Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

older | 1 | .... | 96 | 97 | (Page 98) | 99 | 100 | .... | 104 | newer

    0 0



    L'expert ment en affirmant que les enveloppes ne sont pas transparentes !
    Merci à David P. Vincent pour ces nouvelles preuves !
    http://desiebenthal.blogspot.com/2017/06/votations-des-tricheries-partout.html?m=1


    Visible avec une simple lampe LED, pas de secret de vote au XXIème siècle ! Mobbing, échange du contenu, tricheries trop faciles !

    URGENT: 
    Fraudes démocratiques trop faciles dans chaque greffe suisse !


    Allez très vite au greffe de votre commune et demandez-leur de n'ouvrir les enveloppes de transmission que le jour du dépouillement, merci http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/11/fraudes-votations-surveillees-en-suisse.html
    Pliez plusieurs fois votre bulletin pour bloquer leur machine et rendre plus difficile leurs tricheries et remplacements du contenu des enveloppes.
    En cas de recours, on pourra au moins compter les bulletins pliés par exemple...


    Ou mettez une feuille d'aluminium ou un carton très opaque.


    Pourquoi ?


    Car de plus en plus de villes et cantons utilisent des scanners tellement efficaces qu'ils peuvent lire les bulletins à travers les petites enveloppes jaunes en Vaud, bleues à Genève, vertes à Fribourg..., avant le dépouillement officiel et ce sans ouvrir les petites enveloppes internes. Ils se sont donné le droit exorbitant d'ouvrir et de jeter les grandes enveloppes avant le début du dépouillement du contenu des urnes, ce qui facilite les fraudes et le fichage des votants car ils rangent soigneusement dans l'ordre les deux piles et peuvent ainsi rapprocher les votes des votants grâce à l'ordre d'arrivée et aux trop nombreux codes-barres. Selon ces résultats qui économisent le prix très coûteux des sondages, ils changent simplement les petites enveloppes jaunes en Vaud, bleues à Genève, vertes à Fribourg..., avec le contenu voulu par les fraudeurs, en puisant dans le matériel de réserve ou en imprimant eux-même leur matériel. Tout greffe municipal peut ouvrir, même sans scanner, l'enveloppe et voir par transparence avec une lampe de poche à travers la deuxième enveloppe interne dans la plupart des cantons, essayez pour voir dans une chambre sombre ou de nuit la petite enveloppe, jaune en Vaud, bleue à Genève, verte à Fribourg... Le scanner de bulletin de vote papier à lecture optique est électronique donc manipulable sans laisser de traces.http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/11/votes-lecture-optique-fraudes-faciles.html


    Celui qui vote par correspondance ou par Internet (vote électronique), risque que son vote soit falsifié et son «comportement de vote» soit enregistré. Ils peuvent aussi trafiquer les logiciels de scannage et de comptage des machines optiques.

    Seul le vote personnel à l'urne assure une meilleure sécurité. Le problème doit maintenant être examiné par le Ministère public de la Confédération et par le Parlement. Une enquête indépendante du vote par correspon­dance en Suisse met au grand jour les défauts alar­mants du système et la nécessité de prendre des mesures appropriées. Lors de l’acheminement postal, du citoyen(ne) au bureau de vote le matériel de vote peut aussi facilement être falsifié.
    Ils trichent tout, même la BNS ou VW...














    0 0



    Visible avec une simple lampe LED, pas de secret de vote au XXIème siècle ! Mobbing, échange du contenu, tricheries trop faciles !

    URGENT: 
    Fraudes démocratiques trop faciles dans chaque greffe suisse !


    Allez très vite au greffe de votre commune et demandez-leur de n'ouvrir les enveloppes de transmission que le jour du dépouillement, merci http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/11/fraudes-votations-surveillees-en-suisse.html
    Pliez plusieurs fois votre bulletin pour bloquer leur machine et rendre plus difficile leurs tricheries et remplacements du contenu des enveloppes.
    En cas de recours, on pourra au moins compter les bulletins pliés par exemple...


    Ou mettez une feuille d'aluminium ou un carton très opaque.


    Pourquoi ?


    Car de plus en plus de villes et cantons utilisent des scanners tellement efficaces qu'ils peuvent lire les bulletins à travers les petites enveloppes jaunes en Vaud, bleues à Genève, vertes à Fribourg..., avant le dépouillement officiel et ce sans ouvrir les petites enveloppes internes. Ils se sont donné le droit exorbitant d'ouvrir et de jeter les grandes enveloppes avant le début du dépouillement du contenu des urnes, ce qui facilite les fraudes et le fichage des votants car ils rangent soigneusement dans l'ordre les deux piles et peuvent ainsi rapprocher les votes des votants grâce à l'ordre d'arrivée et aux trop nombreux codes-barres. Selon ces résultats qui économisent le prix très coûteux des sondages, ils changent simplement les petites enveloppes jaunes en Vaud, bleues à Genève, vertes à Fribourg..., avec le contenu voulu par les fraudeurs, en puisant dans le matériel de réserve ou en imprimant eux-même leur matériel. Tout greffe municipal peut ouvrir, même sans scanner, l'enveloppe et voir par transparence avec une lampe de poche à travers la deuxième enveloppe interne dans la plupart des cantons, essayez pour voir dans une chambre sombre ou de nuit la petite enveloppe, jaune en Vaud, bleue à Genève, verte à Fribourg... Le scanner de bulletin de vote papier à lecture optique est électronique donc manipulable sans laisser de traces.http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/11/votes-lecture-optique-fraudes-faciles.html


    Celui qui vote par correspondance ou par Internet (vote électronique), risque que son vote soit falsifié et son «comportement de vote» soit enregistré. Ils peuvent aussi trafiquer les logiciels de scannage et de comptage des machines optiques.

    Seul le vote personnel à l'urne assure une meilleure sécurité. Le problème doit maintenant être examiné par le Ministère public de la Confédération et par le Parlement. Une enquête indépendante du vote par correspon­dance en Suisse met au grand jour les défauts alar­mants du système et la nécessité de prendre des mesures appropriées. Lors de l’acheminement postal, du citoyen(ne) au bureau de vote le matériel de vote peut aussi facilement être falsifié.
    Ils trichent tout, même la BNS ou VW...


    0 0


    0 0
  • 06/05/18--01:19: Fraudes bancaires


  • En direct du département de la justice des USA, c'est gros, très gros et en dit long sur ce qui se trame de positif en coulisses...
    La Société Générale SA accepte de payer 860 millions de dollars de sanctions pénales pour avoir corrompu les responsables libyens de Kadhafi-Era et manipulé le LIBOR
    La Banque admet avoir versé plus de 90 millions de dollars en paiements frauduleux; Reconnaît la manipulation du taux d'intérêt de référence mondial, ce qui a une incidence sur les produits financiers négociés dans le monde entier
    Société Générale SA (Société Générale), une institution financière mondiale basée à Paris et sa filiale à 100%, SGA Société Générale Acceptance NV, ont accepté de payer une amende totale de plus de 860 millions de dollars pour régler les accusations avec les autorités criminelles aux États-Unis et en France, dont 585 millions de dollars relatifs à un programme pluriannuel visant à verser des pots-de-vin à des fonctionnaires libyens et 275 millions de dollars pour des violations résultant de sa manipulation du London InterBank Offered Rate (LIBOR), l'un des principaux intérêts mondiaux les taux. SGA Société Générale Acceptance NV plaidera coupable dans le district de l'Est de New York dans le cadre de la résolution de l'affaire de corruption transnationale.
    Dans le cadre de procédures connexes, la Société Générale a conclu un accord avec le Parquet National Financier (PNF) à Paris concernant le programme de corruption en Libye. Les États-Unis créditeront 292 776 444 dollars que la Société Générale versera au PNF en vertu de son accord, ce qui correspond à 50% de la sanction pénale totale payable par ailleurs aux États-Unis. C'est la première résolution coordonnée avec les autorités françaises dans une affaire de corruption transnationale.
    John P. Cronan, procureur adjoint par intérim de la division criminelle du ministère de la Justice, Richard P. Donoghue, procureur des États-Unis du district est de New York, agent spécial responsable Matthew J. DeSarno, Division criminelle du Bureau du FBI à Washington, directeur adjoint William F. Sweeney Jr. du bureau de terrain du FBI à New York et le chef adjoint Eric Hylton de l'IRS Criminal Investigation ont fait l'annonce.
    «Pendant des années, la Société Générale a miné l'intégrité des marchés mondiaux et des institutions étrangères en publiant de fausses données financières et en garantissant frauduleusement des contrats par la corruption», a déclaré le procureur général adjoint par intérim Cronan. "La résolution d'aujourd'hui - qui marque la première résolution coordonnée avec la France dans une affaire de corruption étrangère - envoie un message fort que la corruption transnationale et la manipulation de nos marchés seront suivies d'une réponse globale et coordonnée des forces de l'ordre."
    «La résolution annoncée aujourd'hui par le Ministère avec Société Générale et une filiale, qui comprend un plaidoyer de culpabilité, des aveux, des mesures correctives importantes et des sanctions de centaines de millions de dollars, envoie un message puissant aux institutions financières qui se livrent à la corruption et à la manipulation sur les marchés financiers, ils seront tenus pour responsables ", a déclaré le procureur américain Donoghue. "Les Etats-Unis protégeront vigoureusement l'intégrité des marchés financiers en tenant pour responsables dans toute l'étendue de la loi les banques, les sociétés et les particuliers qui cherchent à corrompre les fonctionnaires du gouvernement pour s'enrichir eux-mêmes."
    "La résolution d'aujourd'hui démontre que manipuler frauduleusement le LIBOR et tromper le marché financier a de graves conséquences, et le FBI ne tolérera pas ce type d'activité criminelle", a déclaré l'agent spécial du FBI, DeSarno. "Le FBI reste engagé à tenir les institutions responsables de leurs actions en enfreignant la loi et en manipulant le taux d'intérêt de référence mondial. Le personnel du bureau du FBI à Washington a consacré beaucoup de temps et de ressources à enquêter sur des stratagèmes complexes de fraude financière comme celui-ci, et je tiens à les remercier pour leurs efforts inlassables ainsi qu'à nos collègues de la Section des fraudes du Département de la Justice. le bureau du procureur des États-Unis pour le district de l'Est de New York pour leur travail acharné. "
    "Lorsque les institutions financières convainquent les responsables étrangers d'accepter des pots-de-vin en échange de transactions commerciales lucratives, leurs actions menacent directement le système de marché international sans parler de notre sécurité nationale", a déclaré le directeur adjoint du FBI, Sweeney. ne signifie pas que vous êtes hors de portée des poursuites. Peu importe qui vous êtes, où vous êtes, ou combien d'argent vous avez, le FBI continuera à utiliser toutes les ressources à notre disposition pour vous trouver, découvrir vos crimes, et les révéler pour ce qu'ils sont réellement. Un grand merci aux hommes et aux femmes du Bureau du FBI de New York pour avoir mené les efforts visant à exposer ce plan et traduire ses auteurs en justice. "
    "L'annonce d'aujourd'hui est le résultat du démantèlement des transactions financières internationales orchestrées par la Société Générale et ses agents pour faciliter les paiements illégaux à des responsables gouvernementaux étrangers en Libye", a déclaré le chef adjoint de l'IRS-CI, Hylton. "IRS-CI est un partenaire de confiance à la poursuite de ceux qui utilisent des systèmes de corruption omniprésents pour contourner la loi. Nous nous engageons à maintenir une concurrence loyale, exempte de pratiques de corruption, grâce au travail d'équipe mondial et à nos solides talents d'investigation financière. "
    L'affaire FCPA
    Selon les admissions des sociétés, entre 2004 et 2009, la Société Générale a versé des pots-de-vin par l'intermédiaire d'un «courtier» libyen dans le cadre de 14 investissements effectués par des institutions financières publiques libyennes. Pour chaque transaction, la Société Générale a versé au courtier libyen une commission représentant entre un et demi et trois pour cent du montant nominal des investissements réalisés par les institutions publiques libyennes. Au total, la Société Générale a versé à l'Intermédiaire Libyen plus de 90 millions de dollars, dont une partie a été payée par le courtier libyen à des hauts fonctionnaires libyens afin de sécuriser les investissements de diverses institutions étatiques libyennes pour la Société Générale. À la suite de ce stratagème de corruption, la Société Générale a obtenu 13 investissements et une restructuration des institutions publiques libyennes pour un montant total d'environ 3,66 milliards de dollars,
    La Société Générale conclura un accord de poursuite différée dans le cadre d'une information pénale accusant la société d'un chef d'accusation de complot pour violation des dispositions anticorruption de la FCPA et d'un chef de transmission de fausses informations sur les marchandises. De plus, la filiale de Société Générale, SGA Société Générale Acceptance NV, plaidera coupable d'un acte criminel à un acte déposé aujourd'hui dans le District Est de New York, accusant l'entreprise d'avoir violé les dispositions anticorruption de la FCPA. Conformément à son entente avec le Ministère, la Société Générale a accepté de verser une amende totale de 585 millions de dollars au Ministère. La Société Générale a également accepté de continuer à coopérer avec l'enquête du Département et d'adopter et de maintenir des procédures de conformité renforcées.
    Le Département a pris part à cette résolution en partie à cause de l'incapacité de la Société Générale à divulguer volontairement l'inconduite des sociétés au Département; la gravité de la conduite des entreprises, y compris la valeur élevée des pots-de-vin versés aux fonctionnaires étrangers; la coopération substantielle, mais pas totale, de l'entreprise avec le Ministère; et la réhabilitation significative de l'entreprise qui, associée au profil de risque de l'entreprise et à la surveillance continue de L'Agence Française Anticorruption, a conduit le Département à conclure qu'un contrôle n'était pas nécessaire dans ce cas.
    L'affaire LIBOR
    Comme l'a admis la société, entre mai 2010 et au moins octobre 2011, la Société Générale a publié des soumissions LIBOR faussement déflatées en dollars américains (USD) pour donner l'impression que la Société Générale pouvait emprunter de l'argent à des taux d'intérêt plus avantageux. faire. Cette manipulation à la baisse a permis à la Société Générale de donner l'impression qu'elle était plus forte et plus solvable qu'elle ne l'était.
    Le plan de manipulation du LIBOR en USD a été ordonné par les cadres supérieurs de la Société Générale, qui ont chargé les directeurs du département de la trésorerie de la société de superviser l'exécution de l'effort de déflation. Plusieurs employés du département Trésorerie de Société Générale ont veillé à ce que les soumissions en USD du LIBOR en USD soient modifiées conformément à la directive sur la déflation. L'inconduite de la Société Générale modifiait fréquemment le taux journalier d'établissement de l'USD LIBOR, qui affectait les produits financiers dans le monde entier, y compris les swaps de taux d'intérêt, les contrats à terme et autres produits financiers dérivés.
    En outre, en 2006, certains employés de la Société Générale à Londres et à Tokyo ont travaillé ensemble pour manipuler les soumissions LIBOR Japan Yen (JPY) de Société Générale. Ces employés se sont efforcés de manipuler JPY LIBOR afin de bénéficier des positions de trading d'un employé de la Société Générale. Cet employé avait de nombreuses transactions liées au JPY LIBOR, et la manipulation de JPY LIBOR améliorait la rentabilité du portefeuille de négociation de l'employé.
    Selon les termes de l'accord, Société Générale paiera une amende de 275 millions de dollars pour résoudre l'affaire d'inconduite LIBOR. De plus, en août 2017, deux personnes, Danielle Sindzingre, ancienne chef de la Trésorerie de la Société Générale, et Muriel Bescond, ancienne directrice du Trésor de Paris, ont été inculpées pour leurs rôles dans le système. Les deux individus restent en liberté. Un acte d'accusation est simplement une allégation et tous les accusés sont présumés innocents jusqu'à ce que leur culpabilité ait été prouvée hors de tout doute raisonnable devant un tribunal.
    L'accord de poursuite différée et l'accord sur le plaidoyer sont soumis à l'approbation du tribunal.
    Les bureaux extérieurs du FBI à Washington et à New York et le bureau de New York de l'IRS-Criminal Investigation enquêtent sur l'affaire. Les procureurs Gerald M. Moody Jr. et Dennis R. Kihm de la section des fraudes de la division pénale et les procureurs adjoints américains David C. Pitluck et James P. McDonald du district est de New York poursuivent l'affaire FCPA. Le chef adjoint Carol Sipperly, les procureurs de première instance Timothy A. Duree et Gary A. Winters de la section des fraudes de la division criminelle et le procureur adjoint américain Matthew S. Amatruda du district Est de New York poursuivent l'affaire LIBOR. Le Bureau des affaires internationales de la Division des affaires pénales a fourni une aide importante à ce sujet.
    Le Ministère apprécie la coopération et l'aide importantes de la Securities and Exchange Commission des États-Unis et de la CFTC à cet égard. Le PNF, le Serious Fraud Office du Royaume-Uni, l'Office fédéral de la justice en Suisse et le Bureau du procureur général en Suisse ont également fourni une coopération significative.
    La section des fraudes de la division criminelle est chargée d'enquêter et de poursuivre toutes les affaires de la FCPA. Des informations supplémentaires sur les efforts de lutte contre la fraude de la section Justice du Département de la Justice peuvent être consultées sur www.justice.gov/criminal/fraud/fcpa.
    Merci Zach Haller pour ce lien

    0 0





    Johann Schneider-Ammann participe une nouvelle fois à la Conférence de Bilderberg

    Berne, 05.06.2018 - Le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann participera à la Conférence de Bilderberg, qui se tiendra du 7 au 10 juin 2018 à Turin. Après 2017, c’est sa deuxième participation à cette conférence, qui réunit chaque année quelque 130 représentants hauts placés des milieux politiques et économiques ainsi que des organisations internationales et des médias. La réunion de cette année sera dominée par les questions touchant à l’intelligence artificielle, au libre-échange et à la politique internationale. Plusieurs membres du Conseil fédéral ont déjà participé à cette conférence par le passé, à savoir Doris Leuthard en 2011, Christoph Blocher en 2009 et Pascal Couchepin à plusieurs reprises.
    .

    Adresse pour l'envoi de questions
    Service de la communication du DEFR
    058 462 20 07, info@gs-wbf.admin.ch

    Auteur
    Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche 

    Le très secret groupe Bilderberg se réunira le week-end de la votation monnaie-pleine et des jeux d'argent ! 
    Coïncidence ? 
    Apparemment, les « Bilderbergers »comme ils sont souvent appelés, retourneront en Italie pour la première fois en 14 ans, après s'être rencontré la dernière fois en 2004 dans la petite ville de Stresa à la frontière suisse.

    Selon un article du 29 janvier du site
     de l' Agence des  Nouvelles des Balkans indépendants  (IBNA), le Premier ministre serbe Ana Brnabic « a reçu une invitation officielle à la réunion Bilderberg de cette année, qui aura lieu dans les environs de Turin, en Italie, les 7-10 Juin . » aussi très près de la Suisse... 


    En plus de la réunion Stresa, le Groupe Bilderberg s'est rencontré en Italie deux autres fois, en Avril 1987 et Avril 1965, les deux à la Villa d'Este. 



    DÉNONCIATION DU GROUPE MONDIALISTE BILDERBERG PAR UN LÉGISLATEUR SUISSE

    Source : American Free Press
    via Infowars

    Le 16 Mai 2011 ( traduction approximative de la part dehttp://www.nouvelordremondial.cc )


    Un législateur influent du parti politique le plus important de la Suisse a envoyé une lettre très explicite à la tête du Département Fédéral Suisse de la Justice et de la Police, disant que la rencontre du groupe mondialiste Bilderberg en Suisse du 9 au 12 Juin menace les traditions profondes de la nation de régime populiste et de neutralité ainsi que l’arrivée de nombreux participants peu recommandables, dont certains sont accusés de crimes de guerre, au pays traditionnellement neutre.
    Le législateur, Dominique Baettig de l’Union démocratique du centre (UDC), a été interviewé par cet écrivain de l’AFP en décembre dernier et a fait les gros titres quand il appela à arrêter George W. Bush pour des crimes de guerre si jamais il met les pieds en Suisse. Bush annula sa visite à Genève le 12 Février.
    En rapport à la prochaine visite du groupe Bilderberg, Baettig informa la policière Mme Simonetta Sommaruga : « J’aimerais attirer votre attention sur… le [rendez-vous du] groupe Bilderberg discret mais influent dans un hôtel à Saint Moritz [9-12 Juin]. »
    Le groupe est « une élite mondiale de banquiers, industriels, diplomates, de gradés de l’OTAN Européen et US, de têtes couronnées, de groupes de médias, leurs magnats et leurs éditeurs, aussi bien que des chefs d’états, à la retraite ou non, qui coordonnent, échangent, organisent et structurent, en dehors de tout contrôle démocratique, les grandes orientations pour une mondialisation économique. »
    Pour transmettre le danger de l’influence du groupe Bilderberg, il ajoute dans sa lettre, « l’Indépendance, la propriété privée et la sphère privée sont réduites à l’utilisation d’argent électronique virtuelle et par… le contrôle de tous les individus dans un goulag mondial biométrique… Plus de dettes pour les pays [du monde] sont encouragées … et ils deviennent les créanciers de banques privées supranationales.
    « Les tâches policières et militaires sont privatisées et les actions militaires pour dissoudre des états indépendants sont planifiées et coordonnées (Afghanistan, Irak, Somalie, Soudan, Libye; demain l’Iran et la Syrie). Le pire étant le fait qu’ils préparent la fin programmée de la démocratie traditionnelle, avec un changement de pouvoir des états au bénéfice d’entités gouvernementales non-élues… »
    Sa lettre dit aussi que ce « groupe discret développe un modèle de société libre échange ultra libérale avec une… monnaie mondiale et le FMI en tant que trésorier. »
    Baettig nota qu’il est particulièrement perturbé après avoir « consulté la liste des participants [Bilderberg] des années [récentes] » et voit « la présence indésirable » en Suisse de certaines « personnalités » comme Henry Kissinger,Dick Cheney, Nicolas Sarkozy et autres impliquées dans des crimes de guerre, torture et ceux « qui sont sous investigation par la cour de la Haye, etc. »
    Baettig demande à Mme Sommaruga : « Est-ce que vos services sont informés des identités des participants ? Alors que l’OTAN est actuellement engagé dans des actions de guerre (Libye, Afghanistan, des assassinats ciblés), la participation des gradés de l’OTAN… représente un risque majeur d’action terroriste à Saint Moritz, et donc, un danger sérieux pour ses habitants et ses voisins. Sans parler de… l’image perdue pour une nation souveraine et démocratique qui maintient une neutralité intégrale et armée… »
    Il ajouta que si « les politiciens, hommes d’affaire et propriétaires de groupes de médias qui partagent des motivations [mondiales] représentent un ‘crime contre l’état’, et cela pourrait compromettre l’indépendance de la Suisse par ‘trahison diplomatique.’ »


    Texte original :

    Delémont, May 30th, 2011

    Concerns : arrests and extraditions of Bilderberg criminals Distinguished Cantonal Prosecutors, Mr. the General Prosecutor of the Swiss Confederation (for information).
    You do not ignore that the Bilderberg Group will meet, amongst other Swiss locations, in Sankt-Moritz between June 9th and June 12th, respectively June 8th and June 13th, 2011 in order to include here the landing and taking-off of their Private Jets, etc. on the Airports of Samedan, Kloten, if not Agno and Cointrin or even Belpmoos (last legs by helicopters, etc.), located in your respective Cantons. Meetings will be held at the Suvretta’s and for even more discreet ones, again in a Bad-Ragaz Hotel or at the Baur-au-Lac, Dolder (?) in Zürich, etc.
    In the name of Cantonal Sovereignty and independence, but especially of the Justice’s independence from executive power - may it be Federal or Cantonal - I ask you to check abroad for Arrest Warrants delivered by various Courts, Judges and also for all valid criminal complaints against the persons who were, amongst others, cited as mere examples in my (enclosed) letters to Mrs. Simonetta Sommaruga, Federal Counselor and Mrs. Barbara Janom Steiner, Cantonal Counselor and of course, to arrest them before diligent extraditions.
    If the name of Henry Kissinger or Georges W. Bush (should he come to Switzerland) are fairly evident in terms of "Wanted criminals" others, such as Nicolas Sarkozy in some days, but especially other Bilderbergers from all around the world, will obviously require that you first be in possession of the complete Bilderberg 2011 Participants’ List, before checking out for these names at Interpol, Den Hague, etc. A List that nor a National Counsellor, such as the undersigned, nor a Swiss Citizen and any not Bilderberg Journalist may get, either from Mr. Daniel Vasella (the organizer), nor from Bilderberg Headquarters in the Netherlands.
    Furthermore, I do thank you to apply with civil courage the Law Articles (Treason, etc., mentioned in the letter to the Head of the Federal Justice and Police Department), to all Swiss Bilderberg Participants and a fortiori to all of those in Political Office.
    Looking forward for your kind answers, along with a copy of said Participants’ List, be assured, Distinguished Cantonal Prosecutors, Mr. the General Prosecutor of the Swiss Confederation, of the expression of my high consideration.
    Dominique Baettig, National Counselor Jura
    Enclosures : mentioned
    You can send this letter to all judges all over Europe, they have the right to launch such an action, thanks to European's treaties.
    As did Baltasar Garzón Real, f.i.

     François de Siebenthal 


    - - - - - -

    BILDERBERG

    Le silence médiatique est rompu

    juin 11 : BILDERBERG à Saint-Moritz (Suisse), images et témoignages de manifestants : infowars

    Révélations: banques suisses et Bilderberg



    Révélations sur des banques suisses et les Bilderberg!



    0 0




    Oui ou non à monnaie-pleine  ?


    Une petite anecdote genevoise historique: Théodore Turrettini, physicien
    genevois et fondateur des Forces Motrices de Genève a travaillé en
    collaboration avec Thomas Edison et Nikola Tesla à la construction du
    barrage hydroélectrique des chutes du Niagara.
    Pour le remercier, Edison a offert le brevet de l'ampoule électrique à
    Théodore qui l'a proposé gratuitement au Canton de Genève. Les
    Conseillers d'Etat de l'époque ont refusé en bloc le cadeau. Turrettini a
    donc revendu le brevet à une petite start'up de l'époque qui s'appelait
    "Philips"...


    Argent naturel, juste, bon.


    VOTEZ OUI A L'INITIATIVE MONNAIE PLEINE LE 10 JUIN 2018. MERCI.

    Bonjour,
    Cela fait quatre ans que je suis l'évolution de l'initiative "Monnaie pleine". Le premier article publié à ce sujet sur mon blog date du 19 juin 2014 et il avait suscité de nombreux commentaires.
    Le 29 mai 2018, M. René Knüsel a publié un article dans 24 Heures au sujet de cette initiative. Le voilà: 
    Cet article explique bien la problématique à résoudre.
    En fait, il faut savoir si on veut que ce soit la BNS qui crée la monnaie scripturale et en encaisse les profits très élevés (ce qui est aussi un point très important) ou si cette activité doit continuer à être créée par les banques, de façon incontrôlable, avec des profits énormes encaissés par elles au détriment de la collectivité publique.Ce qui crée également d'énormes risques.
    Malheureusement M. Knüsel ne cite pas l’arrivée incontrôlée des crypto-monnaies. Il me semble que l’initiative « Monnaie pleine » tombe à pic et permettra de protéger l’économie et la monnaie officielle. Il s’agit, me semble-t-il, d’un argument de plus en faveur de l’initiative « Monnaie pleine ».
    L'émission Temps Présent "Dans la tête ... d'un rebelle" explique parfaitement bien comment les améliorations de la société sont apportées par une première personne puis par un groupe minoritaire. Je vous conseille très vivement de consacrer un peu de votre temps à regader cette émission. Voir l'article de ce blog du 31.05.18.
    Dans le domaine de la finance, en Suisse, les personnes qui ont oeuvré pendant des années pour mettre sur pied cette initiative sont des rebelles. Et je leur souhaîte plein succès tout en les remerciant très vivement de nous avoir fait comprendre les mécanismes actuels liés à la création de la monnaie.
    A mon avis, même si cette initiative n'est pas acceptée le 10 juin 2018, eh bien ces personnes (association MoMo) auront tout-de-même gagné, car leur initiative a fait évoluer les consciences et cela va continuer.
    N'oubliez pas de voter OUI avant le 10 juin 2018. Merci de diffuser ce message.
    Merci d'avance pour vos commentaires. Meilleures salutations. 

    Monnaie-pleine, réponse aux objections courantes

    Pensez par vous-même...., posez des questions..... 

    Le sujet de la monnaie nationale nous appartient à tous. 
    Nous voulons que notre monnaie nationale, le franc suisse, soit mise à la disposition de tous les habitants du pays, et pas seulement des banques. 

    Pourquoi la BNS réserve-t-elle notre monnaie nationale, le franc suisse, aux banques et nous force-t-elle à devenir créanciers bancaires si nous voulons obtenir des francs suisses ? 


    Les banques abusent de la marque francs suisses, ce ne sont pas des francs suisses, mais des substituts monétaires, comme l'a reconnu le Conseil fédéral ! 




    Pourquoi la Banque nationale peut-elle refuser de nous fournir notre monnaie nationale, le franc suisse ? 

    À qui cela sert-il si nous, les nationaux, sommes obligés de renoncer à notre monnaie nationale, le franc suisse, et de payer avec le pseudo franc des banques ? 

    Pourquoi nous laissons-nous faire avec le franc de remplacement produit par les banques alors que la BNS devrait nous fournir à tous de vrais francs suisses ? 

    Pourquoi avons-nous besoin de deux cycles de trésorerie ? Un avec de l'argent légal pour les banques, et un avec de l'argent non légal pour nous, citoyens ordinaires ? 

    Création monétaire ou souveraineté monétaire 
    C' est le droit de la Confédération et de la BNS de déterminer et d'émettre la monnaie nationale et d' en distribuer le bénéfice (seigneuriage) au grand public. Pourquoi la Confédération ne le fait-elle pas ? 

    Il est scandaleux que l'État doive emprunter l'argent dont il a besoin pour remplir sa mission de service public auprès des banques à des taux d'intérêt, alors qu'il pourrait créer l'argent lui-même. 

    Pourquoi la Confédération et les cantons renoncent à leur bénéfice initial de la création de monnaie pour le cours légal (seigneuriage) et laissent aux banques le produit des intérêts pour la production de leur monnaie non légale ? 


    Est-ce une expérience si gigantesque ou un big bang si tous les habitants du pays peuvent payer avec leur monnaie nationale, le vrai franc suisse ? 

    Est-ce une expérience si gigantesque ou un big bang si tous les habitants du pays traitent les transactions de paiement avec l'argent que les banques elles-mêmes et au niveau international utilisent depuis longtemps sans problème ? 

    Dans le système actuel, la majeure partie de l'argent en circulation n'existe pas. C'est un château de cartes basé sur les attentes et les promesses, tandis que l'argent réel de la Banque Nationale circule dans le système monétaire complet. Pourquoi cette expérience serait-elle irresponsable ? 

    Sujet argent au lieu de dettes 

    Pourquoi l'argent doit-il être une dette ? à qui le crime profite-t-il  ? 

    Non, la dette n'est pas de l'argent, affirme l'initiative monnaie-pleine. 

    Or la BNS dit qu'il n'y a pas d'argent sans dette. 

    Nous voulons de l'argent plein, actif, pas de la dette ! Nous voulons l'argent de la Banque nationale, pas la dette des banques ! 

    L'argent des banques, c'est de la dette. Ceux qui nous fournissent des dettes au lieu d'argent font de nous tous des esclaves de la dette. 

    Citation : "L'argent est une nouvelle forme d'esclavage, différente de l'ancienne en ce qu'elle est impersonnelle et qu'il n'y a pas de relation directe entre les seigneurs et les esclaves". (Leo Tolstoï) 

    La monnaie de crédit des banques signifie que chaque année, nous devons payer X milliards pour un moyen de paiement que la Banque nationale pourrait mettre gratuitement à notre disposition. 

    L'initiative est libératrice. Elle libère l'économie et l'État, otages des banques, et nous rend notre souveraineté. 

    Pourquoi continuer à s'en tenir à un système qui accélère la croissance de la dette ? Et pourquoi un système de monnaie-pleine qui permet une réduction continue de la dette sans austérité et sans expropriation serait-il menaçant ?
    Sujet : Crise du crédit 
    Les banques n'accordent pas de prêts aujourd'hui ! Après tout, un prêt est un prêt de fonds propres. Toutefois, les banques ne prêtent pas leurs propres fonds, de sorte qu'elles n'accordent pas de prêts. 

    Si les banques prêtaient, elles n'auraient pas à créer de l'argent. Mais ils disent  bien qu'ils font de l'argent. Donc, ils n'accordent pas de prêts. 

    Celui qui prétend que les banques accordent des prêts aujourd'hui égare les gens. Parce qu'il prétend que les banques d'aujourd'hui sont des intermédiaires et non des producteurs d'argent. 

    Thème donner de l'argent ! "sans dettes et sans culpabilité" 

    Pourquoi l'argent doit-il être une dette ? à intérêt ? 

    Aujourd'hui, il n'y a pas d'autre argent que l'argent Fiat = de l'argent venant de nulle part. Cela signifie que tout l'argent est "donné". La question est : qui devrait recevoir ce cadeau, nous tous ou seulement les banques ? 

    Aujourd'hui, tout l'argent - qu'il provienne de banques commerciales ou de la Banque nationale - est de l'argent Fiat = argent venant de nulle part. Pourquoi la dette est-elle encore créée aujourd'hui ? Et à intérêt ? 

    La création de l'argent Fiat n'est jamais contraignante. L'argent de Fiat est donc toujours un "cadeau". 


    L'argent "sans dette" n'est pas "sans valeur", comme le prétend la BNS. La valeur de l'argent est son pouvoir d'achat et il ne s'agit pas d'une dette.

    0 0

    Le célèbre commentateur et chef économique du Financial Times, Martin Wolf, encourage à voter OUI à la Monnaie Pleine!
    Traduction française : POURQUOI LES SUISSES DEVRAIENT VOTER POUR MONNAIE-PLEINE ?... 
    Après la crise dévastatrice d'il y a dix ans, on aurait pu penser qu'il était essentiel de repenser radicalement le fonctionnement du système financier. Au lieu de cela, le système a été réparé. Aujourd'hui, comme on pouvait s'y attendre, l'humeur évolue vers la suppression d'une grande partie de la réglementation. C'est pourquoi j'espère, malgré les sondages, que les Suisses voteront en faveur de la proposition Vollgeld lors du référendum du 10 juin. La finance a besoin de changement. Pour cela, elle a besoin d'expériences.
    Selon une base de données compilée au FMI, 147 crises bancaires nationales se sont produites entre 1970 et 2011. Ces crises ont touché les petits pays pauvres comme la Guinée et les grands pays riches comme les États-Unis. Elles ont couté colossalement cher, en termes de perte de production, d'augmentation de la dette publique et, ce qui n'est pas le moins important, de crédibilité politique. En seulement trois ans à partir de 2007, les pertes cumulatives de production, par rapport à la tendance, représentaient 31 % du produit intérieur brut aux États-Unis. Au Royaume-Uni, la récente crise a imposé un coût fiscal qui n'a été dépassé que par la guerre napoléonienne et les deux guerres mondiales.
    Alors, comment cette industrie crée-t-elle des ravages à une telle échelle ? Et pourquoi est-elle autorisée à le faire ? Elle le fait - et est autorisée à le faire - parce que, comme l'a expliqué la Banque d'Angleterre, les banques créent de l'argent, qui est un bien public essentiel, comme sous-produit de leurs prêts, qui est un bien économique important. Nous voulons que les banques aient des actifs risqués et des passifs sûrs. Pourtant, le passif d'une institution à fort effet de levier et à risque ne peut être sûr et sera inévitablement le moins sûr en période de crise. Pourtant, c'est à ce moment-là que les gens veulent que leur argent - leur réserve de pouvoir d'achat dans un monde effrayant - soit le plus sûr.
    Pire encore, il est souvent plus facile pour les banques de justifier un prêt plus important au moment où elles devraient prêter moins, car le prêt crée des booms du crédit et des bulles de prix d'actifs, notamment dans l'immobilier. La volonté du public de traiter le passif des banques comme des réserves de pouvoir d'achat sûr assure un financement stable, jusqu'à ce que la panique s'installe. Pour réduire la probabilité de panique, les gouvernements assurent les dépôts bancaires, la liquidité et même la solvabilité. Cela rend les crises plus rares, mais plus graves. Les autorités soutiennent les banques et ensuite elles freinent les excès engendrés par ce soutien. C'est un système conçu pour échouer.
    Aujourd'hui, les banques sont moins endettées et mieux surveillées qu'avant la crise. Au Royaume-Uni, la banque de détail est également clôturée. Pourtant, l'effet de levier des banques est d'environ 20 à 1 : si la valeur de leurs actifs baisse de 5 % ou plus, une telle banque devient insolvable. Une façon de rendre les banques plus sûres serait d'augmenter leurs fonds propres quatre ou cinq fois, comme le recommandent Anat Admati et Martin Hellwig dans The Bankers' New Clothes.
    Une autre façon de rendre le système plus sûr est de dépouiller les banques du pouvoir de créer de l'argent, en transformant leurs dépôts liquides en monnaie "d'État" ou "souveraine". C'est l'idée soutenue par l'initiative Monnaie Pleine. Une autre façon d'atteindre le même résultat serait de garantir à 100 % les dépôts par des créances sur la banque centrale - une idée proposée par les économistes de l'école de Chicago dans les années 1930. Le reste du système financier se composerait alors principalement de services bancaires d'investissement et de fonds communs de placement. Ces derniers transfèrent automatiquement le risque aux investisseurs. Les premiers pourraient avoir besoin d'être réglementés, mais principalement sur le capital.
    Le passage à un tel système serait, comme le soutient Thomas Jordan de la Banque nationale suisse, un mini tremblement de terre. En outre, la proposition soulève des questions quant aux fins auxquelles la nouvelle monnaie souveraine pourrait être utilisée.
    La possibilité évidente est d'utiliser l'argent pour financer le gouvernement. Cette idée est hautement répréhensible pour certains : elle créerait certainement de grands défis. Pourtant, ces défis n'ont rien à voir avec le transfert de la responsabilité d'un attribut fondamental de l'État - la création d'une monnaie saine - à un ensemble privilégié d'entreprises privées à but lucratif, coordonnées par une institution gouvernementale de fixation des prix, la banque centrale. Dans aucun autre domaine économique, la puissance publique n'est aussi mêlée aux intérêts privés. Le fait d'être familier avec cet arrangement ne peut pas le rendre moins indésirable.
    Il y a beaucoup d'autres idées dans ce vaste domaine qui semblent mériter d'être poursuivies. La première serait de permettre à chaque citoyen de détenir un compte directement auprès de la banque centrale. Les raisons technologiques de la banque commerciale sont, après tout, en train de disparaître rapidement. Nicholas Gruen, un économiste australien, a soutenu qu'aucune institution privée ne devrait avoir un meilleur accès à la banque centrale publique que le public lui-même. En outre, ajoute-t-il, la banque centrale pourrait mener une politique monétaire en prêtant librement contre des hypothèques sûres. La banque centrale n'aurait pas besoin de prêter aux banques en soi. Il se concentrerait sur les actifs.
    Le point fondamental ici est que la charge de la preuve ne devrait pas incomber à ceux qui sont en faveur du changement. Après une longue série de crises énormes et destructrices, c'est plutôt à ceux qui soutiennent le statu quo, même le statu quo modifié d'aujourd'hui, de prouver la sécurité du système actuel. L'avantage de la proposition Monnaie Pleine est qu'il s'agit d'une expérience crédible en direction de la séparation entre la sécurité exigée à juste titre de l'argent et la prise de risque attendue des banques privées. Avec de l'argent sans ambiguïté, il serait beaucoup plus facile de laisser les institutions qui prennent des risques supporter toutes les conséquences de leurs échecs. Dans la mesure où la faillite reste difficile, une réglementation serait encore nécessaire, notamment en ce qui concerne les fonds propres. A la limite, comme certains l'affirment, il faudra peut-être mettre fin à l'intermédiation financière à risque.
    La proposition Monnaie Pleine n'est pas aussi radicale que celle-ci. Pourtant, il pourrait fournir un test éclairant d'un meilleur avenir possible pour ce qui a longtemps été l'industrie la plus périlleuse du monde. Que les Suisses osent !


    0 0



    Ne tombons pas dans leur piège de la division et sachons rebondir intelligemment en corrigeant leurs amalgames honteux et grotesques..

    Articles du groupe Tamedia, le groupe qui fabrique les matériels faits pour tricher les votes par correspondance et notamment les enveloppes translucides

    https://www.youtube.com/results?search_query=fraudes+siebenthal

    Un de leurs articles du jour en Suisse romande, ...

    Les soutiens gênants de «Monnaie pleine»....


    les premiers commentaires, 24 heures et la Tribune de Genève

    Jacques Gaillard

    00:42 Heures
    Partisan de la monnaie pleine (je suis économiste de formation, et de gauche), il m'est un peu pénible d'avoir lu cet article, et j'aurais préféré trouver un peu plus d'appui chez mes chers «camarades». Mais l'incident démontre une chose: cette initiative n'est ni de gauche, ni de droite, mais simplement de bon sens, celui qui faisait dire à nos grand-parents: je ne dépense que l'argent que j'ai.





    Stephane Helba

    06.06.2018, 22:43 Heures
    Et donc, parce que ce sont des extremistes de droites, ils n'ont pas le droit de recevoir quelqu'un qui leur explique les tenants et aboutissants d'une initiative populaire sur laquelle ils vont devoir se prononcer? C'est peut-être à travers l'éducation que l'on peut faire évoluer les gens, vous ne croyez pas? Et pour éduquer, ils faut fréquenter et pas seulement poster sur des réseaux sociaux, mais aller au contact. On devrait donc féliciter cette personne d'avoir osé aller défendre ses idées auprès de gens qui, selon la presse et les gauchos, sont terriblement dangereux.

    Allez voter, svp. 

    Même si vous n'avez plus votre matériel de vote, allez à votre greffe municipal ou au registre civique pour obtenir un nouveau matériel de vote. Ils impriment tellement de matériel de vote surnuméraire qu'il y en a des milliers à disposition. Ne vous gênez pas. C'est la votation du siècle, même du millénaire. Vérifiez aussi qu'ils n'ouvrent pas les enveloppes d'envoi et qu'elles soient gardées dans les urnes scellées, sinon les fraudes sont trop faciles pendant 3 semaines  Le pré-dépouillement avant le dimanche matin est illégal car très risqué, vu les enveloppes internes translucides ! MERCI

    Fraudes électorales conséquentes en Suisse, dans le canton de Vaud ...

    https://lesobservateurs.ch/.../fraudes-electorales-consequentes-suisse-canton-de-vaud-p...


    9 déc. 2017 - YPDW en interview - François de Siebenthal explique la fraude ... de sa famille, n'auraient pas reçus le même matériel de vote que les autres ... Toute enveloppe de vote surnumérairedoit être détruite avant la votation.

    François de Siebenthal: Projet de contrôler les votes du 10 juin

    desiebenthal.blogspot.com/2018/05/projet-de-controler-les-votes-du-10-juin.html


    ... avec des améliorations ( urnes transparentes, matériel de vote surnuméraire de couleur différente et contrôle de celui-ci avant, pendant et après à l'unité près, ...




    0 0


    Invitations à tous aux fêtes de votation du 10 juin, dès 13h00, Lausanne, enfants bienvenus, spectacle pour eux dès 15h00, la lampe magique d' Aladin.
    La reprise en main des créations monétaires, c'est une vraie lampe d'Aladin sociale...
    Entrée gratuite, chapeau à la sortie. Merci.

    François de Siebenthal: Loi pour une démocratie économique

    desiebenthal.blogspot.com/2016/05/loi-pour-une-democratie-economique.html

    La Lampe D'ALADIN. Qu'est ce que la démocratie économique? ... Le crédit social est ultra-démocratique et individualiste. Projet de Loi. Prévoir une politique ...

    Chères amies, chers amis

    Nous avons de toute manière gagné. Presque tout le monde a appris et compris que de la fausse monnaie en pseudo francs suisses est créée par et pour les banques commerciales. Vous avez contribué à ce que l’initiative populaire «monnaie-pleine» devienne réalité et à ce que nous cheminions ensemble depuis que l’idée est née jusqu’au jour de la votation.

    Vous avez écrit, organisé, collecté, discuté, débattu, apporté vos réflexions, toujours dans la bonne humeur, l’enthousiasme et la critique constructive. Avec vous, cette prétendue utopie a pris forme et substance et restera vivante au-delà du 10 juin prochain. Par vos actions, la vision d’un nouveau monde plus juste passe lentement mais sûrement de l’imagination à la réalisation. Nous aimerions fêter ça!



    Pour les romands, dès 13h00 
    Chez François de Siebenthal
    au 23, av. Ed. Dapples
    1006 Lausanne
    sous-gare, à 4 minutes
    021 616 88 88, rsvp par https://www.facebook.com/events/2072415309675542/ ou par mail à siebenthal at gmail.com ou par téléphone...

    Il y aura de la musique, à boire, à manger, ( à Lausanne... buffet canadien, chacun apporte quelque chose à boire et à manger) de la chaleur humaine, une connexion internet ou TV pour suivre les résultats de la votation. Et plein d'autres choses :), notamment des amis qui viennent de très loin :-)
    En cas de veau temps, on pourra monter sur la colline de Montriond et se promener dans le parc de Milan,
    puis aller danser sur la terrasse de la salle de quartier sous-gare de Lausanne dans le cadre d' une guinguette festive gratuite ouvete à tous de 16h00 à 19h00 

    Enfin, il sera possible de se retrouver pour manger au restaurant le Milan, Blvd de Grancy, à 2 minutes, dès 18h00, dans la salle du rez privatisée à part, un peu plus loin que l'entrée principale, le long du trottoir ( en cas d'affluence, la salle en haut )

    Au plaisir de vous compter parmi nous!

    Bien à vous,

    Yamina, Coco, & Cie David, François, Raoul, Jacques, Narcisse, Jano,  Rolf ,...& Cie

    PS: Vous êtes aussi toutes et tous cordialement invités le dimanche 10 juin 2016 dès 11 heures au restaurant „Grosse Schanze au dessus de la gare principale à Berne pour attendre ensemble le résultat du vote et fêter l’événement. Inscription obligatoire.


    Restaurant „Grosse Schanze 
    https://www.grosseschanze.ch/about/ 

    puis, le soir, l' apéritif et le dîner en commun au restaurant toi et moi:
    https://www.toietmoi.ch/galerie/
    ...
    dès 18h00  apéritif  (rendez-
     vous convivial)
    puis, à environ 19:00 dîner (demande préalable
     qui comprend la sélection de menu souhaitée / nécessaire)Vous pouvez facilement vous désabonner à / et sélectionnez le menu (végétarien ou viande): 

    https://doodle.com/poll/gpu37cuisvieqhh6 

    Notez que vous devez faire une entrée supplémentaire séparée pour toute personne
     qui vous accompagnerait.
    Au sens de « compagnon de xyz » ou le « prénom » et
     au lieu de nom « xyz »
    En cliquant plusieurs fois sur la case à cocher vous pouvez également sélectionner les options « OUI / MAYBE / NON ».
    (Lorsque
     le menu par personne s'il vous plaît faire un seul choix. Le coût du menu sera d'environ CHF 30.-) 
    Merci pour votre réponse rapide!
    De plus amples informations viendront par courrier séparé.
    Avant que le plus: 
    ...J 

    Nous serions dans la soirée commune / réjouissez
     -vous avec vous: 
    Annulation d'arrivée
     ou choix de menu se font maintenant ... 
    ;-) 

    ...
    Daniel Meier 

    www.vollgeld-initiative.ch / personne de contact
       

    ou encore à Bâle au café
    unternehmen mitte
    Gerbergasse 30
    CH – 4001 Basel
    unternehmen@mitte.ch
    0041 (0)61 263 36 63

    Afin de faciliter l’organisation, si tu souhaites te joindre à nous (et que tu n’es pas déjà inscrit sur notre évènement facebook , merci de ne nous le faire savoir par retour de mail si possible ( ou au 021 616 88 88 ).

    Vous n’aurez donc que l’embarras du choix, à moins de concilier l’une ou l’autre.

    Au plaisir de vous compter parmi nous!

    Bien à vous,

    Yamina, Coco, & Cie David, François, Raoul, Jacques, Narcisse, Jano,  Rolf ,...& Cie

    PS: Tu soutiens monnaie-pleine ? Depuis quelques années, quelques mois, quelques semaines ou simplement quelques jours? Tu sens l'incroyable potentiel de transformation sociale portée par cette initiative? Tu as envie de célébrer tout le boulot et l’enthousiasme qui ont été au coeur de cette campagne et de partager le bonheur de la victoire?

    Alors viens :) Ce 10 juin, nous allons fêter tous les OUI mis dans les urnes par des milliers de Suisses. Nous allons célébrer notre contribution essentielle à l'avenir de notre société, à une Suisse créative, solidaire et innovante, où la valeur du travail est vraiment reconnue et soutenue.

    Il y aura de la musique, à boire, à manger, ( à Lausanne... buffet canadien, chacun apporte quelque chose) de la chaleur humaine, une connexion internet pour suivre les résultats de la votation. Et plein d'autres choses :)

    Grâce à un oui, on pourra reprendre le contrôle des créations et flux monétaires pour et par le Souverain suisse, nous, le peuple suisse, des milliers de milliards de francs suisses, sic, les chiffres sont encore secrets, au moins mille milliards avec les devises, plus de 100 milliards par année, quel enjeu !

    Allez très vite au greffe de votre commune et demandez-leur de n'ouvrir les enveloppes de transmission que le jour du dépouillement, merci 

    Rappel:

    Pour garantir la liberté de vote des citoyens et le secret du vote, le gouvernement bernois a interdit le traitement des votes par correspondance avant le début du dépouillement du contenu des urnes le 24 novembre à 12h00.

    http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/22216311

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2013/11/fraudes-votations-surveillees-en-suisse.html

    Pliez plusieurs fois votre bulletin pour bloquer leur machine et rendre plus difficile leurs tricheries et remplacements du contenu des enveloppes.
    En cas de recours, on pourra au moins compter les bulletins pliés par exemple...
    Il y avait eu plus de 500 recours lors des votations RFID...
    http://desiebenthal.blogspot.ch/2009/06/rfid-passeports-biometriques-nos.html

    Ou mettez une feuille d'aluminium ou un carton très opaque dans la petite enveloppe intérieure, merci.

    Le plus sûr est d' aller voter le dernier jour, le dimanche matin, mais alors vérifiez bien les horaires et les lieux car ils en ferment beaucoup...

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/05/stop-fraudes-nouvrir-les-2-enveloppes.html


    Votes électroniques trichés ? Dialogue en mai 2016
    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/05/votes-electroniques-triches-dialogue-en.html

    RFID, passeports biométriques, 500 recours au tribunal fédéral.

    Regardez bien les photographies des preuves avec le lien ci-dessous

    https://www.google.ch/search?q=siebenthal+fraudes&espv=2&biw=1366&bih=624&site=webhp&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjw57aq0uXMAhXBchQKHc_0DiAQ_AUIBigB


    Sera à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
     

    0 0
  • 06/07/18--05:04: Darius corrige


  • Merci pour cette correction courageuse.

    La RTS corrige une information objectivement fausse, mais le fait de manière discrète
    Dans son journal de 19h30 du 29 mai, la Télévision Suisse Romande a présenté l’initiative Monnaie pleine en 1 minute 30 en prétendant en donner une explication « cristalline ». 

    La TSR a rendu l’initiative Monnaie pleine incompréhensible en disant qu’avec l’initiative Monnaie pleine, les banques ne pourraient plus prêter l’argent des déposants, par exemple à des entreprises. Or, aujourd’hui les banques ne prêtent jamais l’argent des déposants pour faire des crédits! Elles le créent elles-mêmes par des écritures comptables. Ceci est confirmé par de nombreuses banques centrales, dont la BNS, la Bank of England et la Deutsche Bundesbank.

    Cette information objectivement fausse laisse entendre aux citoyens que le système actuel fonctionnerait déjà comme le demande l’initiative Monnaie pleine, à savoir que les banques prêtent l’argent que les épargnants ou d’autres investisseurs leur ont mis à disposition. Avec une information aussi incohérente, c’est le noyau central de l’initiative, sa raison d’être, qui n’est plus compréhensible. En effet, la monnaie pleine a pour objectif principal que les banques ne puissent plus bénéficier du privilège de créer elles-mêmes de l’argent, mais qu’elles restent compétentes pour l’octroi de crédit précisément en ne prêtant que l’argent qui leur a été confié.

    Le correctif de la TSR est un aveu
    Ce n’est que suite à une réclamation à l’Organe de médiation de la RTS, que le service juridique de la Télévision Suisse Romande a dû admettre que celle-ci avait diffusé une fausse information. Un rectificatif a été fait au journal de 19h30 du 4 juin indiquant que les banques ne font pas les crédits par les dépôts, mais en créant de l’argent par des écritures comptables.

    Une erreur peu probable
    Les initiants ont à maintes reprises, y compris par des communiqués de presse, dénoncé la fausse affirmation souvent entendue de la part des opposants selon laquelle les banques utiliseraient les dépôts des clients pour octroyer des crédits. Quoi qu’il en soit, et quand bien même la fausse information a été corrigée, les initiants estiment que la TRS a violé les exigences minimales de l’article 4 alinéa 2 de la loi sur la radio et la télévision, selon lequel « les émissions rédactionnelles ayant un contenu informatif doivent présenter les événements de manière fidèle et permettre au public de se faire sa propre opinion. Les vues personnelles et les commentaires doivent être identifiables comme tels. »

    Violation des droits politiques
    Les initiants ont déjà dénoncé les fausses informations, demi-vérités et omissions de la part des autorités fédérales dans leur présentation de l’initiative Monnaie pleine, notamment celle se trouvant dans le livret de vote du Conseil fédéral. A ce sujet, un citoyen a fait recours au Tribunal fédéral pour violation des droits politiques. Les autorités sont tenues à une information objective et complète sur les sujets politiques, tout comme la télévision est tenue de présenter les événements de manière fidèle. Il en va non seulement de l’initiative Monnaie pleine, mais de notre démocratie.

    0 0
  • 06/07/18--15:04: Stop aux abus bancaires
  • 0 0


    Trois spectacles gratuits  explications préalables des analogies avec www.monnaie-pleine.ch une heure avant en face de la salle, chez moi, au 23, av. Ed. Dapples, 1006 Lausanne, à 3 minutes au sud de la gare.
    La reprise en main des créations monétaires, c'est une vraie lampe d'Aladin sociale pour tous...
    Vendredi 8 à 20h00
    Samedi 9 à 20h00
    Dimanche 10 juin à 15h00
    La Lampe D'ALADIN, 
    pourquoi voter oui à monnaie-pleine ?


    Laissez libre le génie de monnaie-pleine, pour le bien de tous...

    Qu'est ce que la démocratie économique? Beaucoup en parlent, mais de manière superficielle. La démocratie économique signifie que les individus dans la société ont davantage de contrôle sur leur environnement matériel. Pour être spécifique, ça signifie que l'individu est (1) capable d'accéder à un plus grand nombre de biens de consommation grâce à l'amélioration de son pouvoir d'achat, et (2) est en mesure d'exercer un plus grand nombre de choix dans le domaine productif qu'il souhaite intégrer. Les indicateurs d'une démocratie économique sont l'amélioration du niveau de vie pour tous, l'accroissement des possibilités pour l'activité productive, soit en matière d'emploi ou de loisirs. La théorie de la démocratie stipule que la société est organisée en vue de garantir le bien-être de l'individu. Le crédit social est ultra-démocratique et individualiste.

    Projets de Lois dans le monde, notamment aux USA, Islande et en Suisse

    Fêtes pour la votation du 10 juin




    Invitations à tous aux fêtes de votation du 10 juin, dès 14h00, Lausanne, enfants bienvenus, spectacle pour eux dès 15h00, la lampe magique d' Aladin.
    La reprise en main des créations monétaires, c'est une vraie lampe d'Aladin sociale...
    Vendredi 8 à 20h00
    Samedi 9 à 20h00
    Dimanche 10 juin à 15h00

    Prévoir une politique monétaire nationale qui réponde de façon définitive, aux exigences de l'industrie nationale et du commerce, tout en tenant compte des conditions imposées par notre pouvoir économique, ce qui permettrait que la consommation de biens et services se fassent dans les limites de notre capacité productive, la prestation maximale de biens et services de nécessité aux individus ou à d'autres fins.

    Qu'il soit adopté par le Sénat et la Chambre des Représentants des Etats-Unis D'Amérique au Congrès ici réuni.

    Tilte I. Dédommagement Axée sur les Prix au Détail

    Considérant qu'il est de la prérogative constitutionnelle du Congrès de créer de la monnaie et en réglementer la valeur, et considérant que les réserves représentant des engagements bancaires pour leurs dépositaires, débiteurs, ou d'autres propriétaires ou titulaire de tels comptes ont la force et remplissent toutes les fonctions de monnaie et sont déclarés être de la monnaie, et considérant que la valeur de la monnaie se mesure par le pouvoir d'achat qu'il confère sur les biens  et services et toutes les autres formes de propriété ou droits de propriété ou preuve de la possession de tels droits et propriété, et considérant que le pouvoir d'achat de la monnaie varie inversement avec le prix de tels biens, services, propriété ou droits de propriété, et considérant qu'en vertu de la législation en vigueur concernant la création de dépôts bancaires et conformément à cette même législation et à la coutume en vigueur relative à la propriété privée, contrat et endettement, la somme totale des prix des biens et services produits tendent à dépasser la somme totale d'argent disponible pour les acheter, sauf à une perte financière des producteurs de tels biens et services, il est ici indiqué d'être la politique du Congrès d'ajuster et de contrôler le volume de monnaie de manière à le maintenir en permanence égal à la somme totale des prix de biens et services en vente, plus la somme totale des coûts non-réglés de biens et services en voie de production dûment comptabilisés, afin de faciliter le maximum de livraison de biens et services à la population des États Unis conformément à leurs désirs et en rapport avec la capacité de production de l'économie nationale.

    SECTION 2: En application de cette politique, des billets de monnaie nationale doivent être émis pour financer une réduction sur les prix à la consommation au détail, comme prévu ci-après.

    SECTION 3. Tel qu'utilisé dans le présent titre.

    (a) Le terme "billets de monnaie nationale" signifie le cours légal adopté par les États Unis dans le paiement de toutes dettes et impôts, mais qui n'est pas disponible aux banques dans le cadre de leurs réserves de liquidité contre des dépôts, sauf sur la base de l'équivalent en dollar de la somme de leurs obligations.

    (b) Le terme "réduction sur les prix au détail" signifie un chiffre de pourcentage à déterminer par la Commission Fédérale de Crédit et publié par le secrétaire ou trésorier comme indiqué ci-après, ce qui pourrait être appliqué comme une réduction sur les prix des biens et services que les détaillants offrent aux derniers clients.

    (c) Le terme "dédommagement sur les prix" signifie le prix au détail des biens et services après l'application de la mesure de rabaissement du prix au détail. Les ventes de biens d'occasion ne seront pas concernés/n'entrent pas en ligne de compte dans le cadre de la réduction des prix au détail.

    (d) Le terme "détaillant" signifie tout vendeur de biens, y compris logement et services, aux consommateurs finaux qui peuvent être identifiés comme personnes physiques, pour leur propre utilisation ou celle de leur famille et non pour la revente, mais aussi les sociétés de service dans la mesure où ils fournissent des services au détail au public destinés à l'utilisation personnelle ou celle de la famille.

    (e) Le terme "services" peut-être compris comme le transport de passagers, distribution de gaz et d'électricité aux foyers à des fins domestiques, location de maisons, hospitalisation, soins médicaux, éducation, animation théâtrale, ou tout autre service professionnel ou non-professionnel qui pourrait être fourni par des individus, des partenariats ou d'autres organisations, à conditions que les prix chargés pour de tels services sont basés sur des principes acceptés de comptabilité analytique.

    (f) Le terme "services" peut être compris comme le montant de la richesse nationale contre l'argent peut être délivré en toute sécurité sans qu'il en résulte des niveaux de prix inflationnistes.

    Détermination de la Réduction sur les Prix au Détail

    SECTION 4.

    (a) A partir de 90 jours après le passage de la présente Loi, la remise de détail pour chaque trimestre doit être déterminée par la Commission Fédérale sur le Crédit et proclamé par le secrétaire du trésorier au premier jour de chaque trimestre ou à tout autre que la Commission Fédérale de Crédit recommandera.

    (b) Après le passage de la présente Loi et jusqu'à ce que la réduction sur les prix au détail soit déterminée et proclamée comme indiquée précédemment, le rabais sera de 20 pour cent. Par la suite la réduction au détail sera ce pourcentage que la différence entre la valeur monétaire de la production nationale et celle de la consommation nationale apporte à celle de la production nationale. La production nationale doit inclure toutes les valeurs existantes qui  pourraient produits dans n'importe quelle catégorie de production, les importations, mais pas les comptes rendus du capital physique existant. La consommation doit inclure les ventes en détail, mais à un niveau qui correspond à celui d'un prix au détail non compensé, exportations, indemnités appropriées pour la dépréciation, perte et obsolescence. Pour en arriver à ces chiffres, seuls les prix et niveaux de prix existants doivent être utilisés, afin que les valeurs de production et de consommation exprimées soient toujours mesurées en fonction du Dollar existant.

    (c) Si la consommation nationale comme décrit ci-dessus, doit à tout moment dépasser la production nationale, aucune remise en détail doit être proclamée. Après chaque proclamation de la remise/réduction, les données utilisées pour la déterminer doivent être mises á la disposition du public.

    (d) Après le passage de cette Loi et dans le cas d'une Loi antérieure par laquelle le Congrès devrait autoriser que les paiements directs aux individus soient faits à partir du compte de crédit national, mais pas dans le règlement des bons de réduction au détail, alors tous ces paiements doivent être calculés par la Commission Fédérale de Crédit comme une addition à la consommation nationale pendant la période dans laquelle ils doivent être payés.

    (e) Il est interdit à tout membre ou employé de la Commission Fédérale de Crédit de divulguer la réduction au détail ou toute autre information reçue ou employée en rapport avec la détermination de la réduction au détail avant que la réduction en question ne soit proclamée par le secrétaire du trésorier. Quiconque contrevient à une disposition du présent paragraphe doit être exclu ou licencié et doit être puni, sur déclaration de culpabilité, d'une telle violation par une amende de pas plus de $1,000, ou un emprisonnement de pas plus d'un an, ou tous les deux à la fois.

    Application de la Réduction au Détail

    SECTION 5. Après le passage de cette Loi la réduction au détail doit être appliquée dans le cadre d'achats de biens et services auprès des détaillants comme définie dans cette Loi, faits par des consommateurs qui sont des personnes physiques, pour l'utilisation personnelle du consommateur ou celle de sa famille et pas pour la vente, le commerce ou la fabrication. L'application de la réduction en question dans le commerce doit être attestée par des pièces justificatrices appropriées, formulaires prescrits par le secrétaire du trésorier. Ces Chèques doivent être utilisés dans le remboursement du détaillant pour la vente de biens et services à un prix compensé. Le but de cette Loi est de fournir un règlement continu par les banques aux détaillants pour vendre á un prix compensé comme prévu par la'article 7 de ce titre.

    Contrats et Règlements

    SECTION 6(a) Aucun détaillant n'aurait le droit à une compensation sur les ventes au rabais à moins qu'il envoie une demande à la secrétaire du trésorier, et aie reçu, un certificat d'autorité ou une licence, et aie accepté de se conformer à ces règlements de la comptabilité analytique et à un taux maximum de bénéfice sur le chiffre d'affaires des ventes qui sera déterminé par le secrétaire du trésorier après des audiences publiques ouvertes à toutes les parties intéressées. Il est du devoir de la Commission Fédérale de Crédit d'être représentée à ces audiences, pour défendre l'intérêt général du public consommateur, et de subordonner toutes les questions d'intérêt particulier à celui du crédit national tel que défini dans ce présent titre. Les décisions de la Commission Fédérale sur le crédit national sont définitives. Le secrétaire du trésorier peut révoquer ou suspendre tout certificat d'autorité ou licence délivré par lui à tour détaillant après un préavis raisonnable et la possibilité d'auditionner le détaillant, sur preuve que ledit détaillant ne s'est pas conformé aux règlements sur la base desquels son certificat et sa licence ont été délivrés.

    SECTION 7.

    (a) Pour compenser le détaillant pour le déboursement de l'escompte de détail, toutes les banques aux États Unis, ses territoires et possessions, engagés dans le commerce inter-étatique, sont autorisées et dirigés à accepter toutes les pièces justificatrices attestant de l'escompte de détail et inclure dans les dépôts réguliers de leur clientèle qui détient des licences de décaisser la remise, et d'honorer ces bons comme s'ils étaient des dépôts en espèces au montant des déboursements mis en évidence.

    (b) Les banques entrant des crédits aux déposants en raison des bons de réduction au détail doivent les charges sur le compte de leurs notes en monnaie nationale, et le secrétaire du trésorier , ou son agent doit remettre à ces-dits banques, sur demande, les billets en monnaie nationale á une valeur nominale équivalente aux bons d'achat inscrits dans le registre de la banque. Les banques auront le droit de fixer des frais de service raisonnables à ces déposants pour les services rendus. Le montant de cette taxe doit être fixé par la Commission Fédérale de Crédit.

    (c) Les comptes de dépôt des détaillants rédigés par le présent procédé doivent être traités par toutes les banques en tant que partie de leur dépôts en circulation juste comme si le compte rendu a eu lieu grâce à l'actualisation des notes propres aux clients et les chèques qui en sont tirés doivent se faire comme d'habitude.

    Titre II - La Commission Fédérale de Crédit

    Organisation et 

    Commission



    SECTION 201.


    (a) Pour réaliser l'objet de la Loi il est créé la Commission Fédérale de Crédit (appelé dans ce titre la "Commission"). La Commission doit être composée de 7 commissaires qui seront nommés par le Président par et avec l'avis et le consentement du Sénat. Nul ne doit être admissible à une nomination en tant que commissaire à moins qu'il soit un citoyen des États Unis et dans le jugement du Président qualifié pour développer des connaissances approfondies sur des problèmes économiques, industrielles et statistiques et d'effectuer efficacement les tâches requises par la présente Loi. Pas plus de quatre des commissaires doivent être membres du même parti politique. La durée de mandat des commissaires va expirer comme indiqué par le Président. Une à la fin de chacune des sept premières années après le passage de la Loi. La durée de mandat du successeur expirera sept années à partir de la date de l’expiration du mandat pour lequel son prédécesseur a été nommé, sauf un commissaire nommé pour combler une vacance survenant avant l'expiration de la période pour laquelle son prédécesseur a été nommé doit être nommé pour le reste de ces termes. Les commissaires doivent être admissibles pour une deuxième nomination et recevoir une pension de retraite équivalente à $xxxxx par an pour chaque année de service, mais pas plus de $xxxxzzz par an.


    (a) Les commissaires doivent être membres d'office du Conseil de la Réserve Fédérale.

    (b) Le Président doit désigner chaque année une des commissaires d'agir en tant que Président de la Commission. Chaque commissaire va recevoir un salaire de $xxxxxx par an. Aucun commissaire ne doit s'engager dans une autre affaire, vocation ou travail autre que celui de servir comme commissaire.


    Les Devoirs de la Commission


    SECTION 202


    (a) Il est créé un compte dans la trésorerie des États Unis qui sera le compte de crédit. Ce compte sera crédité de temps en temps à la direction de la Commission avec la différence entre la valeur du Dollar de la production nationale et celle de la consommation nationale, comme déterminé par la Commission, quand la valeur de la production nationale est plus grande que celle de la consommation nationale. A la fin de chaque période, le montant du compte de crédit national qui ne devrait pas être retiré dans cette période doit être radié. Si avant la fin de chaque période le compte du crédit national aura été complètement vidé alors les ventes et l'acceptation bancaire de bons de ventes en détail continuent au compte de détail autorisé, la commission peut à sa discrétion habiliter le secrétaire du trésorier à continuer de fournir des notes en monnaie nationale sur la demande des banques jusqu'à nouvel avis de la Commission et cette monnaie supplémentaire ne sera pas une charge sur le compte de crédit national dans toute période future. La Commission peut également réduire ou suspendre la remise de détail avant l'expiration d'une période en conformité avec les prochains chiffres pour la production et la consommation nationale qui pourraient être en sa possession.


    (b) La Commission devra trouver tous les voies et moyens raisonnables pour déterminer le compte de détail aussi précis que possible strictement en conformité avec les méthodes Prescrites en SECTION 4 du titre I de la Loi et sans aucune influence ou des conseils étrangers. Les décisions de la Commission concernant le compte en détail doivent être définitives.


    (c) La Commission doit établir un bureau statistique pour collecter et coordonner les données nécessaires à l'exécution des dispositions de la présente Loi et doit être guidée dans ces décisions par les faits révélés. Tous les départements statistiques de l'État Fédéral et de l'administration municipale doivent fournir cette aide et information comme requise par la Commission. La Commission doit avoir l'autorité de requérir des données et statistiques de toutes les organisations économiques, associations de commerce, affaires privés ce qui peut du reste être requis dans le jugement de la Commission pour exécuter les dispositions de cette Loi.


    (d) Il doit être le devoir de la Commission de fixer les frais de service pour le traitement des bons de réduction au détail par les banques pour leurs clients comme prescrit dans la Loi.


    (e) Il doit aussi être le devoir de la Commission de tenir des audiences sur et pour rendre publiques les bénéfices des grossistes, fabricants, premiers producteurs, et les spéculateurs, et de recommander au Congrès une Loi réparatrice ou des mesures fiscales spéciales en ce qui concerne ces gains si dans le jugement de la Commission, ils proviennent d'une augmentation irraisonnable dans l'usine, les matières premières ou des prix en gros qui, par la trop hausse de la valeur en Dollar du compte de crédit national va l'amener à contribuer à une inflation contenue artificiellement et la distribution inéquitable du revenu national total au détriment de toute catégorie ou section.


    Interférences dans les Fonctions de la Commission


    SECTION 203


    (a) Il est interdit à toute personne -

                (1) d'empêcher ou tenter d'empêcher par force, intimidation, menace, promesse ou de toute autre manière tout membre ou employé de la Commission les fonctions qui lui sont imposées par la Commission.

                (2) d'induire ou tenter d'induire avec des moyens similaires tout membre ou employé de la Commission pour prendre toute décision ou ordre en ce qui concerne toute question sous l'autorité de la Commission; ou

                (3) d'induire ou tenter d'induire, par des moyens similaires, tout membre ou employé à divulguer toute information quelle que soit, sauf à travers les canaux permis par la Loi.

                (b) Quiconque viole toute disposition de cette section sera puni sur la base d'une conviction d'une telle violation, d'une amende de pas plus de $bbbbb ou emprisonnement pas plus d'un an, ou tous les deux.


    Titre III - Les Dispositions Générales


    SECTION 301. Toute personne qui viole l'une des dispositions de cette Loi devra au cas où d'autres mesures répressives ne sont pas expressément prévues par cette Loi, soit punie sur la conviction d'une violation, d'une amende de pas plus de $1000 ou d'emprisonnement d'un an, ou tous les deux.


    SECTION 302. Le secrétaire du trésorier est autorisé à élaborer de telles règles et règlements qu'il jugera nécessaire pour l'exécution des dispositions de cette Loi.


    SECTION 303. Ils sont ci-après autorisés à transférer chaque année des sommes qui peuvent être nécessaires pour l'exécution des dispositions de la présente Loi.


    SECTION 304. Toutes les lois ou parties de lois inconsistants ou en conflit avec les dispositions de cette Loi sont abrogées dans la mesure de cette incompatibilité et conflit.


    SECTION 305. Au cas où toute disposition de cette Loi, ou son application à toute personne ou circonstance, est jugée invalide, ce qui reste de la Loi, et l'application d'une telle disposition à d'autres personnes et circonstances, ne sera pas ainsi affectée.  

    BILL TO LIFT PRICES IS PASSED BY HOUSE BY 289 VOTES TO 60; Goldsborough Measure Directs Reserve Board to Control Credit and Currency. 




    3 commentaires:

    Anonyme a dit…
    Voilà le résultat de mon insomnie et de toute mes lectures ...
    Les slogans et le texte peuvent être repris (corrigé) en entier ou séparément pour la campagne ... . Je serai à Genève le 8 mars. Merci pour votre engagement et vivement que la campagne commence vraiment. J'ai discuté avec des personnes en vacances de tout les cantons de suisses romande et très peux sont au courant de cette votation.
    "Jouer à la loterie est une utopie pour vous faire croire que votre chance existe.
    Voter loui... est votre droit de citoyens suisse vertueux, valeureux et visionnaires.
    Appliquer la volonté du peuple est le devoir des politiciens que vous avez choisi pour vous servir.
    83fr30 tout les jours du reste de votre vie ne libérerai pas votre esprit créatif et positif pour rendre à votre pays plus que ce qu'il a la possibilité de vous donner?
    La Suisse sera comme très souvent un exemple pour les autres peuples.
    La Suisse à toujours utilisé la matière grise à bon escient.
    Le travail accompli par les Suissesses et Suisses depuis 1945 doit revenir aux Suisses. Non pas aux quelques personnes qui utilisent trop bien le système macroéconomiques.
    ... La Suisse libérera la nouvelle génération d'un système économiques mondiale en faillite virtuelle et bientôt réel.
    Nos valeurs depuis 700 ans doivent nous aider à être encore une fois l'exemple de la démocratie mondiale.
    Rejetons ce que nous craignons le plus.:La dette pour nos enfants.
    Notre pays en à les moyens car nous sommes ça principale matière première. Les Suisses et Suissesses aiment les idées simples et pragmatiques. ...  le meilleur exemple pour les futures générations.
    Le système bureaucratique de protection sociale actuelle est beaucoup trop compliqué et part à la faillite. En cause, ses frais de fonctionnement boulimiques et le monde du travaille en phases de révolution systémique. Un oui ... permet de faire une transition extrêmement efficace et indispensable à l'économie Suisse. Tout les partis politiques vous diront merci pour cette solution. La révolution pacifique par les urnes c'est votre choix, votre avenir et votre responsabilité et votre liberté. "

    Raphaël Antonier
    Anonyme a dit…
    http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/06/suicide-assiste-et-euthanasie-active.html
    Anonyme a dit…
    On aura une forte inflation
    Réponse:

    L'inflation est une vieillerie, on peut surproduire de tout de moins en moins cher et on comble le trou entre pouvoir d'achat et les prix par les deux outils que sont le dividende et l'escompte compensé. De plus, on supprime l' autre inflation, la dilution monétaire de la monnaie de singe actuelle créée du néant par toutes les banques commercilae du monde. par la monnaie pleine.

    0 0


    0 0


    0 0


    Bulletin de vote à lecture optique

    GENèVE. Des machines compteront les suffrages.


    Il ne s'agit pas d'apporter une aide aux illettrés, mais d'obtenir des résultats fiables le plus rapidement possible. Lors des prochaines votations du 4 mars, les Genevois devront, sur leur bulletin de vote, mettre une croix dans la case qui correspond à leur choix. Fini donc les oui et non écrits à la main.

    La raison de ce changement? Le canton effectuera désormais le dépouillement des suffrages par lecture optique. Les machines valideront les cases cochées au stylo ou au crayon. «Ce système qui sera utilisé uniquement pour les votations est plus simple, rapide, fiable et moins cher», se félicite le conseiller d'Etat Gérard Ramseyer. Le Service des votations et élections (SVE) s'est doté de cinq machines. Chacune est capable de lire 10 000 bulletins à l'heure. La marge d'erreur est de deux pour un million. En cas de doute, la machine met de côté les bulletins illisibles.


    Une première suisse

    Genève est le premier canton à s'équiper d'un tel système. «Nous étions souvent parmi les derniers à rendre nos résultats à Berne, souligne Patrick Ascheri, chef du SVE. Grâce à la lecture optique, nous aurons les résultats définitifs à 14 heures.» Le jour de la votation, le dépouillement commencera en début de matinée. Dans les locaux du SVE, les machines déchiffreront les bulletins provenant du vote par correspondance, ce qui, à Genève, représente 90% des quelque 106 000 suffrages habituellement exprimés. Jusqu'à présent, après la clôture du scrutin, ces bulletins étaient dépouillés dans le bureau de vote, en même temps que ceux déposés le matin dans l'urne.


    La lecture optique et centralisée permettra de réduire le nombre de jurés convoqués au dépouillement. Il ne restera plus qu'à compter manuellement les suffrages exprimés le jour même. De ce fait, certains des 73 locaux de vote seront fermés en 2002.

    Par ailleurs, la Chancellerie a rappelé que Genève allait devenir canton pilote dans le vote par Internet. «Ce sera une première mondiale. En 2002 au plus tard, les électeurs qui le souhaiteront pourront voter sur Internet», annonce le chancelier, Robert Hensler.



    0 0






    Nous avons de toute manière gagné le combat des idées.

    Prenez vos plumes et aidez-nous à la rédaction des communiqués de victoire...

    Voici quelques éléments d' un ami de la cause




    Les Suisses n'ont pas hésité à contester un privilège bancaire dépourvu de justifications depuis 47 ans !Honneur aux Suisses qui, ce 10 Juin 2018, ont été les premiers à accomplir un geste significatif pour s'affranchir du pouvoir extravagant de la finance.

    Lloyd Blankfein, le PDG de Goldmann Sachs, n'hésite pas à dire: "Nous faisons le métier de Dieu !" (Sous entendu: "Nous choisissons ce qui existera... et ce qui ne verra pas le jour !")
    En dépit d'avertissements mensongers et de menaces à peine voilées, les dirigeants du secteur bancaire n'ont pas réussi à dissuader une large part des électeurs suisses de... contester le coûteux privilège des banques !

    On trouvera ci dessous quelques uns des éléments indispensables pour apprécier la taille de l’événement, (sinon... du "coup de tonnerre dans un ciel clair"!), qui vient de se produire au pays des banques Suisses... le pays-hôte de la BRI ! (La "Banque des Règlements Internationaux", fondée dans les années 30, dont le siège est à Bâle, et que certains appellent... "la banque des Banques Centrales"!)

    En synthèse, on peut noter que...
    - le système monétaire à réserves fractionnaires est né au XVIième siècle pour pallier l'insuffisance des quantités de métaux précieux disponibles. (Selon Patrick Viveret, en triplant la quantité de moyens de paiements, il a permis le démarrage du capitalisme.)

    - Ce système ancien est connu pour avoir été source de nombreuses paniques bancaires (Cf. Northern Rock en 2008.)

    - Compte tenu de divers effets d'aubaine intervenus depuis 1971, (détails ci dessous), les titulaires d'une licence bancaire (c. a d. de la concession par la puissance publique du pouvoir régalien de création monétaire), trouvent dans notre système monétaire, instable et bancal, une source de profits démesurés. Les crises financières récurrentes sont l'autre face de la même médaille.

    - Le système monétaire actuel nous contraint d'utiliser ~90% de monnaie scripturale de banque, (éphémère, fragile, et coûteuse), contre seulement 10% de monnaie centrale (quasi permanente et gratuite, car non chargée d'intérêts; il s'agit bien entendu, des pièces et des billets, que les banque ne peuvent pas fabriquer.)

    - Ce système n'a plus aucune justification depuis le 15 août 1971. (Détails ci dessous.) Cependant, les divers effets d'aubaine dont le secteur bancaire a pu bénéficier depuis ~47 ans, constituent un obstacle majeur à sa remise en cause.

    - Cependant, les Suisses ont pu discuter pendant plusieurs semaines une proposition toute simple: étendre aux agents non bancaires, (c a d les ménages et les entreprises), la possibilité d'utiliser la monnaie scripturale de la banque centrale, la seule que les banques utilisent entre elles car elle est garantie par la collectivité.
    En dépit du torrent de "Fake news" et autres vérités alternatives... déversé par les principaux médias et partis politiques, (du moins ceux inféodés au secteur bancaire), une large part des électeurs suisses a su distinguer le vrai du faux.

    - Le vote en Suisse, ce 10 juin, constitue indéniablement un pas décisif dans la bonne direction. Voici ce qu'a écrit dès le 6 juin, l'ancien banquier à l'origine parmi d'autres, de cette incroyable initiative populaire (Heureux Suisses qui disposent de la possibilité de se prononcer souverainement sur les questions vitales qui les concernent, et peuvent désavouer autant que nécessaires les partis politiques colonisés par les lobbies !) :
    "Chères amies, chers amis
    Nous avons de toute manière gagné. Presque tout le monde a appris et compris que de la fausse monnaie en pseudo francs suisses est créée par et pour les banques commerciales. Vous avez contribué à ce que l’initiative populaire «monnaie-pleine» devienne réalité et à ce que nous cheminions ensemble depuis que l’idée est née jusqu’au jour de la votation.
    Vous avez écrit, organisé, collecté, discuté, débattu, apporté vos réflexions, toujours dans la bonne humeur, l’enthousiasme et la critique constructive. Avec vous, cette prétendue utopie a pris forme et substance et restera vivante au-delà du 10 juin prochain. Par vos actions, la vision d’un nouveau monde plus juste passe lentement mais sûrement de l’imagination à la réalisation. Nous aimerions fêter ça !
    "


    Pour en savoir plus sur le caractère pionnier du Référendum sur la "Monnaie Pleine" du 10 juin 2018. 

    En à peine 1/2 siècle, plusieurs facteurs se sont conjugués pour amplifier démesurément le pouvoir de créer à partir de rien, ("ex nihilo" en latin), la monnaie "scripturale de banque", (celle qui figure sur nos comptes bancaires), qu'il ne faut pas confondre avec la "monnaie scripturale de la Banque Centrale", qui est garantie par la collectivité, (nous tous !), et la seule que les banques utilisent entre elles. Il s'agit:

    - d'une part, de la rupture par Richard Nixon, le 15 aout 1971, du lien entre une once d'or et 35$. L'abandon des accords de Bretton Woods, suivi de l'adoption de taux de changes flottants, (accords de la Jamaïque), a fait naitre la monnaie "Fiat" ("Que la monnaie soit" !), c. à d. l'argent que les banques peuvent créer dans la limite de leurs règles prudentielles... inopérantes ! (Puisque ce sont celles que le secteur bancaire a fait adopter par la BRI !)

    - d'autre part, les moyens de paiement électroniques, qui ont entrainé un quasi abandon de la monnaie "fiduciaire", (pièces et billets), qui est pourtant la seule monnaie à laquelle nous avons accès, pour bénéficier comme les banques... d'un argent garanti par la Banque Centrale.

    La part de la monnaie créée par les banques est ainsi passée d'un peu plus de 50% à un peu plus de 90%.
    Le privilège bancaire (c. à d. la contrepartie du système monétaire "à réserves fractionnaires"... en vigueur presque partout depuis près de 5 siècles), était déjà substantiel: il est devenu exorbitant: 50% des profits du CAC 40 !

    - en maniant habilement les mots valise de "modernité" et de "compétitivité"... le secteur bancaire a réussi à couper le cordon sanitaire entre banques de dépots et banque d'affaires: l'avènement de "banques universelles à effet systémique" constitue la réalisation méconnue d'un rêve de parieur: "Pile nous gagnons, Face ils perdent !"
    En effet, la masse des dépôts en monnaie de banque est telle qu'une banque universelle en difficulté doit obligatoirement être secourue, ce qui fait naître une situation doublement immorale: à la douceur de tirer profit de ressources qu'on ne possède pas (c'est le "privilège bancaire", tel qu'il existe depuis des siècles), est venue s'ajouter une "assurance tous risques" quasi gratuite, pudiquement qualifiée "d'aléa moral" !
    En effet, même si nous l'ignorons, l'argent que nous confions à une banque devient sa propriété, tandis que nous en devenons... les créanciers !
    Après la crise de 2008, des dispositions ont été prises pour qu'en cas de nouvelles défaillances, ce soit les créanciers (et non plus les Etats), qui contribuent aux sauvetages. Ce passage du "Bail Out" au "Bail In"... a été consacré par la BRRD (Bank Recovery & Resolution Directive), qui autorise les banques à se recapitaliser en... prélevant sur nos dépôts !

    Cette mesure, (potentiellement explosive pour l'opinion...), a été dissimulée derrière une "campagne d'information" sur la garantie des dépôts (à hauteur de 100 000E), une manoeuvre qui a effectivement réussi à calmer les esprits.
    Il est peu connu que cette mesure est largement inadéquate: outre qu'elle conforte l'aléa moral... elle est conçue pour protéger les déposants du risque "systémique" que représentent les banques "pachydermes" (tellement énormes que leur faillite susciterait un "effet domino" catastrophique.)
    Tandis qu'une "banque pachyderme" détient plus de 10% de la masse des dépôts, il se trouve que le fonds de garantie ne représente que quelques % de cette masse...

    Plutôt que de rafistoler sans cesse un système instable, source de crises financières récurrentes et de profit extravagants pour les banques, les Suisses discutent depuis plusieurs semaines d'une proposition toute simple;
    étendre aux agents non bancaires, (c. à d. les ménages et les entreprises), la possibilité d'utiliser la monnaie scripturale de la BNS, (la banque centrale Suisse), la seule que les banques utilisent entre elles car elle est garantie par la collectivité.
    En dépit du torrent de Fake news" et autres "vérités alternatives" déversés par les principaux médias et partis politiques, du moins ceux inféodés au secteur bancaire, une large part des électeurs suisses a su distinguer le vrai du faux. 



    Zaharia Raymond




    0 0

    Introduction.

    Ils osent affirmer que les enveloppes internes sont sécurisées et opaques, ce qui n'est pas vrai.

    Preuves, voir ce lien...


    Suivi...

    Hello,

    Nous nous sommes rendu au bureau des votations de Genève ce vendredi 08 juin 2018 à 15h40 et avons demandé à vérifier le registre des scellés de la salle d’entrepôt des urnes grises. Chaque district a son urne ce qui permet le décompte des votes.

    La demande a été refusée par le bureau des votations au prétexte que seule la Commission Electorale Centrale a le mandat de surveillance et de vérification du bon déroulement des votations. Elle peut intervenir aléatoirement à sa seule volonté, elle procède obligatoirement à une vérification le vendredi soir, elle peut intervenir le samedi et surveille obligatoirement le dépouillement qui est autorisé dès 00h01 le jour du scrutin dans la nuit du samedi au dimanche.

    M. Patrick Asheri, responsable du service des votations m’a accordé une bonne demi-heure par téléphone. Je l’ai informé que les enveloppes sont transparentes ( https://1drv.ms/u/s!AqIsKvxQPj8ugiW8jAw1AAMTvzaM ) et que je pouvais raisonnablement douter de la sécurité de la votation. Car conformément à la REDP (https://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a5_05p01.html ):

    Art. 21 Vote par correspondance
    1 L’électeur peut exercer son vote par correspondance dès réception du matériel électoral. Pour ce faire, il doit signer sa carte de vote et inscrire sa date de naissance complète, puis l’expédier au service accompagnée de son ou de ses enveloppes de vote fermées contenant le ou les bulletins.
    Contrôle
    2 A la réception du vote par correspondance, le service vérifie la qualité d’électeur et enregistre l’électeur au moyen de sa carte de vote.
    3 Afin de garantir le secret du vote, les cartes de vote sont dissociées des votes, classées et conservées dans un local spécifique.
    4 Les votes sont introduits dans la ou les boîtes grises des arrondissements électoraux, qui sont entreposées dans des locaux sécurisés. Ces locaux sont scellés après chaque traitement des votes et un registre des scellés utilisés est tenu à jour.

    Art. 25 Votes anticipés (art. 67 et 68 de la loi)
    1 Le dépouillement des votes par correspondance et des votes électroniques est effectué dès le dimanche matin à 0 h 01.
    2 La commission électorale centrale vérifie le bon fonctionnement des lecteurs optiques en effectuant un dépouillement de contrôle avant le scrutin.
    3 Les membres de la commission électorale centrale et les personnes chargées du dépouillement sont tenus de garder le secret sur toutes les opérations de dépouillement jusqu'à la fin du scrutin.
    4 Le service responsable du dépouillement prend toutes les mesures utiles pour empêcher l'accès aux données.

    Il est raisonnable de d’envisager que l’enveloppe (bleue par exemple) contenant la fiche de vote puisse être scannée par le lecteur optique SANS AVOIR ÉTÉ OUVERTE et remplacée (ou pas) au besoin puis mise dans l’urne grise.

    Conclusion, le citoyen souverain peut vérifier le bon déroulement d’un dépouillement dans un bureau de vote, lieu public, mais pas au sein de l’administration car seule la commission est mandatée est habilitée pour ce faire.

    Prochaines étapes :
    Je vais rencontrer Patrick Dimier, Député au Grand Conseil Genevois et avocat, la semaine prochaine et nous allons décider d’une stratégie et des actions à mener. Cela consistera, plus ou moins à :
    1. Se constituer en comité citoyen
    2. Demander les X derniers PVs et rapports de la Commission Electorale Centrale, les analyser, détecter et rapporter les failles potentielles, émettre des propositions d’améliorations. Les contrôles doivent inclure la preuve que les machines optique n’ont pas été utilisée autrement que pour un test de fonctionnement ou la programmation.
    3. Demander audience à la commission qui s’occupe des droits politiques
    4. Présenter notre travail
    5. etc… etc… A déterminer

    Pour l’instant, concentrons-nous sur l’échéance historique de ce week-end, fêtons la victoire quel qu’en soit le résultat sorti des urnes car nous avons déjà gagné. Ce débat qui a été mis sur la table ne se conclura qu’après une mise sous tutelle démocratique de la finance qui a déjà perdu.

    Passez tous un excellent week-end et à très bientôt avec plus de nouvelles.

    David


    David Vincent
    Président du Comité Genevois « Monnaie Pleine »
    Tel : +41797065117

    “Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.”
    Albert Einstein

    0 0


    0 0


    Débâcle de la Caisse d'épargne de Thoune, la liquidation est achevée. 6300 épargnants y auront laissé plus du tiers de leurs avoirs !

    Faudra-t-il vraiment une 3ème faillite de l' Union de Banques Suisses pour que l'on comprenne la ruse et la cupidité maladive du système actuel ?

    La première faillite avec LTCM, la seconde avec les subprimes, la 3ème peut être évitée en votant oui à monnaie pleine.

    Cette "fusion" de l’Union de Banques Suisses avec la Société de Banque Suisse (SBS), pour cacher une première immense faillite de l'UBS,  commence à dater, puisqu’elle a eu lieu en 1998, puis  un sauvetage in extremis en 2008. Un ouvrage en relate les faits , l’auteur, Georges Blum, alors président du conseil d’administration de l’un des deux établissements, la SBS, après en avoir été le  CEO.

    Marcel Ospel avait succédé à Blum en tant que CEO lorsque lui-même avait pris la présidence du conseil d’administration, en avril 1996.

    Les  directions « centrées sur leur intérêts et ambitions personnels, ce qui était source de conflits et de rivalités.» Pour à l’ex-futur patron d’UBS... : « Marcel Ospel était de loin le plus agressif. D’une ambition implacable, il ne pouvait attendre de prendre le contrôle des opérations de la banque et ne supportait aucune ingérence. Tous les moyens étaient bons pour lui de s’imposer comme le dauphin désigné et écarter de son chemin tout obstacle à son ascension, d’où également son hostilité ouverte à mon égard.»

    Marcel Ospel  à la tête d’UBS, mène la banque à une quasi-faillite, sans oublier le grounding ou faillite totale de Swissair en 2001. 
    Source:
    *Société de Banque Suisse – Union de Banques Suisses, La vérité et le pourquoi de cette fusion, par Georges Blum, Favre, 2015
    Quid du risque systémique sur les monnaies ?
    Monnaie-pleine rend le franc suisse plein, c'est à dire protégé par toute la valeur de toute la Suisse et la BNS, ce qui n'est pas le cas actuellement.
    http://aaapositifs.ch/mon-compte-en-banque-est-garanti-jusqua-chf-100-000-vraiment/
    Notamment après la crise des pays émergents et la faillite à milliards de Long Term Capital Management et de l'UBS reprise par la SBS en 1998, une réforme inefficace s'est réalisée par les accords de Bâle 2, soit en droit européen par les Directives 2006/48/EC et 2006/49/EC .

    Après la crise des subprime, l'UBS a fait une 2ème faillite, sauvée in extremis par les contribuables suisses, qui le paient encore vu que l'UBS ne paie presque plus d'impôts vu l'amortissement des dettes, les amendes pénales et civiles et les pertes gigantesques toujours possibles... et devrait respecter Bâle 3 ... http://www.bis.org/bcbs/basel3_fr.htm qui sont des mesures insuffisantes. Selon Myret Zaki, c'est la FED qui a finalement sauvé provisoirement l'UBS...

    Que se passe-t-il quand une banque fait faillite ?

    Pully / Lausanne


    Le 19 septembre 2014, la Banque Privée Espírito Santo SA, située dans les anciens locaux de Tetra-Laval, est mise en faillite. Plus de 60 employés sont «évacués» en quelques minutes. Deux ans plus tard, ils attendent toujours leurs indemnités et salaires. Silence du côté du liquidateur.

    par Nina Brissot

    «Un traumatisme grave!» C'est ainsi qu'un groupe d'anciens de la banque, qui s'est confié au Régional, qualifie le moment où leur congé leur a été signifié et que, pour quitter leur poste, ils ont eu quelques minutes pour emporter leurs affaires personnelles, escortés d'un agent de sécurité jusqu'à la sortie de la banque. «Non seulement nous avons été traités comme des malfrats mais depuis, et cela malgré de nombreuses relances, personne ne daigne nous informer, critiquent ces cadres. Le liquidateur nommé, Carrard consulting, reste muet comme une carpe, nous n'avons touché ni salaires ni indemnités» Et l'un des anciens cadres de préciser: «Au moment de sa mise en faillite, la banque disposait de plusieurs dizaines de millions de liquidités. Il faut maintenant payer des intérêts négatifs (charges des banques pour garder l'argent) auprès des divers établissements où les fonds sont déposés». Des critiques qui prennent même la forme d'une grosse colère: «À la détresse mal vécue par beaucoup, s'ajoute une révolte montante contre une machinerie qui ne considère pas l'humain», fustige encore un des employés licenciés.

    Une décision hâtive?

    Le 19 septembre 2014, la Finma (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers) décide d'ouvrir une procédure de faillite à l'encontre de la Banque Privée Espirito Santo SA (BPES). Cette banque s'était mise en liquidation volontaire depuis le mois de juillet. La décision faisait suite à la faillite de son actionnaire au Luxembourg. «Cette décision était hâtive vu que la BPES ne représentait aucun risque systémique» soulignent les plaignants. Face à cette décision, les employés licenciés doivent s'adresser au liquidateur afin d'obtenir le paiement de leurs salaires et indemnités. Pourtant, deux ans plus tard, les choses en sont toujours au même point.

    Quelles priorités?

    Lors d'une faillite, les salaires sont des créances de 1er rang. Dans ce cas pourtant, la Finma a, selon la loi, choisi de rembourser d'abord un 2e rang, à savoir les épargnants dont les dépôts sont garantis jusqu'à hauteur de 100'000 frs par compte. Ce paiement est, si besoin, garanti par un fonds spécial. Lors de sa mise en faillite, la banque disposait encore de plusieurs dizaines de millions de liquidités. La Finma communique qu'après inventaire, les liquidités à disposition de la masse en faillite au 31 décembre 2015 s'élevaient à 65,7 millions, auxquels viennent s'ajouter 11 millions de crédits recouvrés (sur 122), 1 million de la vente du mobilier et œuvres d'art, 5 millions de dollars sur 13 millions garantis par une banque de Dubaï et le produit de vente de titres pour 8,5 millions. Des montants aujourd'hui déposés dans des banques et pour lesquels des intérêts négatifs sont facturés. La question est donc: pourquoi ne pas effectuer un paiement anticipé partiel des créances indiscutablement en 1er rang? Le liquidateur, lui même rémunéré directement sur la masse en faillite, (6,3 millions au 31 janvier 2016) comme le relève un membre du groupe, n'a aucun intérêt à faire accélérer les choses. Aux ex-employés, il est rétorqué que le liquidateur ne peut rien faire tant que le traitement de la totalité des créances (état de collocation) n'est pas terminé.

    Et la caisse de pension?

    Le retard dans cette liquidation bloque également la distribution finale aux assurés de plus de 9 millions de francs d'excédents de la caisse de pension. Les avocats de clients lésés de la BPES, au Luxembourg et en Suisse, ont réussi à empêcher cette distribution. Là encore, les ex-employés révoltés précisent: «La caisse de pension était totalement indépendante de la banque et la procédure de blocage utilisée à son encontre est inadmissible. Pourquoi cette léthargie persiste-t-elle? Pourquoi est-ce que rien ne bouge? Pourquoi ne recevons- nous aucune information?» Les lésés se disent à bout de patience.

    L'avis des liquidateurs

    Rien à dire! Au bureau Carrard consulting, on nous renvoie poliment vers la Finma, seule habilitée à donner des informations. Le sort des ex-employés est entre leurs mains. Contactée à son tour, la Finma répond, par la voix de Tobias Lux: «La prochaine étape significative de la faillite de BPES est le dépôt de l'état de collocation. Ce document détermine les dettes de la banque au jour de la faillite. Pour l'établir, le liquidateur de la faillite traite actuellement les livres comptables de la banque ainsi que les plus de 2'000 prétentions que lui ont adressées des créanciers suite à la faillite». Et Tobias Lux de poursuivre: «Dès que l'état de collocation sera arrêté, une répartition provisoire des actifs – ils s'élevaient à env. 65 millions de frs à la fin 2015 –, notamment aux employés dont les créances ne sont pas contestées, devient possible».

    Un an après l'inventaire des disponibilités, aucune date n'est avancée pour la suite de la procédure. Il semble donc que les ex-employés vont devoir encore s'armer de patience et espérer qu'il restera quelque chose pour eux lorsque l'état de collocation sera enfin déposé.


    Plus de commentaires :

    Tout ce qui est possible, apparemment légal n'est pas nécessairement bon pour le peuple et moral.
    Ces créations monétaires du néant par les banques commerciales, "ex nihilo" en technique bancaire, violent la bonne foi et la réalité économique par un grave abus de la marque suisse, au contraire des francs wir,  http://www.wir.ch/fr/ , qui reconnaissant honnêtement leur caractère privé. Les gens croient que ce sont des francs suisses mais c'est un pur mensonge et un viol de leur confiance. Ce sont de "faux" francs "suisses", un abus de langage et de titres. Le conseil fédéral écrit diplomatiquement "des substituts monétaires"... comme les points cumulus, les miles des compagnies aériennes, au risque des clients...
    http://desiebenthal.blogspot.ca/2014/12/le-conseil-federal-suisse-admet-le.html
    En récapitulation, on est face à des abus de confiance, de fausses représentations économiques, des comptabilités frauduleuses, des substituts astucieux de monnaie, donc de la fausse monnaie comme le reconnaît un prix Nobel, Maurice Allais, des complots financiers par astuce en bande, de la concussion et la corruption, des abus de biens sociaux...
    Ces contrats sont iniques, odieux et impossibles à honorer, comme en Grèce, vu les exponentielles d'intérêts devenues verticales( 1+ i puissance le nombre des années ) donc nuls pour la plupart ( il faut distinguer ces créations folles de la vraie épargne )... 

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/05/les-epargnants-premiers-perdants.html
    En une seconde, lors de cette création "magique", ils assument un maximum de graves fautes qui nous volent tous, sauf eux qui se paient la part du lion, ce sont des contrats léonins, et de plus en plus vu les exponentielles dans le temps...
    Ils nous volent aussi notre temps, nos épargnes, nos lignées...
    Ce système arrive en fin de course, il n'a tenu que par la croissance démographique et c'est l'une des raisons des fortes migrations inhumaines favorisées par ce système qui a besoin d'esclaves pour se maintenir.
    Les politiques de rigueur exigent le remboursement de ces montants, donc leurs destructions, ce qui aggrave la crise.

    Juridiquement, qui est le vrai propriétaire des montants ex nihilo créés puis détruits ?
    Historiquement, ils ont fait croire qu'il y avait plus de lingots de métaux précieux qu'en vérité ( mensonges), puis on fait des reçus sur ce néant ( Faux dans les titres, puis fausse comptabilité ), puis se sont associés ( vols en bandes organisées ), puis ont pris de forts intérêts ( péché mortel selon Vix pervenit sur ce néant ( donc des taux infinis ), vols par astuce, puis on exigé des faillites par cupidité maladive, ce qui tue les plus faibles... voir https://monnaie.wikispaces.com/Cr%C3%A9ation+mon%C3%A9taire A gauche, chez Étienne Chouard, les 2 piles des livres des économistes ayant écrit sur la création monétaire par les banques privées. La pile de droite (2 livres) est celle des (2) "économistes" (Paul Jorion qui s'est inspiré d' Helmuth Creutz) qui considèrent que les banques commerciales ne créent pas de monnaie. Helmut Creutz pourtant démontre l'horreur économique des taux d'intérêts qui volent à chaque cycle de contrats 99% de la population...
    http://desiebenthal.blogspot.com/2015/07/liberer-largent-de-linflation-et-des.html

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/08/confessions-of-swiss-banker.html


    David P-Vincent a partagé un lien.
    Pourquoi l’initiative Monnaie Pleine ne concerne pas les comptes d’épargne ?
    Voici que depuis quelques jours, les opposants se sont tournés vers une autre muraille pour peindre un autre diable : les comptes d’épargnes ne seraient pas protégés en cas d’acceptation par le peuple suisse de l’initiative le 10 juin 2018.
    La raison est simple et l’explication nous est fournie directement par la Banque nationale suisse : « La masse monétaire M1 est constituée généralement d'actifs financiers qui peuvent être utilisés directement comme moyens de paiement. Quant aux masses monétaires M2 et M3, elles comprennent les actifs financiers dont la fonction première est celle de réserve de valeur, et non de moyens de paiement. ».
    Ainsi, il existe une différence entre ce que nous appelons communément les « comptes courants » et les « comptes d’épargne ». Seul les « comptes courants » servent en tant que moyen de paiement alors que les « comptes d’épargne » servent de réserve (de conservation ?) de valeur.
    Monnaie Pleine propose que les comptes de paiement soient sortis du bilan de la banque afin de les protéger en cas de faillite de la banque. Ceux-ci seront transformé en compte de titre sur les obligations de caisse de la BNS. Nos comptes courants seront ainsi en monnaie légale. Cela ne concerne donc pas les comptes d’épargne.
    Alors que les comptes courants seraient protégés avec monnaie pleine, les comptes d’épargne ne le seraient pas ?
    Les dispositions législatives actuelles ne sont pas modifiées par l’initiative Monnaie Pleine. Ainsi, conformément à la loi et aux explications disponibles sur le site d’EsiSuisse ( https://www.esisuisse.ch/fr/reponses-a-vos-questions ), les comptes d’épargnes ne seront ni plus, ni moins protégés avec ou sans l’initiative Monnaie Pleine.
    Le vrai scandale est ailleurs.
    Quand on parle d’épargne, on pense généralement à ce que l’on arrive à mettre de côté à la fin du mois (pour ceux qui y arrivent). On ne pense pas que l’épargne c’est également une partie de ce qui nous est retiré tous les mois sur le salaire afin d’alimenter les retraites.
    Ces sommes sont colossales aujourd’hui mais il est difficile de les évaluer. En effet, la lecture du document « Monnaie centrale et masses monétaires M1, M2 et M3 » disponible sur le site de la BNS nous apprend à la page 11 du document (page 13 dans Adobe Reader) que les fonds de la prévoyance liée ont été exclus des masses monétaires.
    Obliger par la loi le prélèvement des cotisations dont la destinée et l’utilisation sont opaques, dont la quantité est exclus des statistiques monétaires et qui alimente la finance de l’ombre (shadow banking), voici un vrai scandale !
    Mais ceci est un autre sujet qui ne concerne pas l’initiative Monnaie Pleine.
    Pour faire une analogie, l’initiative Monnaie Pleine est comme obliger la ceinture de sécurité ; ça n’empêche ni les chauffards, ni les alcooliques au volant, ni les excès de vitesse mais ça retient en cas de choc. Parler de l’état des routes, de la qualité des rails de sécurité ou de l’état de certaines épave roulantes ou polluantes est hors sujet.
    https://www.esisuisse.ch/fr/reponses-a-vos-questions


    Un banquier suisse, votre serviteur,  explique en 3 minutes l'arnaque de la création monétaire, avec le Canada comme exemple.
    Vidéo Facebook :
    https://www.facebook.com/LePeupleEstRoi/videos/vb.152656254942354/398971633644147/?type=3&theater
    Tiré de l'émission "Qu'est-ce qu'elle a ma girl" de becurioustv.com.


     La suite de la démonstration est encore plus précise, particulièrement entre 10:00 et 13:00 ! 
    La pression monte !



    http://desiebenthal.blogspot.com/2015/08/universite-de-fribourg-la-monnaie-bien.html

    Résultats de recherche

      François de Siebenthal: Le Conseil Fédéral suisse admet le ...

      desiebenthal.blogspot.com/2014/.../le-conseil-federal-suisse-admet-le.ht...


      13 déc. 2014 - 12.3305 – Interpellation. Création de monnaie en Suisse (1). Déposé par. Müller Geri. Date de dépôt: 16.03.2012; Déposé au: Conseil national ...

      François de Siebenthal: Soutenir la monnaie-pleine en ...

      desiebenthal.blogspot.com/.../soutenir-la-monnaie-pleine-en-votant.html


      17 avr. 2015 - Déposé par : Geri Müller (Verts) Cosignataires: Gilli Yvonne (Verts), Girod Bastien (Verts), Leuenberger Ueli (Verts), Reimann Lukas (UDC), ...

      François de Siebenthal: Création monétaire du Franc ?

      desiebenthal.blogspot.com/2013/11/creation-monetaire-du-franc.html


      19 nov. 2013 - 12.3305 – Interpellation. Création de monnaie en Suisse (1). Déposé par. Müller Geri. Date de dépôt: 16.03.2012; Déposé au: Conseil national ...

      François de Siebenthal: Complots pour détruire la Suisse ...

      desiebenthal.blogspot.com/2010/.../complots-pour-detruire-la-suisse-la.ht...


      5 févr. 2010 - 12.3305 – Interpellation. Création de monnaie en Suisse (1). Déposé par. Müller Geri. Date de dépôt: 16.03.2012; Déposé au: Conseil national ...



    0 0

    Forum - La 1ere


    Un éditorialiste notamment du Financial Times soutient l'initiative Monnaie pleine

    et beaucoup d'autres soutiens internationaux de partout... - 06.06.2018



    http://podplayer.net/#/?id=51321756

    6 Jun 2018


    Martin Wolf, éditorialiste économique en chef du Financial Times, quotidien britannique, soutient l'initiative Monnaie pleine. Brillant économiste devenu journaliste réputé, il est ce qu'on appelle aujourd'hui un influenceur et sa voix pourrait porter jusqu'en Suisse.

older | 1 | .... | 96 | 97 | (Page 98) | 99 | 100 | .... | 104 | newer