Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

older | 1 | .... | 102 | 103 | (Page 104) | 105 | newer

    0 0
    0 0
  • 12/12/18--03:40: Changer la monnaie ?

  • 0 0
  • 12/16/18--03:47: Gilets & banquiers !

  • J’ai lu Graeber sur la dette et depuis, je balade mon banquier





    Son histoire de la dette est un best-seller aux Etats-Unis. Et pour cause : l’anthropologue David Graeber y milite pour qu’on efface l’ardoise. Fiche de lecture.

    David Graeber,  l'universit de Yale, en 2005
    David Graeber, à l’université de Yale, en 2005 - MICHELLE MCLOUGHLIN/AP/SIPA
    Aux pays du crédit, il est une star en exil. On raconte qu’il serait à l’origine du slogan d’Occupy Wall Street – « Nous sommes les 99% ».
    En France, son nom est associé à un article sur les « jobs à la con ». Rappel pour ceux qui prennent en route : selon Graeber, la technologie devrait nous permettre de ne travailler que quatre heures par jour, mais plutôt que de lever le pied nous inventons sans cesse des boulots inutiles voire nuisibles (ressources humaines, management, consulting, communication, etc.).
    Au début du mois d’octobre, il a fait sa promo dans l’Hexagone. Dissertant avec Thomas Piketty (ouch), squattant les ondes de France Culture, il a aussi salué les altermondialistes d’Attac et visité l’usine Fralib près de Marseille. Avec un bouquin imposant sous le bras – « Dette, 5 000 ans d’histoire » (éd. Les Liens qui libèrent) –, traduit en français à la fin du mois de septembre.
    L’« anthropologue anarchiste », comme il déteste qu’on l’appelle, est apprécié des bobos et des prolos. 
    Je l’ai lu, j’ai appris des trucs. Petite revue personnelle et non-exhaustive.

    1Il faudrait un jubilé tous les sept ans pour effacer l’ardoise


    Le roi Hammurabi face au dieu Shamash, détail du bas-relief de la stèle du code de Hammurabi, XVIIIe siècle av. JC
    Le roi Hammurabi face au dieu Shamash, détail du bas-relief de la stèle du code de Hammurabi, XVIIIe siècle av. JC - Wikimedia Commons/CC
    Si Hammurabi revenait, il serait horrifié. Dans la Mésopotamie antique, les rois babyloniens effaçaient l’ardoise des créditeurs quand ça commençait à couiner. Des siècles plus tard, la loi biblique du jubilé dispose que toutes les dettes seront automatiquement annuléestous les sept ans. Et pourtant, en sautant deux millénaires, on atterrit sur un juge qui condamne un Américain « à l’incarcération illimitée » jusqu’au remboursement d’une dette de 300 dollars...
    L’effacement de la dette était nécessaire dans l’Antiquité pour éviter les bouffées de colère populaire. Sans quoi les paysans cassaient et brûlaient les tablettes, papyrus, grands livres et autres registres de dettes. Ou se barraient dans la forêt pour mettre le boxon.
    David Graeber aimerait bien que l’on s’inspire un peu du passé :
    « Il est plus que temps, je pense, de procéder à un jubilé de style biblique – un jubilé qui concernerait à la fois la dette internationale et la dette des consommateurs. [...] Rien ne serait plus bénéfique que d’effacer entièrement l’ardoise pour tout le monde, de rompre avec notre morale coutumière et de prendre un nouveau départ. »

    « Mais il faut toujours payer ses dettes »

    L’anthropologue vedette d’Occupy appuie « Rolling Jubilee ». Ce collectif rachète les dettes médicales de ménages qui ont la tête sous l’eau. Pas pour faire du fric, mais pour les annuler. A ce jour, près de 12 millions de dollars (9 millions d’euros) ont été effacés. Il reste de la marge : plus de sept foyers américains sur dix seraient endettés.
    C’est en défendant l’annulation de la dette du Tiers-Monde que David Graeber a eu l’idée d’écrire son bouquin. Lors d’une garden-party à Westminster Abbey (même les anars peuvent être mondains), il rencontre une jeune avocate qu’on lui présente comme étant « du genre militant ».
    Les deux adultes prennent langue :
    L’avocate : « Quelle est votre position [sur la dette du Tiers-Monde, ndlr] ? » David Graeber : « La dette ? Nous voulons l’abolir [...]. Pour nous, trente ans de flux financiers des pays pauvres vers les riches, ça suffit ! » L’avocate (pourtant supposée gauchisante) : « Mais ils l’ont emprunté, cet argent. Il est clair qu’on doit toujours payer ses dettes. »
    L’air lui manque, ses mains deviennent moites, l’agacement pointe dans sa gorge. Ses arguments se bousculent :
    • par la magie des intérêts composés, la somme empruntée par des dictateurs sous la pression des pays riches a déjà été remboursée « trois ou quatre fois » ;
    • le FMI impose des coupes si drastiques que des gamins en crèvent ;
    • le taux d’intérêt rémunère le risque et faire défaut fait partie du système.
    Elle, imperturbable : « Mais il faut rembourser ses dettes. »
    D’où la question qui tire toute la réflexion du livre :
    « [Qu’est-ce qui donne à cet énoncé (“il faut rembourser ses dettes”)] cette force morale capable de donner un air inoffensif et banal à des horreurs ? »
    David Graeber parle de ses soirées à Westminster Abbey
    En anglais

    2Quand on déguise la baston en morale, ça donne la dette

    D’où vient cette force morale de la dette ? De la violence.
    Scarface et Alexandre le Grand ont en commun de transformer leurs conquêtes en dette. « Je ne t’ai pas complètement pété la gueule, donc tu m’appartiens, mais on va s’arranger. » Si elle ne rembourse pas sa vie épargnée, la victime devient le coupable. Petit miracle.
    Capture d'cran de paysans pas contents dans
    Capture d’écran de paysans pas contents dans « Kaamelott » (M6)
    Attention, ça devient ésotérique.
    Bizarrement, malgré cette violence, la dette reste une relation contractuelle passée entre deux individus égaux. L’endettement suppose l’égalité. C’est pour cela qu’il est le ferment des révolutions. D’où le slogan des révoltes paysannes :
    « Annulez la dette, redistribuez les terres. »
    Sauf que ces révoltes – souvent d’inspiration religieuse – parlent le langage de l’adversaire. Elles utilisent le registre de la morale et un vocabulaire économique. Exemple : la « rédemption » chrétienne, dont l’étymologie se rattache au « rachat » (de la dette).
    Bref, la dette s’enkyste dans notre idée du bien et du mal. Voilà d’où vient sa force morale. La violence est toujours là, mais enfouie sous nos conventions.
    « L’histoire montre que le meilleur moyen de justifier des relations fondées sur la violence, de les faire passer pour morales, est de les recadrer en termes de dettes – cela crée aussitôt l’illusion que c’est la victime qui commet un méfait. »

    3Parfois la dette permet de se faire des amis

    Il y a, pour le dire vite, de la bonne et de la mauvaise dette. La bonne, c’est la promesse bienveillante entre voisins. Je te rends un service aujourd’hui, tu m’en rendras un demain. La mauvaise, c’est celle imprégnée par les mathématiques et imprimée par la contrainte. 
    Graeber aime prendre comme exemple les Tiv, un peuple d’Afrique de l’Ouest. Les femmes y tissent des liens en se faisant de petits cadeaux mutuels. Elles prennent garde à ne jamais répondre à un présent par un objet de valeur équivalente.
    Ce serait dire :
    « Nous sommes quittes, bye-bye la mégère. »
    Si le cadeau en vaut trois, il faut répondre avec deux ou quatre. Histoire d’avoir une excuse pour revenir faire coucou.

    Les dettes, « seule forme des rapports humains suivis »

    Commentaire de Graeber :
    « Si nous tenons à définir toute interaction humaine comme l’échange d’une chose contre une autre, les rapports humains suivis ne peuvent prendre qu’une seule forme : les dettes. Sans elles, nul ne devrait rien à personne. Un monde sans dettes retomberait dans le chaos primordial, dans la guerre de tous contre tous [...]. Chacun de nous deviendrait une planète isolée. »
    Précisons de suite que l’auteur conçoit d’autres interactions humaines que l’échange. Même s’il reste un peu flou là-dessus. 

    4La monnaie a besoin de guerres et d’esclaves


    « Qu’est-ce qu’une dette, en fin de compte ? Une dette est la perversion d’une promesse. C’est une promesse doublement corrompue par les mathématiques et la violence. »
    De la monnaie grecque
    De la monnaie grecque - Classical Numismatic/CC
    Et ce passage de la promesse à sa perversion commence avec les pièces de monnaie.
    La différence entre le crédit et la monnaie sonnante et trébuchante, c’est que les pièces peuvent êtres volées et personne ne demandera d’où elles viennent.
    A la taverne du coin, la soldatesque aura du mal à faire accepter une ardoise. Si elle tend du flouze, le patron sera moins réticent. En temps de guerre, la confiance se fait rare, le crédit aussi. Les pièces de monnaie sont apparues dans le sillage des soldats.
    Pour Graeber, le processus est simple :
    • pour nourrir une armée, il faut que les soldats puissent acheter avec des pièces de la boustifaille sur des marchés ;
    • pour cela, il faut créer des marchés – où les soldats pourront acheter des poules, des fruits, des légumes ;
    • ce que font les conquérants en exigeant que les taxes soient payées en pièces métalliques. L’or et l’argent étant acquis par la guerre, extraits des mines par des esclaves et distribués aux soldats ;
    • pour obtenir ces pièces et payer les taxes, les peuples « occupés » sont donc forcés de vendre leurs poules, fruits et légumes aux militaires ;
    • bingo.
    Du coup, les historiens font valser les périodes :
    • en temps de paix, c’est la monnaie virtuelle qui prédomine (la confiance règne, on se fait crédit) ;
    • en temps de guerre, la monnaie « en dur » fait la loi (on préfère des pièces à une promesse).

    Les bons du Trésor américain, « un tribut impérialiste »

    L’anthropologue va plus loin :
    « De fait, on pourrait interpréter l’ensemble de l’Empire romain à son apogée comme une immense machine à extraire des métaux précieux, à les transformer en pièces de monnaie et à les distribuer à l’armée – tout en encourageant les populations conquises, par des politiques fiscales, à utiliser ces pièces dans leurs transactions quotidiennes. »
    Plus près de nous, la Banque d’Angleterre a été créée lorsqu’un consortium de quarante marchands de Londres et d’Edimbourg a offert au roi Guillaume III un prêt de 1,2 million de livres pour l’aider à financer sa guerre contre la France.
    Bref, la monnaie – et la dette – auraient toujours à voir avec la violence et l’esclavage. Et Graeber de souligner, perfide, que les « bons du Trésor » émis par les Etats-Unis sont achetés par les pays placés sous leur protection militaire. Ne peut-on pas parler de « tribut » ?
    « Le système de bons du Trésor américain, par exemple, est un tribut impérialiste. Pendant la guerre froide, les Etats qui ont acheté la dette américaine n’étaient autres que l’Allemagne de l’Ouest, le Japon, la Corée du Sud, les pays du Golfe, tous sous protection américaine. A plusieurs reprises, l’Allemagne a essayé de se désengager de cette dette et, à chaque fois, les Etats-Unis ont menacé de retirer leurs troupes de l’Allemagne de l’Ouest. Les bons du Trésor sont en réalité un impôt indirect qui finance le budget du Pentagone. »

    5Dieu sort du flanc du pèze

    Les grandes religions naissent avec les pièces. En forçant les gens à penser en termes de profits, les pièces ont engendré, en réaction, le tralala divin.
    • Là où se développent le « complexe armée-pièces de monnaie-esclaves » éclosent des philosophies matérialistes ;
    • en réaction, des philosophes explorent les idées d’humanité et d’âme ;
    • et font bloc avec des mouvements sociaux qui font face aux élites violentes et cyniques.
    Ces mouvements se mettent à imaginer des arrières-mondes où la dette est anéantie. Dieu sort de la thune.

    6Le troc originel, c’est de la branlette d’économiste


    Adam Smith, 1787
    Adam Smith, 1787 - Wikimedia Commons
    Au commencement, le troc. Au cœur de l’économie se nicherait un « penchant naturel à tous les hommes » qui « les porte à trafiquer, à faire des trocs et des échanges ». Le postulat d’Adam Smith est devenu une vérité acceptée.
    Selon cette thèse, la monnaie naît des difficultés pratiques posées par le troc. Si tu n’as pas besoin d’une vache en échange de tes poulets, je te les paie avec des pièces.
    Le crédit se développerait en dernier. Après le troc et la monnaie.

    « Historiquement, les marchés commerciaux sont nés du vol »

    Sauf que, selon David Graeber, c’est bidon. Personne n’a jamais vu une société fonctionner ainsi. Les échanges se font d’abord entre voisins. Les gens se connaissent, se font confiance. « Prends la vache si tu la veux ! » Même si c’est un non-dit, celui qui repart avec le bovidé sait qu’il en doit une à son voisin. Le crédit apparaît en premier. Vient ensuite la monnaie.
    Alors pourquoi les économistes s’entêtent selon Graeber ?
    « L’inlassable récitation du mythe du troc, utilisée comme une incantation, est avant tout pour les économistes une façon de conjurer le risque de devoir regarder en face cette réalité. [...] Historiquement, les marchés commerciaux sont nés du vol. »
    Schématisons. Pour Graeber, c’est l’esclavage, puis le monnayage, qui en arrachant les personnes et les objets à leur contexte ont participé à faire émerger l’idée d’un marché impersonnel traversé de rapports froids et mathématiques.

    7Je « péone » tous les jours


    Péon, n.m. Paysan pauvre (qui n’a pas de cheval). Du latin pedo, onis « qui a de grands pieds ».
    Péonage, n.m. Dans le bouquin de Graeber, désigne la situation du débiteur privé de liberté et contraint de travailler pour son créancier jusqu’au moment où il sera acquitté de sa dette par son travail.
    Un concept qui serait toujours d’actualité aujourd’hui :
    « Le péonage reste la base principale du recrutement de la main d’œuvre au niveau planétaire : soit littéralement, comme dans une vaste partie de l’Asie orientale ou de l’Amérique latine, soit subjectivement, puisque la plupart de ceux qui effectuent un travail salarié ont le sentiment de le faire avant tout pour rembourser des prêts à intérêt. »

    8Le mot « chèque » vient de l’arabe « sakk »


    Après des siècles fondés sur l’or et l’argent, le Moyen Age voit un retour à la monnaie virtuelle. A l’échelle du monde, ce qui se passe alors en « Europe occidentale » tient de l’anecdote. Les grands mouvements se font au Proche-Orient, en Chine, en Inde.
    L’or et l’argent retournent dans les temples. La monnaie virtuelle reprend le dessus. L’islam invente le « chèque » (d’autres étymologies lient le mot à l’ancien français « eschec », qui a donné « échec »).
    Mais cette « virtualisation » s’accompagne de mécanismes de régulation. Par exemple, la charia ou le droit canon, très méfiant vis-à-vis des taux d’intérêt. On retrouve un mécanisme de protection des créditeurs comme l’étaient la loi du jubilé ou l’effacement des tablettes en Mésopotamie.
    Et c’est là qu’intervient le point 9.

    9Là, ça craint, mais ça va s’éclaircir


    Depuis 1971 et la fin de la convertibilité du dollar en or, nous serions entrés dans une nouvelle ère de monnaie virtuelle. Mais à l’inverse des périodes précédentes, le grand mécanisme régulateur (le FMI) protégerait les débiteurs plutôt que les créanciers.
    Pas de panique. Graeber souligne que les périodes dont il parle se mesurent en demi-millénaire. Le monde a encore le temps de changer.

    « La liberté, capacité de faire de vraies promesses »

    Conclusion de l’anthropologue :
    « Si la liberté (la vraie) est l’aptitude à se faire des amis, elle est aussi, forcément, la capacité de faire de vraies promesses. Quelles sortes de promesses des hommes et des femmes authentiquement libres pourraient-ils se faire entre eux ? Au point où nous en sommes, nous n’en avons pas la moindre idée. La question est plutôt de trouver comment arriver en un lieu qui nous permettra de le découvrir. Et le premier pas de ce voyage est d’admettre, qu’en règle générale, comme nul n’a le droit de nous dire ce que nous valons, nul n’a le droit de nous dire ce que nous devons. »





    0 0
  • 12/21/18--03:40: Après la Crise à Lausanne.



  • Après la Crise. Le nouveau livre de Vincent Held



    économiste, Universités de Lausanne, St-Gall et Bocconi

    Après la crise - couverture (hi-q)
    Disponible sur le site de l’éditeur ICI
    Chers toutes et tous,
    Le nouveau livre de Vincent Held est disponible.
    Il s’articule autour de quatre thèmes d’actualité, à savoir:
    1. La fin du modèle économique tel que connu à ce jour.
    2. L’émergence du monde de l’après-crise se précise avec la suppression du cash, mais surtout l’ascension de cryptomonnaies souveraines.
    3. La question explosive de la place des nouvelles technologies financières, avec ses enjeux éthiques et sociaux…
    4. L’avènement du Revenu de base universel – une utopie sociale soutenue par les grandes firmes mondialisées.
    Et voici les premières lignes de la postface du professeur Philippe Laurent:
    « Après lecture de ces chapitres, attendons donc le krach final, puis le renouveau !
    On pourrait se croire dans un film à épisodes américain de Netflix, dont on peut prédire les étapes de descente aux enfers avant un dernier rebondissement et une ère de transformation que l’on veut bénéfique pour l’avenir…
    Sauf que le narrateur et auteur Vincent Held (dans le rôle du héros ou plutôt héraut?), déjà dénonciateur des turpitudes de la Banque nationale suisse dans son précédent opuscule, prend ici une posture d’annonciateur démiurge (voire démoniaque par la manière) du monde qui se prépare sous nos yeux troublés.
    Que faut-il en retenir et surtout comment pourrait-on y faire face ?
    Il est vrai que notre nature humaine nous porte à prédire le pire et à espérer le meilleur…
    Cependant, force est de reconnaitre à la lecture de l’ouvrage que de nombreuses convergences plaident en faveur de la fin du monde économique tel que nous le connaissons en Occident. La Suisse, îlot de prospérité depuis septante ans, semble résister avec défiance aux statistiques venues d’ailleurs, mais pour combien de temps ?
    Pire encore, face à notre passé et notre civilisation, se dresse désormais un nouveau géant multiforme appelé l’Asie, dont le principal bras armé est à coup sûr la nouvelle Chine. Géopolitique oblige, le réalisme veut que nous collaborions – ou parfois nous nous affrontions – au sein de la même arène commerciale, alors que le défi est ailleurs : il s’agit de réussir à s’adapter à d’extraordinaires mutations technologiques et sociétales en préparation ou déjà à l’œuvre.
    A cet égard, l’ensemble de l’Asie – et particulièrement ce qu’il convient d’appeler le monde chinois (avec un socle culturel commun qui regroupe le Japon, les deux Corée et l’ex-Indochine dont le Vietnam) – a révélé ces dernières décennies des évolutions et aussi des performances enviables. Dans cette zone géographique hyper-dynamique et hyper-connectée, l’automatisation des moyens de production, la robotisation des services, le couplage de l’intelligence artificielle et des capacités humaines, la gestion et l’exploitation du Big Data au quotidien, les technologies financières les plus sophistiquées, les moyens de transport individuels et collectifs les plus innovants, l’écologie du vivant sous toutes ses formes et la lutte contre les impacts climatiques – tous ces éléments sont encore imparfaits, sans doute, mais déjà en place. Et surtout, ils sont déjà familiers à la totalité des populations. Ce qui revient à dire que leur cycle d’adoption est infiniment plus rapide que dans nos contrées, plus rétives au changement – notamment quand il s’agit d’innovations de rupture !
    Or, le propos du présent ouvrage est clairement celui d’un changement de paradigme, ou encore d’une transformation radicale de notre modèle de développement économique et sociétal.
    Certains objecteront – non sans raison – que nous avons déjà vécu plusieurs révolutions d’envergure de ce type et que plaider le changement est plus aisé en Asie, avec un socle de classes moyennes moins ancien et moins large que chez nous. Sauf qu’au cours des quinze dernières années, les classes moyennes, qui préexistaient déjà au Japon et en Corée du Sud, ont progressé de manière exponentielle dans certaines régions – et notamment en Chine (la classe moyenne y vit aujourd’hui mieux que son équivalent italien ou français). Sauf que c’est le rythme du changement qui dicte à ce siècle le tempo des adaptations nécessaires – et à quelle allure ! Sauf que c’est de cette région du monde stratégiquement adossée à une Russie ambitieuse, désormais tournée vers l’Asie – et dont la réputation scientifique n’est plus à faire (une authentique pourvoyeuse de savants et de prix Nobel sur la durée) – que jailliront certaines des sources les plus abondantes en nouvelles technologies de pointe…
    L’explication est donc ailleurs.
    (…) »
    Ce livre est en vente directe sur notre site http://www.reorganisationdumonde.com , ou en passant par votre libraire, notamment la librairie du Valentin à Lausanne
    Voir aussi
    BNS: le pire peut-il encore être évité? - Crépuscule de la Banque nationale suisse, paru en 2017 aux Éditions Xenia

    Ce mercredi 19 décembre ainsi que vendredi 21 décembre, la Librairie Le Valentin restera ouverte jusqu'à 22h00.
    Vous pourrez y faire tranquillement vos achats de Noël (livres, cartes, objets, produits comestibles) et participer aux animations suivantes :
    - ce mercredi 19 décembre : démonstration de peinture d'ICÔNES par Renato Mastrogiacomo ;
    - vendredi 21 décembre : DÉGUSTATION de biscuits et liqueurs monastiques.
    La librairie sera ouverte lundi 24 décembre, de 9h00 à 18h00.


    En espérant vous rencontrer d'ici Noël à la Librairie Le Valentin, je vous souhaite néanmoins d'ores et déjà, Madame, Monsieur, de belles fêtes de Noël !

    Denis Ramelet
    PS : La librairie sera ouverte lundi 24 décembre, de 9h00 à 18h00. Elle sera fermée les 25 et 26 décembre ainsi du 31 décembre au 2 janvier. Réouverture le jeudi 3 janvier.


    PPS : Si vous êtes sur Facebook, n'hésitez pas à vous abonner à notre page "Librairie Le Valentin, Lausanne".
    Si vous ne souhaitez plus recevoir nos informations, indiquez-le nous simplement en réponse au présent courrier.


    0 0

      Bonjour! J'ai partagé deux articles que vous avez publiés concernant Julian Assange, le sort qui lui est réservé actuellement. Or je reçois de FB un avertissement: votre publication n'entre pas dans les critères de FB,( je l'écris de mémoire). Bref, j'hérite d' un blâme et je ne sais même pas si la publication a été partagée. Je suis scandalisée. D'autant plus que j'ai déjà partagé un, voire plusieurs articles concernant la situation dramatique de J. Assange, et ceci sans rencontrer le moindre obstacle. L'un d'entre eux est paru sur "Le grand soir". Ces quelques lignes étaient simplement destinée à vous signaler cette censure et vous faire part de mon indignation. Merci pour ce que vous avez fait et ce que vous faites,  xx
      de même au sujet de M. Etienne Chouard...
      ACTIVITÉ
      À propos de votre publication
      Aujourd’hui
      Personne d’autre ne peut voir votre publication. Si vous voulez demander un examen plus tard, vous trouverez la publication sur votre journal.



      François de Siebenthal a partagé un lien.


      À propos de ce site web
      RIC POUR LES GILETS JAUNES (et les autres)] Les mœurs des «journalistes» en France, en 2018, avec les vrais opposants, c’est 2 qui tie...
      Comment s’est passée cette expérience ?


      Jasmin Poulsen tagged you in a post that was marked as spam and taken down. We're always working to make sure Facebook is a safe place for people to connect.


      FERMÉ
      Cette publication ne respecte pas nos standards de la communauté
      AUTRES MESSAGES
      Cette publication ne respecte pas nos standards de la communauté
      FERMÉ
      VOICI CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

      Demander un examen
      Nous réexaminerons la publication

      Je n’ai pas publié cela
      ACTIVITÉ
      À propos de votre publication
      Aujourd’hui
      Personne d’autre ne peut voir votre publication. Si vous voulez demander un examen plus tard, vous trouverez la publication sur votre journal.




      Julian Assange n’aura jamais un procès équitable aux États-Unis John KIRIAKOU Le 16 novembre [2018], un assistant du procureur gé...
      Comment s’est passée cette expérience ?

      Cette publication ne respecte pas nos standards de la communauté
      FERMÉ
      ...
      ACTIVITÉ
      À propos de votre publication
      Aujourd’hui
      Personne d’autre ne peut voir votre publication. Si vous voulez demander un examen plus tard, vous trouverez la publication sur votre journal.




      Très chers députés et lecteurs, En raison de la corruption, qui domine en Suisse les systèmes politiques, institutionnels, judi...
      Comment s’est passée cette expérience ?


      ACTIVITÉ
      À propos de votre publication
      13 nov.
      Personne d’autre ne peut voir votre publication. Si vous voulez demander un examen plus tard, vous trouverez la publication sur votre journal.
      Urgent, merci


      À propos de ce site web
      Source : Le Grand Soir, VD , 08-11-2018 (traduit à partir de la transcription d’un document sonore) Ceci n’est pas un exercice....
      Comment s’est passée cette expérience ?


      You appealed a restriction on your page
      FERMÉCas n°10214066393268558
      1 sept.
      Bonjour François,

      Merci de nous avoir contactés. Nous avons examiné votre Page et identifié qu’elle enfreint toujours les conditions d’utilisation des Pages Facebook. Par conséquent, votre Page ne peut être publiée.
      Cordialement,
      Vous avez fait appel de notre décision sur votre publicité ou votre produit
      OUVERTCas n°10212850157343420
      ACTIVITÉ
      Votre requête
      8 mars
      Nº de la publicité
      6087058724098
      Autres informations
      Bonjour, Une initiative populaire suisse provoque une votation qui demande d'argumenter socialement. Il n'y a pas de profits envisagés. Les buts sont idéaux. Merci. Le mot bitcoin n'est qu'un exemple que nous retirons car pas indispensable et juste mis comme exemple. Bonne journée.
      Votre réponse

      ACTIVITÉ
      À propos de votre publication
      1 sept.
      Personne d’autre ne peut voir votre publication. Si vous voulez demander un examen plus tard, vous trouverez la publication sur votre journal.

      Invitation ce vendredi, discussion après les 3 heures d'émission www.monnaie-pleine.ch sur radio courtoisie... https://www.radiocourtoisie.fr/
      Dès 21h15, salon de discussion de monnaie-pleine ouvert à tous sur internet, depuis chez soi ou depuis son téléphone mobile smatphone avec le logiciel discord.
      Discord est un logiciel gratuit de VoIP... Il fonctionne sur Windows, MacOS, Android, iOS, Linux et sur les navigateurs web.
      Afficher la suite


      Sous cette devise, une conférence sur le thème de l’initiative Monnaie Pleine aura lieu le 5 février 2018 à l’Institut Gottlieb-Duttweiler (GDI) à Rüschlikon (Zurich). Durant une journée entière, d’éminentes personnalités nationales et internationales se pencheront sur les problèmes...
      Comment s’est passée cette expérience ?


      ACTIVITÉ
      À propos de votre publication
      1 sept.
      Personne d’autre ne peut voir votre publication. Si vous voulez demander un examen plus tard, vous trouverez la publication sur votre journal.

    0 0

    The Daly Report No. 1, Dec. 22, 2018
    Avoid the controlled press and their spoonfed nuus
    billdaly996@gmail.com Poor Julian Assange has been bottled up in the Ecuadorian Embassy in London for 8 years. The mafia that secretly dominate US politics and that country’s “independent” press badly want his head on a platter for releasing numerous files that revealed the existence and operating methods of that mafia. A hero of the story is former Ecuadorian Prime Minister Rafael Correa who provided the protection Assange needed to avoid a life behind bars in the US and likely torture. But he isn’t the Ecuadorian PM any more, and the crooks who control the US would like to get their hands on him. Desperate liars can make mistakes sometimes and hopefully the “British” press have made one in their lying claim that Donald Trump’s former campaign manager Bill Manaford visited Assange. Paul Craig Roberts (Dec. 5) provides this link to an informative overview: 


    https://www.paulcraigroberts.org/2018/12/03/the-guardian-is-not-a-newspaper-it-is-a-pile- of-excrement/ 


    The truth-hating (and people-hating) western oligarchs don’t know when to back off and it is to be hoped and prayed that this will before long be their downfall. Unsatisfied with artificially debt-burdening everybody from birth to death with their debt banking scam they must smash every institution vital to a functioning society; marriage, community, healthy food, music and literature and replace these with gender confusion, constant rebellion, unassimilable immigration, degenerate “art”, hatefulness of the European heritage, dumbed down schooling and “entertainment” and toxic nutrition-free “food” that has been genetically modified for no other reason than to permit monopoly corporations to patent the seeds and plants. Fortunately, these maniacs don’t have total control of the whole world and Russia (followed hopefully soon by other nations) has rejected GEed food which has had also a positive effect on its increasing food exports. 


    https://russia-insider.com/en/business/russia-says-no-gmo-becomes-worlds-biggest- exporter-non-gmo-food/ri25498? ct=t(Russia_Insider_Daily_Headlines11_21_2014)&mc_cid=6977161664&mc_eid= 73d17c787b 


    The White House Christmas. Melania Trump, who lead the audience at one of her husbands large rallies two years ago in The Lord’s Prayer, has overseen the display of a beautiful White House Christmas scene. 


    https://patch.com/us/white-house/photos-melania-trump-previews-white-house- christmas-decorations 


    Now the US President needs to free himself from the clutches of the delusional zionists and war-mongering zio-kristians 


    redice.tv alt.tv explains (u-tube video) brilliantly in a few minutes what’s behind the liberals open border migration programme. How pleasant to listen to a sensible and articulate young woman who is proud of her people’s rich culture and heritage 


    https://www.youtube.com/watch?v=LVXlwq0pO4A 


    Ron Unz explains what China could do in response to Canada’s dishonourable behaviour in arresting, at the behest of the US, Meng Wanzhou, the CFO of Huawei: 


    “Adelson’s fortune of $33 billion ranks him as the 15th wealthiest man in America, and the bulk of his fortune is based on his ownership of extremely lucrative gambling casinos in Macau, China. In effect, the Chinese government currently has its hands around the financial windpipe of the man ultimately responsible for Ms. Meng’s arrest and whose pro-Israel minions largely control American foreign policy. I very much doubt that they are fully aware of this enormous, untapped source of political leverage.” 


    https://www.paulcraigroberts.org/2018/12/15/ron-unz-explains-what-china-should- do/ Ron Unz is a real man, the sort who steps forward to defend others, not the wimpish, feminized “man” the western liberals want all us chaps to descend to. He publishes excellent articles by himself and others at his site http://www.unz.com/ 


    A recent article by Unz rightly defends the persecuted but outstanding WWII historian David Irving 


    http://www.unz.com/announcement/the-remarkable-historiography-of-david-irving/ 


    Poland and Hungary have blocked ‘LGBTIQ rights’ from being enshrined in EU legislation. Good on them. These governments actually demonstrate real 


    concern for those trapped in (or might be led into) sexual deviancy and the appalling unhappiness that results. Story here: 


    https://www.lifesitenews.com/news/poland-and-hungary-block-lgbtiq-rights-from- being-enshrined-in-eu-legislati? utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=e25855f182- Daily%2520Headlines%2520- %2520World_COPY_391&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e- e25855f182-402364789 


    France, whose effeminate president Macron is really just another savage in a suit doing the bidding of his banking overlords, is having it’s latest round of protests. But there is a difference this time. While the marxist-trotskyist types, as per usual, use the occasions to cause property damage a large part of the protests is driven by French who are tired of their government’s betrayals. They don’t want higher taxes, they don’t want more unassimilable immigration and they don’t want more destructive globalism. Steve Turley does two excellent broadcasts each day and here he is at his best on what is happening in France and Europe as the undercurrent of nationalism pushes back against the globalist destruction 


    https://russia-insider.com/en/macrons-fall-could-bring-nationalist-conservative- takeover-europe-steve-turley-video/ri25607? ct=t(Russia_Insider_Daily_Headlines11_21_2014)&mc_cid=12ed35e332&mc_eid=7 3d17c787b 


    What the liberal elites really hate about Russia is its re-Christianisation. Everything the elites hate is being slowly restored in Russia and Hungary and Poland and conservatives throughout Europe and elsewhere are gaining inspiration and courage from this. The Russians are gruadually moving towards outlawing abortions, they have rejected classroom porno sessions which the sick liberals call “sex education”, they uphold and respect the God-made differences between men and women and, worst of all for the Christ-haters, they are restoring the family to it’s rightful role as the foundation of a healthy society. 


    What porn does to kids: 


    https://www.lifesitenews.com/blogs/thanks-to-porn-children-are-sexually-assaulting- other-children-at-alarming? utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=f216b2190c- Daily%2520Headlines%2520- %2520World_COPY_388&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e- f216b2190c-402360229 


    Another real man is Canadian professor Jordan Pedersen whom I regard as a one man army for good. There is a wide selection of his talks and interviews on u-tube. He is honest, and quite sensibly and largly bi-passes the deliberately confusing charade known as the left-right divide: 


    https://www.youtube.com/watch?v=k-rE03PGQfA 


    The effeminate man is essential to make any sort of artificial “new world order”. That type of false and unstable structure can never exist where there are men who will defend woman and children, lead by example, love their homeland and thank God for all He has given them. 


    https://russian-faith.com/family-values/when-knights-surrender-their-swords- problem-effeminate-men-n1953?mc_cid=379335ba20&mc_eid=73d17c787b 


    The liars in the press, governments and abortion industry say they are caring in their advocacy of baby killing. They suppress the numerous cases of women (and men) who spend the rest of their lives despairing over their loss. Here is one story the lying press won’t publicise: 


    https://www.lifenews.com/2018/12/10/abortion-clinic-kicks-woman-out-at-closing- time-while-shes-hemorrhaging-from-her-abortion/ 


    The stupid liberal maniacs aren’t getting everything their own way. Their long subversion has seen them control the press, governments, “entertainment”, and school curriculums. But reality rightly slaps them back sometimes as the follows shows: 


    https://www.lifesitenews.com/news/high-school-students-stage-walkout-to-support- teacher-fired-for-refusing-to? utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=f216b2190c- Daily%2520Headlines%2520- %2520World_COPY_388&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e- f216b2190c-402360229 


    The so-called “left right divide” has always been a fraud to confuse and mislead the general population and hide the real war, which in present practical terms is the battle between society and the hidden power of money creation. The mass media provides the veil necessary for the Money Power to exist and continue it’s appalling harm. It may be the main reason that tool came into existence over the last several centuries when the world banking monopoly gained a power no king ever had. 


    A New York State Senator José Peralta died in November. He had recently received a flu vaccination which may or may not have been a cause or even the cause. 


    (https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2018/12/11/risks-of-vaccines-vs- benefit.aspx? utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1&utm_campaign=2018121 1Z3&et_cid=DM253147&et_rid=491282453) 


    But it seems his health sharply deteriorated after the “shot”. The story reminded me that about a dozen years or so ago I had to phone someone for a key to a storage shed. His adult daughter answered and told me her dad had died and she and the rest of her family were convinced it followed a recent flu injection though the doctors dismissed this. She said his health seriously deteriorated after the vaccination and within a couple of weeks he was bedridden and no longer able to go to his factory where he employed a number of staff. He’d also held a pilots license so his health had obviously been at least reasonable. Personally, I regard the whole vaccination business as a gigantic confidence trick motivated mainly by two factors: a fabulously profitable way to get billions from governments; and a terrible misunderstanding of the causes of illness. Our physical bodies are designed to require regular supplies of a wide range of minerals, vitamins, fats, sunshine, etc., which should come from healthy eating and living habits. Consuming inorganic factory- made chemicals and allowing ourselves to be injected with heavy metals and virus’ grown in animal puss surely isn’t quite what our maker intended. 


    Feel free to pass this along to others and where possible support those running sites in defence of your freedom, your nations and your families 


    Thanks for reading and God bless, Bill Daly 





    billdaly996@gmail.com PO Box 20752, Glen Eden, Auckand, New Zealand

    0 0
  • 12/22/18--02:32: Vitraux magnifiques


  • Le Triomphe d'Amour : au cours d'une journée printanière, le poète s'est endormi à Vaucluse, et fait un rêve où se manifeste l'allégorie de l'Amour tenant les rênes d'un char triomphal, suivi par une multitudes de fidèles qui sont les vaincus de l'Amour; rattaché à ce cortège, le poète y reconnaît nombre de ses prédécesseurs, personnages illustres, dieux et divinités mythologiques, hommes bibliques, médiévaux et troubadours… et tout en discutant avec les différents personnages, le cortège arrive finalement à Chypre, l'île natale de Vénus.
    Le Triomphe de la Chasteté : La protagoniste est Laure, qui soustrait au char de l'Amour nombreuses femmes antiques et médiévales, comme Didon; ce second cortège se dissout à Rome dans le temple de la Pudicizia Patrizia (it)
    Le Triomphe de la Mort : Ici le poète se souvient des héros et des peuples disparus et rappelle, dans un des plus beaux passages du poème, la mort idéalisée de Laure.
    Le Triomphe de la Renommée : décrit une foule d'hommes illustres, rois, poètes, orateurs, des philosophes, des généraux, etc. Intéressant, selon Pétrarque, le plus grand philosophe est Platon, et non pas Aristote, comme l'écrivait Dante Alighieri.
    Le Triomphe du Temps : le poète s'interroge sur lui-même et compose une émouvante élégie sur la fugacité des choses et du temps qui passe.
    Le Triomphe de l'Éternité : il parle du refuge de l'homme en Dieu, trouvant un monde stable et éternel.

    http://www.mesvitrauxfavoris.fr/Supp_f/triomphe-de-petrarque_ervy-le-chatel.htm

    https://editionsdianedeselliers.com/fr/les-triomphes-de-petrarque

    Les Triomphes de Pétrarque de l'église Saint-Pierre-Es-Liens d'Ervy-le-Châtel
    Ce merveilleux vitrail est exposé jusqu’au 31 décembre 2018 à la Cité du Vitrail de Troyes

    Le vitrail d'Ervy-Le-Châtel : une inspiration italienne



    L’église Saint-Pierre-ès-Liens d’Ervy-Le-Châtel (Aube) conserve un ensemble de vitraux d’une richesse iconographique exceptionnelle en France. Les vitraux déposés, pour permettre leur restauration, offrent la possibilité de les exposer à la Cité du vitrail, à hauteur de regard. En 2018, trois ensembles du chœur de l’église sont exposés. En premier lieu, le vitrail des Triomphes de Pétrarque (1502), plébiscité depuis sa première exposition en 2016 à la Cité du vitrail, continue d’émerveiller et de questionner. Cette fois, il est accompagné de deux autres ensembles : la vie de sainte Christine de Bolsène (1515) et l’Histoire de Tobie (2e tiers du XVIe siècle). D’une exceptionnelle érudition, ces vitraux témoignent de l’influence italienne exercée, au début du XVIe siècle, sur les choix iconographiques des vitraux des églises de l’Aube.

    • Les Triomphes de Pétrarque (1502)
    Cette impressionnante verrière (5 mètres de haut sur 2 mètres de large) s’inspire du poème allégorique profane des Triomphes, écrit par François Pétrarque au XIVesiècle. Ce thème érudit, d’inspiration italienne, est pour la première et unique fois transposé sur un vitrail. Cette verrière complexe est sans doute la plus étonnante de l’Aube au XVIe siècle.

    • Histoire de sainte Christine de Bolsène (1515)
    Sainte Christine de Bolsène, 1515, église Saint-Pierre-ès-Liens d'Ervy-Le-Châtel, baie 10, lancette A © Manufacture Vincent-Petit
    Dans la France du début du XVIe siècle, quelques lieux de culte sont consacrés à sainte Christine (jeune martyre italienne), notamment en Côte-d’Or. L’église d’Ervy-Le-Châtel est néanmoins la première à réaliser un cycle complet de la vie de la sainte, telle qu’elle fut écrite par Jacques de Voragine dans sa Légende dorée.

    • Histoire de Tobie (2e tiers du XVIesiècle)
    La baie magistrale de la Rédemption se compose de plusieurs scènes autour d’une Crucifixion du Christ sur l’arbre de vie en lancette centrale. À gauche, l’histoire de Tobie (présenté dans l'exposition) vient étayer le discours central de la baie. Cette scène, associée à d’autres comme l’Histoire de Job ou Adam et Eve, offre une lecture multiple autour du rachat des péchés du genre humain par le sacrifice du Christ crucifié.


    Consultez les visites guidées proposées


    0 0


    TO H.E. Muliaman Dharmansyah Hadad


    Ambassador in Bern, bern.kbri@kemlu.go.id


    YOUR EXCELLENCY,


    Indonesia seems to use chemical warfare to kill many innocent citizens in Papua. Jakub, a polish tourist living in Switzerland and travelling in Indonesia, willing to protect those innocent victims,  is now in jail in Wamena, Indonesia, without any trial since August 2018. 

    He risks his life ! Please, help us to free him as soon as possible  and do your best to stop any horrible possible chemical warfare. 
    You can have more informations at this phone number ++ 021 616 88 88 or on the internet sites here below.
    Please, save Jakub
    http://savejakub.blogspot.com/2018/10/free-jakub-please.html
    http://savejakub.blogspot.com/2018/10/sauvez-jakub-svp.html
    With our best Regards.
    Thank you for your precious help.
    FRANçOIS VON SIEBENTHAL
    Former Consul général of the Philippines in Lausanne

    0 0
  • 12/25/18--08:24: Censure inadmissible !

  • Cette publication ne respecte pas nos Standards de la communauté en matière de contenus indésirables
    FERMÉ
    ACTIVITÉ
    À propos de votre publication
    22 déc.
    Nous avons supprimé une de vos publications, car elle est contraire aux Standards de la communauté Facebook.
    Nous avons créé nos standards pour que Facebook reste un lieu sûr où les gens du monde entier peuvent communiquer. Veuillez lire les Standards de la communauté Facebook pour savoir quels types de publications sont autorisés sur Facebook.
    Indonésie: Jakub & guerre chimique !
    L'Indonésie utilise une guerre chimique pour tuer des citoyens innocents en Papouasie. Jakub, un touriste polonais, domicilié en Suisse,...

    https://savejakub.blogspot.com/2018/12/indonesie-guerre-chimique.html

    0 0
  • 12/30/18--05:02: Polices incontrôlables ?

  • Voir ci-dessous les blasons des au moins sept (3 + 4 ) corps de polices fédérales illégales, sans compter les P26, P27, P28 etc... des armées secrètes de l'OTAN, notamment la loge franc-maçonne terroriste P2 ( P due de Licio Gelli et Cie ) en Italie, Gladio et ss... :



    Notamment, en Suisse, Tigris, alias Tiger ou Tigres.
    Tiago
    T...
    Moban, UAV... etc

    etc... il y en a trop, de ces polices incontrôlables et trop facilement corrompues, car illégales, donc sans aucun vraie surveillance démocratique, couvrant notamment les fraudes démocratiques, électroniques, par correspondance et même par dépouillement automatiques par machines à lectures optiques...













    En fait, à Lausanne,  c'était aussi probablement en partie au moins la police ferroviaire qui collabore notamment avec Tigris , Tiago & Cie: 

    https://micro-taxe.blogspot.com/2018/12/gilets-jaunes-ce-samedi-en-suisse.html

    https://micro-taxe.blogspot.com/2018/12/polices-federales-illegales.html

    Modifié le 30 août 2018 à 21:02

    La police des transports des CFF soupçonnée d’irrégularités comptables




    0 0
  • 01/01/19--04:53: Le Président de la Suisse

  • Chères concitoyennes, chers concitoyens,
    J’aimerais tout d’abord vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur et de santé pour la nouvelle année. J’espère que vos souhaits les plus chers se réaliseront en 2019.
    Pour la plupart d’entre nous, le quotidien devient toujours plus stressant. Le monde semble tourner de plus en plus vite. En ces temps mouvementés, nous risquons de perdre pied. Le passage à la nouvelle année nous permet de nous arrêter un instant, de marquer une pause. Nous nous souvenons de l’année qui est derrière nous. Et nous osons même jeter un regard vers l’avenir. Prenez le temps pour ce moment de réflexion.
    Prenons aussi ce temps pour la Suisse. D’ où venons-nous? Où irons-nous en 2019?
    Cette vache en bois se trouve dans mon bureau depuis des années. Vous la connaissez depuis des générations comme un jouet ou un souvenir typique. Pour moi, elle est un symbole de nos traditions et de nos origines. De nos racines et de nos valeurs communes. Ces valeurs, nous les cultivons ensemble, nous les avons créées et nous nous sommes battus pour elles: la démocratie directe, le fédéralisme, le scepticisme à l’égard des puissants, mais aussi l’humilité, la compétence, la ponctualité. Si nous allons si bien aujourd’hui, c’est grâce à ces valeurs. C’est pourquoi nous pouvons être fiers de nos valeurs.
    Voici un deuxième symbole: ce smartphone représente la rapide transformation de notre société. Une transformation que nous sommes tous en train de vivre. Il représente le progrès technologique. Le monde professionnel qui change. Notre quotidien qui évolue. Les nouvelles possibilités et les chances exceptionnelles à saisir. Que ce soit dans la vie privée, dans l’économie ou la recherche.  
    Le smartphone symbolise aussi un autre aspect de la transformation actuelle. Oui, les nouvelles technologies facilitent les échanges. Mais en même temps, elles nous isolent et empêchent toujours plus souvent les contacts personnels. Peut-être vivons-nous presque davantage dans le monde virtuel que dans le monde réel. Et si tout change aussi vite, nous ne savons parfois plus à quoi on peut encore se fier. Les changements si rapides créent aussi beaucoup d’incertitudes.
    On peut dire : À chaque fois que nous avançons, nous avons besoin d’une boussole, sinon nous nous perdons. C’est pour cela que nous avons besoin d’un lien entre origine et avenir. Entre tradition et innovation. Entre ce qui a fait ses preuves et ce qui est nouveau.
    Cela vaut pour chacune et chacun d’entre nous. Et cela vaut pour nous tous en tant que pays. Si nous savons d’où nous venons, nous comprenons mieux où nous sommes. Et nous pouvons décider ensemble où nous voulons aller. Nos valeurs éprouvées sont les fondements solides d’une Suisse moderne. D’ une Suisse moderne et compétente, qui est à la pointe du progrès dans de nombreux domaines. C’est pourquoi je suis convaincu que, tant que nous respectons nos valeurs, nous pouvons regarder vers l’avenir avec assurance.
    Cette assurance, je nous la souhaite à tous. Pour 2019 et au-delà!  

    0 0

    Saint Materne

    Saint Materne et le message du Pape en Suisse à l'Allmend de Berne pour les JMJ 2005.
    Les anciennes traditions, confirmées par de nombreux théologiens dont Saint Pierre Canisius, nous apprennent que Materne était le fils ressuscité par Jésus, de la veuve de Naïm (Luc 7,11-17) dont le texte est exactement celui utilisé par le Pape pour envoyer les Suisses au JMJ 2005.
    Ayant suivi Saint Pierre dans ses pérégrinations, celui-ci envoya Materne dans les régions du nord des Alpes. Il a commencé à Octodure (Martigny) Thun et Lausanne. C'est alors qu'il rencontra ses deux disciples Euchère et Valère. Un jour Materne, arrivant en Alsace dans l'importante cité romaine de Ehl ou Helvet, épuisé par ses périples, s'endormit dans la paix du Seigneur. Ses disciples ne pouvant se résoudre à sa disparition prirent le chemin de Rome, allèrent voir Pierre dans sa prison, et celui-ci leur donna son bâton pastoral. Ils revinrent en Alsace, le déposèrent sur le corps et Materne ressuscita une deuxième fois.

    Saint Materne, évêque et disciple de Saint Pierre a évangélisé aussi l'Alsace et la vallée du Rhin avant de s'installer à Worms, Trèves et meurt à Cologne. Tous trois arpentèrent la Suisse et la vallée du Rhin, évangélisant la population et construisant des lieux de cultes. Nous connaissons celui de Ehl et aussi celui que nous pouvons encore voir de nos jours à Avolsheim près de Molsheim : c'est le petit sanctuaire appelé Dompeter (Domus-Petri ou Maison de Saint Pierre). Cette église vénérable est ombragée par un très ancien tilleul sous lequel, la tradition veut que l'évêque Materne y ait prêché et ait été arrosé par l'eau de la source Sainte Pétronille, portant le nom de la fille de Saint Pierre. Cette église a servi pendant tout le Moyen Âge d'église mère pour toutes les localités environnantes.
    Il est facile de penser que Materne et ses disciples ne sont pas partis en Allemagne sans avoir laissé derrière eux un clergé pour continuer la mission commencée et l'église d'Avolsheim (ou une autre) a peut-être été plus qu'une simple église et peut-être une église épiscopale pour le siège apostolique fondé par Materne. Ce qui justifierait la construction du baptistère que nous voyons encore à un peu moins d'un kilomètre de là.
    Une ancienne tradition veut aussi qu'il ait construit l'actuelle église Saint Pierre le Vieux à Strasbourg. On peut bien considérer Materne comme l'apôtre et le fondateur du siège épiscopal de Lausanne/Aventicum/Helvétie qui couvrait toute la région, notamment le Mont Pilate selon Voragine et St Nicolas de Flüe, aurait une grande importance pour l'Église.
    St Materne ressuscitera une troisième fois à la fin des temps.

    Le royaume burgonde

    Le royaume burgonde de Worms était catholique et il résista aux Huns d'Attila dans la grande bataille des Nibelungen, décrite par un évêque catholique sur 7 parchemins. Les Burgondes, les seuls barbares qui ne violent pas les femmes, venaient de Pologne avec leurs vaches blanches et rousses dites du Siebenthal. À en croire les témoignages concordant de deux historiens de l'Église vivant au Ve s., Orose et Socrate, une partie au moins des Burgondes du Rhin étaient catholiques. Ce royaume romano germain est attaqué par une coalition romaine, hunnique (Attila) et franque. Cette gigantesque bataille, Les Nibelungen, écrite par un évêque, fit plus de 20'000 morts. Leur chant était : Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat, Gloria Patri… Sicut erat…
    La langue des Valsers est la plus proche de la langue des Nibelungen.
    Le complot continue aux champs catalauniques, Huns et Romains liquident par ruse le maximum de " barbares" chrétiens. Idilco, princesse burgonde, tue Atle (Attila) pendant la nuit de "noces".
    Une autre preuve de cette christianisation est celle de St Maurice qui avait reçu l'ordre de tuer tous les habitants près de Octodure (Martigny) au Nord des Alpes car ils étaient tous déjà chrétiens. Son refus et celui de sa légion furent la cause du célèbre martyre. Les modèles chrétiens de Zabulon et Nephtali (Math. 4, 12-16), existent encore près de Sion en Suisse.

    Les premiers rois chrétiens.

    Cette période est une des grandes phases de l'histoire chrétienne. St Sigismond, burgonde, est le premier roi saint chrétien au Nord des alpes, inhumé à St Maurice. Godomar, son frère héritier de la couronne, ordonna aux Burgondes de se cacher dans les Alpes à Gessenay Gstaad et donna la couronne à tous, car tous sont prophètes, prêtres et rois dans les rings burgondes, ancêtres des Landsgemeinde et de la démocratie directe suisse, pour gérer l'Allmend. En 491, Clovis épouse la nièce de deux rois burgondes, Clotilde, dont les parents et les frères ont été massacrés par des proches. Elle est chrétienne, elle fera tout pour amener son époux à la conversion et à la Foi au Christ. N'oublions pas que de nombreux historiens situent le site de la Bataille de Tolbiac dans l'actuel Kochersberg au nord-ouest de Strasbourg ou près de Cologne, cette bataille, dont il avait promis à sa femme burgonde Clotilde qu'il se convertirait au Dieu des Chrétiens si celui-ci lui donnait la victoire. La tradition veut que cette promesse eût été prononcée au château du Frankenbourg entre Strasbourg et Colmar. Ne manquez pas d'aller vous promener au Frankenbourg : il se trouve au-dessus du village de Neubois. En plus d'une visite historique, vous y ferez un pèlerinage. En effet, la Vierge-Marie est apparue plusieurs fois au 19 ème siècle sur le sentier et on y trouve un beau calvaire, une chapelle et une source

    Le Pape de Lausanne.

    Le duc de Savoie qui avait été élu et couronné pape, sous le nom de Félix V par le concile de Bâle qui s'est terminé à Lausanne, après avoir voulu promulguer le dogme de l'Immaculée Conception et pour faire la Paix en 1449, déposa la tiare à Lausanne et, conservant le titre de cardinal-évêque de Sainte Sabine (protodiacre), vint finir ses jours à Ripaille, d'où il administra l'évêché jusqu'à sa mort en tant que numéro deux de l'Église catholique. Le visage du St Suaire était brodé sur les aubes des prêtres de Lausanne et la grande rosace parle encore des miracles de la résurrection des embryons morts.
    François de Siebenthal

    St Canisius nous confirme St Materne




    Nain chapel


    St Canisius nous confirme St Materne




    Ehl Vet en Alsace, ou Helvet, qui signifie enfer, Hell Vet...

    Une ancienne tradition confirmée par St Pierre Casinius affirme que saint Materne a vécu au premier siècle de notre ère. Il est le fils décédé de la veuve de Naïm, ressuscité par Jésus.

    Envoyé par saint Pierre en compagnie de deux disciples, Valère et Euchaire, afin d’évangéliser le nord de la Gaule et laGermanie, saint Materne a donc importé le christianisme dans ces régions dès le premier siècle, fondant de nombreux lieux de cultes et évangélisant un grand nombre de villes, notamment dans la région mosane.

    La tradition populaire attribue à Materne plusieurs miracles et faits merveilleux. Ainsi, à Ciney, il aurait ressuscité les cinq enfants noyés d’un certain prince Clément, qui gouvernait alors la ville condruzienne, provoquant ainsi la conversion auchristianisme de celui-ci et de toute sa famille.

    Une autre légende raconte que Materne, de passage dans le comté de Salm, dans les Ardennes, aurait ramené à la vie le jeune fils décédé d’une parente du comte, entraînant ici aussi la conversion de la famille.

    À Walcourt, Materne aurait sculpté de ses propres mains une statue de la Vierge Marie. À Namur enfin, Materne aurait été à l’origine du nom de la ville. Il aurait en effet réduit au silence une idole païenne baptisée Nam, donnant ainsi à la cité le nom de Nam-Mutus (Nam muet), qui allait devenir plus tard Namur.

    À Ehl Vet en Alsace, Materne, épuisé par ses voyages, mourut. Ses disciples, ne pouvant se passer de sa présence, retournèrent à Rome chercher la férule pétrinienne, grâce à laquelle ils purent ressusciter Materne pour la seconde fois.

    Quelle que soit la véracité de toutes ces légendes, il est clair qu’elles témoignent que Materne fut sans doute l’un des pionniers de l’évangélisation de la Gaule du Nord.

    Saint Materne est vénéré localement au mois de septembre (le 14, le 20 ou le 25 selon les lieux).


    Ses reliques sont à Benfeld en Alsace.

    Saint Materne et l'introduction du christianisme en Alsace


    Origine de la christianisation de l’Alsace et des Burgondes devenus les Suisses.

    Une ancienne tradition défendue par certains théologiens dont Saint Pierre-Canisius, affirme que Materne était le fils ressuscité par Jésus, de la veuve de Naïm (Luc 7,11-17).

    Ayant suivi Saint Pierre dans sa mission d’évangélisation, celui-ci l'envoya porter la bonne parole dans les régions du nord. Ce dernier s'exécuta et choisit, pour l'accompagner, deux disciples: Valère et Euchaire. Arrivé en Alsace à Ehl (Ellelum), une petite ville de garnison romaine, Materne, voyant partout des autels païens rentre dans un colère effroyable. Il renverse une colonne romaine et se lance dans la construction d'une église. Puis il se rend à Strasbourg (Argentoratum). Là, confronté à une population insensible à la "Divine Parole" le pauvre Materne doit quitter la ville et il décide de retourner à Ehl. Son dépit est tel qu'il y meure quelques jours à peine après son arrivée.

    Catastrophés, Valère et Euchaire se précipitent à Rome auprès de Saint-Pierre et lui content le drame. "Qu'à cela ne tienne, prenez mon bâton, repartez à Ehl et vous verrez !". Muni du bâton de Saint-Pierre, les deux hommes repartent en Alsace, perplexes. De retour à Ehl, une surprise les attend. Devant eux, droit comme la Croix, Materne est là qui les attend, à nouveau prêt pour sa mission d’évangélisation. Il avait été ressuscité par le seigneur après avoir reposé pendant 40 jours dans son tombeau. Après ce miracle, les païens se convertirent en grand nombre. A Strasbourg, Materne parvient finalement à fonder la première église catholique de la ville qui, d'après la légende, serait l'actuelle église Saint-Pierre-le-vieux.

    Tous trois arpentèrent l'Alsace, évangélisant la population et construisant des lieux de cultes. Nous connaissons celui d’Ellelum ainsi qu’un petit sanctuaire près d’Avolsheim appelé le Dompeter (Domus-Petri ou Maison de Saint Pierre). Cette église vénérable est ombragée par un très ancien tilleul sous lequel, la tradition veut que l'évêque Materne y ait prêché et ait été arrosé par l'eau de la source Sainte Pétronille, portant le nom de la fille de Saint Pierre. Cette église a servi pendant tout le Moyen Age d'église-mère pour toutes les localités environnantes. Certains voient dans le baptistère situé à un peu moins d'un kilomètre de là, un indice que le Dompeter était peut-être une église épiscopale pour le siège apostolique qu’aurait fondé Materne en Alsace.

    Après avoir évangélisé l’Alsace les trois disciples se rendirent à Trèves où les païen se convertirent en si grand nombre qu’ils fondirent le premier évêché de la ville dont Euchère fut le premier évêque. Sous sa direction s’accomplirent de nombreux miracles. Après 25 ans, un ange lui apparut et lui révéla qu’il allait mourir bientôt. Il lui désigna alors Valère comme successeur. Celui dirigea l’évêché pendant 15 ans avant que Materne lui succède à son tour. Entre temps Materne avait fondé les évêchés de Cologne et de Tongres et au total il fut évêque pendant 40 ans. La tradition veut que le bâton de Saint-Pierre qui avait ressuscité Materne, fut conservé à Cologne jusqu’au Xe siècle, lorsque sa partie supérieure fut déposée à Trèves et emmené ultérieurement à Prague par l’empereur Charles IV(1355-1378).

    Vestiges historiques et archéologiquesIl est généralement admis par les historiens que le nord de la Gaule fut évangélisé dans la seconde moitié du IIIe siècle par l’importante voie romaine allant de Lyon la capitale des Gaules à Trèves en passant par Metz. Ainsi Saint-Clément aurait été le premier évêque de Metz vers 270, et c’est probablement vers la même période que les premiers missionnaires chrétiens arrivèrent à Trèves. Ainsi il est peut vraisemblable que l’évêché de Trèves soit antérieur à la fin du IIIe siècle. Il est possible que Euchère et Valère en furent les premiers évêques mais il n’existe aucune preuve historique en ce sens.

    A côté de ce courant principal, l’Alsace représentait clairement un détour, une province frontière militaire touchée tardivement par les nouvelles idées venues du sud. Les premiers évangélisateurs prêchaient en général dans les grands centres urbains, et s’il est possible qu’une influence chrétienne exista à Strasbourg dès la fin du IIIe siècle (Le saccage du sanctuaire mithriaque de Koenigshoffen dans la seconde moitié du IIIe siècle a été attribué aux jeunes communautés chrétiennes ; le relief et les sculptures ont été brisées en menus morceaux et le sanctuaire rendu définitivement impur par l’inhumation d’un cadavre dans le périmètre sacré), les historiens s’accordent en général pour considérer que la pénétration de la Christianisation en Alsace ne débuta vraiment qu’à partir du début du IVe siècle.

    Cette période est marquée par un événement important, à savoir la conversion au christianisme de l’empereur romain Constantin en 325 qui accéléra fort probablement la propagation des idées chrétiennes. Ainsi a été découvert récemment à Ehl une statue de Mercure indigène décapitée et accompagnée de plusieurs monnaies constantiniennes (Constantin fut empereur de 306 à 337). Ce témoignage de destruction des idoles au début du IVe siècle coïncide étrangement avec la légende qui fait d’Ehl le lieu où se réfugia Saint-Materne après avoir été chassé de Strasbourg par les païens.

    Il se trouve justement que le nom de Materne soit historiquement associé au règne de Constantin. Dans son histoire ecclésiastique, Eusébius nous dit que :"Materne, le savant évêque de Cologne, prit une part active au concile de Rome en 313 et à celui d'Arles l'année suivante" (Eusebius hist. eccl. X, 5, 18f. GCS 9, 2, 887f). Le concile de 313 fut convoqué par l’Empereur Constantin en rapport à l’hérésie donatiste. Le pape Miltiade, l’évêque d’Arles et celui d’Autun assistèrent également à ce tribunal où Constantin fit du christianisme la seule religion de l’empire. On dit de Materne qu’il avait la confiance de l'empereur Constantin et peut-être que ce dernier l’aurait envoyé diriger les églises de Germanie. Ainsi Materne est présumé avoir été aussi l’évêque de Trèves et de Tongres. Saint-Materne serait mort à Trèves vers 325-328 et au plus tard en 344.

    En ce qui concerne l’origine du christianisme à Strasbourg, les archéologues pensent que Saint-Pierre-le-Vieux n’est pas la plus ancienne église de Strasbourg car Sainte-Marguerite et Saint-Thomas seraient en effet de construction plus ancienne. Saint-Pierre-le-Vieux ne peut donc être l’église originelle fondée par Materne. Par contre il existe sous l’église Saint-Pierre le Jeune une crypte, considérée par une autre tradition comme la plus ancienne église de Strasbourg. Il s’agit en fait d’un caveau funéraire romain du IIIe siècle voisin de la route. Il est possible que cette hypogée ait servi d’asile aux Chrétiens pourchassés lors des persécutions du IVe siècle. On a également trouvé dans le cimetière romain de Koenigshoffen un verre chrétien du IVe siècle en cristal gravé portant la représentation du sacrifice d’Abraham et de Moïse faisant jaillir la source du désert.

    ________________
    Sources:
    Divers sites internet dont:
    Frère Raphaël Steck - Mission gallicane en Alsace
    http://www.gallican.org/alsace.htm

    Quant à Ebersmunster, où, selon Koenigshoven, Materne détruisit un temple païen…. Les fouilles confirment que Novientum était bien le lieu d’un camp retranché des romains. On ne sait si Jules César y est vraiment venu, encore moins, s’il fut le fondateur du mystérieux temple dédié à Mercure. Par contre, la présence romaine est attestée par la découverte de monnaies romaines, des traces de la voie romaine et de tumuli. Beatus Rhenanus ( 1485-1547 ) parle de ruines romaines et d’une statue de Diane gardée dans le sanctuaire de l’abbaye, jusqu’à sa destruction par les Rustauds lors du sac de l’abbaye en 1525.


    Décidément, il y a du vrai dans la légende de Materne !


     

    http://bertrandjost.chez-alice.fr/Francais/Eveques_strasb/materne.htm

    http://desiebenthal.blogspot.com/2010/03/von-siebenthal-bornholm-gotland.html

    Cercles Coopératifs de Crédit, 3C.

    Comment fonder sa banque locale sans usure grâce au progrès technique en favorisant la distribution de l'abondance ?
    Comment lutter contre les usuriers qui pratiquent des taux supérieurs à 1'000 % (sic, mille) par année dans les pays pauvres et qui exploitent aussi les pays « riches » ? Vous trouvez plus d'informations sur le site www.union-ch.com.
    La richesse suisse vient de son système unique de banques coopératives paysannes et de sa création monétaire alternative et privée Wir (Nous en allemand) qui résistent aux abus libéraux (www.wir.ch ).
    Le principal avantage du système créditiste est en plus de reprendre immédiatement le contrôle de la création monétaire par l'utilisation de la carte annexée, sans les coûts usuraires qui écrasent les pauvres car chacun est encouragé à participer par le dividende mensuel donné à chaque personne dès la conception et à l'escompte compensé qui fait baisser les prix et qui favorise la distribution de l'abondance. De tels cercles ont déjà été fondés avec succès en Suisse, à Madagascar, aux Philippines, en Pologne et au Canada et sont en voie d'étude en Équateur, au Mexique, au Bénin…
    La carte annexée est l'outil qui facilite les échanges. Chaque transaction est documentée et fiabilisée par les numéros et signatures croisées des membres du cercle créditiste qui est propriétaire de la coopérative de crédit.
    Le système créditiste d'un pays ne peut être transmis tel quel dans d'autres pays. Il doit s'adapter aux conditions sociales, économiques, historiques et ethniques respectives de chaque pays. Le major C.H. Douglas a toujours considéré que ses principes n'étaient pas rigides. Bien au contraire, ce sont des repères sur lesquels les associations peuvent axer leur travail selon la situation économique, juridique et sociale actuelle. Ces principes sont très faciles à façonner et à mettre en pratique, grâce au progrès technique qui facilite l'abondance.

    Principes fondamentaux

    Auto assistance signifie que des personnes ayant la même situation économique ou une situation semblable se regroupent, apportent elles-mêmes les fonds nécessaires à l'exploitation association commune et affirment leur volonté de se porter garantes les unes des autres.
    Elles s'attendent à ce que leur adhésion à l'association leur donne enfin accès au marché et au capital face à la concurrence, qu'elle améliore leur propre position sur le marché et satisfasse mieux leurs besoins économiques. En gros, elles veulent ainsi avoir accès au marché financier, avoir accès au capital par le contrôle de la création monétaire.
    Auto administration signifie que les sociétaires règlent eux-mêmes les rapports au sein de la association. Ils mettent ainsi l'association à l'abri des influences étrangères.
    Cela revient à dire que les rapports internes des associations ne sont pas soumis aux directives de tiers. Les sociétaires fixent les activités économiques de leur entreprise commune par l'intermédiaire des organes. Cette démocratie interne par élections locales est un élément essentiel du système. La direction, d'au moins trois membres et l'organe de contrôle, d'au moins deux membres, sont élus chaque année.
    Auto responsabilité signifie que les sociétaires sont eux-mêmes responsables de l'existence et du maintien de l'entreprise association et qu'ils en sont également garants vis-à-vis de l'extérieur. De par cette responsabilité solidaire ils possèdent la confiance d'autres organisations économiques.
    Liberté d'adhésion signifie que l'adhésion à une association est librement consentie; quiconque y adhère ne peut le faire que de plein gré, car il n'a pas seulement des droits au sein de l'association, mais également des obligations importantes.
    Tout un chacun a le droit de devenir sociétaire et de cesser de l'être. Mais celui qui décide de coopérer avec l'association est tenu de le faire.
    Promotion des sociétaires signifie que le sociétaire est au centre des activités de la association. La mission fondamentale de l'association consiste à offrir au sociétaire les services de la création monétaire dont il a besoin: l'orientation selon ses besoins locaux vitaux est primordiale.
    Le sociétaire fait l'objet de la promotion. La réalisation de cette mission de promotion ne peut se faire durablement que grâce au maintien et à l'augmentation des parts du marché, grâce à la croissance et au maintien de la substance économique locale et de la liquidité.
    Les organes dirigeants doivent avoir un esprit de concorde, de tolérance et de compromis, qui se trouve dans les enfants de familles nombreuses
    Qualité de membre ouverte à tous dès la conception signifie que quiconque veut devenir sociétaire d'une association a la possibilité de le faire dans le cadre des règlements légaux et statutaires qui misent sur le long terme. Les associations ne partent pas du principe que le nombre des sociétaires est constant, leur existence ne dépend donc pas de l'adhésion ou de la démission des sociétaires.
    Principe d'identité signifie que l'association est à la fois un regroupement de personnes, une association de sociétaires et une entreprise. Les sociétaires sont conjointement responsables de l'entreprise qu'ils exploitent. Il existe ainsi un triple lien entre le sociétaire et l'association : il est responsable sur le plan financier, il est investi de pouvoirs de décision et de contrôle et il est preneur de prestations.
    Les liens économiques unissant les sociétaires et les rapports au sein du groupe social qu'est le regroupement de personnes, sont très étroits: si l'entreprise association ne fonctionne pas, le regroupement de personnes ne fonctionne pas non plus et vice-versa.
    Principe d'économie liée signifie que les associations se regroupent en organisations d'économie liée en raison de leur taille, de leur dissémination, et souvent à cause de leur caractère régional, ce qui a pour effet d'élargir le champ d'application du principe de l'auto assistance. Le système d'économie liée permet d'augmenter le degré de promotion de chaque association faisant partie de ce système. Le transfert de tâches à des entreprises du système d'économie liée a pour effet de maintenir une vue d'ensemble claire mais également d'augmenter la compétitivité.
    Ces systèmes d'économie liée, étroitement attachés aux entreprises et créés pour des raisons de politique d'entreprise, sont complétés par des organisations administratives d'économie liée qui conseillent les associations, les contrôlent et défendent leurs intérêts. Elles exercent des fonctions de coordination, de conseil, d'encadrement et de formation. L'activité de révision de ces organisations d'économie liée revêt une importance capitale en ce qui concerne les associations et leurs organisations.
    Les entreprises du système d'économie liée se chargent uniquement des tâches que ne peuvent mener à bien les associations locales. La coopération économique au sein du système d'économie liée repose également sur le principe de subsidiarité coopératif.
    Principe de vue d'ensemble claire / principe de régionalité signifie que le rayon d'action d'une association doit être, si possible, clair et net.
    Le principe de la décentralisation repose sur le fait que de petites unités garantissent une grande mobilité, une plus grande proximité du marché, des clients et des sociétaires et par conséquent des avantages stratégiques sur le plan de la concurrence. L'association est ainsi en mesure de satisfaire les différents besoins de ses sociétaires et de défendre leurs intérêts.
    La connaissance exacte de la situation sur le terrain au sens large du terme permet de réduire les processus décisionnels et de prendre rapidement des décisions. C'est pourquoi il s'agit de maintenir des relations personnelles étroites, le contrôle social et la proximité des sociétaires même lorsque ce principe de localité ou principe du "terrain" au sens étroit du terme n'est pas respecté.
    Principe de l'indépendance des associations par rapport à l'État signifie que les associations appartiennent à leurs sociétaires et sont responsables envers elles; elles sont indépendantes de l'État.
    Les associations ne sont pas des instruments permettant d'atteindre des objectifs de politique sociétale, sociale ou économique. Elles ne peuvent et ne veulent pas non plus assumer le rôle de l'État. Les associations désirent seulement que l'État assure l'égalité des chances, la neutralité de la concurrence ainsi que des conditions cadre politiques et juridiques bien définies.
    Les associations n'exercent des fonctions sociales qu'indirectement. Elles renforcent la position des sociétaires en procédant à une ample répartition de la propriété. Elles enracinent les principes démocratiques, renforcent les actions des citoyens qui se sentent pleinement responsables, approuvent le libre jeu de la concurrence, elles placent chaque individu et ses performances au centre de leur travail. Les associations exigent la solidarité mais elles refusent le collectivisme.
    Elles ne poursuivent pas des objectifs d'intérêt général et n'ont pas de mission publique mais se consacrent uniquement à la promotion de la situation économique et des activités de leurs sociétaires. Elles sont indépendantes de toute religion et de tout parti politique en s'inspirant toutefois de la doctrine sociale de l'Église.
    Elles demandent à leurs membres de ne pas critiquer de manière virulente les valeurs chrétiennes.
    Le principe du rejet du prêt à intérêt est donc une caractéristique fondamentale du système bancaire créditiste mais il diffère du système bancaire actuel à d'autres titres et notamment par le rapport particulier que joue la banque créditiste dans ce système. En effet la banque créditiste n'est pas un simple pourvoyeur de fond intéressé uniquement aux garanties offertes par les emprunteurs, encore moins un simple coffre de dépôt de valeurs, mais un véritable partenaire de l'entrepreneur emprunteur. La banque créditiste offre à ce titre des nombreux services de gestion à ses clients, afin de les soutenir dans leur entreprise et assurer ainsi une activité économique saine et profitable aux deux partenaires.
    L'idée qui supporte l'action de la banque créditiste est le principe du partage des risques. Celui-ci signifie que celui qui prête l'argent doit participer avec celui qui emprunte aux bénéfices, comme aux risques. La banque créditiste joue donc ici son plein rôle de partenaire, partageant gains et pertes avec son client. Elle assurera sa pérennité en multipliant le nombre de ses clients (afin de répartir le risque) et en leur proposant des services de conseil et d'accompagnement en gestion.
    Si la banque créditiste propose comme les banques habituelles de simples comptes de dépôt pour les particuliers, dont les frais de gestion sont acquittés par les déposants, elle propose surtout des services financiers destinés aux entrepreneurs et producteurs locaux et qui prennent habituellement les formes suivantes :
    ·· PP ou "partenariat passif" : La banque finance entièrement l'entrepreneur et partage les bénéfices (s'il y en a) avec celui-ci selon un pourcentage fixé à la signature du contrat. La seule source de revenu possible pour l'emprunteur est sa part de bénéfice (il ne reçoit aucun salaire) et la banque prend à son entière charge les pertes éventuelles. La plus-value de l'entreprise est recherchée.
    · PA ou "partenariat actif" : La banque agit dans ce type de contrat comme un actionnaire, profits et pertes étant partagés entre elle et l'emprunteur, selon les proportions de leurs parts respectives dans l'actif de l'entreprise.
    · FICO ou "financement commercial avec marge bénéficiaire" : La banque acquiert une marchandise pour le compte de son client, moyennant une marge bénéficiaire fixée à la signature du contrat. Le banque transfert la propriété de la marchandise à son client une fois qu'il a payé le prix de celle-ci ainsi que la marge fixée à la signature. Ce type de contrat diffère du prêt à intérêt car la marge est fixe et n'augmente pas avec le délai de paiement.
    Les membres peuvent placer leurs économies dans ces projets et sont associés aux profits.
    Ces statuts sont à votre disposition pour lancer un Crédit social local en union avec les autres 3C et Rougemont. Le droit suisse permet de les utiliser dans le monde entier.
    Il suffit de les reprendre en invoquant les articles 60 et suivants du code civil suisse en nous en informant par email ou par fax avec les noms d' au moins trois personnes physiques et le nom et les buts de la nouvelle personne morale, copie des statuts s'ils ont été modifiés, sinon seulement le procès-verbal de la séance constitutive, lieu, date, signatures, adresse physique, normalement celle du Président. Le conseil et les membres de l'association sont bénévoles, et seul le caissier- comptable est rétribué pour son dévouement, par une indemnité fixée annuellement, en fonction des résultats
    N'hésitez plus et créez votre Cercle Coopératif de Crédit en nous envoyant ce formulaire.
    Je suis prêt à être le caissier gérant: si oui...... pour une rémunération de..................par mois ou à fixer par opération...............................Gratuitement pour commencer............
    Je n'ai jamais été membre d'une société secrète ( ss)......
    Je suis membre de la ss suivante.......................................que je suis prêt à quitter sur simple demande de la direction. En cas de faux, je paie une amende de un million de $
    Nous visons surtout la franc-maçonnerie...voir l'encyclique Humanum genus de Léon XIII http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_18840420_humanum-genus_fr.html
    Le Pape Jean-Paul II a demandé le 8.02.2004 « de ne pas pratiquer l'usure, une plaie qui, à notre époque également, constitue une réalité abjecte, capable de détruire la vie de nombreuses personnes. »
    D'après l'Eglise, usure et taux d'intérêt ont la même signification, quelque soit le taux pratiqué. Voir l'encyclique «Vix Pervenit » sur www.google.com et L'Osservatore Romano en langue française du 10 février. http://www.finality.ch/edi01-09.htm
    Plus d'informations sur www.union-ch.com
    Veuillez s.v.p. nous faire parvenir votre demande par courrier, e-mail info@familiaplus.com ou bien par fax et nous vous enverrons tous les documents nécessaires:
    On peut se parler gratuitement avec skype, mon identifiant est siebenthal, voir www.skype.com
    Je recommande VIVEMENT une petite visite aux sites ci-dessous.
    Avec mes meilleures pensées.

    François de Siebenthal

    Consul Général des Philippines a.h.
    Secrétaire général du Corps Consulaire.
    Économiste HEC et lic. ès sc. iur.
    23, Av. Dapples CH 1006 LAUSANNE
    Tf 00 41 21 6168888 FAX: 6168881

    Le programme politique et son financement, 
    Pour une vraie réforme globale, possible et urgente:
    Plus sur les sociétés secrètes: http://cailletm.free.fr/ et www.barruel.com .

    Les sept ministres suisses, dont l'un est le président pour une année,
    primus inter pares,
    le premier parmi ses pairs, ses égaux.
    Les symboles:
    Au milieu,
    la Croix + du Christ ressuscité, vainqueur de la mort.
    Puis, de gauche à droite,
    Le Matterhorn, en l'honneur de St Materne, alias Cervin ou Cervinia.
    Le caquelon à fondue, signe de la fraternité des copains
    Le cor des alpes, signe des messages qui passent les montagnes
    Le palais fédéral, la paix par la croix du Christ qui le domine avec notre constitution qui commence en son nom.
    Le pont, probablement, dit du diable, 
    au Saint Gothard

    le réveil, la ponctualité même matinale des suisses
    Les skis croisés, les libertés montagnardes et l'accueil des touristes du monde entier
    La vache avec des cornes, pour nous, les vaches du Siebenthal, alias Simmental...

    Le haut de l'hallebarde ( des gardes suisses du Pape ? ) , 
    puis le couteau du soldat suisse, 
    increvable et qui équipe même des astronautes...
    et un modeste clochers, qui nous donne la Paix grâce à ses cloches,

    et enfin, 

    les deux grands projecteurs des deux côtés 
    et, au milieu, dans les mains du président,
     la modernité du téléphone qui prend le public en photo et peut la diffuser dans le monde entier.

    0 0
  • 01/04/19--04:47: Film prémonitoire !
  • 0 0



    Non à une forme d'usure vorace qui pèse sur les plus pauvres, surtout par les impôts de consommation ( TVA etc...)
    Crise provoquée inexorablement simplement pour maintenir à flot la masse monétaire du pays concerné...empirée chaque année exponentiellement et aggravée car à chaque remboursement de crédit, le montant correspondant est détruit automatiquement par le système fractionnaire...
    Le système bancaire actuel cause la pauvreté en face de
    l'abondance en endettant tous les pays et personnes. Les prêts à intérêts ne sont pour la plupart que de simples écritures tirées du néant, c'est à dire de la fausse monnaie, selon Maurice Allais, Prix Nobel d'économie en 1988
    dans « La crise mondiale aujourd'hui »
    (Ed. Clément Juglar 1999).
    Les créations monétaires doivent nous revenir et font diminuer les impôts exagérés pris pour engraisser surtout les banquiers. Chaque année depuis 2012, la BNS a créé 100 milliards, dont 2/3 auraient du revenir aux cantons, soit 66 milliards par an, ou 20 milliards de plus que TVA+IFD+BILLAG

    La plupart des taxes ne servent qu'à payer les banquiers qui gagnent des sommes énormes sans rien faire, ni travailler, et qui fabriquent de la monnaie provisoire du néant et qui détruisent la même monnaie, sic, qui retourne au néant à chaque remboursement des crédits à intérêts composés.
    Il volent notre temps, notre présent, notre futur, nos projets, notre santé, notre milieu. Ils polluent la planète entière et organisent un enfer sur terre !

    0 0


    Sérotonine, de Michel Houellebecq
    La découverte début 2017 du Capton D-L allait ouvrir la voie à une nouvelle génération d'antidépresseurs, au mécanisme d'action finalement simple, puisqu'il s'agissait de favoriser la libération par exocytose de la sérotonine produite au niveau de la muqueuse gastro-intestinale.

    Chaque jour, après avoir bu une gorgée de café et fumé deux trois cigarettes, Florent-Claude Labrouste, 46 ans, prend avec de l'eau minérale un comprimé de Captorix, nom commercial du Capton D-L, ce qui lui permet d'intégrer les rites majeurs d'une vie normale.

    Toutefois, Florent-Claude note que les effets secondaires indésirables les plus fréquemment observés du Captorix [sont] les nausées, la disparition de la libido, l'impuissance... Pour sa part, il n'a jamais souffert de nausées...

    Comment en est-il arrivé là? Florent-Claude (il déteste ce prénom sans avoir d'autre reproche à faire à ses parents) le raconte dans Sérotonine, roman où l'amateur de Michel Houellebecq retrouve cet esprit libre désenchanté.

    En fait Florent s'est laissé ballotter par les circonstances de la vie. Il ne l'a jamais ni pris (ni repris) en main, si bien que, lucide, il écrit qu'il n'a jamais été qu'une inconsistante lopette et que l'avenir ne devrait pas lui être différent.

    Est-ce à dire que sa vie est vide? Non. Après avoir préparé et fait Agro, il travaille un temps chez Monsanto mais les quitte non pas par pur conformisme de gauche mais parce qu'il lui semble qu'en y restant il trahirait son idéal:

    Cette agro-industrie entièrement basée sur l'export, sur la séparation de l'agriculture et de l'élevage, était à mes yeux l'exact contraire de ce qu'il fallait faire si l'on voulait aboutir à un développement acceptable, il fallait au contraire privilégier la qualité, consommer local et produire local, protéger les sols et les nappes phréatiques en revenant à des assolements complexes et à l'utilisation des fertilisants animaux.

    Florent devient alors contractuel au Ministère de l'Agriculture et est envoyé à la D.R.A.F. de Normandie pour aider les agriculteurs locaux à promouvoir leurs fromages, camembert, livarot et pont-l'évêque. Mais ce n'est pas une réussite...

    Ce n'est pourtant pas pour ça qu'il donne un jour sa démission. Sa vie amoureuse n'est pas sans influence sur sa vie professionnelle et réciproquement. N'a-t-il pas toujours été convaincu que s'intéresser à autre chose qu'aux filles n'était pas sérieux?

    A quarante-six ans il s'aperçoit qu'il avait raison à vingt: les filles sont des putes si on veut, on peut le voir de cette manière, mais la vie professionnelle est une pute bien plus considérable, et qui ne vous donne aucun plaisir...

    Ses dernières filles sont Kate, la Danoise, Claire, la comédienne qui n'aura connu qu'un seul succès théâtral, Camille, la stagiaire qu'il a accueillie à la D.R.A.F., Yuzu, la Japonaise employée de la Maison de la culture de son pays, quai Branly.

    Après elles, il se retrouve seul. Il ne tire aucune jouissance de cette solitude. Il a en effet besoin d'amour en général et d'amour sous une forme très précise, qu'il précise d'ailleurs très crûment parce que son écriture n'est pas de bois, mais plutôt bien charnue...

    Avant de disparaître de la circulation et de quitter la D.R.A.F, Florent renoue avec son ami du temps de l'Agro, Aymeric d'Harcourt, qui fait de l'élevage de vaches laitières mais qui ne s'en sort pas du fait de la diminution du prix du lait. 

    Avec d'autres éleveurs normands Aymeric décide de se battre. Florent, même s'il en est attristé, sait que ce combat est perdu d'avance, lui qui a naguère proposé des mesures de protection raisonnables, des circuits courts économiquement viables:

    Je n'étais qu'un agronome, un technicien, et au bout du compte on m'avait toujours donné tort, les choses avaient toujours au dernier moment basculé vers le triomphe du libre-échangisme, vers la course à la productivité...

    Florent pense donc que les coeurs se sont endurcis et que le petit comprimé blanc, ovale, sécable a au moins cette vertu d'aider les hommes à vivre, ou du moins à ne pas mourir - durant un certain temps. Certes, mais peut-être devraient-ils plutôt se prendre en main.

    Dans la vie professionnelle, ne faut-il pas écouter sa raison et ne pas s'obstiner à faire des choses que d'autres savent mieux faire et à meilleur compte?  Dans la vie personnelle, ne faut-il pas écouter son coeur et laisser libre cours à ses élans d'amour?

    Francis Richard

    Sérotonine, Michel Houellebecq, 352 pages, Flammarion

    Livres précédents:

    Chez Flammarion:
    Soumission (2015)

    A L'Herne:
    En présence de Schopenhauer (2017)

    À la suite de la lecture de la «  Carte blanche  » que j’ai consacrée à une lettre que je croyais écrite par Albert Einstein à sa fille Lieserl (Psychologies, mars 2016), une fidèle lectrice de Psychologies m’a envoyé un courriel pour me dire que, d’après ses recherches sur Internet, le document auquel je faisais référence est un faux. J’ai aussitôt essayé de vérifier la véracité de cette information. J’aurais pu le faire avant de rédiger ma « Carte blanche », me direz-vous. C’est vrai. Cependant, la personne qui m’a envoyé la copie de cette lettre attribuée à Einstein me paraissait digne de la plus grande confiance. Professeure de physique, celle-ci m’a fait découvrir, il y a longtemps déjà, un recueil de textes (pour le coup réellement écrits par le père de la théorie de la relativité), publié sous le titre Comment je vois le monde (Flammarion). L’humanisme et l’ouverture spirituelle que j’ai perçus à la lecture de ce très beau livre m’ont laissé penser que les propos tenus par Einstein à sa fille étaient plausibles. Car, même si le style de ce courrier n’a rien de scientifique, il véhicule un magnifique message d’amour comme nous pourrions tous en écrire dans la sphère de notre vie privée.

    Qu’apprend-on sur le Net ? Que cette lettre ferait partie d’un ensemble de documents légués par la belle-fille d’Einstein à l’université hébraïque de Jérusalem et rendus publics en 2006. Michèle Zackheim – l’une des biographes d’Albert Einstein – dément l’existence de ce courrier et précise que la petite Lieserl fut une enfant née hors mariage qu’Einstein n’a probablement jamais élevée, dont l’existence n’a été connue que tardivement et qui, handicapée mentale, serait morte en bas âge. La lettre que j’ai partagée avec vous serait donc bien un canular. Dès lors, j’ai appelé la personne qui me l’a fait connaître pour lui dire ma consternation. Aussi surprise que moi, celle-ci m’a avoué avoir, elle-même, reçu cette lettre via un courriel.

    A DÉCOUVRIR

    Thierry Janssen, chirurgien devenu psychothérapeute, nous invite à penser autrement pour se soigner différemment. Il a fondé l’École de la présence thérapeutique ( edlpt.com). Dernier ouvrage paru : Confidences d’un homme en quête de cohérence (Pocket).

    Une fois de plus, la fiabilité de l’information qui circule sur le Net se révèle peu élevée. Tout journaliste le sait : il est absolument indispensable de vérifier ses sources. En tant que chroniqueur invité à partager un avis, une réflexion ou une humeur, je n’ai pas pris cette précaution. Je le regrette profondément, car découvrir que ce beau texte sur l’amour est un faux déforce un propos que je trouve pourtant juste et inspirant. Il me paraît dommage que l’auteur de ces lignes n’ait pas eu le courage d’en assumer la paternité. Comme s’il fallait la caution d’un prix Nobel de physique pour parler de « l’ultime réponse » qu’est l’amour.

    J’aimerais profiter de ces lignes pour rendre à Einstein ce qui est à Einstein. Car l’homme ne fut pas seulement une intelligence hors pair. Il fut aussi un humaniste, défenseur de la paix, végétarien, militant pour le droit des hommes et des animaux, un amoureux de la vie, une âme inspirée par ce qu’il appelait une « religiosité cosmique ». Comme vous, sans doute, j’aurais beaucoup aimé connaître son avis à propos de cette lettre apocryphe.


    Une lettre d’Albert Einstein à sa fille ( voir ci-dessus les précautions avant de la lire )
    « Lorsque j’ai proposé la théorie de la relativité, très peu m’ont compris, et ce que je vais te révéler maintenant à transmettre à l’humanité va choquer l’incompréhension et les préjugés du monde. 
    Je te demande de conserver ces lettres aussi longtemps que nécessaire, d’attendre des années, des dizaines d’années, jusqu’à ce que la société soit suffisamment avancée pour accepter ce que je vais expliquer ci-dessous.

    Il y a une force extrêmement puissante pour laquelle, jusqu’à présent, la science n’a pas trouvé une explication officielle. C’est une force qui comprend et régit toutes les autres, et est même derrière tout phénomène qui opère dans l’univers, et qui n’a pas encore été identifiée par nos soins. 
    Cette force universelle est l’Amour.

    Lorsque les scientifiques étaient à la recherche d’une théorie unifiée de l’univers, ils ont oublié la plus invisible et la plus puissante des forces: 
    L’Amour est Lumière, qui éclaire ceux qui la donnent et la reçoivent. 
    L’Amour est la gravitation, car elle fait que certaines personnes se sentent attirées vers les autres. 
    L’Amour est «le courant électrique», car il démultiplie ce que nous avons de meilleur et permet que l’humanité ne s’éteigne pas dans son égoïsme aveugle.
    L’Amour révèle et se révèle. 
    Par l’Amour, nous vivons et mourons. 
    L’Amour est Dieu, et Dieu est Amour.

    Cette force explique tout et donne son sens premier à la vie. 
    Il s’agit de la variable que nous avons ignorée pendant trop longtemps, peut-être parce que l’Amour nous fait peur, puisque c’est la seule énergie de l’univers que l’homme n’a pas appris à gérer par sa volonté.

    Pour donner une visibilité à l’Amour, j’ai fait une simple substitution dans mon équation célèbre. Si, au lieu de E=mc2 nous acceptons que l’énergie de guérison du monde peut être obtenue à travers l’Amour multiplié par la vitesse de la lumière au carré, nous arrivons à la conclusion que l’Amour est la force la plus puissante qui existe, car il n’a pas de limites.

    Après l’échec de l’humanité dans l’utilisation et le contrôle des autres forces de l’univers, qui se sont retournées contre nous, il est urgent que nous nous nourrissions d’un autre type d’énergie. 
    Si nous voulons que notre espèce survive, si nous voulons trouver un sens à la vie, si nous voulons sauver le monde et chaque être sensible qui l’habite, l’Amour est LA et la seule réponse. 
    Peut-être nous ne sommes pas encore prêts à fabriquer une bombe d’Amour, un appareil assez puissant pour détruire toute la haine, l’égoïsme et la cupidité qui dévastent la planète. Cependant, chaque individu porte à l’intérieur un petit mais puissant générateur d’Amour dont l’énergie est en attente d’être libérée.

    Lorsque nous aurons appris à donner et à recevoir cette Énergie universelle, chère Lieserl, nous pourrons affirmer que l’Amour conquiert tout, est capable de transcender tout et chaque chose, car l’Amour est la quintessence de la vie. 
    Je regrette vivement de ne pas pouvoir exprimer ce qui, dans mon cœur, a palpité silencieusement pour toi toute ma vie. Il est peut-être trop tard pour demander pardon, mais comme le temps est relatif, j’ai besoin de te dire que je t’aime et grâce à toi, j’ai atteint l’ultime réponse. 
    Ton père : Albert Einstein »



    Joyeuses fêtes et bonnes années


    RIC... 



    Monnaie-pleine, Genève a voté oui, puis les résultats ont été trafiqués ! http://desiebenthal.blogspot.com/2018/06/monnaie-pleine-la-ville-des-banques.html 

    Commentaire de Mme Michèle Herzog suite à ce communiqué paru dans plusieurs journaux, dont 20 minutes, le Matin, etc...

    10.06.2018, 14:21 Heures

    Excellents résultats pour l'initiative Monnaie pleine. Félicitations aux personnes qui ont alerté la population sur le problème lié à la création de la monnaie scripturale pour les banques (création de monnaie incontrôlable). Le fait que la ville de Genève ait accepté cette initiative est un signal très fort.

    Michèle Herzog

    Notre commentaire après le changement des résultats:
    :
    Tous les résultats sont très douteux car il est beaucoup trop facile de manipuler le processus des votes, surtout les votes électroniques et ceux par correspondance.

    Nous avons des certitudes de tricheries démocratiques trop faciles et prions toutes les personnes courageuses de réfléchir, s’informer et réagir.

    Nous lançons une initiative fédérale pour une révision totale de la constitution suisse, avis aux amateurs
    http://desiebenthal.blogspot.com/2018/06/revision-totale-de-la-constitution.html

    Merci

    0 0
  • 01/09/19--08:39: On se moque des peuples

  • 0 0
  • 01/09/19--11:17: L'union fait la force
  • Gilets jaunes en Suisse
    Groupe Public · 158 membres
    Rejoindre ce groupe
    Nous sommes tous pressés comme des citrons.


    C'est le symptôme d' une maladie sociale, une  jaunisse sociale ! Leur réponse, des piécettes jaunes...

    Notre solution, l'union... https://desiebenthal.blogspot.com/2018/12/changer-la-monnaie.html



    0 0
    0 0
  • 01/14/19--07:45: Mensonges historiques


  • Je vous recommande de résister aux manipulations:

    En 1982, un auteur français, Jean Dumont, a écrit un livre fascinant dans lequel il confronte ces médisances et ces calomnies (« L’Église au risque de l’histoire », Criterion, 1982). À partir d’une documentation impressionnante, l’auteur replace les événements dans leur contexte. 
    https://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2851620401/qid=1129845813/sr=8-1/ref=sr_8_xs_ap_i1_xgl/402-5297771-5143346

    Autres exemples, le faux serment des jésuites... 

    Que penser de l’ex-prêtre Dr. Alberto RIVERA qui cautionne ce faux serment ?

    C’est un adepte des théories de conspiration et ses accusations me semble relever de la paranoïa. ” Tout ce qui est excessif est insignifiant ” (Talleyrand). Ceci dit, je n’irai pas jusqu’à affirmer qu’il n’a jamais été prêtre jésuite, mais on doit constater que sa biographie comporte des invraisemblances, ex: il prétend être entré au séminaire à l’âge de 7 ans ! Il donne deux dates pour sa conversion juin 1952 et mars 1967, par ailleurs en 1963 aux USA il déclare être marié avec Carmen Lydia Torres dont il a deux enfants. Comment peut-il en même temps être prêtre en Espagne ? Etc.
    (J.L.)
    ________________________________

    NDLR:
    “Dr.” Alberto RIVERA est l’auteur du livre “les crimes du Vatican” ISBN 978-86-7884-144-6, son titre de Docteur, comme tout ses titres (Ph. D) sont réfutés dans les établissements dans lesquels il est passé.
    Ce n’est pas la première fois qu’un soit disant ex- (catholique / sataniste / musulman) approche les milieux chrétiens pour faire sensation et s’enrichir. Alberto RIVERA est décédé mais dans les années 1980 – 2000, le pot au roses a été découvert et beaucoup de chrétiens (non catholiques) ont exposé ses fraudes.
    Une enquête intensive révèle son casier judiciaire, ses manipulations financières, ses chèques sans provision, ses témoignages contradictoires, une vie de mensonges constants, son curriculum et diplômes fabriqués de toute pièce, et ses violences familiales rapportées à la police. Sa vie libertine, son témoignage devant les protestants et autorités montre que sa vie fût une catastrophe…
    Il existe beaucoup  de témoignages d’ex-prêtres sérieux, comme celui de Richard Benett, dont le discernement est tranchant. Son témoignage n’est pas rempli de contradictions comme celui d’Alberto  Rivera.
    (E.P)



    En 1614, un jésuite polonais, chassé de sa congrégation, publie pour se venger le livret Monita secreta societatis Jesu, un faux livre d'instructions aux jésuites sur la manière de se comporter pour augmenter le pouvoir et les richesses de la Compagnie. Ce mythe imprègne les esprits, et notamment les esprits libéraux des xviiie et xixe siècles.  

    L’anticatholicisme au risque de l’histoire


    Depuis fort longtemps, les ennemis de l’Église répètent inlassablement à son sujet les mêmes médisances. Mais s’agit-il de calomnies?

    Cette année a déjà été fertile en événements religieux: l’agonie, le décès et les funérailles de Jean-Paul II, le conclave et l’élection de Benoît XVI, les Journées Mondiales de la Jeunesse. Vous avez sans doute remarqué qu’aussitôt qu’on rapporte une nouvelle de nature religieuse, il se trouve des journalistes et des lecteurs pour agiter les vieilles rengaines anti-cléricales.

    On évoque volontiers les croisades, les guerres de religion, l’inquisition, la chasse aux sorcières et que sais-je encore. Et avec une parfaite assurance, comme si on savait vraiment de quoi on parle. Car enfin, ces références pseudo historiques répétées en perroquet ne reposent sur aucune recherche ni réflexion personnelles.

    Tout d’abord, n’est-il pas insignifiant et parfaitement injuste de juger les personnes et les événements historiques à la lumière de nos valeurs contemporaines? Comme si notre époque avait des leçons à donner au passé en ce qui a trait à l’intolérance et la barbarie sanguinaire. À ce titre, que dira la postérité de l’indifférence de la plupart d’entre nous envers les démunis, envers le Tiers monde, envers la santé de la planète même?

    Et si encore, les accusations anticléricales reposaient sur des faits irréfutables. Mais la plupart du temps, ce que l’on reproche à l’Église a été grossièrement exagéré sinon inventé de toutes pièces. 

    1. Une réplique courageuse et convaincante

    En 1982, un auteur français, Jean Dumont, a écrit un livre fascinant dans lequel il confronte ces médisances et ces calomnies (« L’Église au risque de l’histoire », Criterion, 1982). À partir d’une documentation impressionnante, l’auteur replace les événements dans leur contexte.

    Prenons le massacre des protestants à Paris et ailleurs le jour de la Saint-Barthélémy en 1572. Dumont rappelle que six années auparavant, le 30 septembre 1566, les Huguenots avaient fait un massacre semblable des catholiques à Nîmes (p. 244-245).

    Une armée de réformés allemands a pillé et détruit les abbayes et les villages de Franche-Compté, en Bourgogne, en Beauce, en Charolais, en Berry, puis la Marche, puis en Limousin, massacrant tous les catholiques sur son passage (p. 240). Les gens de Paris, pensant que les chefs protestants voulaient leur en faire autant ont pris les devants. Cela ne fait honneur à personnes certes, mais aide à mieux comprendre l’événement.

    Dumont aide aussi à faire la vérité sur l’inquisition espagnole. Citant l’historien danois Gustav Henningsen, qui a dépouillé 50 000 procédures inquisitoriales, Dumont conclut que l’inquisition espagnole n’a torturé que 2% des accusés (p. 379).

    Cela se compare bien favorablement à ce qui se passe actuellement dans les cachots américains à Guantanamo et Abu Ghreib et dans les prisons de bien des pays. L’Inquisition espagnole n’a exécuté qu’un pour cent (p. 364-365) des accusés. Cela discrédite les chiffres avancés par des historiens fanatiques. En Espagne, on a exécuté ni écrivain, ni humaniste, ni scientifique (p. 399). On a brûlé des sorcières en France, en Allemagne, en Angleterre, en Amérique, mais pas une seule en Espagne (p. 404-405), aussi étonnant que cela puisse nous sembler.

    Pour ce qui est des CROISADES, Dumont rappelle que leur but était parfaitement légitime: récupérer la terre chrétienne que les musulmans avaient envahie et profanée.

    « On se demande: serait-il scandaleux que les musulmans veuillent récupérer La Mesque, si les chrétiens prétendaient s’y installer en maître? et que font les Juifs, sinon se réinstaller en Israël ? » (p. 188).

    Et de rappeler que la violence ne fut pas d’un seul bord, peut s’en faut.

    2. Une autre précieuse ressource

    Dernièrement, un autre auteur a décidé de donner la réplique aux menteurs anti-catholiques. Et ce n’est pas n’importe qui. Jean Sévillia est rédacteur en chef adjoint à Paris au Figaro Magazine. Son merveilleux livre (Historiquement correct, Paris, Perrin, 2003), reprend plusieurs des thèmes que Jean Dumont avait courageusement abordés en les rajeunissant des conclusions les plus récentes des chercheurs.

    Tour à tour, il étudie 18 points chauds de l’histoire française et européenne, allant de la féodalité et des croisades, par exemple, jusqu’à la guerre d’Algérie et la décolonisation. J’ai beaucoup aimé comment il fait ressortir le rôle incomparable qu’a joué l’Église de tout temps en faveur des pauvres.

    Pendant l’ancien régime en France, « outre sa mission religieuse, l’Église assume une charge sociale qui, de nos jours, couvre les domaines de plusieurs ministères: Santé, Affaires sociales, Éducation, Enseignement supérieur, Culture » (p. 141). « L’histoire doit en prendre acte; au service des défavorisés, les catholiques ont souvent été des pionniers » (p. 229). Cela vaut pour le Canada et partout dans le monde. Jean Sévillia consacre un chapitre à l’abolition de l’esclavage et fait ressortir les efforts de divers papes du XVe au XVIIIe siècles (Pie II, Pie V, Urbain VIII, Benoît XIV) en ce sens.

    Il n’hésite pas à signaler que « c’est au VIIe siècle de notre ère, avec la conquête arabe, que la traite des Noirs a véritablement été inventée… On comptera en permanence de 25000 à 30000 prisonniers chrétiens au sud de la Méditerranée… En Arabie saoudite, l’esclavage n’a été officiellement aboli qu’en 1960 » (p. 259-261).

    Son chapitre magnifique sur Pie XII et les Juifs fait ressortir l’énormité de la calomnie qui, encore aujourd’hui, malgré les témoignages juifs et les preuves irréfutables, continuent d’affliger non seulement le Pasteur angélique mais l’Église entière.

    Pourtant, « ce sont les régions catholiques (en Allemagne) qui opposent la résistance la plus nette aux nationaux-socialistes. En Rhénanie ou en Bavière, là où les catholiques sont majoritaires, le score nazi est inférieur à 30% des voix » (p. 373).

    L’auteur rappelle que pendant la guerre, ni Roosevelt, ni Churchill, ni le général de Gaulle n’ont publiquement accusé l’Allemagne nazie d’exterminer les Juifs. « Dans la mesure de ce qu’il savait, Pie XII a parlé » (p. 392). Et pas seulement lui. « Plus de la moitié des évêques français (49 sur 85) ont exprimé une protestation officielle contre les persécutions dont les Juifs étaient les victimes » (p,. 349).

    3. Aimer l’Église, c’est se renseigner

    Il arrive souvent, dans nos rencontres, que quelqu’un nous lance à la face une médisance ou une calomnie par rapport à l’Église. On voudrait donc, à ce moment-là avoir quelque chose à répliquer. Les deux livres recensés fournissent des munitions puissantes et efficaces pour clouer le bec aux anti-catholiques prétentieux et non documentés.

    Car « jugeant le passé au nom du présent, l’historiquement correct… ce n’est pas le monde de la science mais de la conscience; ce n’est pas le règne de la rigueur, mais de la clameur; ce n’est pas la victoire de la critique mais de la dialectique» a écrit Jean Sévilla (p. 12).

    Notre société ne sera jamais délivrée du « politiquement correct » si on ne la libère pas d’abord de « l’historiquement correct ». Rappelons-nous que c’est la vérité, non pas le préjugé, qui rend libre. 

    Avec l’aimable permission de Jean-Robert Gauthier,

    Source : NIC N° 17, 30 septembre 2005, p. 11-13.

    Voir la vérité sur tous les mensonges historiques dont l’Eglise est victime :

    https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/05/15/lanticatholicisme-au-risque-de-lhistoire/

    0 0


    https://www.facebook.com/marie.deschenaux/videos/10156237881614895/

    Gilets jaunes Suisse : L’ un des initiants de la  monnaie pleine et partisan du revenu de base inconditionnel en Suisse s’adresse à tous les gilets jaunes de la planète.

    François de Siebenthal, ex banquier, initiant pour une monnaie pleine et un revenu de base inconditionnel en Suisse, que j’ai la chance de compter parmi mes contacts et qui entre autres fait partie de mes mentors en matière d’éveil économique, nous dévoile en quelques phrases le mensonge dans lequel nous vivons non seulement en Suisse mais aussi dans le reste du monde.

    En Suisse, la banque Nationale ne redistribue pas les bénéfices qu’elle est pourtant sensée redistribuer au peuple selon sa constitution. La population suisse devrait selon sa constitution recevoir 2/3 des bénéfices net de la création monétaire et du bénéfice net de la confédération.

    Nous avons découvert qu’en prenant une miette, moins de 1% sur tous les transferts financiers et toutes les créations monétaires en Suisse, cela supprimerait tous les impôts : cantonaux, communaux, fédéraux, directs, indirects, de succession etc … Il n’y aurait plus aucune déclaration fiscale.

    Il y aurait non seulement assez d’argent pour abolir toutes formes d’impôts, mais cet argent pourrait également financer un revenu de base inconditionnel et les assurances sociales, notamment maladie.

    On parle ici des créations monétaires et des flux monétaires, notamment spéculatifs en hautes fréquences, qui se montent à près de 250 mille milliards rien qu’en Suisse.


    On voit la "baignoire" immobile dans les bilans en fin d'année mais on ne sait pas combien de fois elle a été vidée ( argent détruit, sic, ad nihilo..., à chaque remboursement...)  et remplie  à nouveau ( argent créé ex nihilo par les crédits, les crédits font les dépôts, sic...) pendant l’année ?



    Il en va de même sur le reste de la planète.

    Je ne veux pas m’étaler sur la répartition des richesses dans ce post mais simplement vous dire qu’une seule miette de la richesse mondiale contribuerait à ce que tous les peuples du monde vivent sans mourir de faim, sans guerre, sans génocide.

    Alors pourquoi cet enfer sur terre ?

    J’invite tous les économistes pro-pourvoyeurs de l’économie avant tout à ne pas commenter car on parle ici d’humanité et de partage.  




    Stephane Guibert a partagé un lien dans le groupe Gentils Virus Suisse.


older | 1 | .... | 102 | 103 | (Page 104) | 105 | newer