera quelques mois plus tard quʼelle «ne croit pas vraiment» à 
    lʼexactitude de ce récit (elle risque dʼêtre accusée de calomnie, mais nʼest nullement 
    inquiétée pour le moment).
    Mais le rouleau compresseur de la justice ne sʼarrête pas facilement (sans parler dʼun 
    changement de cap). Les enfants risquent fortement de ne pas voir leur père à Noël, une 
    fois de plus.
    Nous ne communiquons pas ici les nom et prénoms des enfants, pour les protéger de ce 
    scandale, mais nous transmettons aujourdʼhui même une lettre au SEJ, signée par 70 
    parents, voisins et amis de cette famille, lui demandant de prendre la mesure de la gravité 
    des faits et dʼagir pour que les enfants puissent revoir leur père. Nous savons, car nous 
    avons pu le constater à maintes reprises, combien ils lʼaiment et nous savons combien il 
    leur manque !Par-dessus nos manteaux, nous avons porté des t-shirts avec les inscriptions 
    suivantes :
    Interdire à un enfant de voir son papa pendant un an, cʼest de la maltraitance
    Interdire à un enfant dʼécrire à son papa pendant un an, cʼest de la maltraitance
    Interdire à un enfant de téléphoner à son papa pendant un an, cʼest de la maltraitance
    Utiliser un enfant dans un conflit dʼadultes, cʼest de la maltraitance
    5) Obliger un enfant à mentir pour accuser son père, cʼest de la maltraitance.
    Les psychologues doivent décoder la parole de lʼenfant et non colporter la manipulation.
    Interdire à un enfant dʼaimer son papa, cʼest de la maltraitance.
    Que fait le Service de lʼenfance (SEJ) à Fribourg ?
    La bureaucratie maltraite les enfants !
    10) «Notre plus beau cadeau de Noël : revoir notre papa ! » L. 10 ans
    (cette phrase a été prononcée en décembre 2013 déjà. L. attend toujours son cadeau)
    «Pour mon anniversaire, jʼaimerais que lʼenquête sʼarrête » L. 10 ans
    (en février 2014, lʼenquête qui empêchait cette fillette de voir son papa durait déjà 6 mois. A la suite 
    de cette déclaration, L. ajoutait : «Je crois que ça sera trop difficile à faire»)
    «Si Maman apprend que je tʼai téléphoné, papa, ça va barder !» L. 10 ans
    « Il ne faut pas que tu restes trop longtemps avec moi, papa, autrement maman va 
    te gronder » C. 9 ans
    Encore un Noël sans papa ?
    Toutes les paroles dʼenfants citées ci-dessus sont authentiques.
    Téléphones du père : 021 729 54 92, 079 280 91 64
    E-mail du père : papa.adrien@englert.ch
    Téléphone de lʼavocate à Fribourg : 026 322 34 10

    Téléphone des avocats Vaudois : 021 922 19 19

    0 0

    ECOPOP. Une nouvelle grave offensive contre la Suisse.


    Ils ne disent pas que la population va décroître après le summum à venir de 8 milliards.

    Les conséquences humaines sont terribles...

    Conséquences: licenciements, suicides, dépressions, meurtres, guerres, morts...


    Or, selon leur programme, il ne faudrait pas dépasser les 3 milliards pour être en harmonie avec la nature. ( selon quels critères ?)



    0 0

    LA SUISSE à L'AVANT GARDE DE LA ROBOLUTION !



    la solution ci-dessous.




    Les machines, robots, ordinateurs rendent le "travail humain rémunéré " (dans chaque industrie) de plus en plus rare, c'est un fait. 
    Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées.  
    Ce sont des gaspillages stupides . La seule solution est de promettre des revenus de base et la liberté de créer des emplois nouveaux payés de plus en plus par des robots et des machines. 

    La politique de plein emploi doit être remplacée par une politique de liberté de décider quoi faire hors de l’économie formelle pour de plus en plus de personnes, parce que l’économie formelle ne nécessite plus le travail de tous les adultes - le revenu de base et le dividende créditiste pourraient être deux choses différentes car le dividende peut changer selon la performance de l’économie et le financement qui est aussi différent.

    En effet, le dividende universel n'est financé ni par les impôts, ni par des versements patronaux, ni par des dettes, car il est financé par la création d'argent nouveau sans dettes. MONNAIE PLEINE OU VOLLGELD.

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/06/monnaie-pleine-vollgeld-positive-money.html

     Il vient surtout de la création monétaire actuellement volée (sic) par le système bancaire. 

    L’ écart entre les prix et le pouvoir d'argent est comblé maintenant principalement par des dettes nouvelles à intérêts, nous voulons au contraire le combler par la création d'argent nouveau sans dettes à travers le dividende et l'escompte.

    Les guerres mondiales et les récentes crises bancaires prouvent la création possible de masses monétaires en vue de gaspillages honteux et polluants... Créons ces masses (sans dettes) pour la paix sociale et la civilisation. Libérons-nous des chaînes de la rareté...

    Pour être clair, nous soulignons aussi que l'argent pour la production sous un système créditiste continuerait être de l'argent dette, mais sans intérêts, au profit de tous.

    C'est seulement le dividende et l'escompte qui seraient créés sans aucune dette pour équilibrer le cycle monétaire et l'écart actuel entre les productions automatisées et le pouvoir d’achat toujours insuffisant vu l'automatisation qui ne donne plus de salaires aux machines et robots.

    VIVE LA ROBOLUTION AVEC DE VRAIS DIVIDENDES à TOUS.

    Le revenu de base est entré au Parlement suisse ! La commission des affaires sociales du Conseil national (CSSS-N) a ainsi commencé à étudier notre initiative RBI. Et pour les fêtes de fin d’année, la première édition du nouveau journal francophone « l’Inconditionnel », entièrement consacré au revenu de base, sera disponible partout en Suisse romande.


    Oeuvres à faire avec le dividende




    Les robots, machines, ordinateurs font déjà notre travail !

    Nous devons en distribuer leurs revenus, sinon ce sera une guerre de plus en plus terrible !

    Mais qui travaillera encore ?

    Loin d’être un encouragement à la paresse, le revenu de base permettra à chacun, dans la mesure de ses capacités et de son désir, de s’engager de manière sereine, libre et responsable, dans des travaux essentiels pour l’intérêt général que les emplois traditionnels n’ont pas vocation à assumer. Aujourd’hui déjà, plusieurs groupes de la population sont actifs en dehors de la sphère du travail rémunéré (p.ex. les bénévoles, les parents à la maison).
    À la différence des prestations d’aide sociale soumises à conditions de revenu, le revenu de base est cumulable avec la rémunération du travail qui garde ainsi toute son attractivité financière. Le retour à l’emploi n’est plus pénalisé par la perte d’une aide sociale quelconque.
    Au sommaire :

    Le PS propose l'AGR comme contre-projet

    Membres de la CSSS-N
    L'initiative était en discussion au parlement les 13 et 14 novembre dans la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS-N). Par 15 voix contre 6, la CSSS-N a refusé de suspendre l’initiative pour un revenu de base et d’élaborer un contre-projet indirect. La discussion continuera au parlement lors de la session d’hiver.
    En séance, le groupe socialiste avait proposé l'Assurance général sur le revenu (AGR) en tant que contre-projet indirect, un système d'indemnisation unifié et permanent en cas de perte de revenu professionnel pensé par le Denknetz (réseau de réflexion proche du parti socialiste). Le PS justifie sa proposition par sa crainte que le Parlement profite de l'introduction du revenu de base pour provoquer un démantèlement social.
    Dans notre communiqué de presse du 14 novembre, nous répondons à cette inquiétude : « Les craintes de démantèlement des acquis sociaux du PS ne sont à notre avis pas fondées. Toutes les forces politiques présentes au Parlement sont en effet d’accord sur la nécessité d’une protection sociale suffisante. Si tel n’était pas le cas, le démantèlement aurait déjà eu lieu. Les pressions qui s’exercent aujourd’hui contre certains secteurs de notre système social peuvent être vues comme un indicateur que celui-ci ne parvient plus à accomplir efficacement son but dans le contexte actuel d’une augmentation significative des besoins. Le revenu de base, en apportant une simplification à un système déjà trop complexe, pourrait au contrairesatisfaire à la fois les partisans d’une protection sociale conforme aux principes de la dignité et ceux qui souhaitent rationaliser des dépenses mal utilisées. »

    L'Inconditionnel, à qui allez-vous l'offrir ?

    Les premiers jours après l'introduction du revenu de base - Malizia Moulin
    La livraison du journal l'Inconditionnel est imminente ! On espère recevoir le bébé en Suisse début décembre pour que tout le monde puisse le déposer sous le sapin à Noël. Quel beau cadeau : un journal entièrement dédié au revenu de base, coproduit par les mouvements belge, français et suisse !
    Des stocks de journaux seront disponibles dans plusieurs villes romandes (nous cherchons encore un lieu de stockage à Fribourg et à La Chaux-de-Fonds). Vous pouvez dores et déjà nous aider à assurer la diffusion du journal en remplissant le formulaire pour proposer des Point-Relais et participer à les approvisionner.
    Vous êtes nombreux à avoir soutenu la naissance de ce projet en contribuant au financement participatif et nous tenons à vous en remercier chaleureusement. Nous remercions aussi l'équipe qui a travaillé d'arrache-pied avec enthousiasme pour faire naître ce journal et plus spécialement Barbara Garbarczyk et Stanislas Jourdan, les artisans et rédacteurs en chef de ce projet collaboratif. Un clin d'oeil également à notre illustratrice de choc Malizia Moulin qui a réalisé les illustrations du journal, à Lucie Caouder qui a assuré la mise en page avec soin et Hugo Stephan, l'oeil aiguisé du journaliste.
    * * * WANTED * * *
    Un minibus pour 2015 !
    En 2015, nous avons le projet de faire la tournée des villes suisse-romandes avec un grand stand d’information. Ce stand fera la paire avec celui qui tourne déjà en Suisse-allemande (DE). Nous aurions donc besoin d'un minibus en prêt tout au long de l'année pour y entreposer le matériel (stand, parasols, chaises, documents publicitaires, etc..).
    p.s. Une voiture pourrait faire aussi l'affaire parce que quelqu’un pourrait nous prêter son minibus en échange d'un véhicule de remplacement.

    Résumé:

    Le nouvel argent ne vient donc ni de taxes, ni de salaires, ni de cotisations patronales, mais de la création de l'argent réellement donnée aux banquiers par milliards ( volée "légalement" par astuce bancaire en bande, car toute loi n'est pas nécessairement morale...), voire plus depuis des siècles ...

    Ces assouplissements quantitatifs doivent être donnés au peuple, pas pour les guerres et les primes pour de plus en plus rares nantis ... La nouvelle société suisse pour une véritable démocratie économique, distribuons enfin les revenus du progrès technique, des ressources naturelles, de l'automatisation de plus en plus efficace, grâce à des robots, des ordinateurs et des machines.

    Une nouvelle société, les animaux sont libres, c'est à notre tour, les êtres humains libres, libérons-nous des chaînes de la servitude.

    L' automatisation profitera à tous. Partageons la productivité massive, un dividende pour tous les peuples suisses, habitants de tous les États de la Confédération suisse, voici enfin une véritable démocratie économique, grâce aux robots, aux ordinateurs et aux machines.

    Nous, Suisses, sommes tous des rois, et le premier devoir d'un roi est de contrôler la création monétaire.

    Ils trouvent des milliards et des quadrillions pour des guerres stupides ou des banquiers cupides ( 1500 milliards "donnés" aux banquiers de l'UE par Merkozy ( Merkel plus Sarkozy ou UMPS...,) nous préférons investir ces sommes dans la vraie paix. Donnons un revenu à tous dès la conception et jusqu'à la mort naturelle, les robots travaillent déjà pour nous, sachons monnayer leurs produits et les distribuer à tous, ce qui peut plus que doubler notre PNB. Il y a assez de travaux plus nobles et humains à faire, éduquez nos enfants, écrire, faire de la recherche, de l'art, s'occupez de nos parents, des handicapés, des faibles etc... Laissons aux robots le reste, il est stupide d'avoir des milliards sans limites pour faire des guerres atroces et pas ces mêmes milliards pour faire la paix sociale.


    Revenu de base inconditionnel ...




    Un revenu pour exister : du pain quotidien au pain de vie

    mosaique
    Pour les chrétiens, le revenu de base pose une question morale : est-il normal de donner sans conditions à son prochain ? 
    Le revenu de base inconditionnel — ou allocation universelle — propose de lutter contre la pauvreté en remplaçant les aides disparates d’un système fiscal en forme de mille-feuilles par une aide unifiée, versée à tous, sans condition. La faisabilité économique faisant l’objet d’études prometteuses, pourquoi restons-nous hésitants ? Sans doute parce qu’une inquiétude nous taraude : est-ce une incitation à la paresse ? Ne portons-nous pas au fond de nos cœurs la crainte de briser un tabou séculaire : un revenu obtenu sans travail est-il pleinement légitime ? Faut-il encore travailler à la sueur de son front ?

    L’inconditionnel, fondement de la logique divine.
    Recevoir sans contrepartie : Dieu nous donne de quoi manger

    Dès le commencement, Dieu nous donne de quoi manger : « Je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture. » (Gn 1,29).Plus tard, Dieu offre la manne à son peuple (Ex 16,4), et Jésus partage les pains en abondance pour ses auditeurs (Mc 6,30-44 ; 8,1-10). Il  nous invite à prier Dieu le Père en nous tournant vers lui et en lui redisant nos besoins fondamentaux : « donne nous aujourd’hui notre pain de ce jour ». Cette manne et ce pain ne sont pas un dû à accumuler sans contrepartie, mais un rendez-vous de confiance, d’espérance, d’engagement et de louange à renouveler chaque jour.

    L’inconditionnel, source de vie : Dieu se donne en nourriture

    Dieu est par excellence le Dieu de l’Amour inconditionnel incarné : il aime tous ses ouvriers, de la première à la onzième heure (Mt 20,12-16) ; il accueille tous les invités qui voudront bien venir à son festin (Mt 22,8-9-1) ; il pardonne à tous les pécheurs et nous demande d’aimer nos ennemis (Lc 6,27-38). Par amour encore, il  va jusqu’à donner son propre Fils en nourriture pour nous donner la vie en abondance. L’eucharistie, pain-de-vie, complète le pain-subsistance-du-quotidien dont nous avons besoin pour nous ouvrir aux autres (reconnaissons qu’il est plus facile d’ouvrir son cœur quand on n’a pas le ventre trop vide.)

    Le revenu de base : incitation à la paresse ou appel à se réaliser ?
    Notre vocation humaine : porter du fruit

    DSC04320 GR1 J8 Fleurs rosesL’homme est un être de relation, appelé à une vocation innée et indélébile à la fécondité et au travail : « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et assujettissez-la; dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » (Gn 1,27-28). Cet appel est pour chacun de nous, tel l’appel  à aller au-devant adressé à Abraham : une interprétation propose ainsi de traduire l’hébreu « Lech Leka » par « va vers toi, va pour toi ».

    Devenir ce que l’on a reçu

    La question morale ne doit pas être entendue comme un « que faut-il faire ? », mais plutôt comme une découverte continue de « qui puis-je être ? » pour devenir en plénitude le don d’amour et de vie reçus de Dieu. Ainsi, au docteur de la Loi qui demande « qui est mon prochain ? », Jésus désigne « celui qui a agi avec bonté », le bon  samaritain qui me sauve, me relève et me fait être (Lc 10,25-37). Remettons les choses dans le bon ordre. Nous ne sommes plus à l’époque où il suffisait de cultiver son potager pour vivre dignement.
    Le principe de « destination universelle des biens » fait face au défi de l’explosion des richesses, des populations et des inégalités. Inviter à un partage fraternel et respectueux de la vocation unique de chacun est plus que jamais nécessaire.

    Crédits photo PaternitéPas d'utilisation commercialePas de modification Fr.Bessonnet

    À propos de l'auteur : Muriel Rosset

    Après 18 ans en industrie automobile dans des domaines variés (juridique, contrôle de gestion, ressources humaines et qualité), Muriel a choisi un travail qui allie sens et engagement. Depuis 7 ans, elle a été responsable de la pastorale des jeunes puis de la solidarité de son diocèse. Elle est actuellement chargée de mission pour le suivi des orientations de ce même diocèse pour les 10 ans à venir, et en 3° année d’études religieuses à l’Institut Catholique de Paris.


    0 0

    Swiss Propose Basic Income Payment



     
    By MARK ANDERSON

    American Free Press


     A bold, unorthodox Swiss initiative has reached a striking new phase: On Oct. 4, Swiss activists dumped what were described as “8 million” 5-cent coins in the town square outside the parliament in Bern—to symbolize the financial well-being of Switzerland’s 8 million residents.


    Those involved in Switzerland’s Unconditional Basic Income (UBI) ballot initiative poured a dump truck full of these shimmering coins onto the pavement to celebrate having surpassed the 100,000-signature requirement to eventually get the UBI on the ballot for Swiss voters to consider in their unique direct-democracy system.
    While this initiative had about 40,000 signatures by the fall of 2012, one of Switzerland’s most influential monetary reformers, Francois de Siebenthal, informed this writer Sept. 30, 2013, that 116,000 signatures on petitions calling for a UBI vote had been certified as valid.
    According to de Siebenthal, the UBI, if approved, would mean that the Swiss state would directly issue the equivalent of $2,800 US (2,500 Francs) per month — on a per-individual basis, not a per-household basis—to all Swiss citizens and legal residents in what appears to be the first nationwide proposal of its kind in human history.
    This concept may strike some as odd—an unlikely libertarian-socialist hybrid, perhaps. As de Siebenthal and others behind the UBI see it, there is a large shortfall between the paltry purchasing power of the average citizen and the relative abundance of goods and services. That abundance is given an extra boost by the efficiency of automation. So, the tight money supply, as the thinking goes, must catch up with production, without people having to work for every cent—a bind which embeds the cost of providing salaries and wages into retail prices. That means that the more income is tied only to labor, the more things will cost.
    That paradox creates a vicious cycle. How do we overcome it? Put some spending power into circulation outside the labor racket that becomes a guaranteed income, a societal dividend based on each person’s heritage as a citizen and his or her share in the natural resources of the earth, and in the cumulative wealth wrought by inventions and labor-saving devices.
    This basic idea comes from “social credit,” which was brought forth most notably by a Scotsman, Clifford H. Douglas in the early 1900s. The Swiss UBI draws a little of its spirit from this school of thought that is making a comeback, though the Swiss proposal is not pure social credit as conceived.
    Maybe human beings were not meant to be draft horses toiling their lives away on a global economic plantation. To improve things, the citizenry could create a commonwealth. As natural stakeholders in their nation’s abundance, there is some logic for them to have a foundational income without a “job” having to be the only means of acquiring purchasing power.
    And as de Siebenthal also told this writer, Swiss UBI recipients could supplement that foundational income with standard employment income — mindful, however, that having their basic survival resting on much firmer ground allows them to pursue their life’s passions and the employment of their choice. Moreover, automation is seen as a liberator, not a job-stealer, because a UBI — a social dividend that could reduce or even replace welfare — should be paid to all inhabitants by birthright based on all production, including the automated kind.
    Mr. de Siebenthal colorfully added: “We Swiss are all Kings, and the first duty of a King is to control the money creation, actually robbed by the bankers.” One hears echoes of the late Sen. Huey Long, the Louisiana “kingfish” who terrified the aristocracy with notions of commonwealth.
    Mr. de Siebenthal explained: “The popular initiative for an unconditional basic income (UBI), which in the view of its supporters should be thought of as a civil right rather than social welfare, was launched in [April] 2012. It aims to have a new clause incorporated into the Swiss constitution that the Confederation ‘shall ensure the introduction of an unconditional basic income. The basic income shall enable the whole population to live in human dignity and participate in public life. The law shall particularly regulate the way in which the basic income is to be financed and the level at which it is set.’”
    Put another way, a nation should issue its own public money directly, not borrow it into existence, at punishing interest, from predatory private bankers. That way, purchasing power and consumption can be increased, in approximate balance with production data, to buy what’s for sale and spur more production. That, in turn, creates sufficient jobs but also boosts automated manufacturing. The curse of full stores and empty wallets can, just maybe, be ended.
    While the UBI proposal’s signatures were presented to the Swiss chancellery on Oct. 4 and the proposal could take at least two years to appear on the ballot, Switzerland’s voters just might be onto something here. Back in March, they already approved some of the world’s strictest controls on executive pay. And, since there’s more to life than shutdowns and debt ceilings, this latest money initiative deserves close observation.




    0 0

    Dix exemples où la science prouve que l'Église a raison et la culture moderne tort

    Parfois, la science apporte la preuve que c'est bel et bien à nos risques et périls que nous ignorons les enseignements moraux de l'Église catholique...

    The Top Ten Films About Faith Streaming Now on Netflix Grassroot FilmsGrassroot Films
    Les valeurs prônées par l'Église peuvent parfois nous paraître dures, et même injustes, selon notre éthos contemporain du « vivre et laisser vivre ». Et l'on peut comprendre que beaucoup pensent aujourd'hui que l'Église est en décalage par rapport au monde moderne, que ses enseignements ne sont plus pertinents. Mais la science moderne – que beaucoup pensent être l'antithèse ou même l'ennemie de l'enseignement catholique – confirme en réalité la vérité, la valeur et la pertinence de ce que l'Église enseigne depuis
    2 000 ans !

    Bien sûr, beaucoup préfèreront éviter d'aborder des sujets tels que l'avidité, la luxure, l'orgueil, le contrôle des naissances et la gourmandise. Soulever des questions de morale peut gêner, voire paraître « moralisateur ». Mais si nous nous soucions vraiment du bien-être de nos familles et de nos amis, maintenant et dans l'éternité, ainsi que de l'avenir de la société, quelques conversations honnêtes, au bon moment, sont tout sauf inutiles.  Et nous pouvons les enrichir en faisant usage de certaines découvertes de la science que les gens accepteront sans doute aujourd'hui plus facilement comme vérité que les enseignements de Notre Seigneur et de l'Église qu'Il a fondée.

    Voici dix exemples qui l'illustrent bien. N'hésitez pas à en faire
    usage !

    1. L'Église enseigne que l'orgueil est la racine de tous les vices. De récentes études en psychologie montrent que la montée du narcissisme et d'une certaine forme de pensée irrationnelle, en particulier parmi les jeunes, donne naissance à une « communauté » incohérente, désenchantée, en pleine confusion. Les traits de caractère narcissiques (égocentrisme, estime de soi excessive, manque d'empathie, agressivité…) sont préjudiciables pour autrui, pour la société, et in fine, pour les narcissiques eux-mêmes.

    2. L'Église enseigne que la gourmandise et la paresse sapent les valeurs de nourriture et de repos, créant des conditions malsaines qui menacent l'esprit, le corps et l'âme. Selon le Journal of the American Medical Associationprès de 70 % des Américains sont en surpoids ou obèses, et l'obésité est une menace importante pour la santé mentale et physique et dépassera bientôt le tabagisme comme la principale cause de décès. Et en France ?

    3. L'Église enseigne que la luxure conduit à traiter le corps humain comme une marchandise, plutôt que comme une facette de personne humaine dans son ensemble – un tout inséparable, composé du corps, de l'esprit et de l'âme  - qui est le chef-d'œuvre de la création de Dieu et qui vivra éternellement. Actuellement, les bénéfices tirés de la pornographie, rien qu'aux États-Unis, dépassent le total des revenus de grands groupes de presse comme CBS, ABC et NBC (Kimmel, 2008).

    4. L'Église enseigne qu'un mariage valide est pour la vie et indissoluble. La science nous dit que grandir dans une famille unie, avec les parents biologiques mariés l'un avec l'autre, est ce qu'il y a de plus bénéfique pour les enfants, alors que d'autres arrangements familiaux conduisent à des degrés variables de dommages sociaux, psychologiques, émotionnels et scolaires.

    5. L'Église enseigne que le contrôle artificiel des naissances viole la loi naturelle. L'organisation mondiale de la santé (OMS) classe les contraceptifs oraux dans les substances cancérogènes appartenant au groupe 1 (autrement dit connus pour causer le cancer chez l'homme), comme l'amiante, le radon, et le plutonium. Sauf que les contraceptifs sont beaucoup plus répandus…

    6. L'Église enseigne que la peur est un obstacle à l'amour et, surtout, que nous devons avoir confiance en la providence de Dieu et ne pas avoir peur. Des études récentes montrent que l'anxiété est le trouble psychologique n°1 chez les jeunes et les adultes. À un degré maladif, l'anxiété peut finir par nuire gravement la santé.

    7. L'Église enseigne que les actes homosexuels ne sont pas une expression saine de la sexualité humaine. Selon une étude de l'International Journal of Epidemiologyle risque de transmission du VIH par le biais de relations sexuelles anales est 18 fois plus élevé que le risque associé aux relations sexuelles vaginales.   

    8. L'Église enseigne que toute vie humaine est précieuse, depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, et que chaque personne mérite notre amour et notre assistance. Les associations psychiatriques et psychologiques américaines condamnent avec force toute discrimination envers les personnes handicapées dont l'assistance médicale, le bonheur et les moyens d'existence sont souvent menacés par d'autres (mais, curieusement, ils soutiennent le « droit » d'avorter des personnes ayant un handicap).

    9. L'Église enseigne que les relations sexuelles avant le mariage portent atteinte à l'union amoureuse et au bien-être de chaque individu et du couple en tant que tel. Selon l'Académie américaine de pédiatrie, les adolescents sexuellement actifs sont plus enclins à la dépression et au suicide, à utiliser des substances illicites, outre le fait qu'ils encourent un risque important de contracter une ou plusieurs maladies sexuellement transmissibles, dont certaines incurables.

    10.  L'Église enseigne que l'amour du gain crée une société dans laquelle certains sont exploités par d'autres, alors que ceux qui sont exploités luttent pour subvenir à leurs besoins de base. Selon le  U.S. Census Bureau, l'écart continue à se creuser entre riches et pauvres aux États-Unis. Plus largement, c'est également le cas à l'échelle du monde : l'écart entre le produit intérieur brut des 20 pays les plus riches et des 20 pays les plus pauvres a plus que doublé entre 1960 et 1995.

    Traduit de l'édition anglophone d'Aleteia par Élisabeth de Lavigne

    Jim Schroeder est pédopsychiatre au sein du St. Mary’s Center for Children, à Evansville, dans l'Indiana (États-Unis). Il y demeure avec sa femme Amy et ses six enfants. Retrouvez sur Internet ses chroniques mensuelles "Just Thinking" ( www.stmarys.org/articles ) pensées pour informer, éduquer et motiver les parents et accompagnateurs.

    0 0



    Tout l'humain au centre de la politique et de l'économique.
    Expert en humanité.

    Le Pape à Strasbourg, Multi-poly ou poly-poly et transversalité jeunes-personnes âgées.

    Discours du pape François devant le parlement européen et le conseil de l'Europe, à Strasbourg, ... 

    Dans un discours long et structuré, prononcé mardi 25 novembre au matin devant le Parlement européen, le pape François dénonce les maux des sociétés européennes, tentées par l'individualisme et la « culture du déchet »...



    Solutions:

    Multipolarité et transversalité.

    «Outre les racines qu'il faut chercher et garder vivante, il y a les défis actuels du continent qui nous oblige à une créativité continue. Permettez-moi d'en citer deux: le défi de la multipolarité et celui de la transversalité.»
    Le pape évoque des multiples pôles politiques, culturels ou religieux en Europe.

    TRANSVERSALITÉ

    Pour répondre à ces questions fondamentales, le pape François propose à son tour un chemin aux Européens : opter pour la « multipolarité » (et non plus la bipolarité), mais aussi pour la « transversalité », et donc par exemple davantage « recourir au dialogue, même intergénérationnel ». 
    « Une Europe qui dialogue seulement entre ses groupes d’appartenance fermés reste à mi-chemin ; on a besoin de l’esprit de jeunesse qui accepte le défi de la transversalité », estime le pape, 
    qui accueille ainsi « positivement la volonté du Conseil de l’Europe d’investir dans le dialogue interculturel, y compris dans sa dimension religieuse ».
    C’est d’ailleurs dans cette logique, souligne le pape, qu’il faut comprendre l’apport que le christianisme peut « fournir aujourd’hui au développement culturel et social européen dans le cadre d’une relation correcte entre religion et société » (le terme est souligné par lui). « Réflexion éthique sur les droits humains », « protection de la vie humaine », pauvreté, « accueil des migrants », chômage surtout des jeunes, ou encore protection de l’environnement : sur tous ces thèmes qui requièrent « une étude et un engagement commun », l’Église catholique peut apporter sa contribution.
    « Je souhaite vivement, a conclu le pape, que s’instaure une nouvelle collaboration sociale et économique, affranchie de conditionnements idéologiques, qui sache faire face au monde globalisé ».
    « Je souhaite vivement, a conclu le pape, que s’instaure une nouvelle collaboration sociale et économique, affranchie de conditionnements idéologiques, qui sache faire face au monde globalisé ».

    Le Pape s'adresse au Parlement européen
    25 novembre 2014 (VIS). 
    L'avenir de l'Europe dépendra de sa capacité à redécouvrir le lien vital existant entre dignité et transcendance, au risque de perdre son âme. Tel a été le point d'orgue du long discours prononcé par le Pape, ce matin à Strasbourg (France), devant le Parlement européen. Organe législatif de l'Union européenne (28 état et 508 millions d'habitants), il est la seule institution communautaire élue au suffrage universel direct (751 députés). L'avion papal a atterri vers 10 h et le Saint-Père a été accueilli au nom du gouvernement français par la Ministre de l'écologie, les autorités locales et deux Vice Présidents du Parlement européen. Il s'est aussitôt rendu en ville au siège de cette institution, où l'attendait le Président Martin Schultz, entouré des délégués du Bureau de l'assemblée et des présidents des huit Groupes parlementaires. Il a écrit sur le livre d'or: "Puisse le Parlement européen demeurer un lieu où chacun concourt à ce que, consciente de son passé, l'Europe envisage avec confiance son avenir et vive le présent remplie d'espérance".
    Après le discours du Président, le Pape François s'est adressé à l'assemblée réunie en session solennelle. Voici les passages saillants de son intervention: "Ma visite a lieu plus d?un quart de siècle après celle accomplie par Jean- Paul II. Beaucoup de choses ont changé depuis lors, en Europe et dans le reste du monde. Les blocs opposés qui divisaient alors le continent n?existent plus, et le désir que l?Europe, se donnant souverainement des institutions libres, puisse un jour se déployer aux dimensions que lui ont données la géographie et plus encore l?histoire, se réalise lentement. A côté d?une Union européenne plus grande, il y a aussi un monde plus complexe, et en fort mouvement. Un monde toujours plus interconnecté et globalisé, et donc de moins en moins eurocentrique. A une Union plus étendue, plus influente, semble cependant s?adjoindre l?image d?une Europe un peu vieillie et comprimée, qui tend à se sentir moins protagoniste dans un contexte qui la regarde souvent avec distance, méfiance, et parfois avec suspicion. En m?adressant à vous comme pasteur, je désire adresser à tous les citoyens européens un message d?espérance et d?encouragement, fondé sur la conviction de ce que les difficultés peuvent devenir de puissantes promotrices d?unité. Elles peuvent servir à vaincre toutes les peurs que l?Europe et le monde traversent. Quant à l?espérance dans le Seigneur, elle transforme le mal en bien, et la mort en vie. C'est là un encouragement à revenir aux solides convictions des pères fondateurs de l?Union européenne, qui ont souhaité un avenir fondé sur la capacité de travailler ensemble afin de dépasser les divisions, et favoriser la paix et la communion entre tous les peuples du continent. Au centre de cet ambitieux projet politique il y avait la confiance en l?homme, non pas tant comme citoyen, ni comme sujet économique, mais en l?homme comme personne dotée d?une dignité transcendante. Je tiens avant tout à souligner le lien étroit qui existe entre les mots dignité et transcendante.
    La dignité est le mot-clé qui a caractérisé la reconstruction après la seconde guerre. Notre histoire récente se caractérise par l?indubitable caractère central de la dignité humaine contre les violences multiples et les discriminations qui, même en Europe, n?ont pas manqué dans le cours des siècles. La perception de l?importance des droits humains naît justement comme aboutissement d?un long chemin, fait de multiples souffrances et sacrifices, qui a contribué à former la conscience du caractère précieux, de l?unicité qu?on ne peut répéter de toute personne humaine individuelle. Cette conscience culturelle trouve son fondement, non seulement dans les événements de l?histoire, mais surtout dans la pensée européenne, caractérisée par une riche convergence de sources lointaines, de la Grèce à Rome, des fonds celtes, germaniques et slaves au christianisme qui l?a profondément pétrie, donnant lieu justement au concept de personne. Aujourd?hui, la promotion des droits de l'homme joue un rôle central dans l?engagement de l?Union européenne, en vue de favoriser la dignité de la personne, en son sein comme dans ses rapports avec les autres pays. Il s?agit d?un engagement important et admirable, puisque trop de situations subsistent encore dans lesquelles les êtres humains sont traités comme des objets dont on peut programmer la conception, la configuration et l?utilité, et qui ensuite peuvent être jetés quand ils ne servent plus, parce qu?ils deviennent faibles, malades ou vieux... Promouvoir la dignité de la personne signifie reconnaître qu?elle possède des droits inaliénables dont elle ne peut être privée au gré de certains, et encore moins au bénéfice d?intérêts économiques. Mais il convient de faire attention à ne pas tomber dans des équivoques qui peuvent naître d?un malentendu sur le concept de droits humains et de leur abus paradoxal. Il y a en effet aujourd?hui la tendance à une revendication toujours plus grande des droits individuels, je dirais même privatifs. C'est une tendance qui cache une conception de la personne détachée de tout contexte social et anthropologique...toujours plus insensible aux réalités du contexte. Le concept de devoir, pourtant essentiel et complémentaire, semble dissocié de celui de droit, de sorte qu?on finit par affirmer les droits individuels sans tenir compte que tout être humain est lié à un contexte social dans lequel droits et devoirs des uns et des autres sont connexes... C'est pourquoi je considère qu?il est plus que jamais vital d?approfondir aujourd?hui une culture des droits humains qui puisse sagement relier la dimension individuelle, ou mieux, personnelle, à celle de bien commun, de ce nous-tous formé d?individus, de familles et de groupes intermédiaires qui s?unissent en communauté sociale. En effet, si le droit de chacun n?est pas harmonieusement ordonné au bien plus grand, il finit par se concevoir comme sans limites et, par conséquent, devenir source de conflits et de violences. Parler de la dignité transcendante de l?homme signifie donc faire appel à sa nature, à sa capacité innée de distinguer le bien du mal, à cette boussole inscrite dans nos c?urs et que Dieu a imprimée dans l?univers créé. Cela signifie surtout regarder l?homme non pas comme un absolu, mais comme un être relationnel. Une des maladies que je vois la plus répandue aujourd?hui en Europe est la solitude, précisément de celui qui est privé de liens. On la voit particulièrement chez les personnes âgées, souvent abandonnées à leur destin, comme aussi chez les jeunes privés de points de référence et d?opportunités pour l?avenir. On la voit chez les nombreux pauvres qui peuplent nos villes. On la voit dans le regard perdu des migrants qui sont venus ici en recherche d?un avenir meilleur. Cette solitude a été ensuite accentuée par la crise économique, dont les effets perdurent encore, avec des conséquences dramatiques du point de vue social. On peut constater qu?au cours des dernières années, à côté du processus d?élargissement de l?Union européenne, s?est accrue la méfiance des citoyens vis-à-vis des institutions considérées comme distantes, occupées à établir des règles perçues comme éloignées de la sensibilité des peuples, sinon complètement nuisibles. D?un peu partout on a une impression générale de fatigue et de vieillissement, d?une Europe grand-mère et non plus féconde et vivante. Par conséquent, les grands idéaux qui ont inspiré l?Europe semblent avoir perdu leur force attractive, en faveur de la technique bureaucratique de ses institutions.
    A cela s?ajoutent des styles de vie un peu égoïstes, caractérisés par une opulence désormais insoutenable et souvent indifférente au monde environnant, surtout aux plus pauvres. On constate avec regret une prévalence des questions techniques et économiques au centre du débat politique, au détriment d?une authentique orientation anthropologique. L?être humain risque d?être réduit à un simple engrenage qui le traite à la manière d?un bien de consommation à utiliser, de sorte que lorsque la vie n?est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître.
    Quelle grande méprise lorsque l?absolutisme de la technique prévaut et finit par produire une confusion entre la fin et les moyens. Résultat inévitable de la culture du déchet et le consumérisme exagéré... Prendre soin de la fragilité veut dire force et tendresse, lutte et fécondité, au milieu d?un modèle fonctionnel et privatisé qui conduit inexorablement à cette culture du déchet. Prendre soin de la fragilité de la personne et des peuples signifie garder la mémoire et l?espérance, prendre en charge la personne présente dans sa situation la plus marginale et angoissante et être capable de l?oindre de dignité... Pour répondre à cette question, permettez-moi de recourir à une image. Au Vatican une des fresques de Raphaël représente l'Ecole d?Athènes. Au centre se trouvent Platon et Aristote. Le premier a le doigt qui pointe vers le haut, vers le monde des idées, nous pourrions dire vers le ciel. Le second tend la main vers celui qui regarde, vers la terre, la réalité concrète. Cela me parait être une image qui décrit bien l?Europe et son histoire, faite de la rencontre continuelle entre le ciel et la terre, où le ciel indique l?ouverture à la transcendance, à Dieu, qui a depuis toujours caractérisé l?homme européen, et la terre qui représente sa capacité pratique et concrète à affronter les situations et les problèmes. L?avenir de l?Europe dépend de la redécouverte du lien vital et inséparable entre ces deux éléments. Une Europe qui n?a plus la capacité de s?ouvrir à la dimension transcendante de la vie est une Europe qui lentement risque de perdre son âme, ainsi que cet esprit humaniste qu?elle aime et défend cependant.
    En ce sens j?estime fondamental, non seulement le patrimoine que le christianisme a laissé dans le passé pour la formation socioculturelle du continent, mais surtout la contribution qu?il veut donner, aujourd?hui et dans l?avenir, à sa croissance. Cette contribution n?est pas un danger pour la laïcité des états ni pour l?indépendance des institutions de l?Union, mais au contraire un enrichissement. Les idéaux qui l?ont formée dès l?origine le montrent bien: La paix, la subsidiarité et la solidarité réciproque, un humanisme centré sur le respect de la dignité de la personne. Je désire donc renouveler la disponibilité du Saint Siège et de l?Eglise catholique, par le biais de la Commission des conférences épiscopales européennes, pour entretenir un dialogue profitable, ouvert et transparent avec les institutions de l?Union européenne. De même, je suis convaincu qu?une Europe capable de mettre à profit ses propres racines religieuses, sachant en recueillir la richesse et les potentialités, peut être plus facilement immunisée contre les nombreux extrémismes qui déferlent dans le monde d?aujourd?hui, et aussi contre le grand vide d?idées auquel nous assistons en Occident, parce que c?est l?oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence. Nous ne pouvons pas ne pas rappeler les nombreuses injustices et persécutions qui frappent quotidiennement les minorités religieuses, en particulier chrétiennes, en divers endroits du monde. Des communautés et des personnes sont l?objet de violences barbares, chassées de leurs maisons et de leurs patries, vendues comme esclaves, décapitées, crucifiées et brûlées vives, dans le silence honteux et complice de beaucoup.
    La devise de l?Union européenne est Unité dans la diversité, mais l?unité ne signifie pas uniformité politique, économique, culturelle ou de pensée... J?estime que l?Europe est une famille des peuples, lesquels pourront sentir les institutions de l?Union proches dans la mesure où elles sauront sagement conjuguer l?idéal de l?unité à laquelle on aspire, à la diversité propre de chacun, valorisant les traditions particulières, prenant conscience de son histoire et de ses racines, se libérant de nombreuses manipulations et phobies... D?autre part, les particularités de chacun constituent une richesse authentique dans la mesure où elles sont mises au service de tous. Il faut toujours se souvenir de l?architecture propre de l?Union européenne, basée sur les principes de solidarité et de subsidiarité, de sorte que l?aide mutuelle prévale, et que l?on puisse marcher dans la confiance réciproque. Dans cette dynamique d?unité-particularité, se pose à vous eurodéputés, l?exigence de maintenir vivante la démocratie des peuples d?Europe. Une conception uniformisante de la mondialisation touche la vitalité du système démocratique, affaiblissant le débat riche, fécond et constructif des organisations et des partis politiques entre eux. On court ainsi le risque de vivre dans le règne de l?idée, de la seule parole, de l?image, du sophisme? et de finir par confondre la réalité de la démocratie avec un nouveau nominalisme politique. Maintenir vivante la démocratie en Europe demande d?éviter les manières globalisantes de diluer la réalité, les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes anti-historiques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse. Maintenir vivante la réalité des démocraties est un défi actuel, en évitant que leur force réelle soit écartée face à la pression d?intérêts multinationaux non universels, qui les fragilisent et les transforment en systèmes uniformisés de pouvoir financier au service d?empires inconnus. C?est un défi qu?aujourd?hui l?histoire vous lance.
    Donner espérance à l?Europe ne signifie pas seulement reconnaître le caractère central de la personne humaine. Cela implique aussi d?en favoriser les capacités. Il s?agit donc d?y investir ainsi que dans les domaines où ses talents se forment et portent du fruit. Le premier domaine est sûrement celui de l?éducation, à partir de la famille, cellule fondamentale et élément précieux de toute société. La famille unie, féconde et indissoluble porte avec elle les éléments fondamentaux pour donner espérance à l?avenir. Sans cette solidité, on finit par construire sur le sable, avec de graves conséquences sociales. D?autre part, souligner l?importance de la famille non seulement aide à donner des perspectives et l?espérance aux nouvelles générations, mais aussi aux nombreuses personnes âgées, souvent contraintes à vivre dans des conditions de solitude et d?abandon parce qu?il n?y a plus la chaleur d?un foyer familial en mesure de les accompagner et de les soutenir. A côté de la famille, il y a les institutions éducatives, les écoles et les universités... Les jeunes d?aujourd?hui demandent à pouvoir recevoir une formation adéquate et complète pour regarder l?avenir avec espérance, plutôt qu?avec désillusion.
    L?Europe a toujours été en première ligne en faveur de l?écologie. Notre terre a en effet besoin de soins continus et d?attentions. Chacun a une responsabilité personnelle dans la protection de la création, don précieux que Dieu a mis entre les mains des hommes. Cela signifie, d?une part, que la nature est à notre disposition, que nous pouvons en jouir et en faire un bon usage. Mais, d?autre part, cela signifie que nous n?en sommes pas les propriétaires. Gardiens, mais non propriétaires. Par conséquent, nous devons l?aimer et la respecter, tandis qu?au contraire, nous sommes souvent guidés par l?orgueil de dominer, de posséder, de manipuler, d?exploiter; nous ne la gardons pas, nous ne la respectons pas, nous ne la considérons pas comme un don gratuit dont il faut prendre soin. Respecter l?environnement signifie cependant non seulement se limiter à éviter de le défigurer, mais aussi l?utiliser pour le bien. Je pense surtout au secteur agricole, appelé à donner soutien et nourriture à l?homme. On ne peut tolérer que des millions de personnes dans le monde meurent de faim, tandis que des tonnes de denrées alimentaires sont jetées chaque jour de nos tables. En outre, respecter la nature, nous rappelle que l?homme lui-même en est une partie fondamentale. A côté d?une écologie environnementale, il faut donc une écologie humaine, faite du respect de la personne, que j?ai voulu rappeler aujourd?hui en m?adressant à vous. Le deuxième domaine dans lequel fleurissent les talents de la personne humaine, c?est le travail. Il est temps de favoriser les politiques de l?emploi, mais il est surtout nécessaire de redonner la dignité au travail, en garantissant aussi d?adéquates conditions pour sa réalisation. Cela implique, d?une part, de repérer de nouvelles manières de conjuguer la flexibilité du marché avec les nécessités de stabilité et de certitude des perspectives d?emploi, indispensables pour le développement humain des travailleurs. D?autre part, cela signifie favoriser un contexte social adéquat, qui ne vise pas l?exploitation des personnes, mais à garantir, à travers le travail, la possibilité de construire une famille et d?éduquer les enfants.
    De même, est-il nécessaire d?affronter ensemble la question migratoire. On ne peut tolérer que la Mer Méditerranéenne devienne un grand cimetière... L?absence d?un soutien réciproque au sein de l?Union européenne risque d?encourager des solutions particularistes aux problèmes, qui ne tiennent pas compte de la dignité humaine des immigrés, favorisant le travail d?esclave et des tensions sociales continuelles. L?Europe sera en mesure de faire face aux problématiques liées à l?immigration si elle sait proposer avec clarté sa propre identité culturelle et mettre en acte des législations adéquates qui sachent en même temps protéger les droits des citoyens européens et garantir l?accueil des migrants. Elle doit adopter des politiques justes, courageuses et concrètes qui aident leurs pays d?origine dans le développement socio-politique et dans la résolution des conflits internes causes principales du phénomène, au lieu des politiques d?intérêt qui accroissent et alimentent ces conflits.
    La conscience de sa propre identité est nécessaire à l'Europe pour dialoguer de manière prospective avec les états qui ont demandé d?entrer pour faire partie de l?Union européenne à l?avenir. Je pense surtout à ceux de l?aire balkanique pour lesquels l?entrée dans l?Union européenne pourra répondre à l?idéal de paix dans une région qui a grandement souffert des conflits dans le passé. Enfin, la conscience de sa propre identité est indispensable dans les rapports avec les autres pays voisins, particulièrement avec ceux qui bordent la Méditerranée, dont beaucoup souffrent à cause de conflits internes et de la pression du fondamentalisme religieux ainsi que du terrorisme international. C'est à vous les législateurs que revient le devoir de protéger et de faire grandir l?identité européenne, afin que les citoyens retrouvent confiance dans les institutions de l?Union et dans le projet de paix et d?amitié qui en est le fondement. Sachant que plus grandit le pouvoir de l?homme plus s?élargit le champ de ses responsabilités, personnelles et communautaires. Je vous exhorte donc à travailler pour que l?Europe redécouvre sa bonne âme.
    Un auteur anonyme du II siècle a écrit que les chrétiens représentent dans le monde ce qu?est l?âme dans le corps. Le rôle de l?âme est de soutenir le corps, d?en être la conscience et la mémoire historique. Et une histoire bimillénaire lie l?Europe et le christianisme. Une histoire non exempte de conflits et d?erreurs, mais toujours animée par le désir de construire pour le bien. Nous le voyons dans la beauté de nos villes, et plus encore dans celle des multiples ?uvres de charité et d?édification commune qui parsèment le continent. Cette histoire, en grande partie, est encore à écrire. Elle est notre présent et aussi notre avenir. Elle est notre identité. Et l?Europe a fortement besoin de redécouvrir son visage pour grandir, selon l?esprit de ses pères fondateurs, dans la paix et dans la concorde, puisqu?elle-même n?est pas encore à l?abri de conflits. L?heure est venue de construire ensemble l?Europe qui tourne, non pas autour de l?économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables. L?Europe doit assumer avec courage son passé et regarder avec confiance son avenir pour vivre pleinement et avec espérance son présent. Le moment est venu d?abandonner l?idée d?une Europe effrayée et repliée sur elle-même, pour susciter et promouvoir l?Europe protagoniste, porteuse de science, d?art, de musique, de valeurs humaines et aussi de foi. L?Europe qui contemple le ciel et poursuit des idéaux, l?Europe qui regarde, défend et protège l?homme, l?Europe qui chemine sur une terre sûre et solide, sera une précieuse référence pour toute l?humanité!".
    Visite du Pape au Conseil de l'Europe

    (VIS). Après sa visite au Parlement européen, le Saint-Père a gagné vers midi en voiture le siège du Conseil de l'Europe, institution distincte de l'Union européenne regroupant 47 états. Après l'accueil du Secrétaire Général M.Thorbjorn Jagland, de Mme.Anne Brasseur, Présidente de l?assemblée, et des membres du Comité ministériel, il a gagné l´hémicycle pour s'adresser à l'ensemble des composantes du Conseil, son Assemblée Parlementaire, les Représentants des pays membres, les Juges de la Cour européenne des droits de l?homme. Voici l'intégralité de son discours:
    "Presque toute l?Europe est présente en cette enceinte, avec ses peuples, ses langues, ses expressions culturelles et religieuses, qui constituent la richesse de ce continent... Je vous remercie tous de tout c?ur pour l?engagement que vous prodiguez et pour la contribution que vous offrez à la paix en Europe, par la promotion de la démocratie, des droits humains et de l?état de droit. Dans l?intention de ses fondateurs, le Conseil de l?Europe, qui célèbre cette année son 65 anniversaire, répondait à une tension vers un idéal d?unité qui, à plusieurs reprises, a animé la vie du continent depuis l?Antiquité. Cependant, au cours des siècles, des poussées particularistes ont souvent prévalu, caractérisées par la succession de diverses volontés hégémoniques. Qu?il suffise de penser que dix ans avant ce 5 mai 1949, où a été signé à Londres le traité qui a institué le Conseil de l?Europe, commençait le plus cruel et le plus déchirant conflit dont ces terres se souviennent et dont les divisions se sont poursuivies pendant de longues années, alors que ce qu?on a appelé le rideau de fer coupait en deux le continent de la Baltique au Golfe de Trieste. Le projet des Pères fondateurs était de reconstruire l?Europe dans un esprit de service mutuel, qui aujourd?hui encore, dans un monde plus enclin à revendiquer qu?à servir, doit constituer la clef de voûte de la mission du Conseil de l?Europe, en faveur de la paix, de la liberté et de la dignité humaine.
    D?autre part, la voie privilégiée vers la paix...est de reconnaître dans l?autre non un ennemi à combattre, mais un frère à accueillir. Il s?agit d?un processus continu, qu?on ne peut jamais considérer pleinement achevé. C?est justement l?intuition qu?ont eue les fondateurs, qui ont compris que la paix était un bien à conquérir continuellement, et qu?elle exigeait une vigilance absolue. Ils étaient conscients que les guerres s?alimentent dans le but de prendre possession des espaces, de figer les processus et de chercher à les arrêter. Par contre, ils recherchaient la paix qui peut s?obtenir seulement par l?attitude constante d?initier des processus et de les poursuivre. De cette manière, ils affirmaient la volonté de cheminer en murissant dans le temps, parce que c?est justement le temps qui gouverne les espaces, les éclaire et les transforme en une chaîne continue de croissance, sans voies de retour. C?est pourquoi, construire la paix demande de privilégier les actions qui génèrent de nouveaux dynamismes dans la société et impliquent d?autres personnes et d?autres groupes qui les développeront, jusqu?à ce qu?ils portent du fruit dans des événements historiques importants. Pour cela, ils ont créé cet organisme stable.
    Quelques années après, Paul VI eut à rappeler que les institutions mêmes qui, sur le plan juridique et dans le concert des nations, ont pour rôle et pour mérite de proclamer et de conserver la paix, n'atteignent le but prévu que si elles sont continuellement à l'?uvre, si elles savent à chaque instant engendrer la paix, faire la paix. Un chemin constant d?humanisation est nécessaire, de sorte qu?il ne suffit pas de contenir les guerres, de suspendre les luttes, une paix imposée ne suffit pas, non plus qu'une paix utilitaire et provisoire. Il faut tendre vers une paix aimée, libre, fraternelle, et donc fondée sur la réconciliation des esprits. C?est-à-dire poursuivre les processus sans anxiété mais certainement avec des convictions claires et avec ténacité. Pour conquérir le bien qu'est la paix, il faut avant tout y éduquer, en éloignant une culture du conflit qui vise à la peur de l?autre, à la marginalisation de celui qui pense ou vit de manière différente. Il est vrai que le conflit ne peut être ignoré ou dissimulé, il doit être assumé. Mais si nous y restons bloqués, nous perdons la perspective, les horizons se limitent et la réalité elle-même demeure fragmentée. Quand nous nous arrêtons à la situation conflictuelle, nous perdons le sens de l?unité profonde de la réalité, nous arrêtons l?histoire et nous tombons dans les usures internes des contradictions stériles.
    Malheureusement, la paix est encore trop souvent blessée. Elle l?est dans de nombreuses parties du monde, où font rage des conflits de diverses sortes. Elle l?est aussi ici en Europe, où des tensions ne cessent pas. Que de douleur et combien de morts encore sur ce continent, qui aspire à la paix, mais pourtant retombe facilement dans les tentations d?autrefois! Pour cela, l??uvre du Conseil de l?Europe dans la recherche d?une solution politique aux crises en cours est importante et encourageante. Mais la paix est aussi mise à l?épreuve par d?autres formes de conflit, tels que le terrorisme religieux et international, qui nourrit un profond mépris pour la vie humaine et fauche sans discernement des victimes innocentes. Ce phénomène est malheureusement très souvent alimenté par un trafic d?armes en toute tranquillité. L?Eglise considère que la course aux armements est une plaie extrêmement grave de l?humanité et lèse les pauvres d?une manière intolérable. La paix est violée aussi par le trafic des êtres humains, qui est le nouvel esclavage de notre temps et qui transforme les personnes en marchandises d?échange, privant les victimes de toute dignité. Assez souvent, nous notons combien ces phénomènes sont liés entre eux. Le Conseil de l?Europe, à travers ses commissions et ses groupes d?experts, exerce un rôle important et significatif dans le combat contre ces formes d?inhumanité. Cependant, la paix n?est pas la simple absence de guerres, de conflits et de tensions. Dans la vision chrétienne, elle est, en même temps, don de Dieu et fruit de l?action libre et raisonnable de l?homme qui entend poursuivre le bien commun dans la vérité et dans l?amour. Cet ordre rationnel et moral s'appuie précisément sur la décision de la conscience des êtres humains à la recherche de l'harmonie dans leurs rapports réciproques, dans le respect de la justice pour tous.Comment donc poursuivre l?objectif ambitieux de la paix?
    La voie choisie par le Conseil de l?Europe est avant tout celui de la promotion des droits humains, auxquels est lié le développement de la démocratie et de l?état de droit. C?est un travail particulièrement précieux, avec d?importantes implications éthiques et sociales, puisque d?une juste conception de ces termes et d?une réflexion constante sur eux dépendent le développement de nos sociétés, leur cohabitation pacifique et leur avenir. Cette recherche est l?une des plus grandes contributions que l?Europe a offerte et offre encore au monde entier. C?est pourquoi je ressens ici le devoir de rappeler l?importance de l?apport et de la responsabilité de l?Europe dans le développement culturel de l?humanité. Je voudrais le faire en partant d?une image que j?emprunte à un poète italien du XX siècle, Clemente Rebora, qui décrit un peuplier, avec ses branches élevées vers le ciel et agitées par le vent, son tronc solide et ferme, ainsi que ses racines profondes qui s?enfoncent dans la terre. En un certain sens, nous pouvons penser à l?Europe à la lumière de cette image.
    Au cours de son histoire, l'Europe a toujours tendu vers le haut, vers des objectifs nouveaux et ambitieux, animée par un désir insatiable de connaissance, de développement, de progrès, de paix et d?unité. Mais l?élévation de la pensée, de la culture, des découvertes scientifiques est possible seulement à cause de la solidité du tronc et de la profondeur des racines qui l?alimentent. Si les racines se perdent, lentement le tronc se vide et meurt et les branches, autrefois vigoureuses et droite, se plient vers la terre et tombent. Ici, se trouve peut-être l?un des paradoxes les plus incompréhensibles pour une mentalité scientifique qui s?isole. Pour marcher vers l?avenir, il faut le passé, de profondes racines sont nécessaires et il faut aussi le courage de ne pas se cacher face au présent et à ses défis. Il faut de la mémoire, du courage, une utopie saine et humaine. D?autre part, fait observer Rebora, le tronc s?enfonce là où il y a davantage de vrai. Les racines s?aliment de la vérité, qui constitue la nourriture, la sève vitale de n?importe quelle société qui désire être vraiment libre, humaine et solidaire. En outre, la vérité fait appel à la conscience, qui est irréductible aux conditionnements, et pour cela est capable de connaître sa propre dignité et de s?ouvrir à l?absolu, en devenant source des choix fondamentaux guidés par la recherche du bien pour les autres et pour soi et lieu d?une liberté responsable... Sans cette recherche de la vérité, chacun devient la mesure de soi-même et de son propre agir, ouvrant la voie à l?affirmation subjective des droits, de sorte qu?à la conception de droit humain, qui a en soi une portée universelle, se substitue l?idée de droit individualiste. Cela conduit à être foncièrement insouciant des autres et à favoriser la globalisation de l?indifférence qui naît de l?égoïsme, fruit d?une conception de l?homme incapable d?accueillir la vérité et de vivre une authentique dimension sociale. Un tel individualisme rend humainement pauvre et culturellement stérile, puisqu?il rompt de fait les racines fécondes sur lesquelles se greffe l?arbre. De l?individualisme indifférent naît le culte de l?opulence, auquel correspond la culture de déchet dans laquelle nous sommes immergés. Nous avons, de fait, trop de choses, qui souvent ne servent pas, mais nous ne sommes plus en mesure de construire d?authentiques relations humaines, empreintes de vérité et de respect mutuel. Ainsi, aujourd?hui nous avons devant les yeux l?image d?une Europe blessée, à cause des nombreuses épreuves du passé, mais aussi à cause des crises actuelles, qu?elle ne semble plus capable d?affronter avec la vitalité et l?énergie d?autrefois. Une Europe un peu fatiguée et pessimiste, qui se sent assiégée par les nouveautés provenant des autres continents. Europe, où est ta vigueur? Où est cette tension vers un idéal qui a animé ton histoire et l?a rendue grande? Où est ton esprit d?entreprise et de curiosité? Où est ta soif de vérité, que jusqu?à présent tu as communiquée au monde avec passion? De la réponse à ces questions, dépendra l?avenir du continent. D?autre part, un tronc sans racines peut continuer d?avoir une apparence de vie, mais à l?intérieur il se vide et meurt. L?Europe doit réfléchir pour savoir si son immense patrimoine humain, artistique, technique, social, politique, économique et religieux est un simple héritage de musée du passé, ou bien si elle est encore capable d?inspirer la culture et d?ouvrir ses trésors à l?humanité entière. Dans la réponse à cette interrogation, le Conseil de l?Europe avec ses institutions a un rôle de première importance. Je pense particulièrement au rôle de la Cour européenne des Droits de l?Homme, qui constitue en quelque sorte la conscience de l?Europe pour le respect des droits humains. Je souhaite que cette conscience murisse toujours plus, non par un simple consensus entre les parties, mais comme fruit de la tension vers ces racines profondes, qui constituent les fondements sur lesquels les fondateurs de l?Europe contemporaine ont choisi de construire.
    A côté des racines qu?il faut...maintenir vivantes par l?exercice quotidien de la mémoire, puisqu?elles constituent le patrimoine génétique de l?Europe, il y a les défis actuels du continent qui nous obligent à une créativité continue. Pour être fécondes ces racines doivent se projettent vers les utopies de l?avenir. Je me permets d?en mentionner seulement deux, le défi de la multi-polarité et le défi de la transversalité. L?histoire de l?Europe peut nous amener à concevoir celle-ci naïvement comme une bipolarité, ou tout au plus comme une tri-polarité (pensons à l?antique conception Rome ? Byzance ? Moscou), et à nous mouvoir à l?intérieur de ce schéma, fruit de réductionnismes géopolitiques hégémoniques, dans l?interprétation du présent et dans la projection vers l?utopie de l?avenir. Aujourd?hui, les choses ne se présentent pas ainsi et nous pouvons légitimement parler d?une Europe multipolaire. Les tensions, aussi bien celles qui construisent que celles qui détruisent, se produisent entre de multiples pôles culturels, religieux et politiques. L?Europe aujourd?hui affronte le défi de globaliser de manière originale cette multi-polarité. Les cultures ne s?identifient pas nécessairement avec les pays qui ont diverses cultures, dont certaines s?expriment dans des pays différents. Il en est de même des expressions politiques, religieuses et associatives. Globaliser de manière originale la multi-polarité comporte le défi d?une harmonie constructive, libérée d?hégémonies qui, bien qu?elles semblent pragmatiquement faciliter le chemin, finissent par détruire l?originalité culturelle et religieuse des peuples. Parler de la multipolarité européenne signifie parler de peuples qui naissent, croissent et se projettent vers l?avenir. La tâche de globaliser la multi-polarité de l?Europe, nous ne pouvons pas l?imaginer avec l?image de la sphère, dans laquelle tout est égal et ordonné, mais qui en définitive est réductrice puisque chaque point est équidistant du centre. L'image du polyèdre est meilleure car l?unité harmonique du tout conserve la particularité de chacune des parties. Aujourd?hui, l?Europe est multipolaire dans ses relations et ses tensions ; on ne peut ni penser ni construire l?Europe sans assumer à fond cette réalité multipolaire.
    L?autre défi que je voudrais mentionner est la transversalité. Je pars d?une expérience personnelle: Dans mes rencontres...j?ai pu remarquer que les hommes politiques jeunes affrontent la réalité avec une perspective différente par rapport à leurs collègues européens plus âgés. Ils disent peut-être des choses apparemment similaires, mais l?approche est différente... Cette donnée empirique indique une réalité de l?Europe contemporaine que l?on ne peut ignorer sur le chemin de la consolidation continentale et de sa projection. Il faut tenir compte de cette transversalité qui se retrouve dans tous les domaines. Cela ne peut se faire sans recourir au dialogue, même inter-générationnel. Si nous voulions définir aujourd?hui le continent, nous devrions parler d?une Europe en dialogue, qui fait en sorte que la transversalité d?opinions et de réflexions soit au service des peuples unis dans l?harmonie. Emprunter ce chemin de communication transversale comporte non seulement une empathie générationnelle mais aussi une méthodologie historique de croissance. Dans le monde politique actuel de l?Europe, le dialogue uniquement interne aux organismes politiques, religieux, culturels, de sa propre appartenance se révèle stérile. L?histoire aujourd?hui demande pour la rencontre, la capacité de sortir des structures qui contiennent sa propre identité afin de la rendre plus forte et plus féconde dans la confrontation fraternelle de la transversalité. Une Europe qui dialogue seulement entre ses groupes d?appartenance fermés reste à mi-chemin. On a donc besoin de l?esprit de jeunesse qui accepte le défi de la transversalité.
    Dans cette perspective, j?accueille positivement la volonté du Conseil de l?Europe d?investir dans le dialogue inter-culturel, y compris dans sa dimension religieuse, par les Rencontres sur la dimension religieuse du dialogue interculturel. Il s?agit d?une occasion propice pour un échange ouvert, respectueux et enrichissant entre personnes et groupes de diverses origine, tradition ethnique, linguistique et religieuse, dans un esprit de compréhension et de respect mutuel. Ces rencontres semblent particulièrement importantes dans le contexte actuel multiculturel, multipolaire, à la recherche de son propre visage pour conjuguer avec sagesse l?identité européenne formée à travers les siècles avec les instances provenant des autres peuples qui se manifestent à présent sur le continent. C?est dans cette logique qu?il faut comprendre l?apport que le christianisme peut fournir aujourd?hui au développement culturel et social européen dans le cadre d?une relation correcte entre religion et société. Dans la vision chrétienne, raison et foi, religion et société sont appelées à s?éclairer réciproquement, en se soutenant mutuellement et, si nécessaire, en se purifiant les unes les autres des extrémismes idéologiques dans lesquelles elles peuvent tomber. La société européenne tout entière ne peut que tirer profit d?un lien renouvelé entre les deux domaines, soit pour faire face à un fondamentalisme religieux qui est surtout ennemi de Dieu, soit pour remédier à une raison réduite, qui ne fait pas honneur à l?homme. Les thèmes d?actualité, dans lesquels je suis convaincu qu?il peut y avoir un enrichissement mutuel, où l?Eglise catholique, via notamment le Conseil des Conférences épiscopales d?Europe peut collaborer avec le Conseil de l?Europe et offrir une contribution fondamentale, sont très nombreux. Avant tout, à la lumière de tout ce que je viens de dire, il y a le domaine d?une réflexion éthique sur les droits humains, sur lesquels votre Organisation est souvent appelée à se pencher. Je pense particulièrement aux thèmes liés à la protection de la vie humaine, questions délicates qui ont besoin d?être soumises à un examen attentif, qui tienne compte de la vérité de tout l?être humain, sans se limiter à des domaines spécifiques médicaux, scientifiques ou juridiques.
    De même, et ils sont nombreux, les défis du monde contemporains qui requièrent une étude et un engagement commun, à commencer par l?accueil des migrants, qui ont besoin d?abord et avant tout de l?essentiel pour vivre, mais principalement que leur dignité de personnes soit reconnue. Il y a ensuite le grave problème du travail, surtout en ce qui concerne les niveaux élevés de chômage des jeunes dans beaucoup de pays. C'est une vraie hypothèque pour l?avenir mais aussi pour la question de la dignité du travail. Je souhaite vivement que s?instaure une nouvelle collaboration sociale et économique, affranchie de conditionnements idéologiques, qui sache faire face au monde globalisé, en maintenant vivant ce sens de solidarité et de charité réciproques qui a tant caractérisé le visage de l?Europe grâce à l?action généreuse de centaines d?hommes et de femmes, dont certains sont considérés saints par l?Eglise catholique, qui se sont dépensés pour développer le continent, tant à travers l?activité d?entreprise qu?à travers des ?uvres éducatives, d?assistance et de promotion humaine. Surtout ces dernières représentent un point de référence important pour les nombreux pauvres qui vivent en Europe. Combien il y en a dans nos rues! Ils demandent non seulement le pain pour survivre, ce qui est le plus élémentaire des droits, mais ils demandent aussi à redécouvrir la valeur de leur propre vie, que la pauvreté tend à faire oublier, et à retrouver la dignité conférée par le travail.
    Enfin, parmi les thèmes qui sollicitent notre réflexion et notre collaboration, il y a la protection de l?environnement, de notre bien-aimée terre qui est la grande ressource que Dieu nous a donnée et qui est à notre disposition non pour être défigurée, exploitée et avilie, mais pour que nous puissions y vivre avec dignité, en jouissant de son immense beauté. Paul VI a défini l?Eglise comme experte en humanité. Dans le monde, à l?imitation du Christ, malgré les péchés de ses enfants, elle ne cherche rien d?autre que de servir et de rendre témoignage à la vérité. Rien d?autre que cet esprit ne nous guide dans le soutien du chemin de l?humanité. Dans cette disposition d?esprit, le Saint-Siège entend continuer sa propre collaboration avec le Conseil de l?Europe, qui revêt aujourd?hui un rôle fondamental pour forger la mentalité des futures générations européennes. Il s?agit de développer ensemble une réflexion dans tous les domaines, afin que s?instaure une sorte de nouvelle agora, dans laquelle chaque instance civile et religieuse puisse librement se confronter avec les autres, même dans la séparation des domaines et dans la diversité des positions, animée exclusivement par le désir de vérité et par celui d?édifier le bien commun. La culture, en effet, naît toujours de la rencontre réciproque, destinée à stimuler la richesse intellectuelle et la créativité de ceux qui y prennent part. Outre le fait que c?est la réalisation du bien, cela est beau. Je souhaite que l?Europe, en redécouvrant son patrimoine historique et la profondeur de ses racines, en assumant sa vivante multi-polarité et le phénomène de la transversalité en dialogue, retrouve cette jeunesse d?esprit qui l?a rendue féconde et grande".



    http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/11/l-eglise-raison-et-la-culture-moderne.html


  • François de Siebenthal: Pour un capital social local. Le ...

    desiebenthal.blogspot.com/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html

    10 mai 2011 - Le polypoly (c) Un système simple pour échanger des biens et des services dans le cadre d'un club privé. L'unité de compte est le temps,  ...
  • François de Siebenthal: Monopoly ou polypoly

    desiebenthal.blogspot.com/2009/09/monopoly-ou-polypoly.html

    ... Corthay, RSR Nous misons sur le polypoly, gagnant-gagnant, voir http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=765. Posted by François de Siebenthal at 03:52:00 ...
  • François de Siebenthal: Le monopoly ou polypoly ? La ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../le-monopoly-est-mort-vive-le-polypoly.ht...

    9 nov. 2011 - Nous aimons croire que la misère dans laquelle le monde se trouve est due au fait que l'humanité est divisée en trop de pays. Et nous aimons ...
  • François de Siebenthal: QU'EST CE QU'UNE ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../quest-ce-quune-accorderie-amelioree-un.ht...

    24 mai 2013 - UN POLYPOLY QUI VAUT MIEUX QUE LE MONOPOLY ACTUEL. http://desiebenthal.blogspot.ch/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html.

  • 0 0

    Après le Venezuela, l'Allemagne et la Hollande, la Suisse va aussi rapatrier son or : folie sur l'or physique...


    Faux lingots fourrés au tungstène, folie sur l'or physique...
    Les rapatriements des stocks d'or se généralisent

    Cette fois ci c'est la Suisse qui va exiger le rapatriement de l'or détenu par la banque nationale Suisse. Source

    Nous voulons au moins :
    Garder nos stocks d'or en Suisse.
    Empêcher la banque nationale Suisse de vendre tout ou partie des réserves d'or du pays.
    D'imposer à la banque nationale Suisse de détenir au moins 20% des réserves en or physique.
    On n'a plus confiance dans les "banques centrales" (New York Fed en fait privée et Banque centrale d'Angleterre), censées détenir l'or physique pour le compte de nombreux États. 
    L' Allemagne mettra 20 ans ( sic, vingt ans... ) à récupérer de la FED de New York son stock d'or. 
    Comment est il possible que 20 ans soient nécessaire pour ce faire ?
    L'or n'y est peut être tout simplement plus comme l'affirme notamment Bill Still...


    La réponse se trouve dans les interventions communes de la France et des USA en Libye et au Mali, pays d'Afrique riches en or !

    http://www.goldinitiative.ch/

    Les objectifs de l'initiative:

    • faire cesser les ventes d'or!
    • stocker les réserves d'or en Suisse!
    • la part de l'or aux actifs de la Banque nationale doit représenter au moins 20%!

    Saviez-vous,


    que la Banque nationale a vendu pendant cinq ans en moyenne une tonne d'or par jour?
    que plus de la moitié de cet or, donc 1550 tonnes de cette fortune du peuple, a déjà été bradée à vil prix?
    que le conseiller fédéral compétent a répondu ce qui suit au Parlement à la question de savoir où était stocké cet or: "Je ne peux malheureusement pas vous dire où sont stockées ces barres d'or parce que je ne le sais pas, parce que je ne dois pas le savoir et parce que je ne veux pas le savoir."?

    L’or détenu par les Etats-Unis pourrait avoir disparu (E. von Greyerz)

    « Egon von Greyerz, qui avait annoncé le rapatriement de l’or néerlandais un mois à l’avance, a déclaré que le stock d’or des États-Unis, que les pays croient en sécurité à la Fed de New York, a disparu.
    stock-or-detenu-etats-unis-aurait-disparu
    Voici d’abord un extrait de l’article publié par Egon von Greyerz dans lequel il annonçait le rapatriement de l’or des Pays-Bas, plusieurs semaines avant le communiqué officiel de la Banque centrale néerlandaise (DNB) :
    « Nous avons appris de source fiable qu’un rapatriement secret d’or des États-Unis vers l’Europe serait actuellement en cours. En octobre 2014.
    L’information contient des détails sur les quantités transportées par une firme mondiale de transport sécurisé, qui sont beaucoup plus élevées que la normale, ainsi que le pays de destination.
    Le simple fait que ce rapatriement d’or se déroulerait en secret confirme ce que les investisseurs cherchant la préservation de richesse ont toujours su, à savoir que l’or devrait toujours être détenu sous contrôle direct de son propriétaire. C’est la seule preuve de l’existence réelle de l’or. »

    Jusqu’à récemment, la Banque centrale néerlandaise (DNB) avait seulement 11% de son or aux Pays-Bas. Mais vendredi, le rapatriement de 122 tonnes depuis les États-Unis a été officialisé par la DNB, ce qui signifie qu’ils ont dorénavant 69% de leur or à l’étranger, dont la majorité de celui-ci aux Etats-Unis.
    Au mois d’octobre, nos sources nous ont dit ce qui se passait en Hollande et nous avions publié une note le 23 octobre, sans mentionner le pays.
    Alors pourquoi les Pays-Bas laissent-ils 69% de leur or à l’étranger ? Ils devraient pourtant être inquiets après l’échec du rapatriement de l’or allemand. La Fed n’a livré qu’une partie des 680 tonnes initialement demandées par l’Allemagne et a indiqué qu’elle serait en mesure de rendre le reste de l’or en 2020. C’est la preuve flagrante que la Fed n’a pas l’or allemand ….
    Il a probablement été loué ou vendu par la Fed à une bullion bank. L’acheteur était très certainement la Chine et c’est là que l’or se trouve dorénavant. Tout ce qu’a l’Allemagne est une promesse de règlement de contrat papier en or physique de la Fed. Et la Fed pourrait ne jamais trouver de l’or physique aux prix actuels.
    L’histoire est la même pour les Pays-Bas. 31% de leur or est maintenant à la Fed, mais cet or est certainement en Chine. Les Pays-Bas ont donc reçu l’or que la Fed a pu trouver, car le reste n’existe probablement pas.
    La DNB a déclaré dans un communiqué de presse que « cela peut aussi avoir un effet positif sur la confiance du public. » Il n’y a aucune raison pour que les Hollandais soient en confiance avec 69% de leur or à l’étranger, surtout que la majorité de celui-ci est probablement juste en papier doré.
    Dans l’Initiative sur l’or de la Suisse, l’une des exigences est de rapatrier 300 tonnes d’or de l’étranger. 200 tonnes sont censées être à Londres et 100 tonnes en Ottawa. J’ai participé à un débat sur la télévision suisse il y a quelques jours. Lorsqu’on a demandé à Jean-Pierre Roth, l’ancien Président de la Banque nationale suisse, si quelqu’un avait vu l’or, il a juste dit qu’il faisait confiance au Royaume-Uni et au Canada.
    Mais malheureusement, il semble que toute cette « confiance » que les banquiers centraux ont dans la Fed et d’autres banques dépositaires est infondée. Parce que quand arrive l’épreuve du rapatriement, une grande partie de l’or détenu par les banques centrales occidentales semble s’être évaporée ».
    Goldbroker.com, le 25 novembre 2014
    Source originale : Kingworldnews

    Votations, tricheries ? Quel formulaire avez-vous reçu ?

    https://www.facebook.com/groups/votations/

    La fraude électorale devrait être qualifiée de « crime contre la démocratie » et punie en conséquence


    Les votations du 22.9.13 sont manipulées, comme d'autres auparavant, notamment celle des RFID, de l'ONU, du FMI etc... Il est important de protéger les votations et les élections. .... Est-ce que vous pouvez vérifier et confirmer que votre matériel de vote est translucide et qu'il est à disposition des tricheurs pendant des semaines, comme à Lausanne et Genève. Ils regardent le contenu des enveloppes sans les ouvrir et savent ce que vous avez voté, puis ils changent les enveloppes et leur contenu avant le dépouillement officiel pour influencer le résultat depuis plus de 10 ans ! Ce sera pire avec l'électronique qui ne laisse pas de traces. Dés que nous aurons plusieurs témoins, notre groupe pourra agir, par exemple écrire des lettres aux procureurs et aux médias.
    Merci.

    La Suisse doit sortir du FMI et de la BM !







    Toujours plus de dettes à intérêts crées du néant ? NON. 





    « La création de monnaie de rien actuelle par le système bancaire est identique … à la création de monnaie par des faux monnayeurs. ...»
    Maurice Allais
    Physicien et économiste

    Prix Nobel d'économie en 1988
    •      « La crise mondiale aujourd'hui »
    (Ed. Clément Juglar 1999).
    La Suisse doit sortir du FMI et de la BM !

    .... pour de graves raisons que nous dénonçons, depuis des années (voir annexes). Nos analyses sont partagées par des économistes de renom et prix Nobel, aussitôt diffamés, quand critiquant ces molochs.

    Nous remercions ainsi chaleureusement Monsieur le Conseiller national Oskar Freysinger (UDC/Valais) et ses 11 cosignataires pour le courageux dépôt du jour de sa pertinente Motion au Parlement suisse.

    Cosignataires: MM. les 11 Conseillers nationaux.







    Source :


    10.4056 – Motion

    La Suisse doit sortir du FMI et de la banque mondiale

    (ci-après le texte original de la Motion encore non disponible en F, ni traduite en D/I sur le Site précité)

    La Suisse sort du FMI et de la BM (Banque mondiale), en parallèle une CEP doit enquêter sur les coûts réels de notre participation. Le Conseil fédéral est chargé de concrétiser ces deux demandes avant la fin de la présente législature, donc les Elections fédérales du 13 octobre 2011, puis de diligenter toutes poursuites pénales et civiles utiles au profit du Souverain.  
      
    Développement

    1. Le FMI et la BM violent la Neutralité suisse en nous forçant à des actions politiques dirigées "par les U.S.A.". Ainsi, depuis que nous y sommes entrés "notre politique économique" est devenue «colonialiste» et anti-développement, notamment dans les pays les plus pauvres et maintenant ceux voisins de l'UE. 

    2. De plus, elles sont coûteuses et se basent toujours sur des statistiques douteuses, après avoir par exemple obligé la Suisse à vendre son or aux cours les plus bas et à changer notre Constitution dans ce dessein.

    3. FMI et BM font également le jeu - économiquement malsain - du maintien artificiel de l'Euro et des Diktats "anticonstitutionnels" de la BCE. 

    4. Par leurs politiques draconiennes d'ajustements (sic!) du chômage, FMI et BM induisent aggravent souvent les problèmes en entraînant des conséquences sociales dévastatrices et un accroissement de la pauvreté.

    5. Ils veulent aussi maintenir et préserver les privilèges d'un système inefficace et ruineux (création de fausse monnaie « ex nihilo », comme le prouve notamment le Prix Nobel Maurice Allais, par milliers de milliards, avec un système bancaire fractionnaire, menteur, gaspilleur, tricheur et voleur, aussi par des salaires, primes et bonus antisociaux).

    6. FMI et BM visent - dans leurs propres déclarations - un impôt, une monnaie et un gouvernement mondial unique, très dangereux pour nos libertés. Ils ne sont ni subsidiaires, ni fédéralistes. 

    7. Par ailleurs, ils ne sont pas du tout démocratiques, ni transparentes et contribuent à la corruption et aux fraudes, aussi en allouant des salaires et des frais trop élevés à un nombre d'employés exagéré. Le népotisme y est monnaie courante.

    8. Même le controversé keynésien, "conseiller" d'Obama, Joseph Stiglitz, notamment Prix Nobel d'Economie et vice-président de la Banque mondiale de 1997 à 2000, s'est attaqué au FMI dans un livre. Il l'accuse de privilégier les intérêts de son principal actionnaire  les États-Unis, avant ceux des pays en difficultés.

    FMI et Banque Mondiale ( BM ), des sangsues en milliards sur les peuples du monde, çà suffit !

    La Suisse sortira du FMI et de la BM le plus vite possible.

    Mass-media, malgré la censure, quelques titres d'articles évocateurs : 

    "Les avis du FMI sont-ils meilleurs que ceux d'un ivrogne dans la rue ?" (Dean Baker, codirecteur du Center for  Economic and Policy Research à Washington, dans le Guardian du 29 juin) : la réponse est non et, au moins, ces derniers,  sont-ils honnêtes et souvent disent un semblant de vérité ; 

    "Des cinglés aux commandes" (Paul Krugman, Prix Nobel d'économie, dans le New York Times du 7 juin) ; j'en passe et des meilleures. ( Afrique, Asie...).





    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
    Mark Weisbrot, président du Just Foreign Policy à Washington, décortique l'étouffement délibéré de la Lettonie par le FMI. Le schéma est simple : ce pays ne peut pas dévaluer car sa monnaie est accrochée à l'euro. Pour l'aider à retrouver sa compétitivité sur le marché mondial, il faut donc le faire entrer en déflation afin que, les salaires s'effondrant, la dévaluation se fasse en termes réels.

    La crise de solvabilité de la Grèce : le FMI a écarté toute solution en termes de restructuration de la dette parce qu'elle aurait coûté trop cher aux banques créditrices, surtout européennes. On gratifie ceux-là mêmes, qui, par leurs paris irresponsables, ont privé des millions de gens de leur travail et de leur domicile en enfonçant encore plus le poignard dans la plaie.
    Chose remarquable quand on vit en France : DSK est le plus souvent épargné par ces critiques. C'est que, la plupart du temps, on ne cite même pas son nom, sinon en passant. On juge en effet que les véritables décideurs du FMI sont les ministres des finances des pays riches, le Trésor américain en tête, où grouillent d'anciens employés de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs.
    Une fois, cependant, DSK a fait l'objet d'une accusation gravissime : sa politique, ou plutôt sa rhétorique, s'expliquerait par le désir de faire les gros titres dans son pays d'origine (New York Times du 11 mai). L'auteur de l'article s'appuie sur l'économiste de Berkeley Barry Eichengreen, un ancien du Fonds, et semble trouver évident que c'est en séduisant les banques plutôt que le "peuple de gauche" que DSK arrivera à ses fins électoralistes.




    Le FMI manipule et triche.


    Dette publique US totale d'après son journal : 

    200 000 milliards de $... soit 840% du PIB actuel. 'Soyons réaliste', écrit le Pr. Kotlikoff dans le journal du FMI, édition de septembre , 'les Etats-Unis sont en faillite'...

    Mais tout ceci est faux et exagéré par le FMI ( qui veut plus que doubler tous les impôts, sic) car nous prouvons ci-dessous que plus de 99 % de ces "dettes" sont des tigres en papier, du vol pur et simple par astuce selon le prix Nobel Maurice Allais, pires que de la fausse monnaie car ce sont des faux sournois. Une rapine mondiale honteuse et mortelle. Qui sont les créanciers rapaces qui sucent le sang des innocents ? 

    La seule solution, le dividende à tous qui relancera enfin la consommation indispensable.


    François de Siebenthal: Le FMI manipule et triche.

     

    1. 8 nov. 2010 ... Mais tout ceci est faux et exagéré par le FMI ( qui veut plus que doubler tous les impôts, sic) car nous prouvons ci-dessous que plus de 99 ...
      desiebenthal.blogspot.com/.../le-fmi-manipule-et-triche.html - En cache
    2. François de Siebenthal: Scandale au FMI.. Sur l'ordre de DSK ...

       
      23 oct. 2008 ... Scandale au FMI. Sur l'ordre de DSK, Dominique Strauss Kahn, actuel Président du FMI... Posted by François de Siebenthal at 08:04:00 ...
      desiebenthal.blogspot.com/.../scandale-au-fmi-sur-lordre-de-dsk.html - En cache
    3. François de Siebenthal: LE SABRE, LE GOUPILLON ET LES MARCHÉS

       
      14 sept. 2010 ... Grâce aux « recettes » du FMI, il a à son actif, si l'on peut dire, la création ou ... Posted by François de Siebenthal at 09:04:00 ...
      desiebenthal.blogspot.com/.../le-sabre-le-goupillon-et-les-marches.html - En cache
    4. François de Siebenthal: Haïti persécuté par le FMI

       
      3 mars 2010 ... Les révoltes de la faim de 2008 en Haïti et dans le reste du monde sont une conséquence de cette politique économique absurde du FMI ! ...
      desiebenthal.blogspot.com/.../haiti-persecute-par-le-fmi.html - En cache
    5. François de Siebenthal - Google Profile

      Economiste HEC - de Siebenthal & Cie, suisse-plus.com
      Marié, de Siebenthal & Cie (dès novembre 1991) 3 C (dès février 1988) Conseils .... Le FMImanipule et triche. Dette publique US totale d'après son journal ...
      www.google.com/profiles/siebenthal - En cache
    6. [PDF] 

       François von Siebenthal

       
      Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat - Afficher
      7 juin 2009 
      ... François von Siebenthal, ch. des Roches 14, 1010 Lausanne, recourant ......MM Sarkozy et DSK alias Dominique Strauss Kahn du FMI sont ...
      www.geistige-landesverteidigung.ch/.../files/francois_von_siebenthal.pdf





  • François de Siebenthal

    desiebenthal.blogspot.com/

    Il y a 2 jours - Il a écrit sur le livre d'or: "Puisse le Parlement européen demeurer un lieu où ...... Mr. de Siebenthal explained: “The popular initiative for an ...
  • François de Siebenthal: OUI à l'initiative «Sauvez l'or de la ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../oui-linitiative-sauvez-lor-de-la-suisse.html

    4 nov. 2014 - L'un des trois objets au menu des votations fédérales du 30 novembre est l'initiative populaire intitulée «Sauvez l'or de la Suisse!
  • A song in support of the Swiss "Save Our Gold" popular ...

    https://plus.google.com/.../posts/5ea1GhcynH...

    Traduire cette page
    15 nov. 2014 - A song in support of the Swiss "Save Our Gold" popularinitiative. Long live true democracy! Like gold, it keeps its value. Vote "yes" on 30 November and put back ...
  • [PDF]POUR UNE MONNAIE à L'ABRI DES CRISES - Vollgeld ...

    www.vollgeld-initiative.ch/.../Unterschriftenlliste_A4_Vollgeld-Initiative...

    3 juin 2014 - Initiative populaire fédérale ... nétaires suffisantes, dont une part doit consister en or. ... droit de vote : François de Siebenthal, Chemin des Roches 14, 1010 Lausanne; Thomas Jenni, Charmilles 14, 1400 Yverdon; Pierre  ...
  • OUI à l'initiative «Sauvez l'or de la Suisse!». OUI à l'initiative ...

    https://plus.google.com/.../posts/CfZeRHEynt1

    4 nov. 2014 - OUI à l'initiative «Sauvez l'or de la Suisse!». De l'or pour la Suisse Denis Ramelet La Nation n° 2004 31 octobre 2014 L'un des trois objets au menu des votations ...
  • Invitation: Swiss monetary policy and the crisis - Corps ...

    corps-consulaire.blogspot.com/.../invitation-swiss-monetary-policy-and.h...

    19 oct. 2014 - 3 juin 2014 - Initiative «Monnaie pleine» .... droit de vote : François de Siebenthal, Chemin des Roches 14, 1010 Lausanne; Thomas Jenni,  ...


  • François de Siebenthal: Fraudes: Votations surveillées en ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../fraudes-votations-surveillees-en-suisse.html

    12 nov. 2013 - FraudesVotations surveillées en Suisse. Votes manipulés: Votes par correspondance trop facilement falsifiables dans toute la Suisse:
  • François de Siebenthal: Votations 2014, fraudes massives ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../votations-2014-fraudes-massives-trop.html

    3 févr. 2014 - Votations 2014, fraudes massives trop faciles. Avec un simple spot ou une simple lampe de poche , par exemple à Leds, dans tous les greffes ...
  • 09.3174 - Votations et élections. Attention à la fraude - Curia ...

    www.parlament.ch › Le Parlement suisse › Recherche

    Votations et élections. Attention à la fraude. Déposé par. Rennwald Jean-Claude. Date de dépôt: 18.03.2009; Déposé au: Conseil national; Etat des ...
  • Rappels :
    Lire aussi :
    Lettre ouverte de Marine Le Pen à Monsieur Christian Noyer concernant les réserves d’or de la France



    1. François de Siebenthal: Votations 2014, fraudes massives ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../votations-2014-fraudes-massives-trop.html

      3 févr. 2014 - Votations 2014, fraudes massives trop faciles. Avec un simple spot ou une simple lampe de poche , par exemple à Leds, dans tous les greffes ...
    2. François de Siebenthal: Fraudes: Votations surveillées en ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../fraudes-votations-surveillees-en-suisse.html

      12 nov. 2013 - FraudesVotations surveillées en Suisse. Votes manipulés: Votes par correspondance trop facilement falsifiables dans toute la Suisse:
    3. François de Siebenthal: Fraudes, ne pas plier le bulletin ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../fraudes-ne-pas-plier-le-bulletin-pour.html

      24 sept. 2013 - Pour cela il est important de protéger les votations. .... Est-ce que vous pouvez ... Fraudes démocratiques en Suisse, de pire en pire. Posted by  ...
    4. François de Siebenthal: Votations et élections. Attention aux ...

      desiebenthal.blogspot.com/2010/.../votations-et-elections-attention-aux.h...

      29 nov. 2010 - Votations et élections. Attention aux fraudes. La totalité des cantons alémaniques, sauf le demi-canton de Bâle-Ville, ont accepté l'initiative et  ...
    5. François de Siebenthal: Vaud: encore des fraudes ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../vaud-encore-des-fraudes-democratiques.ht...

      26 nov. 2013 - 2013 - FraudesVotations surveillées en Suisse. Votes manipulés: Votes par correspondance trop facilement falsifiables dans toute la Suisse:  ...
    6. François de Siebenthal: Matériel de vote, fraudes faciles

      desiebenthal.blogspot.com/2013/10/materiel-de-vote-fraudes-faciles.html

      8 oct. 2013 - 1 Pour toutes les votations, l'autorité compétente fait imprimer le matériel de vote officiel qui comprend : 2 une enveloppe de transmission;
    7. I. Öffentlich-rechtliche Abteilung 1C.245/2009

      www.polyreg.ch/bgeunpub/Jahr_2009/...1C.../1C.245__2009.html

      Parties François von Siebenthal, recourant, contre Conseil d'Etat du canton de Vaud,... Faits: A. Le 17 mai 2009 a eu lieu la votation fédérale relative d'une part à ... et enveloppes supplémentaires pouvaient permettre des fraudes, de même  ...
    8. 14 novembre 2013 - Facebook

      https://fr-fr.facebook.com/VaudLibre/posts/10201305450012952

      http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/11/fraudes-votations-surveillees-en-suisse.html · François de SiebenthalFraudesVotations surveillées en Suisse.
    9. DFR - BGer 1C_245/2009 vom 01.10.2009 - servat.unibe.ch

      www.servat.unibe.ch/dfr//bger/091001_1C_245-2009.html

      Le 17 mai 2009 a eu lieu la votation fédérale relative d'une part à l'arrêté ... Le 20 mai 2009, le Mouvement Citoyen Suisse et François von Siebenthal ont saisi ... et enveloppes supplémentaires pouvaient permettre des fraudes, de même que  ...
    10. Politique - Famille de Siebenthal

      www.de-siebenthal.com/politique.htm

      Ils vont jusqu'à tricher les résultats des élections et des votations, nous en avons .....7) Traitement de la plainte pour fraude électorale déposée par M. Burdet.
    11. Fraudes: Votations surveillées en Suisse. Votes manipulés ...

      https://plus.google.com/.../posts/9ppF8QkFWZC

      12 nov. 2013 - FraudesVotations surveillées en Suisse. Votes manipulés: Votes par correspondance trop facilement falsifiables dans toute la Suisse: Jura 2013: Pour garantir la ...
    12. Votations 2014, fraudes massives trop faciles Avec un ...

      https://plus.google.com/.../posts/CKVc9qhbsQJ

      3 févr. 2014 - Votations 2014, fraudes massives trop faciles. Avec un simple spot ou une simple lampe de poche , par exemple à Leds, dans tous les greffes de toutes les ...


    0 0
  • 11/29/14--00:07: Vaccins dangereux

  • Un vaccin contre la grippe suspendu après trois morts suspectes.

    www.metronews.fr

     L'Italie a suspendu la commercialisation de deux lots de vaccins contre la grippe après la mort suspecte de trois personnes, peu de temps après avoir en avoir bénéficié.

    Les vaccins anti-grippaux ont une efficacité égale à zéro et cela a été scientifiquement prouvé. En même temps, l’OMS admet ouvertement que ces vaccins contiennent toujours du mercure, métal lourd décrit comme un neurotoxique qui détruit les tissus cérébraux.

    5 utilisations étonnantes des vaccins (comme prouvé par l’histoire récente)

    Les vaccins ont leur utilité, finalement. Ils sont vraiment super pour ces 5 choses :
    1) Administrer du mercure très toxique à la population
    2) Récupérer en secret de l’ADN des gens
    3) Fournir un prétexte aux opérations de la CIA
    4) Injecter des contraceptifs et des virus cancérigènes à des millions de gens
    5) Entraîner la population à mettre en pratique « l’obéissance médicale »
    Mais les vaccins sont les plus performants pour tout faire sauf ce qu’ils prétendent être : une prévention des maladies infectieuses.
    Il s’avère que les meilleures défenses contre les maladies infectieuses sont :
    * L’absorption d’excellents nutriments provenant de diverses variétés de plantes fraîches
    * Une bonne hygiène de vie et de bons systèmes sanitaires publics
    * Des taux optimum de vitamine D dans la population, vitamine gratuite par exposition au soleil.
    * Des lavages de main réguliers de l’équipe médicale et des patients
    * Une exposition délibérée aux microbes amis de la terre et même à ceux des animaux de ferme
    * Éviter une exposition aux substances immunodépressives comme la fumée de tabac ou les métaux lourds
    Concernant l’inutilité des vaccins pour une maladie éradiquée, voir le graphique ci-dessous qui montre que la rougeole avait été virtuellement éradiquée avant même l’introduction du vaccin anti-rougeoleux. 
    Aujourd’hui, les instances médicales prétendent à tort que les vaccins sont seuls responsables de l’éradication de maladies comme la rougeole, la variole et la polio. Mais si les vaccins seuls ont entraîné une diminution, alors pourquoi presque tout le déclin de la rougeole est-il par exemple survenu AVANT l’introduction du vaccin anti-rougeole ? 

    ( Les vaccins peuvent-ils voyager dans le temps ? )
    Sources:
    http://spread-the-truth777.blogspot.ch/2014/11/la-maison-blanche-officiellement-admis.html(1) http://www.nytimes.com/2011/07/12/world/asia…
    (2) http://www.theguardian.com/world/2011/jul/11…
    (3) http://news.yahoo.com/white-house-vows-cia-n…



    1. François de Siebenthal: Vaccins: dangers mortels

      desiebenthal.blogspot.com/2011/11/vaccins-dangers.html
      2 nov. 2011 - Certains vaccins sont faits avec des cellules d'embryons humains, du mercure, de l'aluminium, d'autres produits souvent toxiques. S' ils ne ...
    2. François de Siebenthal: Vaccin Gardasil, poison...30 000 ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../vaccin-gardasil-poison30-000-accidents.ht...
      25 nov. 2013 - Le vaccin Gardasil, conseillé à toutes les jeunes filles contre le cancer du col de l'utérus, contient notamment du borate de sodium, utilisé dans ...
    3. François de Siebenthal: Vaccins.La piqûre de trop.

      desiebenthal.blogspot.com/2013/09/vaccinsla-piqure-de-trop.html
      24 sept. 2013 - L'autorité de contrôle des médicaments en France censure le Gardasil au nom de la publicité mensongère, rappelant que les prétentions de ...
    4. François de Siebenthal: Vaccins, contraceptifs et enjeux ...

      desiebenthal.blogspot.com/2013/10/vaccins-contaceptifs-et-enjeux.html
      27 oct. 2013 - Une réunion top-secrète pour parler des dangers des vaccins à 52 invités triés sur le volet avec interdiction de photocopies des données
    5. François de Siebenthal: Vaccins H1N1 à partir de cultures ...

      desiebenthal.blogspot.com/2009/08/vaccins-h1n1-partir-de-cultures.html
      7 août 2009 - Les vaccins sont faits à partir de lignées de cellules extraites d'avortements de foetus atteints de rubéole ou d'hépatite A. Pourtant les groupes ...
    6. François de Siebenthal: Les vaccins et l'Unicef ! L'Onu ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../les-vaccins-et-lunicef-lonu-cupide-est.html
      14 oct. 2013 - Le rapport de l'UNICEF intitulé « Surveillance du sentiment anti-vaccination dans les médias sociaux en Europe Centrale et Orientale » a ...
    7. François de Siebenthal: Vaccinations: La cupidité est-elle ...

      desiebenthal.blogspot.com/2013/11/vaccinations-la-cupidite-est-elle.html
      1 nov. 2013 - Les vaccins peuvent propager « une ou des maladies de l'homme dangereuses et transmissibles », comme l'actualité le démontre, mais alors ...
    8. Vaccins dangereux Un vaccin contre la grippe suspendu ...

      https://plus.google.com/.../posts/UobjmvThGk7
      Il y a 22 minutes - Vaccins dangereux. Un vaccin contre la grippe suspendu après trois morts suspectes . www.metronews.fr Les vaccins anti-grippaux ont une efficacité égale à zéro ...
    9. alalumieredunouveaumonde: SANTÉ : Si votre médecin ...

      alalumieredunouveaumonde.blogspot.com/.../sante-si-votre-medecin-insi...
      13 nov. 2014 - SANTÉ : Si votre médecin insiste pour vous dire que les vaccins sont sans .... François de SiebenthalVaccins H1N1 à partir de cultures .
    10. Veritas in Caritate: Tamiflu, vaccins, Mediator «Escroquerie ...

      veritasincaritate.blogspot.com/.../tamiflu-vaccins-mediator-escroquerie.ht...
      18 janv. 2011 - Tamiflu, vaccins, «Escroquerie légale» et «empoisonnement légal» Stop ! tamiflou.jpg ... Posted by François de Siebenthal at 12:03:00 .
    11. Vaccins, contaceptifs et enjeux commerciaux La réunion de ...

      https://plus.google.com/.../posts/T5ARzniumdE
      27 oct. 2013 - Vaccins, contaceptifs et enjeux commerciaux. La réunion de Simpsonwood Santé publique et enjeux commerciaux ou Vaccins et enjeux commerciaux article paru ...


    0 0
  • 12/02/14--13:59: Facebook ou fesse bouc ?
  • Suite à la notification envoyée par Facebook ces derniers jours...

    Du fait que Facebook a choisi d'impliquer un logiciel qui permettra le vol de mes renseignements personnels, je déclare ce qui suit: À cette date du 2 décembre 2014 à 23h00, en réponse aux nouvelles lignes directrices de Facebook et en vertu des articles L.111, 112 et 113 du code de la propriété intellectuelle, je déclare que mes droits sont attachés à toutes mes données personnelles, photos, textes etc ... publiées sur mon profil.
    Pour une utilisation commerciale de ce qui précède, mon consentement écrit est nécessaire tout le temps.
    Ceux qui lisent ce texte peuvent faire un copier/coller sur leur mur Facebook. Cela leur permettra de se placer sous la protection du droit d'auteur.
    Par ce communiqué, j'annonce à Facebook qu'il est strictement interdit de divulguer, copier, distribuer, diffuser, ou de prendre toute autre action contre moi sur la base de ce profil et ou de son contenu. Les actions mentionnées ci-dessus s'appliquent également aux employés, aux étudiants, agents et/ou tout autre personnel sous la direction de Facebook.
    Le contenu de mon profil comporte des informations privées.
    La violation de ma vie privée est punie par la loi (UCC 1-308 1 - 308 1 -103 et le Statut de Rome). Facebook est désormais une entité de capital ouvert.
    Tous les membres sont invités à publier un avis de ce genre. Si vous n'avez pas publié cette déclaration au moins une fois, vous allez tacitement permettre l'utilisation d'éléments tels que vos photos ainsi que les informations contenues dans la mise à jour de votre profil.

    0 0

    Voir les demandes de Fatima tout en bas de ce texte, merci.


    http://michaeljournal.org/juvdm/caricatures-cs/page-09.html

    Le Pape entre la Vérité et la diplomatie

    L'art de la guerre

    « Aujourd’hui on dit que beaucoup de choses ne peuvent pas se faire parce que l’argent manque. Et pourtant on trouve de l’argent pour acheter des armes, on en trouve pour faire les guerres » : cette affirmation du Pape François a été ignorée par les milieux gouvernementaux italiens et occidentaux, qui taisent le fait que la dépense militaires mondiale (environ 1750 milliards de dollars annuels selon le Sipri) est entraînée par celle des USA/Otan (plus de 1000 milliards de dollars annuels, plus d’autres dépenses à caractère militaire).
    Pratiquement ignorée, dans ces mêmes milieux, l’affirmation du Pape qui sonne indirectement comme une critique au système capitaliste : « Nous sommes en train de vivre une troisième guerre mondiale par morceaux, par chapitres », derrière laquelle se trouvent des problèmes politiques et économiques corrélés à la tentative de « sauver ce système où le Dieu argent est au centre ».
    Un relief particulier a par contre été donné, à Rome et dans les autres capitales occidentales, au fait que le Pape, arrivé à Ankara, a exprimé son appréciation pour « le rôle important de la Turquie dans l’aire moyen-orientale, en en soulignant notamment l’engagement humanitaire pour l’accueil des réfugiés fuyant les zones de conflit » (L’Osservatore Romano, 28 novembre). Le Pape avait fait pareil quand, à Amman, il avait remercié le royaume jordanien pour « le généreux accueil fait aux réfugiés irakiens et provenant d’autres zones de crise, en particulier de la Syrie voisine, emportée par un conflit qui dure depuis trop longtemps », en encourageant la Jordanie à « continuer à s’engager dans la recherche de la paix désirée pour toute la région » (L’Osservatore Romano, 24 mai).
    Ces déclarations qui font les louanges (probablement sur la base d’un calcul diplomatique) du rôle de la Turquie et de la Jordanie dans la région moyen-orientale et de leur engagement en faveur de réfugiés, se prêtent à être un instrument utile dans la campagne conduite par les gouvernements et par les médias occidentaux pour mystifier la réalité. Ce n’est pas un hasard si le président Napolitano, dans son message à la veille du départ du Pape pour la Turquie, souligne « le rôle crucial qu’Ankara est appelé à jouer dans une région secouée par de fortes tensions et de sanglants conflits ».
    En réalité la Turquie et la Jordanie constituent les avant-postes de l’opération guerrière USA/Otan, dont le vrai objectif n’est pas la destruction de l’Emirat islamique, fonctionnel à cette stratégie, mais la démolition de l’Etat syrien (après le yougoslave et le libyen), la reconquête de l’Irak (éventuellement en le démembrant pour pouvoir mieux le contrôler) et en perspective l’attaque de l’Iran. Comme le documentent aussi des enquêtes du New York Times et du Guardian, en Turquie et en Jordanie la Cia a ouvert des centres de formation militaire où sont entraînés des groupes islamiques (auparavant définis comme terroristes par Washington) provenant d’Afghanistan, de Libye et d’autres pays, à infiltrer en Syrie ; y compris les groupes qui ont formé l’EI en Syrie, avant de lancer l’offensive en Irak. Les armes arrivent surtout via l’Arabie Saoudite et le Qatar. En Turquie -où l’Otan a plus de vingt bases aériennes, navales et d’espionnage électronique- a été transféré le Landcom, le commandement allié des forces terrestres des 28 pays membres de l’Otan, y compris donc des forces turques ; il a été activé à Smyrne, d’où il dirige les opérations en Syrie et en Irak. En Jordanie -d’après l’Associated Press (28 novembre)- ont été formées, dans un programme Cia d’entraînement de deux années, les forces rebelles appuyées par les Etats-Unis qui opèrent conjointement avec la branche d’Al Qaeda en Syrie. En provoquant d’autres vagues de réfugiés qui bénéficieront du « généreux accueil » de la Turquie et de la Jordanie.
     Manlio Dinucci
    Géographe et journaliste
    Edition de mardi 2 décembre 2014 de il manifesto
    Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

    Scandale, Obama a signé pour que les avions turcs aient l'arme nucléaire, des guerres atroces contre les populations civiles de la Syrie, de l'Iran, de la Russie et finalement de la Chine...

    Des guerres atroces, des boucheries, même nucléaires, vont être facilitées.




    Logo du Saker[A LIRE ABSOLUMENT !] UNE DÉCLARATION DE PREMIÈRE IMPORTANCE DE SERGUEÏ LAVROV


    Qui est Sergueï Lavrov ? Sorti diplômé en 1972 (il a alors 22 ans) de l’Institut d’État des relations internationales du ministère des Affaires étrangères de l’URSS, il devient la même année ambassadeur de l’URSS au Sri Lanka. Puis, de 1976 à 1981, il travaille au département des organisations internationales du ministère des Affaires étrangères de l’URSS.



    Sergueï Lavrov
    Sergueï Lavrov

    Il est ensuite successivement premier secrétaire, conseiller puis conseiller en chef de la représentation permanente de l’URSS auprès de l’ONU, de 1981 à 1988 ; puis chef adjoint du département des relations économiques internationales du ministère des Affaires étrangères de la Russie de 1988 à 1990 ; enfin, directeur du département des organisations internationales et des problèmes globaux du ministère des Affaires étrangères, de 1990 à 1992.
    De 1992 à 1994, sous la présidence de Boris Eltsine, le voici vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, puis, pendant dix ans, de 1994 à 2004, représentant permanent de la Fédération auprès de l’ONU.
    Finalement, le 9 mars 2004, il a remplacé Igor Ivanov au poste de ministre des Affaires étrangères de la Russie. Depuis lors, il possède le rang d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Russie, et il estmembre permanent du conseil de sécurité russe.
    Sergueï Viktorovitch Lavrov est un diplomate. De formation et de profession. Il l’a été toute sa vie. Il s’exprime comme un diplomate (il « use de diplomatie »). Raison de plus pour prêter attention lorsqu’il arrive que se fassent fortes et directes les paroles (et les mots qui sont derrière les mots) de l’un des hommes clefs de l’ère Poutine, qui est aussi l’un des rares dirigeants à occuper un tel poste depuis le début des présidences du chef du Kremlin.
    Et encore plus lorsque ses paroles font directement suite à celles que le président de la Russie a lui-même prononcées il y a peu devant le club de Valdaï.
    Il est clair que la Russie parle. Et tant pis pour ceux qui n’écoutent pas.
    Le Saker francophone
    ___________________________

     Déclaration tout à fait cruciale de Sergueï Viktorovitch Lavrov (A LIRE ABSOLUMENT !)

    Remarque : Enfin, le ministère russe des Affaires étrangères a trouvé le temps, l’énergie et le personnel pour traduire cette déclaration des plus importantes. Ils l’ont même publiée (merci à Jonathan Jarvis de me l’avoir signalée !). Et si l’un d’entre vous détecte une certaine irritation de ma part, vous avez raison : je suis frustré par la façon dont les Russes se montrent incompétents pour tout ce qui concerne l’information du public. Quoi qu’il en soit,
    J’ai mis en caractères gras ce que je considère être les passages les plus importants de la déclaration de Lavrov ce jour-là. Je voudrais juste ajouter ce qui suit :
    1) Lavrov est considéré comme très « modéré » et son langage a toujours été strictement diplomatique. Alors, quand vous lisez Lavrov, imaginez seulement ce que pensent les gens des autres ministères russes.
    2) Lavrov ne fait pas mystère de son point de vue concernant les États-Unis et leurs plans pour l’avenir de notre planète. Quand vous lisez ses mots, essayez d’imaginer ce que peut ressentir et penser un « néoconservateur » états-unien et vous comprendrez immédiatement pourquoi les élites américaines éprouvent à la fois de la haine et de la crainte à l’égard de la Russie.
    3) Enfin Lavrov admet ouvertement que la Russie et la Chine ont conclu une alliance stratégique à long terme (prouvant à tous les dénégateurs qui prédisaient que la Chine poignarderait la Russie dans le dos qu’ils avaient tort). Cela seul est, je dirais, le développement stratégique le plus important de la dernière décennie.
    4) Pour terminer, notez le mépris évident que Lavrov a pour un « Occident » pseudo-chrétien qui n’ose pas prendre la parole pour la défense des chrétiens persécutés, qui renie ses propres racines et ne respecte même pas ses propres traditions.
    Amis, ce à quoi nous assistons ici, ce n’est pas une simple déclaration au sujet de la petite Ukraine ou des sanctions, c’est la reconnaissance par Lavrov lui-même d’un « choc des civilisations » fondamental, non pas entre un certain « Occident chrétien » parfaitement imaginaire et l’islam, mais entre la Russie chrétienne et l’Occident post-chrétien.
    La Russie ne voulait pas ce conflit. Elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour l’empêcher. Mais l’Occident ne lui a laissé d’autre choix que de déclarer maintenant ouvertement sa volonté de combattre et de l’emporter.
    Le Saker
    ————————–
    Allocution prononcée par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la XXIIème assemblée du Conseil sur la politique étrangère et la défense, à Moscou, le 22 Novembre 2014
    (vidéo en russe, non sous-titrée)
    Je suis heureux d’assister à cette assemblée annuelle du Conseil sur la politique étrangère et la défense (abréviation russe SVOP). C’est toujours pour moi un grand plaisir de rencontrer des gens et se sentir le potentiel intellectuel qui permet au Conseil, à ses dirigeants et ses représentants, de répondre aux évolutions mondiales et de les analyser. Leur analyse est toujours libre de toute hystérie, et les arguments présentés par ses membres sont sérieusement fondés et solides, du fait notamment qu’ils peuvent prendre un peu de recul ; car il est difficile à ceux qui se trouvent pris au milieu même des événements d’adopter un point de vue impartial. Quant à nous, nous sommes inévitablement influencés par les divers développements en cours, ce qui rend vos observations, analyses, discours et suggestions encore plus précieux pour nous.
    Pour autant que je sache, l’Assemblée de cette année mettra l’accent sur les perspectives d’accélération de la croissance intérieure en Russie. Il ne fait aucun doute que les efforts concertés de notre société dans son ensemble pour assurer le développement économique, social et spirituel global, sont une condition préalable pour faire de l’avenir de la Russie quelque chose de durable. Cela dit, en raison de mes obligations professionnelles, il me faut me concentrer sur les questions de politique étrangère, lesquelles sont toujours pertinentes pour l’ordre du jour de l’Assemblée puisque, dans ce monde interconnecté et globalisé, isoler le développement interne du monde extérieur s’avère impossible. Le président de la Russie Vladimir Poutine a fourni une analyse détaillée des développements internationaux lors de la réunion du Club de Valdaï, à Sotchi, ainsi que dans les divers entretiens qu’il a accordés au cours de son voyage en Asie. Pour cette raison, je n’entends pas offrir ici d’observation conceptuelle, dès lors que tout a déjà été dit. Néanmoins, je voudrais partager avec vous quelques considérations fondées sur nos efforts de politique étrangère au jour le jour. Même s’il n’est pas dans mon intention de livrer une vision globale et éclaircie, puisque à ce stade, toutes les prévisions sont provisoires, quel que soit celui qui les fait. En outre, les diplomates cherchent à influencer les développements tels qu’ils se déroulent, non simplement à les contempler.
    Naturellement, je vais commencer avec l’Ukraine. Bien avant que le pays ait été plongé dans la crise, il y avait dans l’air un sentiment que les relations de la Russie avec l’Union européenne et avec l’Occident étaient sur le point d’atteindre leur moment de vérité. Il était clair que nous ne pouvions plus continuer à mettre en veilleuse certaines questions dans nos relations, et qu’il fallait choisir entre un véritable partenariat ou, comme le dit le dicton, en venir à « casser de la vaisselle ». Il va sans dire que la Russie optait pour la première solution, tandis que, malheureusement, nos partenaires occidentaux se contentaient de la dernière, que ce soit consciemment ou non. En fait, ils se sont tous engagés en Ukraine et ils ont soutenu les extrémistes, renonçant ainsi à leurs propres principes d’un changement de régime démocratique. Ce qui en est ressorti, c’était une tentative de jouer au « jeu du dégonflé » [1] avec la Russie, histoire de voir qui cillerait le premier. Comme disent les petits durs, ils voulaient voir la Russie « se déballonner » (je ne puis pas trouver un meilleur mot pour cela), nous forcer à avaler l’humiliation des Russes et de ceux dont la langue maternelle est le russe en Ukraine.
    L’honorable Leslie Gelb, que vous ne connaissez que trop bien, a écrit que l’accord d’association de l’Ukraine avec l’Union européenne n’avait rien à voir avec une quelconque invitation de l’Ukraine à adhérer à l’Union européenne, et qu’il ne visait à court terme qu’à l’empêcher de rejoindre l’Union douanière. C’est là ce qu’en a dit une personne impartiale et objective. Quand ils ont délibérément décidé de s’engager sur la voie de l’escalade en Ukraine, ils ont oublié beaucoup de choses, alors même qu’ils avaient une compréhension claire de la façon dont ces mouvements seraient considérés en Russie. Ils ont oublié les conseils de, disons, Otto von Bismarck, lequel avait dit que dénigrer le grand peuple russe, fort de millions d’âmes, constituerait la plus grande erreur politique que l’on puisse faire.
    Le président Vladimir Poutine a dit l’autre jour que nul dans l’histoire n’a encore réussi à soumettre la Russie à son influence. Ce n’est pas une évaluation, mais un état de fait. Une telle tentative a pourtant été faite, qui visait à étancher la soif d’expansion de l’espace géopolitique sous contrôle occidental, et qui trouvait son origine dans la peur mercantile de perdre les dépouilles de ce que, de l’autre côté de l’Atlantique, ils s’étaient persuadés être la victoire dans la guerre froide.
    Ce que la situation actuelle a de plus, c’est qu’une fois que tout s’est mis en place, le calcul qui sous-tendait les actions de l’Occident s’est trouvé révélé, en dépit de cette volonté que l’on proclamait haut et fort de bâtir une communauté de sécurité, une maison commune européenne. Pour citer (le chanteur auteur-compositeur) Boulat Okoudjava : « Le passé devient de plus en plus clair ». Cette clarté est de plus en plus tangible. Aujourd’hui, notre tâche n’est pas seulement de régler le passé (même si cela doit être fait), mais plus important encore, de penser à l’avenir.
    Les discours au sujet de l’isolement de la Russie ne méritent aucune discussion sérieuse. Je n’ai pas vraiment besoin de m’attarder sur ce point devant le présent auditoire. Bien sûr, il est possible d’endommager notre économie, et ce sont d’ailleurs bien des dommages que l’on cause en ce moment, mais seulement en faisant aussi du mal à ceux qui prennent les mesures correspondantes et, tout aussi important, en détruisant le système des relations économiques internationales, et les principes sur lesquels il est fondé. Précédemment, lorsque des sanctions étaient appliquées (je travaillais à l’époque pour la mission russe auprès de l’ONU), nos partenaires occidentaux, lorsqu’ils discutaient de la République populaire démocratique de Corée, de l’Iran ou d’autres États, déclaraient qu’il était nécessaire de formuler les restrictions de manière à rester dans des limites humanitaires et à ne pas causer de dommages à la sphère sociale et à l’économie, en ciblant sélectivement la seule élite. Aujourd’hui, c’est tout le contraire : les dirigeants occidentaux déclarent publiquement que les sanctions doivent détruire l’économie et déclencher des protestations populaires. Par conséquent, en ce qui concerne l’approche conceptuelle de l’utilisation de mesures coercitives, l’Occident démontre sans équivoque qu’il ne cherche pas seulement à changer la politique russe (ce qui en soi est illusoire), mais qu’il cherche à changer le régime ; et pratiquement personne ne le nie.
    Le président Vladimir Poutine, en parlant avec des journalistes récemment, a déclaré que l’horizon en fonction duquel les dirigeants occidentaux d’aujourd’hui établissent leurs plans est limité. Et cela constitue en effet un danger que des décisions sur les problèmes clés de l’évolution du monde et de l’humanité dans son ensemble soient prises sur la base de cycles électoraux courts : aux États-Unis, le cycle est de deux ans, et l’on doit à chaque fois imaginer et faire quelque chose pour gagner des voix. C’est le côté négatif du processus démocratique, et nous ne pouvons nous permettre de l’ignorer. Il ne nous est pas possible d’accepter cette logique, lorsque l’on nous dit de démissionner, de nous détendre et d’accepter simplement comme un incontournable que tout le monde ait à souffrir simplement parce qu’il y a des élections aux États-Unis tous les deux ans. Cela n’est pas juste. Nous ne nous y résignerons pas, parce que les enjeux sont trop importants, que ce soit dans la lutte contre le terrorisme, dans les menaces de prolifération d’armes de destruction de masse ou dans de nombreux conflits sanglants dont l’impact négatif dépasse de loin le cadre des États et des régions concernées au premier chef. Le désir de faire quelque chose qui permette d’obtenir des avantages unilatéraux ou de s’attacher l’électorat avant une prochaine élection conduit au chaos et à la confusion dans les relations internationales.
    C’est toujours la même rengaine, quotidiennement répétée, que nous entendons nous dire : Washingtonest conscient de son caractère unique et de son devoir de supporter ce fardeau qui consiste à diriger le reste du monde. Rudyard Kipling a parlé du « fardeau de l’homme blanc ». J’espère que ce n’est pas ce qui pousse les Américains. Le monde d’aujourd’hui n’est pas blanc ou noir, mais multicolore et hétérogène. Si le leadership dans ce monde peut être assuré, ce n’est pas en se persuadant soi-même de sa propre exclusivité et d’un devoir conféré par Dieu d’être responsable de tout le monde, mais seulement par la capacité et l’habileté à former un consensus. Si les partenaires américains appliquaient leur pouvoir à cet objectif, ce serait inestimable, et la Russie les y aiderait activement.
    Jusqu’à présent, toutefois, les ressources administratives américaines n’ont travaillé que dans le cadre de l’Otan, et encore avec des réserves substantielles, et leurs décrets n’atteignaient pas au-delà de l’Alliance de l’Atlantique Nord. J’en veux pour preuve  les résultats de la tentative des États-Unis de contraindre la communauté internationale à suivre leur ligne de conduite en ce qui concerne les sanctions et les principes anti-russes. J’en ai parlé plus d’une fois déjà et nous avons des preuves suffisantes du fait que les ambassadeurs et les envoyés américains à travers le monde sollicitent des réunions au plus haut niveau pour faire valoir que les pays correspondants sont tenus de sanctionner la Russie avec eux, ou bien d’en subir les conséquences. Cela se fait à l’égard de tous les pays, y compris de nos alliés les plus proches (cela en dit long sur le genre d’analystes dont dispose Washington). Une écrasante majorité des États avec lesquels nous avons un dialogue continu sans aucune restriction, et sans isolement, comme vous le voyez, attachent de la valeur au rôle indépendant que joue la Russie dans l’arène internationale. Non parce qu’ils aiment voir quelqu’un contester les Américains, mais parce qu’ils se rendent compte que l’ordre du monde ne sera pas stable si personne n’est autorisé à dire ce qu’il pense (bien qu’en privé, l’écrasante majorité d’entre eux expriment leur opinion, ils ne veulent pas le faire publiquement par peur des représailles de Washington).
    De nombreux analystes raisonnables comprennent qu’il y a un écart grandissant entre les ambitions mondiales de l’administration américaine et le réel potentiel du pays. Le monde change et, comme cela a toujours été le cas dans l’histoire, arrivé à un certain point, l’influence et le pouvoir de l’un atteignent leur apogée, tandis qu’un autre commence à se développer encore plus rapidement et plus efficacement. Il faut étudier l’histoire et partir des réalités. Les sept économies en développement dirigées par les BRICS ont déjà un PIB plus important que le G7 occidental. Ce sont des faits de la vie qu’il faut partir, et non d’un sentiment erroné de sa propre grandeur.
    Il est devenu à la mode de faire valoir que la Russie mène une sorte de « guerre hybride » en Crimée et en Ukraine. C’est là un terme intéressant, mais que j’appliquerais surtout aux États-Unis et à leur stratégie de guerre : il s’agit vraiment d’une guerre hybride, visant non pas tant à vaincre l’ennemi militairement qu’à changer les régimes dans les pays qui poursuivent une politique que Washington n’aime pas. Cette stratégie recourt aux pressions financières et économiques, aux attaques par le moyen de l’information ; elle se sert d’autres intervenants sur le périmètre de l’état visé, agissant par personnes interposées ; et bien sûr elle use de pression, par l’information et l’ idéologie, au travers d’organisations non gouvernementales financées par des ressources extérieures. N’est-ce pas là un processus hybride, et non ce que nous appelons la guerre ? Il serait intéressant de discuter du concept de la guerre hybride pour voir qui la mène vraiment, ou s’il s’agit seulement de « petits hommes vêtus de tenues vertes ».
    Apparemment, la boîte à outils de nos partenaires américains est plus grosse encore, et ils sont devenus habiles à s’en servir.
    En tentant d’établir leur prééminence à un moment où se font jour de nouveaux centres de pouvoir économique, financier et politique, les Américains provoquent une neutralisation en accord avec la troisième loi de Newton, et ils contribuent à l’émergence de structures, de mécanismes et de mouvements qui cherchent des alternatives aux recettes américaines pour résoudre les problèmes urgents. Je ne parle pas d’anti-américanisme, encore moins de former des coalitions conçues comme des fers de lance dirigés contre les États-Unis, mais seulement du désir naturel d’un nombre croissant de pays de sécuriser leurs intérêts vitaux et de le faire de la façon qu’ils pensent juste, non d’après ce qui leur est dicté « depuis l’autre côté de l’étang ». Personne ne va jouer à des jeux anti-américains juste pour contrarier les États-Unis. Nous sommes confrontés à des tentatives et à des faits d’utilisation extra-territoriale de la législation américaine, à l’enlèvement de nos citoyens en dépit des traités conclus avec Washington, traités selon lesquels ces questions doivent être résolues grâce à l’application de la loi et par les organes judiciaires.
    Si l’on en croit leur doctrine de sécurité nationale, les États-Unis auraient le droit d’utiliser la force n’importe où, n’importe quand, sans avoir à solliciter l’approbation du Conseil de sécurité des Nations Unies. Une coalition contre l’État islamique a ainsi été formée à l’insu du Conseil de sécurité. J’ai demandé au secrétaire d’État John Kerry pourquoi ils n’étaient pas allés devant le Conseil de sécurité des Nations Unies pour cela.
    Il m’a dit que s’ils le faisaient, il leur faudrait en quelque sorte préciser le statut du président syrien Bachar El-Assad. Bien sûr, ils l’auraient dû, parce que la Syrie est un État souverain et qu’elle est toujours membre de l’ONU (nul ne l’a exclue en tant que membre). Le secrétaire d’État a dit que cela ne convenait pas, parce que les États-Unis sont en lutte contre le terrorisme et que le régime El-Assad est ce qui galvanise le plus les terroristes de partout dans le monde, qu’il agit comme un aimant qui les attire vers cette région pour tenter de renverser le régime syrien.
    Je crois que c’est là une logique perverse. Si nous parlons des précédents (les États-Unis adhèrent au système jurisprudentiel), il est utile de rappeler le processus de désarmement chimique en Syrie, dans lequel le régime Assad était un partenaire tout à fait légitime des États-Unis, de la Russie, de l’OIAC et d’autres. Les Américains maintiennent bien aussi des discussions avec les talibans. Chaque fois qu’ils ont la possibilité de profiter de quelque chose, les États-Unis agissent de façon tout à fait pragmatique. Je ne sais pas pourquoi la position dictée par l’idéologie a pris le dessus cette fois et pourquoi les États-Unis ont choisi de croire qu’Assad ne peut pas être un partenaire. Peut-être ne s’agit-il pas vraiment d’une opération contre l’État islamique, mais plutôt d’une entreprise destinée à ouvrir la voie à un renversement d’El-Assad, sous le couvert d’une opération de lutte contre le terrorisme.
    Récemment, Francis Fukuyama a écrit un livre intitulé « Ordre politique et déclin politique » [2], dans lequel il affirme que l’efficacité de l’administration publique aux États-Unis est en déclin, et que les traditions de gouvernance démocratique se trouvent progressivement remplacées par des méthodes féodales de domination de fief. Cela s’inscrit dans une discussion à propos de quelqu’un qui vit dans une maison de verre et qui jette des pierres.
    Tout cela se passe au milieu des défis et des problèmes croissants du monde moderne. Nous assistons à un « bras de fer » continu en Ukraine. Le trouble se prépare à la frontière sud de l’Union européenne. Je ne pense pas que les problèmes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord disparaîtront par eux-mêmes. L’Union européenne a formé une nouvelle commission. De nouveaux acteurs étrangers ont émergé, qui feront face à un combat sérieux pour savoir où envoyer leurs ressources de base : soit ce sera pour la poursuite de schémas irresponsables en Ukraine, en Moldavie, etc., c’est-à-dire dans leur partenariat oriental (tel que le préconise une minorité agressive dans l’Union européenne), ou bien ils écouteront les pays d’Europe du Sud et se concentreront sur ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée.
    C’est un enjeu majeur pour l’Union européenne.
    Jusqu’à présent, ils ne sont pas guidés par de vrais problèmes, mais plutôt par le désir de se saisir rapidement de ce qu’offre un sol fraîchement retourné. C’est déplorable. Exporter des révolutions – qu’elles soient démocratiques, communistes ou autres – n’apporte jamais rien de bon.
    Les structures d’État, publiques et civilisationnelles sont effectivement en désintégration dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Etant donnée l’énergie destructrice libérée dans le processus, les flammes pourraient atteindre certains États situés bien au-delà de cette région. Des terroristes (y compris l’État islamique) revendiquent un statut national. De surcroit, ils commencent déjà à créer là-bas des organes quasi-gouvernementaux, qui s’engagent dans le travail administratif.
    Sur cette toile de fond, les minorités, y compris les chrétiens, sont bannis. En Europe, ces questions sont réputées non politiquement correctes. Ils ont honte, lorsque nous les invitons à faire quelque chose ensemble à l’OSCE [3]. Ils se demandent : pourquoi devrions-nous nous concentrer spécifiquement sur les chrétiens ? En quoi est-ce spécial ? L’OSCE a organisé une série de manifestations destinées à garder vivant le souvenir de l’Holocauste et de ses victimes. Il y a quelques années, l’OSCE a commencé à animer divers événements contre l’islamophobie. Nous, nous offrirons une analyse des processus menant à lachristianophobie.
    Les 4 et 5 décembre, des réunions ministérielles de l’OSCE auront lieu à Bâle, où nous allons présenter cette proposition. La majorité des États membres de l’Union européenne éludent ce sujet, parce qu’ils ont honte d’en parler. Tout comme ils avaient honte d’inclure dans ce qui était alors le projet de Constitution européenne, élaboré par Valéry Giscard d’Estaing, une phrase indiquant que l’Europe a des racines chrétiennes.
    Si vous ne vous souvenez pas de vos propres racines et traditions ou si vous ne les respectez pas , comment voulez-vous respecter les traditions et les valeurs des autres personnes ? C’est une logique toute simple.En comparant ce qui se passe maintenant au Moyen-Orient à une période de guerres de religion en Europe, le politologue israélien Avineri a déclaré qu’il est peu probable que la crise actuelle prenne fin avec ce que l’Occident veut dire quand il parle de « réformes démocratiques ».
    Le conflit israélo-arabe est comme éteint. Il est difficile de jouer plusieurs parties à la fois. C’est ce que les Américains tentent d’accomplir, mais cela ne fonctionne pas pour eux. En 2013, il leur a fallu neuf mois avant de comprendre le conflit israélo-palestinien. Je ne vais pas entrer dans les raisons, elles sont connues, mais là aussi ils ont échoué. A présent, ils ont demandé davantage de temps afin d’essayer de parvenir à des progrès avant la fin de 2014, de sorte que les Palestiniens n’aillent pas à l’ONU signer les Statuts de la Cour pénale internationale, etc. Et tout soudain, voilà qu’on apprend que des négociations sur l’Iran sont en cours. Le Département d’État américain a laissé tomber la Palestine pour se concentrer sur l’Iran.
    Le Secrétaire d’État américain John Kerry et moi avons accepté de parler de ce sujet dans quelque temps. Il est important de comprendre que l’on ne peut pas garder le problème de l’État palestinien en état de congélation profonde pour toujours. L’échec de sa résolution depuis près de 70 ans a été un argument majeur de ceux qui recrutent des extrémistes dans leurs rangs : « Il n’y a pas de justice : il avait été promis de créer deux États ; l’État juif a été créé, mais ils ne créeront jamais un État arabe ». Utilisés sur une rue arabe affamée, ces arguments sonnent tout à fait plausibles, et l’on commence à appeler à un combat pour la justice en recourant à d’autres méthodes.
    Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, lors de la réunion du Club de Valdaï à Sotchi, que nous avons besoin d’une nouvelle version de l’interdépendance. C’était une déclaration tout à fait d’actualité. Les grandes puissances doivent retourner à la table des négociations et se mettre d’accord sur un nouveau cadre de discussion qui prenne en compte les intérêts légitimes fondamentaux de toutes les parties clés (je ne peux pas vous dire comment on devrait l’appeler, mais il devrait en tout cas être fondé sur la Charte des Nations Unies) ; elles devraient se mettre d’accord sur des restrictions auto-imposées raisonnables et sur une gestion collective des risques dans un système de relations internationales soutenues par les valeurs démocratiques.Nos partenaires occidentaux font la promotion du respect de la primauté du droit, de la démocratie et de l’opinion des minorités au sein des différents pays, tout en omettant de défendre les mêmes valeurs dans les affaires internationales. Cela laisse à la Russie le rôle de pionnier dans la promotion de la démocratie, de la justice et de la primauté du droit international. Car un nouvel ordre mondial ne peut être que polycentrique, et il devrait refléter la diversité des cultures et des civilisations dans le monde d’aujourd’hui.
    Vous êtes informés de l’engagement de la Russie à garantir l’indivisibilité de la sécurité dans les affaires internationales, et à la maintenir dans le droit international. Je ne m’étendrai pas sur ce point.
    Je tiens à soutenir cet argument que le SVOP a souligné, selon lequel la Russie ne parviendra pas à devenir une grande puissance du 21ème siècle qui connaisse succès et confiance, sans développer ses régions orientales. Sergei Karaganov était parmi les premiers à conceptualiser cette idée, et je suis entièrement d’accord. Amener à un nouveau niveau les relations de la Russie avec les pays de la zone Asie-Pacifique est une priorité absolue. C’est dans cette optique que la Russie a travaillé lors de la réunion de l’APEC à Pékin, et lors du forum du G20. Nous allons continuer à aller dans cette direction au sein du nouvel environnement créé par le lancement prochain de l’Union économique eurasiatique (Union européenneEA), le 1er Janvier 2015.
    Nous avons été traités comme des « sous-hommes ». Depuis plus d’une décennie, la Russie a tenté d’établir des liens de partenariat avec l’Otan par le biais de l’OTSC [4]. Il ne s’agissait pas seulement, par ces efforts, de faire jouer l’Otan et l’OTSC « dans la même catégorie ». C’est un fait, l’OTSC est axée sur la capture des trafiquants de drogue et des migrants illégaux aux alentours de la frontière afghane, tandis que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord est l’épine dorsale des forces de sécurité internationales qui, entre autres choses, ont été chargées de la lutte contre la menace terroriste et de l’élimination de ses programmes de financement, lesquels impliquent le trafic de drogue. Nous avons tout essayé : nous avons plaidé et exigé des contacts en temps réel, de sorte que lorsque l’Otan vient à détecter une caravane transportant de la drogue et se trouve dans l’incapacité de l’arrêter, elle nous avertisse à travers la frontière, afin que cette caravane puisse être interceptée par les forces de l’OTSC. Ils ont tout simplement refusé de nous parler. Dans des conversations privées, ceux qui nous veulent du bien à l’Otan (et c’est réellement dans un sens positif que j’entends cela) nous ont dit que c’était pour des raisons idéologiques que l’alliance ne pouvait considérer l’OTSC comme un partenaire à part entière. Jusqu’à récemment, nous avons constaté la même attitude condescendante et arrogante à l’égard de l’intégration économique eurasiatique. Et ce malgré le fait que les pays qui ont l’intention de se joindre à l’Union européenneEA ont beaucoup plus en commun en termes d’économie, d’histoire et de culture, que de nombreux membres de l’Union européenne. Cette union n’a pas pour but la création de barrières avec qui que ce soit. Nous soulignons toujours à quel point nous souhaitons que cette union soit ouverte. Je crois fermement que cela contribuera de façon significative à la construction d’un pont entre l’Europe et l’Asie Pacifique.
    Je ne peux pas ne pas mentionner ici le partenariat global de la Russie avec la Chine. D’importantes décisions bilatérales ont été prises, ouvrant la voie à une alliance énergétique entre la Russie et la Chine. Mais il y a plus que cela. Nous pouvons à présent même parler d’une alliance émergente en matière de technologie entre les deux pays. Le tandem que la Russie forme avec Pékin est un facteur crucial pour assurer la stabilité internationale et au moins un certain équilibre dans les affaires internationales, ainsi que pour assurer la primauté du droit international. Nous ferons pleinement usage de nos relations avec l’Inde et le Vietnam, qui sont des partenaires stratégiques de la Russie, ainsi qu’avec les pays de l’ASEAN [5]. Nous sommes également ouverts à l’élargissement de la coopération avec le Japon, si nos voisins japonais peuvent considérer leurs intérêts nationaux et cesser de regarder en arrière en direction de certaines puissances de l’étranger.
    Il ne fait aucun doute que l’Union européenne est notre plus important partenaire collectif. Personne n’a l’intention de « se tirer une balle dans le pied » en renonçant à la coopération avec l’Europe, mais il est maintenant clair que la poursuite des affaires courantes telles qu’elles existent n’est plus une option. C’est ce que nos partenaires européens nous disent, mais nous non plus ne voulons pas continuer à faire les choses à l’ancienne. Ils ont cru que la Russie leur devait quelque chose, alors que nous voulons être sur un pied d’égalité avec eux. Pour cette raison, les choses ne seront plus jamais les mêmes. Cela dit, je suis convaincu que nous serons en mesure de surmonter cette période, que les leçons seront apprises et qu’un nouveau fondement de nos relations émergera.
    On entend parler ici et là de l’idée de créer un espace économique et humanitaire unique de Lisbonne à Vladivostok ; cette idée gagne du terrain. Le ministre des Affaires étrangères de l’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, a dit publiquement (nous-mêmes le disons depuis longtemps) que l’Union européenne et l’Union européenneEA devraient engager le dialogue. La déclaration que le président Vladimir Poutine a faite à Bruxelles en janvier 2014, quand il a proposé une première étape avec le lancement de négociations sur une zone de libre-échange entre l’Union européenne et l’Union douanière à l’horizon de 2020, n’est plus considérée comme quelque chose d’exotique. Tout cela est déjà devenu partie intégrante de la diplomatie et de la politique réelle. Bien que cela reste pour le moment au stade des discussions, je crois fermement que nous atteindrons un jour ce que l’on appelle « l’intégration des intégrations ». C’est l’un des principaux sujets que nous voulons promouvoir au sein de l’OSCE lors du Conseil ministériel de Bâle. La Russie est sur le point d’assumer la présidence des BRICS et de l’OCS [6]. Les deux organisations tiendront leurs sommets à Oufa[7]. Ce sont des organisations très prometteuses pour la nouvelle ère qui s’ouvre. Ce ne sont pas des blocs (surtout les BRICS), mais des groupes où les membres partagent les mêmes intérêts, représentant des pays de tous les continents, qui partagent des approches communes concernant l’avenir de l’économie, de la finance et de la politique mondiales.
    Sergueï LavrovTraduit par Goklayeh pour vineyardsaker.fr
    Notes
    [1] : le jeu de celui qui se dégonfle le premier, lorsqu’aucun des joueurs n’accepte d’abandonner, quitte à ce que s’ensuive la pire issue possible ; typiquement lorsque deux automobiles se font face et foncent l’une vers l’autre sur une route ou un pont à voie unique, chacun des deux conducteurs repoussant au maximum le moment de donner le coup de volant de côté qui signifiera qu’il a perdu (le premier qui s’écarte, c’est-à-dire abandonne, perd) ; si aucun des joueurs ne consent à abandonner, c’est la collision frontale assurée.
    [2] « Ordre politique et déclin politique : de la révolution industrielle à la globalisation démocratique », paru en septembre 2014 (en anglais).
    [3] L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe : anciennement Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) jusqu’en 1995, l’OSCE est une organisation internationale ayant pour but de favoriser le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest. C’est la seule organisation européenne à vocation généraliste ; elle accueille la totalité des États du continent européen, ainsi que ceux qui n’en sont pas, mais qui sont nés de la dissolution de l’Union soviétique.
    [4] L’Organisation du traité de sécurité collective : organisation à vocation politico-militaire regroupant la Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, et le Tadjikistan.
    [5] L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, également dénommée ANASE : organisation politique, économique et culturelle regroupant dix pays d’Asie du Sud-Est (Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Brunei, Viêt Nam, Laos, Birmanie (actuel Myanmar) et Cambodge)
    [6] L’Organisation de Coopération de Shanghaï : organisation intergouvernementale régionale asiatique créée en 2001 qui regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan.
    [7] La capitale de la république de Bachkirie, en Russie. Située juste à l’ouest de l’Oural, à mi-distance de Kazan et de Chelyabinsk, la ville est un centre industriel et culturel, et compte 1.106.635 habitants.
    Des solutions:

    Les demandes de Fatima sont-elles vraiment 

    honorées ?

    Pourquoi est-il si difficile de le faire ? Quels évêques sont-ils si réticents et pourquoi ? Une simple consécration, une simple cérémonie qui coûte si peu, allons, en cas de doute, si elle a été faite, on pourrait la refaire juste pour en être sûr, juste pour éviter une gigantesque catastrophe et des boucheries nucléaires...
    Beaucoup en seraient heureux...



    Voici les simples et faciles conditions requises pour accomplir la demande de Notre Dame :

    1. Il doit s’agir d’un acte solennel et public, effectué à la face de toute l’Eglise et du monde entier de manière claire et nette, excluant toute ambiguïté.
    2. Il est demandé un acte de réparation et de consécration de la Russie et seulement de la Sainte Russie, c’est-à-dire que l’esprit de réparation, si présent dans l’ensemble du message de Fatima, doit totalement imprégner cet acte.
    3. La Russie doit être l’objet précis et unique de cette consécration.
    4. Le Saint Père doit engager son autorité suprême de chef de l’Eglise universelle, non seulement en faisant cet acte, mais en ordonnant à tous les évêques catholiques du monde de le faire avec lui.
    5. Enfin, le Saint Père doit promettre de promouvoir la dévotion réparatrice envers le Cœur Immaculé de Marie.

    Les trois bienfaits attachés par Notre Dame à l’acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie q’elle venait demander

    Notre Dame, dans son secret du 13 juillet 1917, a attaché l’obtention de trois grandes grâces à l’acte de réparation et de consécration de la Russie à son Cœur Immaculé :

    1°) la conversion de la Russie à la foi catholique ;
    2°) un certain temps de paix dans le monde ;
    3°) le salut éternel de beaucoup d’âmes.

    Le miracle du soleil a converti même des agnostiques présents:



    http://www.lejardindeslivres.fr/PDF/photos-fatima.pdf





  • LES PHOTOS DES MIRACLES DE NOTRE-DAME DE FATIMA

    www.lejardindeslivres.fr/photos-fatima.htm

    L'apparition de la Vierge à Fatima et son célèbre miracle du soleil du 13 octobre 1917 représentent le plus grand événement surnaturel de l'histoire humaine.
  • 13 octobre 1917 à Fatima : le soleil danse devant 50.000 ...

    www.mariedenazareth.com/.../13-octobre-1917-fatima-le-soleil-danse-de...

    12 oct. 2010 - Le miracle du soleil, devant 50.000 personnes .... L'Evêché de Leira Fatima recueillera à la suite du « miracle du soleil » des milliers de  ...





  • Imaginez, les avions des fanatiques turcs chargés de bombes nucléaires attaquant la Russie ... , pour qui, pourquoi ?

    pour une dépopulation massive, sic...


    0 0

    Le défi démographique de l’Allemagne Par Sylvain Fontan


    Créateur du Site  www.leconomiste.eu

    L’Allemagne présente d’indéniables performances économiques : chômage faible, excédents extérieurs record et comptes publics sains. Toutefois, il n’en demeure pas moins que les perspectives à plus long terme sont moins positives, notamment de par sa démographie déclinante et sa population vieillissante. Le recours aux populations du Sud de l’Europe semble pouvoir être une solution au moins partielle de court terme à ce problème structurel.
    Evolution de la population en France et en Allemagne de 1960 à 2060_leconomiste.eu
    Evolution démographique de l’Allemagne
    Les trajectoires démographiques de l’Allemagne et de la France sont divergentes. En effet, les deux pays sont dans des situations radicalement différentes. L’Allemagne est peuplée d’environ 15 millions d’habitants de plus que la France (respectivement 80,5 millions contre 65,5 millions). Toutefois, alors que la France a pu conserver un taux de fécondité satisfaisant, pratiquement suffisant pour garantir la stabilité à long terme de la population, la dénatalité allemande va entraîner une baisse  rapide et importante de la population et un vieillissement nettement plus prononcé qu’en France. Dès lors, les projections soulignent qu’en 2045, la France devrait être plus peuplée que l’Allemagne. D’ici 2060, l’Allemagne devrait perdre presque 15 millions d’habitants et avoir une population de 66 millions d’habitants, contre près de 74 millions en France qui en aura gagné 9 millions dans le même temps. Dès lors, en 2060, la part des plus de 65 ans atteindra presque le tiers de la population en Allemagne, contre 27% en France.
    Les trajectoires divergentes entre ces deux pays sont essentiellement le produit de l’Histoire. En effet, en Allemagne, les générations les plus nombreuses sont celles nées depuis les années 1930 et jusqu’en 1945 (période du nazisme qui correspond à une incitation forte à la natalité). La seconde vague de natalité intervient au milieu des années 1960 avec les enfants issus des générations nées pendant la période nazie. Inversement, en France, les générations des années 1930 sont peu nombreuses. Après la seconde guerre mondiale, alors que le baby-krach intervient en Allemagne, la France entre quant à elle dans la période du baby-boom. La natalité s’estompe ensuite progressivement à partir de la crise des années 1970.
    Défi démographique pour l’Allemagne
    La situation démographique de l’Allemagne est très dégradée. En effet, le vieillissement accéléré de sa population est directement lié à sa faible natalité. Avec 670’000 naissances par ans et 870’000 décès, le pays connaît un déficit de natalité de 200’000 habitants par an. Ainsi, l’Allemagne est dans le trio de tête mondial des pays avec la plus petite proportion de jeunes : seulement 13% de la population a moins de 15 ans et seulement 22% a moins de 25 ans. Avec 18 naissances pour 1’000 habitants, l’Allemagne a un taux de fécondité très faible de 1,36 enfant en moyenne par femme, quand un taux de 2,1 est requis pour assurer le maintien de la population en l’état.
    Les conséquences pour l’Allemagne seront majeures. Au-delà des questions de marché du travail (difficulté à accroître le taux d’activité), de capacités productives (difficultés à accroître l’innovation et la productivité) et de soutenabilité de la dette (moindre avec une population plus faible), le principal problème porte sur le poids des dépenses publiques de retraite qui va mécaniquement augmenter. A ce titre, malgré un âge de départ à la retraite qui est déjà passé à 67 ans, ce seuil est d’ores et déjà insuffisant. En effet, les futurs salariés allemands n’auront pas les moyens de satisfaire les besoins de leurs aînés à la retraite. Dès lors, la retraite des allemands semble de plus en plus dépendante de leurs patrimoines accumulés. D’ailleurs, c’est une des raisons (en plus de celle liée au traumatisme de l’hyperinflation de l’entre-deux guerres) qui explique pourquoi les allemands ne souhaitent pas une inflation trop élevée en Europe, car cela dégraderait la valeur de leur patrimoine (« l’euthanasie du rentier » de J.M. Keynes).
    Consciente de ce défi l’Allemagne développe des politiques visant à y faire face. En effet, le pays a multiplié les aides pour rattraper son retard démographique et stopper son déclin. En plus de l’Elterngeld qui est un congé parental d’un an pris en charge par l’Etat, les deux principales et plus récentes mesures sont la garantie d’une place en crèche ou chez une nourrice pour les enfants de plus d’un an (contre plus de trois ans auparavant), ainsi qu’une prime allant de 100 euros à 150 euros pour les familles qui décident de garder leur enfant elles-mêmes. Si la première mesure est consensuelle (malgré des problèmes pratiques probables à venir dans un pays réputé pour son manque d’infrastructures en la matière), la seconde fait débat au sein de la société allemande. Notons qu’il est également question de diminuer le temps de travail hebdomadaire des femmes ayant un enfant à charge.
    La « solution » des chômeurs issus du Sud de l’Europe
    L’Allemagne est plutôt encline à aider les jeunes du Sud de l’Europe. La part de cette catégorie de population qui est au chômage a explosé (+50% en 5 ans) avec la crise dans ces pays (Espagne, Grèce, Italie, Portugal). Avec plus de 50% des moins de 25 ans au chômage, la Grèce et l’Espagne détiennent les moins bons résultats en la matière, tandis que le chômage des jeunes en Allemagne est de seulement 8% (à titre indicatif, en France le niveau du chômage des jeunes est d’environ 25%). A ce titre, l’Allemagne s’est avérée être une solution contre le chômage pour bon nombre d’étrangers. En effet, ce pays est celui qui compte le plus d’arrivées sur son sol d’étrangers en 2012 avec l’absorption d’un million de migrants, ce qui constitue un record depuis 1995/1996. Entre 2011 et 2012, le nombre de grecs s’étant installés en Allemagne a bondi de +75%, ainsi que le nombre de portugais et d’espagnols (+50%) et les italiens (+35%). Au total, ce sont plus de 130’000 européens du Sud qui ont rejoint l’Allemagne en 2012, et probablement au moins autant en 2013.
    La démographie déclinante et la nécessite de trouver de la main d’œuvre dans l’industrie sont à l’origine de cet afflux de populations étrangères. L’essentiel des flux de population est très souvent diplômé car le chômage des diplômés du supérieur est de 20% en Grèce, 17% en Espagne contre seulement 2,5% en Allemagne. Des pays commencent à s’inquiéter car cela implique d’une part, une fuite des cerveaux nécessaires à la « reconstruction » des pays du Sud, et d’autre part, une perte financière en matière de formation qui ne bénéficie pas aux pays d’origine. Au final, le risque global de cette politique est le creusement de l’écart entre l’Europe du Nord (productive et qualifiée) et l’Europe du Sud (qui cumule les problématiques économiques structurelles), ainsi que le risque d’hypothéquer la croissance future des pays d’Europe du Sud, à fortiori si ces populations restent en Allemagne. Parallèlement, l’avantage global est celui lié au rééquilibrage des niveaux de productivité et la diminution du coût du chômage pour les pays d’Europe du Sud avec des populations qui vont passer du statut de chômeur dans leur pays à celui d’employé en Allemagne.
    Sylvain Fontan, “Le défi démographique de l’Allemagne : sa démographie”, analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 4/12/2014.
    Pour aller plus loin
    Sylvain Fontan, “Les non-dits du « New deal » en faveur de la lutte contre le chômage des jeunes en Europe”, analyse publiée sur «leconomiste.eu» le 12/06/2013.