Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

older | 1 | .... | 31 | 32 | (Page 33) | 34 | 35 | .... | 70 | newer

    0 0
  • 06/07/16--07:56: Censure BNS bizarre...




  • Une partie de l'équipe des résistants aux manipulations bancaires et statistiques.

    Salut à toutes et tous.

    Ce petit message pour vous informer que j'ai ajouté mon découpage des vidéos de l'AG de la BNS sur youtube.

    Voici une playlist avec à la suite 34 vidéos:
    https://www.youtube.com/playlist?list=PLYVUaeJf8OAAZZpO0Eq1Smzwd4LPh6C9s

    Nous avons ainsi un outil pour partager de manière plus efficace nos interventions.

    Pour cette playlist, j'ai créé un nouveau compte youtube qui nous permettra de diffuser d'autres vidéos, comme par exemples des montages pour expliquer plus pédagogiquement nos interventions, etc.
    Mais aussi une playlist qui regroupe quelques vidéos qui parlent de la création monétaire.

    Je voulais aussi éviter de mettre ces vidéos sur mon compte pour éviter qu'on me ferme mon compte youtube perso en cas des soucis.
    Je crois que j'ai bien fait !

    J'ai déjà reçu un "avertissement" sur une des vidéos. Google a retiré cette vidéo. Je ne vois pas de raison évidente pour laquelle elle a été supprimée. La documentation dit que c'est en cas de nudité, d'incitation à la violence, à la haine....  ou de réclamation des ayants droit de la vidéos. (via une procédure très particulière et complexe.... ça m'étonnerai que la BNS ait fait qq chose en 35 minutes de vie en ligne de cette vidéo..)

    Il s'agit de la vidéo dans laquelle Marc dénonce que les réviseurs (comme K  P  M   G  ) sont tous liés aux states et donc ainsi peuvent tout savoir de l'intérieur....

    C'est peut être la mention du "P at ri ot  ac t" qui a levé un avertissement ???

    Voici cette vidéo sur mon drive... si vous la voulez...

    Cordiales salutations
    A bientôt

    Mathieu

    -----------------------------------------------------
    Ma cuisine amusante: http://yopyop.ch
    En savoir plus sur le Revenu de Base Inconditionnel ? => http://rbi-oui.ch

    0 0



    NOUVEAU ! ce soir, 22h25 à TV5, LE REVENU UNIVERSEL


    avec des images des équipes à Lausanne et à Genève notamment...

    07/06/2016


    Les Français y sont en majorité favorables, mais pas les Suisses. Ce dimanche, ils ont rejeté massivement la création d'un revenu de base...

    Toutes les semaines, Yves Calvi convoque sur le plateau de «C dans l'air» les principaux observateurs de l'actualité pour offrir aux téléspectateurs des clés pour décrypter et appréhender le présent. Par le biais des SMS et des réseaux sociaux, il recueille les questions auxquelles il tente d'apporter des réponses.

    Ce soir, à 22h25 

    http://www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/06/fraudes-democratiques-massives-le.html


    0 0


    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/05/financement-du-revenu-de-base.html



    Gaspard Koenig, philosophe à 52 minutes 35 de «C dans l'air» du 7 juin avec M. Calvi sur TV5.

    "... Si vraiment vous pensez que les gens vont rester à se tourner les pouces en regardant la télé et en étant bien content parce qu'ils ont un revenu universel, alors ce n'est même pas la peine de discuter de politique. ... 
    Vivre dans une démocratie, voter, s'intéresser à la politique publique, ça suppose un minimum de confiance dans l'individu ..."







    Fraudes démocratiques massives, le système est fait pour tricher.




    Nachricht in Deutsch siehe unten...

    Italiano:
    Brogli elettorali in Svizzera - Il Quotidiano, puntata del 24 febbraio 2015, dal minuto 20:22 al minuto 33:00, qui:

    On vote pendant 3 semaines, 21 jours et nuits pour tricher, notamment grâce aux enveloppes transparentes et à beaucoup trop de matériel de vote surnuméraire qui permet de changer une partie des enveloppes, sic...

    Fraudes démocratiques massives, le système est fait pour tricher... 


    Au XXIème siècle, il est inadmissible qu'il soit si facile de tricher dans tous les greffes municipaux suisses.

    Les doutes sont confirmés...


    Des communes qui ont suivi nos conseils ont voté OUI au RBi

    Les communes de notamment Courroux et Le Bémont n'ont peut-être pas voté OUI... La chancellerie cantonale jurassienne n'a toutefois pas corrigé les chiffres... http://www.jura.ch/CHA/SCH/Votations/2016/Votations-du-5-juin-2016/2-Initiative-populaire-Pour-un-revenu-de-base-inconditionnel.html ???




    0 0

    La monnaie locale "Le Léman"à Lausanne. 

    Ça c'est une nouvelle, diffusez l'information auprès de vos commerçants préférés, restaurateurs, etc.

    La monnaie locale favorise l'emploi et ne disparaît pas de l'économie réelle. C'est un enjeu majeur !!! 

    Quand on achète, on vote !

    Pour une vraie démocratie économique.


    François de Siebenthal: Loi pour une démocratie économique

    desiebenthal.blogspot.com/2016/05/loi-pour-une-democratie-economique.html

    23 mai 2016 - Qu'est ce que la démocratie économique? Beaucoup en parlent, mais de manière superficielle. La démocratie économique signifie que les ...

    François de Siebenthal: Pour une nouvelle démocratie économique ...

    desiebenthal.blogspot.com/2009/12/pour-une-nouvelle-democratie-economique.html

    30 déc. 2009 - Pour une nouvelle démocratie économique basée sur la robotique: Le système économique actuel, grâce aux nombreuses découvertes et ...

    François de Siebenthal: L'initiative pour un revenu de base à la TV

    desiebenthal.blogspot.com/2013/11/linitiative-pour-un-revenu-de-base-la-tv_12.html

    12 nov. 2013 - La nouvelle société suisse pour une véritable démocratie économique, distribuons enfin les revenus du progrès technique, des ressources ...

    François de Siebenthal: REVENU DE BASE INCONDITIONNEL à ...

    desiebenthal.blogspot.com/2016/04/revenu-de-base-inconditionnel-lausanne.html

    19 avr. 2016 - La nouvelle société suisse pour une véritable démocratie économique, distribuons enfin les revenus du progrès technique, des ressources ...

    François de Siebenthal: Le Souverain suisse insulté par des "spin ...

    desiebenthal.blogspot.com/2016/05/le-souverain-suisse-insulte-par-des.html

    12 mai 2016 - www.letemps.ch/economie/2016/03/13/sacres-spin-doctors .... Monnaies et comportements · Loi pour une démocratie économique · Relance ...

    François de Siebenthal: Loi pour une démocratie économique

    https://plus.google.com/117421548238726599207/posts/DTjcs3gYwC1

    22 mai 2016 - François de Siebenthal: Loi pour une démocratie économique

    Loi pour une démocratie économique La Lampe D'ALADIN Qu'est ce ...

    https://plus.google.com/117421548238726599207/posts/QSUNXir8shA

    22 mai 2016 - société ont davantage de contrôle sur leur environnement matériel. Pour être spécifique... François de Siebenthal: Loi pour une démocratie économique

    François de Siebenthal: Cours pour la démocratie économique.

    desiebenthal.blogspot.com/2015/01/cours-pour-la-democratie-economique.html

    5 janv. 2015 - PROGRAMME DE M. LOUIS FAHÉ pour janv à avril 2015. REGION DES GRANDS LACS (RDC, OUGANDA, BURUNDI, RWANDA)


    0 0

    Dear Friends of the Pontifical Academy for Life,

    Let us remind you that the registrations to the Third International Congress on Responsible Stem Cells Research that will be organized by the University of Padua (Italy), 16 to 18 November 2016, with the sponsorship of the Pontifical Academy for Life, are now open.
    You will have e reduced registration fee within the 30th September 2016.
    More info and registration at: www.stemcellspadua.org   

    Topics

     Induced Pluripotent Stem Cells and Epigenetics
    • Dissecting human reprogramming towards pluripotency
    • Epigenetic regulatory mechanisms of cell fate
    • Epigenetic and mechano-sensing related control of cell fate
    • Epigenetic conversion of cell lineage
    • Modelling human diseases with Induced Pluripotent Stem Cells
    Paracrine signaling and Extracellular vesicles (EVs)
    • Role of paracrine signaling in Regenerative Medicine
    • EV isolation and quantitation
    • Mesenchymal stem cell-derived EVs for tissue/organ repair
    • EVs for immunotherapy and as immunomodulatory agents
    • EVs in cancer
    • EVs for targeted drug delivery
    Mesenchymal stem/stromal cells: holding the promise?
    • Clinical applications: a reassessment
    • GMP production: challenges for public hospitals and for private companies
    Tissue and organ reconstruction
    Cancer Stem Cells and Stem cell-based therapies for cancer
    Bioethics
    • Bioethics of clinical applications
    • Bioethics of research
    • Bioethics of resources, regulations, use of media
    • The role of patient organizations
    Additional topics:
    • Cell therapy for myocardial repair
    • Cell Therapy of neurological diseases
    • Cell Therapy of inherited liver metabolic diseases
    • Bioartificial organs: dead or alive?

    Best Regards
    Pontifical Academy for Life

    0 0

    INTERVIEW

    François Morin : «L’oligopole bancaire s’est transformé en hydre dévastatrice pour l’économie mondiale»

    Par  — 

    Le transfert des dettes privées toxiques des 28 très grandes banques «systémiques» vers les Etats, lors de la dernière crise financière, explique les politiques de rigueur menées en Europe.


    François Morin : «L’oligopole bancaire s’est transformé en hydre dévastatrice pour l’économie mondiale»

    Françaises, européennes ou américaines, toutes les autorités bancaires sont formelles : si le monde devait connaître une nouvelle crise financière comparable à celle de 2007, ni les Etats ni les contribuables n’en paieront les conséquences. Peut-on le croire ?
    La réponse de François Morin est catégorique : c’est non. Dansl’Hydre mondiale, paru en mai, et dans lequel il fait parler des données chiffrées inédites, ce professeur émérite de sciences économiques à l’université de Toulouse montre comment 28 banques de taille mondiale constituent un oligopole qui est tout sauf d’intérêt public.
    Pour mettre les citoyens à l’abri de désastres financiers à venir, l’auteur estime qu’il faut abattre ces banques qu’il compare à une hydre et rapatrier la monnaie dans le giron du public.
    Comment une poignée de banques ont-elles pu prendre la forme d’une hydre mondiale ?
    Le processus est parfaitement clair. Après la libéralisation de la sphère financière amorcée dans les années 70 (taux de change et d’intérêt dont les prix sont fixés par le marché et non plus par les Etats, et libéralisation des mouvements de capitaux), les marchés monétaires et financiers deviennent globaux vers le milieu des années 90. Les plus grandes banques ont dû alors adapter impérativement leur taille à ce nouvel espace d’échanges, en fusionnant et en se restructurant. Les conditions d’émergence d’un oligopole à l’échelle mondiale ont été ainsi réunies. Celui-ci va très vite se coordonner à l’échelle internationale et sa taille va devenir gigantesque : le total de bilan des 28 banques de l’oligopole (50 341 milliards de dollars) est supérieur, en 2012, à la dette publique mondiale (48 957 milliards de dollars) !
    Depuis 2012, on a découvert aussi que ces très grandes banques se sont entendues frauduleusement entre elles à partir du milieu des années 2000. Dès ce moment, cet oligopole s’est transformé en hydre dévastatrice pour l’économie mondiale.
    En quoi ces banques sont-elles systémiques ?
    Ces 28 banques ont été déclarées, à juste titre, «systémiques» par le G20 de Cannes en 2011. L’analyse des causes de la crise financière de 2007-2008 ne pouvait laisser planer aucun doute sur la responsabilité de ces banques dans le déclenchement de la crise financière. En cause, les produits dérivés qui ont été répandus à l’époque et continuent d’être encore répandus dans le monde entier. Rappelons que ces produits dérivés sont des produits d’assurance, dont certains sont très spéculatifs. Leur déclenchement peut s’avérer catastrophique en cas de crise. Or, seulement 14 banques systémiques fabriquent ces produits dont l’encours notionnel (le montant des valeurs assurées) atteint 710 000 milliards de dollars, soit un peu plus de 10 fois le PIB mondial !
    Et vous affirmez qu’elles pratiquent des ententes frauduleuses ?
    De multiples analyses ont démontré que ces banques occupent des positions dominantes sur plusieurs grands marchés (celui des changes, des obligations et des produits dérivés). C’est le propre d’un oligopole. Mais, depuis 2012, les autorités judiciaires américaines, britanniques et la Commission européenne ont multiplié les enquêtes et les amendes qui démontrent que plusieurs de ces banques - et surtout onze d’entre elles (Bank of America, BNP-Paribas, Barclays, Citigroup, Crédit suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, JP Morgan Chase, Royal Bank of Scotland, UBS) - ont arrangé systématiquement des «ententes en bande organisée». Ainsi, des amendes de plusieurs milliards de dollars ont déjà été versées pour la manipulation du marché des changes ou du Libor [taux d’intérêt interbancaire de référence établi à Londres, ndlr].
    Le monde est assis sur une montagne de bombes à retardement financières constituée uniquement par cette trentaine de banques ?
    Il y a de toute évidence plusieurs bulles financières qui risquent à tout moment d’éclater. La bulle «actions» ne peut s’expliquer que par les injections énormes de liquidités des banques centrales. Mais surtout, il y a la bulle des dettes publiques qui frappent tous les grands pays. Les dettes privées toxiques de l’oligopole ont été transférées massivement aux Etats au moment de la dernière crise financière. Ce surendettement public, lié exclusivement à la crise et à ces banques, explique - dans le déni le plus complet des causes de la crise - les politiques de rigueur et d’austérité menées un peu partout. Ce surendettement est aussi la principale menace, comme on le voit en Grèce.
    Régulation des produits dérivés, lutte contre le «shadow banking», encadrement des CDS, renforcement des fonds propres, séparation entre banques de dépôts et d’investissement… on ne peut pas dire que rien n’a été fait.
    Voyons cela de plus près. Le shadow banking, c’est-à-dire le système financier non régulé, n’arrête pas de se développer, notamment par l’oligopole bancaire pour échapper aux régulations prudentielles et en premier lieu pour ses activités de produits dérivés. Quant au renforcement des fonds propres des plus grandes banques, il a été ridiculement faible. Enfin, dans aucune législation en vigueur, il n’y a de véritable séparation «patrimoniale» des activités bancaires. Bref, le lobby bancaire, très organisé à l’échelle internationale, a été efficace, et l’oligopole peut poursuivre à l’identique les logiques financières délétères qui étaient les siennes avant la crise.
    En quoi les Etats seraient-ils devenus les otages de l’oligopole systémique que sont les banques ?
    Depuis les années 70, les Etats ont perdu toute souveraineté monétaire. Ils en sont responsables. La monnaie est dorénavant créée par les banques à hauteur environ de 90 % et par les banques centrales (indépendantes des Etats) pour les 10 % restants. De plus, la gestion de cette monnaie à travers ses deux prix fondamentaux (taux de change et d’intérêt) revient entièrement à l’oligopole, qui arrive, du reste, à les manipuler. Ainsi tient-il dans sa main les conditions monétaires du financement des investissements, mais surtout du financement des déficits publics. Les Etats sont non seulement disciplinés par les marchés, mais surtout otages de l’hydre mondiale.
    Il y a donc un rapport quasi destructeur de ces banques à l’égard des Etats ?
    Ce rapport est, en effet, dévastateur, car nos démocraties se vident progressivement de leur substance en raison de la réduction (ou de l’absence) de marges de manœuvre qui sont devenues patentes pour l’action publique. Par ailleurs, l’oligopole bancaire souhaite pouvoir instrumentaliser les pouvoirs des Etats afin de peser sur d’éventuelles régulations financières, ou encore de pouvoir limiter le poids des amendes auxquelles il doit faire face quand il est pris le doigt dans la confiture, en évitant surtout des procès publics.
    Mais les banques ne permettent-elles pas de canaliser les débordements budgétaires des Etats ?
    Il ne faut pas demander à des banques privées de gérer un intérêt général ! Les banques voient d’abord leurs profits, qu’elles peuvent notamment réaliser à travers leurs activités financières, voire leurs activités spéculatives. Elles regardent les Etats comme n’importe quel autre acteur économique émetteur de dettes. Il faut mesurer les risques et la rentabilité d’un investissement financier. L’Etat est d’abord vu comme un actif financier comme les autres, qu’on achète ou qu’on vend, et sur lequel il est également loisible de spéculer.
    Dans la mythologie grecque, c’est Héraclès qui doit tuer l’hydre. Dans notre monde, où est l’Héraclès capable de tuer l’hydre mondiale bancaire ?
    La réponse ne fait aucun doute. Notre Héraclès de demain sera un acteur collectif qui ne peut être qu’une communauté internationale, à la légitimité démocratique incontestable, débarrassée de ses dogmes néolibéraux, et suffisamment consciente de ses intérêts de long terme pour organiser le financement de l’activité économique mondiale. Autrement dit, un être encore imaginaire ! Un premier pas serait cependant franchi si un nouveau Bretton Woods était convoqué pour créer à l’échelle internationale une monnaie commune, et non pas unique, dans le cadre de souverainetés monétaires nationales restaurées.
    Vous faites le pari de l’intelligence politique ?
    Oui, absolument ! Mais d’abord le pari de l’intelligence des citoyens de notre planète. Les réseaux sociaux peuvent être de formidables leviers pour créer cette intelligence politique dont on a cruellement besoin aujourd’hui.
    Allons-nous vers un cataclysme d’ampleur inédite ?
    Celui-ci est devant nous. Toutes les conditions sont réunies pour qu’un nouveau séisme financier survienne alors que les Etats sont exsangues. Il sera ainsi plus grave que le précédent. Nul ne peut le souhaiter tant ses effets économiques et financiers seront désastreux et plus encore en raison de ses conséquences politiques et sociales qui risquent d’être dramatiques. On le voit en Grèce. Le temps de l’urgence démocratique et de la lucidité politique devient impératif !
    Alors les banques, toutes pourries ? La finance, forcément pervertie ?
    Quand un oligopole surpuissant gère la monnaie comme un bien privé, on ne peut pas être surpris par les logiques financières qui en découlent. Les banques poursuivent des objectifs de profit avec des tentations récurrentes, pour les plus grandes d’entre elles, de s’entendre. De cette façon, l’hydre bancaire est née il y a environ dix ans, et s’est maintenant abattue sur la planète entière. La confrontation des pouvoirs apparaît dorénavant inéluctable entre des banques surpuissantes et des pouvoirs politiques affaiblis. Une issue favorable de ce combat - a priori inégal - ne peut survenir que de mobilisations citoyennes qui soient totalement conscientes de la hauteur des enjeux.
    Vittorio De Filippis
    22 juillet 2015 à 19:26

    0 0


    Soirée spéciale DEMAIN, le film - Présentation de projets - Discussion
    Samedi - 18h30 - Gratuit
    Cinémathèque suisse, Casino de Montbenon, Lausanne

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/06/la-bns-avoue-la-creation-du-neant-ex.html

    https://www.facebook.com/events/138466656561606/?active_tab=posts

    0 0



    https://www.youtube.com/watch?v=dmwtBcU0qtA&list=PL6itUSSqpOjWbwZO3iK_-xxgUYPRODoKn

    https://drive.google.com/file/d/0B-p0lmjLtiXzc3dxOXZDRzdPLWM/view?usp=sharing

    https://www.youtube.com/channel/UCOdTRInJTBYiPKAPKgJVHqA



    "Je suis banquier, j'étais derrière les rideaux, j'ai vu comme ça se créait. Ils balancent au bilan actif/passif une création pure qui ne vient de NULLE PART !"
    Transcription intégrale :

    François de Siebenthal :
    - Le vrai secret bancaire, en fait, ce que Madame vient d'expliquer n'est pas tout à fait exact. Mais je comprends comme elle explique, parce que ça figure même aussi sur le site de la Banque Nationale Suisse.
    La banque en fait, c'est pas du tout un intermédiaire. C'est ce qu'il faut bien comprendre : le secret bancaire actuel, c'est que les banques créent du néant. C'est les crédits qui créent les dépôts, ce n'est pas le contraire.
    On veut nous faire croire que les banques gagnent leur vie par les différentiels d'intérêt entre ce que les gens vont épargner et que la banque va prêter. Pas du tout !
    Les banques créent du néant des masses colossales de milliers de milliards de dollars, d'euros, de yens, etc. et elles les créent du néant.
    Il y a effectivement des règles prudentielles qui ne sont pas des lois, ce sont les règles de Bâle qui sont faites par la Banque des Règlements Internationaux, mais comme je vous l'ai dit, plus de dix pays n'ont aucune limite légale à la création monétaire.
    Les règles prudentielles c'est eux-mêmes qui se les donnent.
    C'est les banquiers eux-mêmes à Bâle, à la Banque des Règlements Internationaux, ils se créent des règlements, des ratios bancaires, mais c'est le banquier qui crée ses propres limites quand il le veut bien.

    Angela De Wolff :
    - ... Non, le banquier ne crée pas seul ses propres limites...

    François de Siebenthal :
    - En fait, dans la réalité économique, excusez-moi, mais l'histoire de Fillon, de Sarkozy, de Merkozy...

    Leila Delarive :
    - Ça on est d'accord, ça on a compris, mais ce n'est pas la raison pour laquelle les gens aiment ou n'aimeraient pas leur banque...

    Fred Vallet :
    - Est-ce que finalement ce n'est pas justement parce qu'on est déjà en train de ne pas être d'accord que les suisses moyens qui n'y connaissent rien ont peur ?

    François de Siebenthal :
    - Exactement, ils commencent à comprendre ce que je vous dis. C'est gros ! Madame ne le croit pas, elle est sincère, mais moi je vous assure, je suis banquier, j'étais derrière les rideaux, j'ai vu comme ça se créait. On crée des masses monétaires très facilement. J'étais étonné de la facilité à laquelle on donnait des crédits à l'époque. Avec un dossier de deux-trois pages, on crée des millions, maintenant c'est des trillions. C'est dément ! Moi-même j'ai eu de la peine à le comprendre, mais ce que je vous dis est vrai : on crée du néant des masses colossales et c'est pas du tout un intermédiaire comme on veut le faire croire.

    Angela De Wolff :
    - Au niveau du bilan, vous ne pouvez pas dire aujourd'hui que par rapport au crédit que vous offrez vous avez des exigences en terme de fonds propres et de liquidité, qui vous empêchent de créer, de fournir des crédits.

    Leila Delarive :
    - Ça devient trop technique pour nous...

    François de Siebenthal :
    - Non, le bilan c'est très simple ! Je vous explique. Trois mots. Je vous explique le bilan, c'est important. Lorsqu'un entrepreneur va chez le banquier demander de l'argent, l'argent que le banquier prête ne vient pas du tout d'un compte d'épargne. Il balance au bilan actif/passif une création pure qui ne vient de nulle part. Ça s'appelle ex nihilo en technique bancaire. Ça ne vient de nulle part, ça ne vient pas des réserves du banquier, ça ne vient pas de la Banque Nationale Suisse ou de la Banque Centrale, ça ne vient pas de comptes d'épargne. C'est créé du néant à l'actif et au passif du bilan. Ça, il faut bien se le dire, c'est la vérité. Et il n'y a pas de limite, si ce n'est des règles prudentielles qu'ils se font eux-mêmes.


    Émission "Qu'est-ce qu'elle a ma girl ?"
    sur http://www.becurioustv.com
    présentée par :
    Fred Vallet
    Leila Delarive
    Avec :
    Angela De Wolff, associée-fondatrice, en charge de l‘advisory et des relations externes chez Conser.ch
    Eva Zaki, conseillère financière et chercheuse en alternatives économiques
    Jan Langlo, Directeur adjoint de l'Association de Banques Privées Suisses
    François de Siebenthal, ancien banquier, économiste, diplomate et personnalité politique suisse

    Full vidéo : http://www.becurioustv.com/fr/show/qu...

    CRÉATION MONÉTAIRE PAR LES BANQUES COMMERCIALES : LES PREUVES
    https://www.facebook.com/notes/g%C3%A...



    - Banque de France

    "Le crédit est un mode de création monétaire : il fait apparaître sur un compte une somme qui n’existait pas auparavant."
    Livret "La monnaie et nous" (glossaire, page 29) :
    http://www.citedeleconomie.fr/IMG/pdf/Livret_La_monnaie_nous.pdf


    - Banque Centrale d'Angleterre :

    1. Bulletin de 2014 Q1 :
    "Whenever a bank makes a loan, it simultaneously creates a matching deposit in the borrower’s bank account, thereby creating new money"
    "À chaque fois qu'une banque fait un crédit, elle crée simultanément un dépôt correspondant sur le compte bancaire de l'emprunteur, créant ainsi de la nouvelle monnaie."
    Lire le bulletin :
    http://www.bankofengland.co.uk/publications/Documents/quarterlybulletin/2014/qb14q102.pdf
    Lire un article en français à propos de ce bulletin :
    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/scoop-la-banque-d-angleterre-149472
    Explications et traduction partielle en français :
    http://www.monnaieviable.com/how-money-works/the-proof-that-banks-create-money/

    2. Bank of England Working Paper No. 529, may 2015
    Banks are not intermediaries of loanable funds — and why this matters
    by Zoltan Jakab and Michael Kumhof
    "The bank therefore creates its own funding, deposits, in the act of lending, in a transaction that involves no intermediation whatsoever."
    "La banque par conséquent crée ses propres dépôts, ses propres fonds, par le crédit, dans une transaction qui ne comprend absolument aucune intermédiation."
    http://www.bankofengland.co.uk/research/Documents/workingpapers/2015/wp529.pdf







    - Deutsche Bundesbank (Banque Centrale d’Allemagne) :





    German Central Bank Admits that Credit is Created Out of Thin Air :


    http://www.washingtonsblog.com/2010/03/german-central-bank-admits-that-credit-is-created-out-of-thin-air.html




    Extrait de "GELD UND GELDPOLITIK" Deutsche Bundesbank, page 88 :


    "Geld entsteht durch „Geldschöpfung“. Sowohl staatliche Zentralbanken als auch private Geschäftsbanken können Geld schaffen."




    "L'argent est créé par "la création de monnaie". Ainsi les Banques Centrales et les banques commerciales privées peuvent créer de l'argent."





    Document original : "GELD UND GELDPOLITIK" Deutsche Bundesbank


    http://www.franzhoermann.com/downloads/geld2_gesamt.pdf






    - Bilan consolidé des MFIs de l'Eurozone :

    Liabilities (passif) :
    Colonne 2 : "Currency in circulation" (monnaie fiduciaire) +/- 1000 milliards €
    Colonne 1 : "Total" (dette des MFIs au public, soit monnaie bancaire aux mains des Agents Non-Bancaires) +/- 31.000 milliards €
    http://sdw.ecb.europa.eu/reports.do?node=100000137


    - Banque Nationale Suisse :

    "la banque prête 16 000 francs à l'entrepreneur et porte la somme sur le compte de celui-ci. Cette opération modifie-t-elle la masse monétaire ? L'épargnant a toujours 20 000 francs sur son compte. L'entrepreneur a reçu en prêt 16 000 francs. La masse monétaire a par conséquent augmenté de 16 000 francs."
    http://www.snb.ch/f/welt/portrait/banks/4.html


    - Lord Adair Turner, ancien président de la Financial Services Authority à Londres :
    Conférence "Creating Money - For What Purpose?"à la London School of Economics and Political Science (LSE) :
    "Banks do not intermediate already existing money. They create credit and money ex nihilo, de novo."
    "Les banques ne transmettent pas de la monnaie déjà existante. Elles créent du crédit et de la monnaie ex nihilo, de novo.".
    Vidéo complète : https://youtu.be/68l1vJJUb4c?t=8m00s


    - Rapport parlementaire de M. Frosti Sigurjonsonn, commissionné par le bureau du premier ministre d'Islande :
    "Monetary Reform : A Better Monetary System for Iceland"
    https://www.positivemoney.org/wp-content/uploads/2015/04/monetary-reform-Iceland.pdf


    - Articles scientifiques :

    "Can banks individually create money out of nothing? — The theories and the empirical evidence", by Richard A. Werner, International Review of Financial Analysis
    "Les banques peuvent-elles individuellement créer de la monnaie du néant ? - Théories et preuves expérimentales"
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1057521914001070

    "Where do bank loans come from?", by Zoltan Jakab and Michael Kumhof
    "D'où viennent les crédits bancaires ?"
    https://agenda.weforum.org/2015/06/where-do-bank-loans-come-from/
    "Bank of England Working Paper No. 529 : "Banks are not intermediaries of loanable funds — and why this matters", Zoltan Jakab and Michael Kumhof, May 2015"
    http://www.bankofengland.co.uk/research/Documents/workingpapers/2015/wp529.pdf


    - Quelques vidéos explicatives pour débutants :

    "Qui crée l'argent ?", de Gabriel Rabhi :
    Version courte : https://www.youtube.com/watch?v=ZWL_u7mWKXw
    Version longue : https://www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo

    "Comprendre la dette publique (en quelques minutes)" :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

    "On marche sur la dette", de Christophe Alévêque sur France 2 (Émission "On n'est pas couché" du 16 mai 2015) :
    https://www.youtube.com/watch?v=cJizpVzpOPQ

    "François Morin, la monnaie, la dette et la banque". (François Morin est économiste et professeur émérite de sciences économiques à l'Université Toulouse I. Il a été membre du Conseil général de la Banque de France et du Conseil d'analyse économique.)
    https://www.youtube.com/watch?v=hxa2PaMRU90

    Témoignage de François de Siebenthal, ancien banquier suisse, professeur d'économie à HEC :
    https://www.youtube.com/watch?v=iw_uVLHGWzs


    - Interview de Gaël Giraud, Économiste en chef de l'Agence Française de Développement, Directeur de recherches en économie au CNRS, membre de l’École d’économie de Paris, membre du conseil scientifique du Laboratoire sur la régulation financière, membre de l’observatoire européen Finance Watch, enseignant au Centre Sèvres, membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme, et du think-tank The Shift Project.
    "Gaël Giraud : La monnaie, ce sont les banques privées qui la créent"
    http://ilfautledire.fr/2014/11/gael-giraud-la-monnaie-ce-sont-les-banques-privees-qui-la-creent-12/







    - L'Initiative Monnaie Pleine en Suisse :




    Textes expliquant la création monétaire par les banques :
    http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/creation-monetaire/





    http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/
    https://www.facebook.com/groups/monnaie.pleine






    - Données techniques et comptables :
    http://www.positivemoney.org/how-money-works/advanced/
    Traduction française en cours :
    http://www.monnaieviable.com/how-money-works/the-technical-details-advanced/

    La création monétaire, Jean Bayard
    http://www.bayard-macroeconomie.com/lamonnaie.html#chp2


    http://gerardfoucher.com/wp-content/uploads/2016/02/Bayard_Creation_Monetaire.pdf





    - Explications pour étudiants :
    Ecossimo, le guide de l'économie : "Le mécanisme de la création monétaire"
    http://www.ecossimo.com/102-le-mecanisme-de-la-creation-monetaire.html
    Ministère de l'Éducation Nationale - Sciences économiques et sociales - Première ES
    "La monnaie et le financement" - Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie ?
    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/SES/85/6/LyceeGT_Ressources_SES_1_eco_4-3_Creation_de_monnaie_185856.pdf

    "Économie Monétaire et Financière", J.-L. Bailly, Cours, méthodes, exercices corrigés, Collection Grand Amphi, Éditions Bréal, pages 57, 58

    http://minilien.fr/a09hgh








    - Bibliographie sélective pour approfondir le sujet :
    http://gerardfoucher.com/wp-content/uploads/2015/05/Bibliographie_Monnaie.pdf


    Autres :

    - "Les secrets de la monnaie - Changer la monnaie pour changer le monde" :
    http://libertybooks.eu/boutique/les-secrets-de-la-monnaie-changer-la-monnaie-pour-changer-le-monde/

    - "15 Bonnes Raisons de s’intéresser de près à la Monnaie" :
    http://fr.scribd.com/doc/209384062/15-BONNES-RAISONS-DE-S-INTERESSER-de-pres-A-LA-MONNAIE

    - "Manifeste des Économistes Déterrés - Pour une sortie de crise sans violence, équitable et progressive" :
    http://fr.scribd.com/doc/146132103/Manifeste-des-economistes-deterres-Pour-une-sortie-de-crise-sans-violence-equitable-et-progressive
    ou
    https://www.academia.edu/12576821/Manifeste_des_économistes_déterrés


    Démonstration logique :

    Proposition :
    Pour qu'un système monétaire de type bancaire (à balance mutuelle avec axe de stockage positif à origine zéro) puisse fonctionner, il faut nécessairement qu'un agent émette un premier crédit initial.
    Autrement dit : Il n'est mathématiquement pas possible qu'un système bancaire fonctionne sans que quelqu'un, quelque part, se "fasse un crédit à lui-même", i.e. "crée de la monnaie ex nihilo".
    Le principe est simple : si personne ne crée de la monnaie au départ, le système ne peut pas démarrer.

    Démonstration :
    Si un compte ne peut pas être en négatif (aller en-dessous de la valeur minimale, qui est 0 dans le système bancaire), et que les comptes commencent avec un solde de 0, alors les propriétaires des comptes ne peuvent rien acheter : ils peuvent seulement vendre leurs biens ou leur travail, et ils ne peuvent guère négocier les prix.
    Si tous les comptes sont également soumis à ces règles, personne ne peut commencer à acheter, le système est bloqué. Si on refuse tout déséquilibre en entrée de biens et de services pour tous les comptes, le système monétaire ne peut pas fonctionner. Il est donc nécessaire, pour initialiser le système, que quelqu'un puisse recevoir sans produire.
    D'où la nécessité mathématique que quelqu'un crée son propre crédit, i.e. sa propre monnaie ex nihilo.

    CQFD.








    Télécharger la dernière version de ce document en pdf :


    http://ow.ly/6KYc3005AHG


    0 0

    Robert Jenkins' partial list of bank misdeeds - UPDATED 8 June 2016

    Date published: 8 June 2016

    List of “misdeeds” by banks; as @ 8 June 2016

    This list was compiled by Robert Jenkins, formerly a member of the Bank of England's Financial Policy Committee and now Adjunct Professor of Finance, London Business School and Senior Fellow at Better Markets, and first delivered at the Finance Watch conference "Confidence, ethics, and incentives in the financial sector" on 17 November 2015.
    Bob Jenkins list

    Jenkins’ partial list of banking misdeeds to date: 

    • Mis-selling of payment protection insurance
    • Mis-selling interest rate swaps
    • Mis-selling credit card theft insurance
    • Mis-selling of mortgage-backed securities
    • Mis-selling of municipal bond investment strategies
    • Mis-selling of structured deposit investments 
    • Mis-selling of foreign exchange products
    • Fraud related to the packaging and selling of mortgage-backed securities that institutions knew to be “toxic waste”
    • Misleading statements to investors involving capital-raising rights issue
    • Misleading investors in the sale of collateralised debt obligations
    • Abusive small business lending practices
    • Predatory mortgage practices
    • Abusive or in inappropriate foreclosure practices
    • Aiding and abetting tax evasion
    • Aiding and abetting money laundering for violent drug cartels
    • Violations of rogue-regime sanctions
    • Manipulation of Euribor
    • Manipulation of FX markets
    • Manipulation of gold fixing (London)
    • Manipulation of commodity markets via metals warehousing practices
    • Manipulation of electricity markets (California)
    • Manipulation of the swaps market benchmark index (Isdafix)
    • Collusion relating to credit default swap market dealing in violation of US anti-trust laws (“settlement” reached with authorities to resolve allegations)
    • Filing false statements with the SEC (London Whale)
    • Keeping false books and records (London Whale)
    • Reporting failures relating to Madoff
    • Withholding of critical information from Italian regulators
    • Bribing civil service employees in Japan
    • Mis-reporting related to Barclays emergency capital raising
    • Stealing confidential regulatory information by a banker
    • Collusion with Greek authorities to mislead EU policy makers on meeting Euro criteria
    • Financial engineering with the aim of moving Italian debt off-balance sheet
    • Manipulation of risk models with the aim of minimizing reported Risk Weighted Assets / capital requirements
    • Electronic FX trading related market manipulation
    • Process and control failures with respect to dealings with the ultra-wealthy/ “politically exposed persons”
    • Failure to prevent bribery of African officials
    • Peddling complex tax avoidance strategies to corporate clients
    • Improperly providing information about a Japanese company to its clients
    • Abuses relating to dark pool trading platforms
    • Failure to disclose conflict of interests to wealth management clients
    • Misleading investors with wrong / incomplete information
    • Conspiracy to commit multi-million dollar securities fraud
    • Overcharging customers for FX transactions
    • Failure to meet the terms of the 2013 Mortgage foreclosure abuses settlement
    • Repeated violation of federal laws connected with sourcing securities for client shorting
    • Manipulation of Korean stock market
    • Unfairly jumping the creditor queue to secure (confiscate?) collateral relating to Lehman
    • Publishing research and trading in the shares of a company it was advising
    • Other mortgage related abuses including: failing to accurately track payments by borrowers; charging unauthorised fees; and providing false and misleading information in response to complaints by customers
    • Use of minority owned non-consolidated subsidiaries to arbitrage capital requirements
    • Investment bank analysts altering stock research recommendations to curry favour with companies they are researching
    • Use of illegal offshore schemes to avoid paying income tax on bonuses

    And currently under investigation…

    Bob Jenkins list
    • Manipulation of precious metals markets (gold/silver/platinum/palladium - Switzerland)
    • Manipulation / collusion of the US Treasury Market auction/client sales
    • Manipulation of energy markets
    • Short changing clients a second time in not paying settlements in full
    • Violations connected with emergency fund raisings
    • Falsifying customer data and records
    • Misleading shareholders ahead of RBS rights issue
    • Misleading shareholder information with respect to Lloyds takeover of HBOs
    • Conspiracy to force small businesses into bankruptcy to the benefit of the lender
    • Insertion of illegal rate floors in Spanish mortgage lending
    • Faking customer files to justify predatory foreclosure practices
    • Misleading profit and capital statements based on questionable accounting practices
    • Bribing (“Improper payments”) officials in connection with license applications in Saudi Arabia
    • Hiring sons and daughters of senior officials in return for favours
    • Fabricating complaint letters after the fact to justify dismissal of a whistle-blower who raised alarms over possible mis-selling of mutual funds.
    • “Mis-informing” (lying) to 4500 people over existence of dormant accounts
    • Use of “mirror trades” ($10 billions worth) to circumvent Russian related sanctions
    • Overcharging customers who are past due on their credit cards 
    • Market rigging of Gilt trading 
    • Hiding failed Loans in the commercial real estate portfolio in 2009 and 2010 whilst issuing new stock to repay government bail-out money
    • Non transparent and excess charges for FX transfers by major UK banks to small businesses in the UK
    • Manipulating shareholdings around dividend payment dates to trigger dishonestly acquired tax reimbursements
    • Manipulation of the Australian “bank bill swap rates”
    • Manipulation of the government sponsored bond market (supranational, sub-sovereign and government agency debt or “SSA market”)
    • Use of secret / undisclosed payments of circa $500mio connected with emergency capital funding
    • Knowingly acquiring “dirty debt” (a loan used as part of a multi-million pound embezzlement scheme) and using it to demand compensation from an African government
    • Conspiracy with borrower to falsify work estimates totalling $400 million of fraudulent accounts receivable
    • Facilitating fraudulent activity by customers via use of import advance payments
    • “Spoofing” in trading of US government bonds
    • Laundering the proceeds of Petrobras related corruption
    • Mis-selling of “lobo” loans to UK Local Councils
    • Fraud and criminal mismanagement in connection with account management for the former prime minister of Georgia
    • Forcing customers to switch from variable (“tracker”) mortgages into fixed rate mortgages – in a falling / low rate environment
    • Mis-selling expensive life insurance products to little old ladies in France
    • Facilitating African money laundering on a grand scale
    • Misleading Libor submissions with the aim of boosting confidence in the bank’s perceived credit worthiness
    • Conspiring to facilitate VAT evasion through manipulative carbon trading transactions
    • Knowingly misleading a major investor in a high stakes deal
    Additions since 17 November 2015 are shown in italics.

    Comments  

    #2 APR4SMEs 31 January 2016
    Good to see that others agree that 'abusive small business lending practices' are an issue and need redress. We have started a campaign to get an APR for SME finance so that there is less opportunity for banks and others to hide costs from unsuspecting businesses. Please sign the petition at www.APR4SMEs.co.uk if you agree.
    Quote
    #1 GP 8 January 2016
    The ethical founders of todays banks (the ones that remained until recently the survivors from huundreds that were reckless in the 1800s) would be turning in their grave and those that have been allowed in the banking industry and not blackballed by the city for life

    0 0

    Fraudes démocratiques massives, le système est fait pour tricher.


    L'émission de la TSI sur les fraudes électorales a été mal traduite à dessein de l'allemand vers l'italien, comme par hasard !

    Le 24.2.15 à 19:00 heures la Radiotelevisione Suizzera Italiana (RSI 1), dans le cadre des actualités quotidiennes, a diffusé un reportage concernant les très graves failles de sécurité des élections/votations notamment par correspondance et par électronique en Suisse. 

    M. Michele Trefogli, journaliste de la RSI, m'avait choisi comme contradicteur à M. Vincent Grandjean, chancelier de l'Etat de Vaud. Le 17.2.15 M. Trefogli et son équipe de télévision m'avait interviewé dans les locaux de la RTS à Lausanne. Sous le lien suivant vous pouvez regarder le reportage - voir l'émission Il Quotidiano, edizione del 24.2.15, de 20:20 à 28:25 minutes (interview dès minute 25:25):
    Explications sur les fraudes électorale mal traduites !

    dal minuto 20:22 al minuto 33:00, qui:



    0 0

    Conférence – Hubert Van Den Torren : « Corruption franc-ma(gistrale) »

    13 juin 2016 de 21 h 00 min à 23 h 55 min

    Hubert-afficheWEB

    CORRUPTION FRANC-MA(gistrale)

    Chef d’entreprise de Béziers, artisan frigoriste, Hubert Van den Torren mène un combat impitoyable depuis dix ans contre « la pieuvre », qui selon lui, gangrène les institutions.
    « La pieuvre » regroupe ces puissants et influents francs-maçons qui sont magistrats, juges et procureurs, policiers, gendarmes, élus, chefs d’entreprise, banquiers et autres corporations.
    Le biterrois, par son courage et son expérience, dénonce et accuse la mafia maçonnique à travers 3 ouvrages :  « L’affaire Deville ou comment j’ai tué une pieuvre par hasard », « Une Région sous la pieuvre, la Franc-maçonnerie en Languedoc » et « Autopsie d’une enquête, retour sur l’affaire Deville », le dernier livre autoédité.
    En effet, en mars 2006, Hubert Van den Torren crée sa société Frigo-Mobile Location, à Béziers. Il est l’inventeur d’un concept qui va faire un tabac : les frigos mobiles.
    Mais entre le dépôt de brevet à l’I.N.P.I pour sauver son label et la parution au Journal Officiel, il s’écoule un délai de 18 mois.
    Le 29 juin 2006, alors qu’il se trouve sur les allées Paul Riquet à Béziers, Hubert découvre, consterné, une caisse frigo-mobile identique à celle déclarée désormais à l’I.N.P.I, sur laquelle est posé un autocollant faisant de la publicité pour la société Mobil Froid à Servian !
    Victime d’escroquerie par jugement en association de malfaiteurs et d’autres irrégularités du ressort du pénal, par le couple de magistrats Brigitte Deville (juge) et Patrice Deville (avocat général), des complicités de fonctionnaires et des personnalités politiques, socio-économiques, du grand banditisme, Hubert entamera alors une procédure longue et périlleuse afin de dénoncer la supercherie suite à un banal litige professionnel entre lui et un artisan.
    Conférencier depuis peu, il partage son expérience et dénonce le système dont il est victime.
    CONFÉRENCE INTERACTIVE AVEC LE PUBLIC PRÉSENT.

    Détails

    Date :
    13 juin 2016
    Heure :
    21 h 00 min - 23 h 55 min

    Connexion

    Comment se connecter sur Lemumble Ensemble ?

    Vous pouvez suivre la procédure écrite ci-dessous, mais nous vous invitons à regarder la vidéo d’installation du logiciel Mumble sur Windows pour vous familiariser avec les réglages du logiciel.


    1.Téléchargement / Installation du logiciel Mumble Installation

    Pour vous connecter sur Lemumble Ensemble, commencez par télécharger L’application MUMBLE.
    Installez l’application mumble sur votre ordinateur, puis démarrez-là.
    A l’ouverture, l’application mumble vous propose la liste des connexions disponibles. Choisissez « Ajouter nouveau… » pour ajouter la connexion au serveur Lemumble Ensemble »:
    mumble connect01
    Entrez maintenant les paramètres de connexion comme ci-dessous, en remplaçant les informations du champs « Nom d’utilisateur » par les vôtres : [N° de département] . [Prénom] . [Nom]
    Veillez à séparer ces 3 informations par un point (.) et à ne pas mettre d’espaces.
    mumble connect02
    Validez sur le bouton OK.
    Vous pouvez maintenant vous connecter sur Lemumble Ensemble en sélectionnant votre connexion fraîchement créée dans la liste de vos favoris, et en cliquant sur le bouton « Connexion »
    mumble connect03

    2. Désactiver la synthèse vocale

    Pensez ensuite à désactiver la synthèse vocale des événements pour ne pas être dérangé ou déranger les autres pendant les conversations:

    Décochez l’option du menu Configurer / Synthèse Vocale :
    synthèse vocale

    3. Désactiver les sons des notifications

    Pensez également à désactiver les sons de notifications qui peuvent vous déranger vous ou les autres :
    Menu Configurer / Paramètres
    menu_configurer
    Puis cochez la case « Avancé » dans le coin [1] (inférieur gauche sur PC ou supérieur droit sur Mac) ,et allez dans la rubrique « Messages » [2].
    Maintenant, décochez les notifications audios de la colonne « Fichier son » [3].
    Si certaines notifications textes vous embarrassent dans la zone chat, vous pouvez également les désactiver en colonne « Notification » [4].

    0 0


    How to fight frauds in Votations and General Assemblies ( f.i. Swiss national Bank... ) ?

    We have massive frauds here in Switzerland,

    Please, see some pictures  as facts...


    We work with Marco Saba, Janeuz Lewicky ... see cc above among others.

    We have hints about Brexit, Austria, Europe and Poland...

    Are you interested to work with us ? Please, contact us :  siebenthal at gmail.com


    Thanks

    Mit freundlichen Grüssen
    Avec nos meilleurs salutations
    Distinti saluti
    Kind regards, yours sincerely
    Saludos cordiales
    בברכה, בכבוד רב
    С уважение
    ขอแสดงความนับถือ
    你的真诚的
    المخلص

    0 0

    Scandales à l'inauguration du tunnel du Saint Gothard.
    Les illuminatis ne se cachent même plus, ils s'exposent...

    Prosternation des figurants devant un ange déchu à la tête de bébé mort-né....
    Vénération d’un bouc... avec scène sexuelle... 


    Stop aux sociétés secrètes suisses & illuminatis. 4Si au Gothard

    Main courante d'antipresse:

    SUISSE | Gothard, portail des enfers?
    Un étrange spectacle a marqué l’ouverture du plus long tunnel du monde. 

    Procession d’ouvriers-zombies mécanisés, scènes d’esclavage, symboles de vie inversés, vénération d’un bouc et — apothéose — prosternation des figurants devant un ange déchu à la tête de bébé mort-né. 

    On peut y voir un hommage aux divinités telluriques et païennes, ou alors un culte satanique aux symboles très explicites. 

    Les médias suisses n’ont livré aucun commentaire approfondi sur le sens de cette étrange cérémonie. Laissant du coup le terrain libre aux spéculations des internautes.
    https://www.google.ch/search?client=safari&rls=en&q=gotthard+satanic+ceremony&ie=UTF-8&oe=UTF-8&gfe_rd=cr&ei=pSNcV9Qyx9TyB8W3iYgF#q=gotthard+satanic+ceremony&start=10

    Commentaire:


    Quel est le sens de ces types de "cérémonies" qui relèvent du monde chtonien, souterrain, sinon infernal? ... 
    Là où les hommes ne devraient pas s'immiscer, sinon uniquement pour réaliser leurs stricts besoins légitimes avec tout le respect dû de la Création, voici la Kabale qui s'en mêle ! À ma connaissance, il n'y eut jamais dans les époques antérieures où l'on réalisa des ouvrages du même type, c'est à dire, l'ensemble des tunnels percés dans les Alpes (et ailleurs) depuis le 19ème siècle. Par exemple, à l'époque du Royaume de Sardaigne, l'on perça le tunnel de Fréjus sous le Mont Cenis reliant Modane (Savoie) à Bardonnechia (Piémont) Italie, il n'y eut rien de comparable (bien compris que les époques ont changées du tout au tout) sinon seulement des inaugurations classiques. 
    En souhaitant me tromper, la présence à l'inauguration du tunnel sous le St-Gothard du couple infernal Merkel-Hollande n'augure rien de bon tout comme ces "cérémonies" déplacées et aberrantes. Qui donc a décider d'organiser ces frasques ? C'est presque une insulte à ceux qui ont produit par leur travail ce tunnel. De quoi les hommes se mêlent-ils à présent ??

    Saint Michel Archange, de votre épée épargnez-nous !

    Renaud


    L'amour de l'argent est la racine de tous les maux http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/02/banquiers-il-faut-rembourser-largent.html

    Incroyable ! Est-ce réel ?

    Inauguration du tunnel du st Gothard il y a quelques jours !
    j’ai rarement vu une cérémonie avec autant d’éléments ouvertement occultes et sataniques.

    N’oublions pas que cette inauguration a eu lieu le 1er juin, jour d’ouverture du mois du Sacré-Coeur. Satan est vraiment au faîte de sa puissance, c’est trop visible.

    « Les Suisses ont mis sur l’une des cérémonies d’ouverture auprès les plus bizarres de l’histoire à marquer l’achèvement du plus long tunnel du monde. Célèbre pour leurs trains, les organisateurs encordés dans plus de 600 danseurs, acrobates et acteurs dramatiques et même composé très propre thème musical de la nouvelle route comme ils ont tiré tous les arrêts pour l’inauguration de mercredi dans le tunnel du nord du portail à Erstfeld. 

    La chancelière allemande Angela Merkel, le président François Hollande de la France et le Premier ministre italien Matteo Renzi sont tous venus dans le sud de la Suisse pour, une célébration fastueuse optimiste, avec des groupes de musique et des danseurs. »

    Tout comme la bénédiction du tunnel y compris par l’imam (alors que l’islam n’est pas une religion reconnue ... en SUISSE …).
    PS : et pour éviter tout équivoque, la conseillère fédérale en charge des transports (donc du tunnel)


    Le groupe de rock AC/DC a enchanté des milliers de spectateurs dimanche à Berne. Dans le public figuraient notamment Doris Leuthard, vêtue d'un perfecto en cuir noir, et l'ancien président du PLR Philippe Müller. Et ils n'ont pas boudé leur plaisir: comme de nombreux fans, ils ont des cornes rouges, emblème des rockeurs australiens depuis belle lurette. Les deux politiciens ont même été immortalisés dans une photo qui circule sur Twitter.
    Pas approprié
    Mais cette attitude décontractée n'est pas du goût de certains milieux conservateurs. «Se montrer avec des cornes clairement identifiées comme sataniques n'est pas approprié de la part d'une conseillère fédérale», critique ainsi Erich Vontobel, député au Grand conseil zurichois et membre de l'Union démocratique fédérale (UDF)....

    "Élection" de Doris Leuthard au Conseil fédéral suisse 

    Fraudes, un rappel des tricheries contre M. Letellier + ...


    Chaque scrutateur compte son petit tas et se garde bien de vérifier ceux de ses voisins...Fraudes trop faciles...



    Après le vote, les parlementaires, élus pour ce faire, comptent les voix et les bulletins. Pas question de mettre en doute le décompte annoncé par le scrutateur d'à côté. C'est ainsi depuis la création de la Suisse moderne, en 1848.
    Mercredi, chacun des huit parlementaires chargés de dépouiller les bulletins de l'élection au Conseil fédéral pourrait tricher en toute impunité
    Philippe Miauton - le 12 septembre 2009, 23h19
    Le Matin Dimanche
    1 commentaire
    L'amateurisme régnera à nouveau dans la petite salle du dépouillement le 16 septembre pour l'élection du successeur de Pascal Couchepin. Car aucune règle formellement écrite ne décrit en détail le décompte effectué par les parlementaires scrutateurs. «Une fois les bulletins sur la table, chacun prend un tas. Certains ont 40 billets d'autres 20, c'est aléatoire», décrit l'un d'eux. Et pas question de compter le tas de son voisin ni même de le surveiller.
    Les scores annoncés par les huit scrutateurs constituent l'unique vérification, chacun se faisant une confiance aveugle. En clair: si un scrutateur avait l'idée saugrenue de tricher, il pourrait le faire en toute impunité.
    Bulletins à la broyeuse
    Car aucun recomptage n'est effectué. Pire, une fois le résultat transmis au président de l'Assemblée, impossible d'effectuer un contrôle ultérieur. «Tous les bulletins sont directement passés à la broyeuse», explique Christoph Lanz, secrétaire générale de l'Assemblée fédérale.
    Les situations sont parfois rocambolesques. Le mercredi 10 décembre 2008, un bulletin égaré prolonge les calculs. La perte s'est en fait révélée n'être qu'une simple erreur dans les décomptes. Souvent, c'est un bulletin indéchiffrable qui complique la tâche. «Maurer ou Walter, seul le «er» de la fin du nom était lisible», reconnaît un scrutateur. Faute de pouvoir décrypter le papier, le billet est finalement déclaré nul.
    Ce jour-là, ce n'est pourtant que d'une voix - 122 contre 121 -, que l'UDC Ueli Maurer l'emporte face à son collègue Hansjörg Walter. Dans un autre pays, une situation similaire aurait entraîné un recomptage automatique. Pas en Suisse.
    Mais, il s'en est fallu de peu pour que l'élection prenne une tout autre tournure. Lors du troisième tour, confirme plusieurs scrutateurs, le nom de Hansjörg Walter est écrit sur le bulletin d'un parlementaire. Toutefois, son nom est biffé et celui d'Ueli Maurer est noté en dessous. Le chef du dépouillement, un juriste du service du Parlement, estime que le bulletin est valable. Le vote est donc reporté dans la colonne d'Ueli Maurer.

    Georges Letellier

    Candidat au Conseil fédéral, printemps 2006

    Genève, le 16 juin 2006


    Où sont donc passées les 24 voix annoncées ?

    Il semblerait que la presse arrange les choses quelque peu. Le résultat réel de l'élection au Conseil fédéral, donnant une minorité symbolique à Georges Letellier, est passé sous silence. Doris Leuthard est élue avec un score soviétique, comme si le parlement suisse ne cherchait même plus à se donner une apparence démocratique. Réaction de notre candidat :Le chiffre nous a été communiqué à chaud par un employé du Palais fédéral, me demandant de me préparer à intervenir devant l'Assemblée. Les 4 ou 5 personnes présentes à ce moment, dont J. C. Kollros (qui a fait la traduction du suisse-allemand en français), ont entendu les propos du fonctionnaire :D. Leuthard ne va pas passer au premier tour, vous êtes le candidat le mieux placé. Préparez-vous à faire une intervention, suivez moi. Nous avons alors escaladé les gradins avec lui, j'ai sorti le discours que j'avais préparé au cas où, et nous avons attendu les instructions de la Chancellerie. Nous les attendons toujours…
    Vous connaissez la suite : boycott total du citoyen Letellier. Je l'avais prévu, les 80 millions de subventions par année que touchent les groupes de presse doivent bien servir à quelque chose !
    Georges Letellier


    Georges Letellier,
    avenue Théodore-Flournoy 3,
    CH-1207 Genève,
    tél. + 41 (0)22 736 70 47,
    fax + 41 (0)22 736 70 65,
    Web letellier.ch

    Lettre recommandée ( LSI )
    Monsieur
    Le Président de l'
    Assemblée fédérale
    3003 Bern

    Genève, le 14 juillet 2006

    Préambule au recours :

    J'attire votre attention sur le fait que je ne suis pas avocat et que si la teneur de cette demande n'est pas conforme aux procédures judiciaires, il y a lieu de tenir compte de la jurisprudence suisse en la matière : ...

    En fait :
    Droit de recours dans les 30 jours civils dès les faits. Il est déposé dans les temps.
    M. Georges Letellier était candidat à la dernière élection au Conseil fédéral. Le chef des services de sécurité est venu le chercher à la galerie du public et l'a invité à préparer un discours après le 2ème tour, vu le nombre de voix sur son nom. Cette invitation n'a jamais été honorée.
    33 voix se sont portées sur les « petits » candidats.
    Le décompte n'alloue pas ces voix.
    Les bulletins ont été détruits.
    La lettre de vos services n'indique pas de voie de recours à leurs décisions.

    DROIT

    -    Loi fédérale d'organisation judiciaire, du 16 décembre 1943:
         -  art. 43, al. 2 et 68 (recours en réforme et recours en nullité, dans la mesure où la cognition du Tribunal fédéral est limitée quant aux faits et qu'aucune autorité judiciaire cantonale ne les a examinés avec plein pouvoir d'examen);
         -  art. 83 (réclamations de droit public, procédures dans lesquelles le Tribunal fédéral connaît de certains litiges en instance unique);
         -  art. 84 (recours de droit public au Tribunal fédéral contre les actes étatiques cantonaux, lorsque les autorités cantonales ou le Tribunal fédéral n'ont qu'une cognition limitée des faits ou du droit);
         -  art. 105, al. 2 (recours de droit administratif au Tribunal fédéral dirigé contre une décision d'un tribunal cantonal ou d'une commission de recours, dans la mesure où le Tribunal fédéral est lié par les faits constatés dans la décision de ces organes);
    -    Loi fédérale sur la procédure administrative, du 20 décembre 1968:
         -  art. 44 ss (procédure de recours administratif devant le Conseil fédéral et les autorités fédérales administratives de recours);
         -  art. 71 (dénonciation auprès d'une autorité de surveillance de faits imputables à une autorité administrative fédérale);
         -  art. 79 (recours à l'Assemblée fédérale contre certaines décisions administratives et contre les décisions sur recours prises par le Conseil fédéral en vertu de l'art. 79, al. 1, let. a Constitution fédérale), délai à 30 jours.
    ·         Loi fédérale sur le principe de la transparence dans l'administration (Loi sur la transparence, LTrans)   (RO 2006 2319)
    J'invoque donc subsidiairement les garanties minimales en matière de procédure déduites par le Tribunal fédéral de l'art. 4 de la Constitution fédérale (qui assure l'égalité devant la loi), ainsi que des garanties minimales fixées par la Convention européenne des droits de l'homme (et par d'autres conventions internationales). Ces principes et garanties valent pour toutes les procédures, même s'ils ne sont pas repris expressément (ce qui est cependant le cas normal) dans les dispositions de procédures. C'est ainsi que dans toute procédure il existe en règle générale, le droit d'être entendu, avec comme corollaire le droit de consulter le dossier, de participer à l'administration des preuves, le droit de voir son cas jugé dans un délai raisonnable par une autorité indépendante et impartiale, le droit de faire réexaminer son cas par une autorité de recours, etc.; en outre, tout participant à une procédure doit agir en respectant le principe de la bonne foi, ce qui signifie que l'abus de droit ne peut pas profiter à celui qui le commet, surtout dans ce cas qui touche les fondements de notre état démocratique.
    Plusieurs fondements de la démocratie suisse sont violés, notamment :
    L'article 4 de la Constitution fédérale qui consacre notamment le principe général de l'égalité de traitement. D'autres droits sont violés, notamment : L'égalité de traitement à un observateur lors du dépouillement, Droit d'être entendu. Droit de Recours et de participer à l'enquête, avec notamment les questions suivantes : qui était présent lors du dépouillement, qui a tenu le procès-verbal, peut-on en obtenir une copie ou au moins le lire ? Arbitraire. Principe de transparence. Déni de justice.
    Conclusions :
    Que les résultats soient publiés.
    Que tous les candidats puissent assister au dépouillement des prochaines élections.
    Toute autre mesure rendue nécessaire suite à la procédure.

    Je voudrai aussi que toutes les pièces soient au dossier, y compris la correspondance et les articles de presse.

    Je vous présente, Monsieur le Président, l'expression de ma considération distinguée.

    Sujet : Notre recours du 14 juillet et votre réponse du 3 août 2006.

    Monsieur,

    Votre courrier daté du 3 août 2006 en réponse à notre courrier du 14 juillet 2006 (reçu dans une enveloppe sans indication de date d'expédition, ni timbre), nous est bien parvenu… le 11 ct et a retenu toute notre attention. En effet, outre cet envoi et ce délai peu usuel, nous devons malheureusement constater d'autres «anomalies».

    En voici un inventaire succinct, et pour quels 7 points nous vous saurions gré - au vu de ce qui précède - d'apporter réponse, car la Démocratie suisse est ici en jeu, de surcroît, à sa plus haute charge et fonction.

    1. Votre courrier ne porte aucune référence, et ne comporte également aucune mention de C.c. Devons-nous ainsi conclure que l'ensemble des personnes mentionnées dans votre courrier (du Président de la Confédération aux Parlementaires des deux Chambres qui furent scrutateurs le jour de l'«Election» de Madame Doris Leuthard, en passant par Madame la Chancelière de la Confédération) ne sont pas informées de vos réponses à notre courrier du 14 juillet 2006 ?

    2. Avez-vous, en interne (suite au passage chez le Président le la Confédération et la Chancellerie), bien reçu l'ensemble des annexes de notre courrier, car nous sommes aussi étonnés par certaines lacunes dans vos réponses ?

    3. Principalement, votre absence de toute réponse à notre recours, qui «trouverait» justification par le biais de votre réponse groupée à nos questions 6. et 7., à savoir qu'il n'y a (voir le libellé exact de votre réponse 1.) … aucune possibilité de recours ?

    4. Ce constat est si énorme (sic!), et tendrait à prouver que les partis en place verrouillent une chasse gardée à tous les échelons, comme le confirment les scandales démocratiques passés lors d'élections et de votations dans plusieurs cantons, que nous nous «gênons» presque de vous poser la question (en sus de Constitutionalistes suisses et étrangers d'ores et déjà choqués), pourquoi les Elections au Conseil fédéral sont-elles régie par le «principe de la confidentialité» (porte béante pour toutes les fraudes électorales, ici au détriment de Candidats indépendants) et pour le surplus, par un droit, voire des lois assimilant une telle Election à des travaux d'une Commission parlementaire ?

    5. N'ayant reçu de votre part que des réponses très partielles et notamment pour la question 6, nous redemandons si les scrutateurs ont tenu un Procès-verbal du dépouillement qui leur aurait permis de vérifier la véracité des résultats annoncés à la Tribune, et qui n'offrent ainsi et à ce jour aucune garantie de fiabilité en tant que tel ?

    6 : D'autant plus que Monsieur André Reymond, Conseiller national UDC de Genève, a affirmé avoir été scrutateur et, à ce titre, a discrédité M. Georges Letellier, notre candidat, en affirmant que celui-ci n'avait reçu aucune voix. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

    7. Le Conseil fédéral et Madame Doris Leuthard sont-ils au courant des «détails» de votre procédure lacunaire et peu respectueuse des usages démocratiques suisses ?

    En résumé, nous avons vraiment besoin de Glasnost aussi en Suisse, comme le confirme la nouvelle loi sur la transparence, et de simplement savoir le résultat par candidat, au moins celui de M. Letellier, qui y a droit en vertu du principe d'égalité.

    Mouvement Citoyen Suisse
    Grand-Vennes 25
    1010 LAUSANNE


                                    Recommandé

                                    A l'attention de
                                    Monsieur John CLERC
                                    Secrétaire général adjoint
                                    Assemblée fédérale
                                    CH-3003 BERNE


                                    Lausanne, le 5 septembre 2006


    Concerne : votre courrier du 15 août 2006 en réponse à notre recours


    Monsieur le Secrétaire général adjoint,

    Au nom du Mouvement Citoyen Suisse et de M. Georges Letellier, Candidat du MCS à l'Election au Conseil fédéral, nous vous remercions d'abord pour votre clarification (suite aux allégations d'un Conseiller national genevois et Scrutateur auto proclamé), comme apportée au 3ième paragraphe de votre courrier cité en marge.

    Nous y retiendrons ainsi votre liste de Scrutateurs, comme véridique et définitive.

    Ceci admis, le reste de vos «réponses» nous laissent perplexes et insatisfaits à juste titre. Voici les nôtres - en regard des traditions démocratiques suisses et des lois qui en assurent le sain fonctionnement - dans l'ordre de vos paragraphes :

    1. «J'accuse réception de votre lettre du 14 août au sujet d'un soit-disant recours contre l'élection du Conseil fédéral du 14 juin 2006.»

    Nous avons, en effet, fait recours dans les délais, dans les formes et sur le fond, mais aussi sur la base de diverses lois en force, sans jamais avoir reçu de réponses satisfaisantes, ni de votre part, ni de vos Services… ni de la Chancellerie.

    Pour le surplus, nous ne faisons pas recours contre ladite Élection en tant que telle, mais contre les nombreuses irrégularités et «pratiques» qui ont émaillé sa tenue, sans garantie aucune de fiabilité du «résultat» annoncé, ni égalité de traitement et de transparence pourtant garantie par des lois votées au Parlement (PJ précédentes).

    Enfin, la destruction immédiate (sic!) des bulletins de vote par vos «soins» est déjà, en soi, un aveu plausible de fraude électorale, comme relevé par certains Média.

    2. «Il n'y a pas de recours possible contre une Élection par l'Assemblée fédérale (arrêt du Tribunal fédéral du 6 novembre 2003) …

    Même en cas de fraude électorale ? Nos Parlementaires fédéraux et le Souverain serait-il d'accord avec votre réponse, sinon même, avec l'arrêt précité du TF ?

    ./..



    - 2 -

    D'autant plus que la «méthodologie» utilisée par vos Services, et N.B. non pas par l'Assemblée fédérale en tant que telle, est complètement contraire aux lois et aux us et coutumes démocratiques, tant au plan communal, que cantonal… et fédéral.

    Faut-il ajouter que cet arrêt du TF annexé (votre référence : 1P.658/2003 /bmt ?) est effectivement un déni complet de l'esprit démocratique de nos lois et Institutions, s'il ne fallait ajouter qu'il traita de l'Election de Juges et non pas de Conseillers fédéraux.

    Du travail pour tous les Citoyen(ne)s suisses et pour tout Parlementaire lucide.

    … Mme Leuthard a été élue conseillère fédérale puis a été assermentée. …

    La méthode Coué n'est de loin pas le garant fiable d'une Élection sans fraude !

    … Elle a pris ses fonctions le 1 aoùt 2006.»

    Dito, et bien triste jour pour la plus vieille Démocratie au monde et sa transparence.

    4. «Toutes les personnes qui avaient à recevoir une copie de ma lettre l'ont reçue.»

    Nous voici bien (re-sic!) informés et cela confirme aussi le contenu étrange de votre précédent courrier, par exemple dépourvu de C.c. ! Nous ne manquerons donc pas de faire connaître les dols subis par les «petits» Candidat(e)s, dont notamment votre refus de publication des résultats réels, et les véritables enjeux de cette «Élection» (qui aurait du voir un deuxième tour… alors incertain pour la favorite d'une campagne soviétique des Média suisses), à toutes les personnes concernées à Berne.

    5. «La procédure utilisée n'est pas contraire aux « us et coutumes démocratiques » puisqu'elle a cours depuis 158 ans et qu'elle est conforme à la loi. …

    La non tenue d'un protocole des résultats du dépouillement des bulletins (ou si tenu, lui aussi détruit par vos soins ? souligné ici en l'absence de vos réponses à nos questions précédentes sur ces points cruciaux), voici les «us et coutumes» que nous subissons «soit-disant» depuis 158 ans, car vous nous citiez une autre date dans votre précédent courrier. Mais ne nous perdons pas dans des «détails» à ce stade.

    … Elle est parfaitement connue des membres du Conseil fédéral et de la Chancellerie de la Confédération.»

    Permettez-nous d'en doutez au vu de ce qui précède, et si tel devait être le cas, votre commentaire tendrait à accréditer la thèse que ces instances favoriseraient, en pleine connaissance de cause, des méthodologies facilitant les fraudes électorales.

    6. Toutes les informations sur cette affaire ayant été données dans ma lettre du 3 août, il n'y a pas lieu de poursuivre au-delà de la présente lettre cet échange de correspondance.»

    Comme constaté ci-dessus, nous sommes en souffrance de réponses satisfaisantes de vos Services par votre biais. Le MCS et son Candidat réservent ainsi tous leurs droits et cet échange de courrier, effectivement stérile, sera transmis en temps utile, c.-à.-d. délais, à d'autres instances, tant en Suisse que dans l'Union européenne.

    Veuillez agréez, Monsieur le Secrétaire général adjoint, nos salutations distinguées.


    Pour le MCS :                                                        i.a.  F. de Siebenthal

    PJ

    Rappel:

    Le destinataire d'un acte doit interpréter la portée de celui-ci d'après le sens qu'il «pouvait raisonnablement lui attribuer en le considérant comme réellement voulu, sur la base de l'attitude antérieure du déclarant et des circonstances qu'il connaissait au moment où la déclaration lui a été faite (ATF 94 II101, pp. 104-105, JT 1969 I 27, P. 28, cité par Engel, Traité des obligations en droit suisse 2è éd. 1997, pp. 238-239). Une déclaration adressée à une autorité doit être comprise selon le sens que, de bonne foi, son destinataire doit lui prêter (ATF 102 Ia 92, c.2, rés. In JT 1978 I 30).

    L'administration étant davantage versée dans les matières qu'elle doit habituellement traiter, du moins formellement, on peut attendre de sa part une diligence accrue dans l'examen des actes qui lui sont soumis, notamment lorsqu'ils sont rédigés par des profanes, afin de leur donner un sens raisonnable, sans avoir à s'en tenir aux expressions inexactes utilisées (Egli, la protection de la bonne foi dans le procès, en Juridiction constitutionnelle et Juridiction administrative, Recueil des travaux publiés sous l'égide de la Première cour de droit public du Tribunal fédéral suisse, pp. 225ss, spéc. Pp. 236-237 et les exemples cités).

    De plus et selon la même logique, si le destinataire de ce recours ne répond pas aux formes de procédures, vous voudrez bien le faire suivre d'office à l'instance compétente. Il en est de même de l'application des articles invoqués.
    Liens sur l'affaire Ferraye qui tenait au coeur de M. Letellier, que justice soit faite à l'
    inventeur du procédé révolutionnaire qui a permis la maîtrise rapide des puits de pétrole mis à feu par l'armée de Saddam Hussein au Koweit en 1991, et qui s'est vu escroquer de plusieurs millards de dollars de royalties par les plus hautes instances politiques de plusieurs Etats. 




















    Résistances:






    Frauds in Votations and General Assemblies




    How to fight frauds in Votations and General Assemblies ( f.i. Swiss national Bank... ) ?

    We have massive frauds here in Switzerland,

    Please, see some pictures  as facts...


    We work with Marco Saba, Janeuz Lewicky ... see cc above among others.

    We have hints about Brexit, Austria, Europe and Poland...

    Are you interested to work with us ? Please, contact us :  siebenthal at gmail.com


    Thanks

    Mit freundlichen Grüssen
    Avec nos meilleurs salutations
    Distinti saluti
    Kind regards, yours sincerely
    Saludos cordiales
    בברכה, בכבוד רב
    С уважение
    ขอแสดงความนับถือ
    你的真诚的
    المخلص

    0 0

    Mme Doris Leuthard au Saint Gothard, élue avec des fraudes !

    "Élection" de Doris Leuthard au Conseil fédéral suisse 

    Fraudes, un rappel des tricheries contre M. Georges Letellier + ...

    Incroyable ! Est-ce réel ?
    Inauguration du tunnel du St Gothard !!!
    j’ai rarement vu une cérémonie avec autant d’éléments ouvertement occultes et sataniques.

    Tout comme la bénédiction du tunnel y compris par l’imam (alors que l’islam n’est pas une religion reconnue  en SUISSE …).
    PS : et pour éviter tout équivoque, la conseillère fédérale en charge des transports (donc du tunnel)



    Le groupe de rock AC/DC a enchanté des milliers de spectateurs dimanche à Berne. Dans le public figuraient notamment Doris Leuthard, vêtue d'un perfecto en cuir noir, et l'ancien président du PLR Philippe Müller. Et ils n'ont pas boudé leur plaisir: comme de nombreux fans, ils ont des cornes rouges, emblème des rockeurs australiens depuis belle lurette. Les deux politiciens ont même été immortalisés dans une photo qui circule sur Twitter.
    Pas approprié
    Mais cette attitude décontractée n'est pas du goût de certains milieux conservateurs. «Se montrer avec des cornes clairement identifiées comme sataniques n'est pas approprié de la part d'une conseillère fédérale», critique ainsi Erich Vontobel, député au Grand conseil zurichois et membre de l'Union démocratique fédérale (UDF)....

    "Élection" de Doris Leuthard au Conseil fédéral suisse 

    Fraudes, un rappel des tricheries contre M. Letellier + ...


    Chaque scrutateur compte son petit tas et se garde bien de vérifier ceux de ses voisins...Fraudes trop faciles...



    Après le vote, les parlementaires, élus pour ce faire, comptent les voix et les bulletins. Pas question de mettre en doute le décompte annoncé par le scrutateur d'à côté. C'est ainsi depuis la création de la Suisse moderne, en 1848.
    Mercredi, chacun des huit parlementaires chargés de dépouiller les bulletins de l'élection au Conseil fédéral pourrait tricher en toute impunité
    Philippe Miauton - le 12 septembre 2009, 23h19
    Le Matin Dimanche
    1 commentaire
    L'amateurisme régnera à nouveau dans la petite salle du dépouillement le 16 septembre pour l'élection du successeur de Pascal Couchepin. Car aucune règle formellement écrite ne décrit en détail le décompte effectué par les parlementaires scrutateurs. «Une fois les bulletins sur la table, chacun prend un tas. Certains ont 40 billets d'autres 20, c'est aléatoire», décrit l'un d'eux. Et pas question de compter le tas de son voisin ni même de le surveiller.
    Les scores annoncés par les huit scrutateurs constituent l'unique vérification, chacun se faisant une confiance aveugle. En clair: si un scrutateur avait l'idée saugrenue de tricher, il pourrait le faire en toute impunité.
    Bulletins à la broyeuse
    Car aucun recomptage n'est effectué. Pire, une fois le résultat transmis au président de l'Assemblée, impossible d'effectuer un contrôle ultérieur. «Tous les bulletins sont directement passés à la broyeuse», explique Christoph Lanz, secrétaire générale de l'Assemblée fédérale.
    Les situations sont parfois rocambolesques. Le mercredi 10 décembre 2008, un bulletin égaré prolonge les calculs. La perte s'est en fait révélée n'être qu'une simple erreur dans les décomptes. Souvent, c'est un bulletin indéchiffrable qui complique la tâche. «Maurer ou Walter, seul le «er» de la fin du nom était lisible», reconnaît un scrutateur. Faute de pouvoir décrypter le papier, le billet est finalement déclaré nul.
    Ce jour-là, ce n'est pourtant que d'une voix - 122 contre 121 -, que l'UDC Ueli Maurer l'emporte face à son collègue Hansjörg Walter. Dans un autre pays, une situation similaire aurait entraîné un recomptage automatique. Pas en Suisse.
    Mais, il s'en est fallu de peu pour que l'élection prenne une tout autre tournure. Lors du troisième tour, confirme plusieurs scrutateurs, le nom de Hansjörg Walter est écrit sur le bulletin d'un parlementaire. Toutefois, son nom est biffé et celui d'Ueli Maurer est noté en dessous. Le chef du dépouillement, un juriste du service du Parlement, estime que le bulletin est valable. Le vote est donc reporté dans la colonne d'Ueli Maurer.

    Georges Letellier

    Candidat au Conseil fédéral, printemps 2006

    Genève, le 16 juin 2006


    Où sont donc passées les 24 voix annoncées ?

    Il semblerait que la presse arrange les choses quelque peu. Le résultat réel de l'élection au Conseil fédéral, donnant une minorité symbolique à Georges Letellier, est passé sous silence. Doris Leuthard est élue avec un score soviétique, comme si le parlement suisse ne cherchait même plus à se donner une apparence démocratique. Réaction de notre candidat :Le chiffre nous a été communiqué à chaud par un employé du Palais fédéral, me demandant de me préparer à intervenir devant l'Assemblée. Les 4 ou 5 personnes présentes à ce moment, dont J. C. Kollros (qui a fait la traduction du suisse-allemand en français), ont entendu les propos du fonctionnaire :D. Leuthard ne va pas passer au premier tour, vous êtes le candidat le mieux placé. Préparez-vous à faire une intervention, suivez moi. Nous avons alors escaladé les gradins avec lui, j'ai sorti le discours que j'avais préparé au cas où, et nous avons attendu les instructions de la Chancellerie. Nous les attendons toujours…
    Vous connaissez la suite : boycott total du citoyen Letellier. Je l'avais prévu, les 80 millions de subventions par année que touchent les groupes de presse doivent bien servir à quelque chose !
    Georges Letellier


    Georges Letellier,
    avenue Théodore-Flournoy 3,
    CH-1207 Genève,
    tél. + 41 (0)22 736 70 47,
    fax + 41 (0)22 736 70 65,
    Web letellier.ch

    Lettre recommandée ( LSI )
    Monsieur
    Le Président de l'
    Assemblée fédérale
    3003 Bern

    Genève, le 14 juillet 2006

    Préambule au recours :

    J'attire votre attention sur le fait que je ne suis pas avocat et que si la teneur de cette demande n'est pas conforme aux procédures judiciaires, il y a lieu de tenir compte de la jurisprudence suisse en la matière : ...

    En fait :
    Droit de recours dans les 30 jours civils dès les faits. Il est déposé dans les temps.
    M. Georges Letellier était candidat à la dernière élection au Conseil fédéral. Le chef des services de sécurité est venu le chercher à la galerie du public et l'a invité à préparer un discours après le 2ème tour, vu le nombre de voix sur son nom. Cette invitation n'a jamais été honorée.
    33 voix se sont portées sur les « petits » candidats.
    Le décompte n'alloue pas ces voix.
    Les bulletins ont été détruits.
    La lettre de vos services n'indique pas de voie de recours à leurs décisions.

    DROIT

    -    Loi fédérale d'organisation judiciaire, du 16 décembre 1943:
         -  art. 43, al. 2 et 68 (recours en réforme et recours en nullité, dans la mesure où la cognition du Tribunal fédéral est limitée quant aux faits et qu'aucune autorité judiciaire cantonale ne les a examinés avec plein pouvoir d'examen);
         -  art. 83 (réclamations de droit public, procédures dans lesquelles le Tribunal fédéral connaît de certains litiges en instance unique);
         -  art. 84 (recours de droit public au Tribunal fédéral contre les actes étatiques cantonaux, lorsque les autorités cantonales ou le Tribunal fédéral n'ont qu'une cognition limitée des faits ou du droit);
         -  art. 105, al. 2 (recours de droit administratif au Tribunal fédéral dirigé contre une décision d'un tribunal cantonal ou d'une commission de recours, dans la mesure où le Tribunal fédéral est lié par les faits constatés dans la décision de ces organes);
    -    Loi fédérale sur la procédure administrative, du 20 décembre 1968:
         -  art. 44 ss (procédure de recours administratif devant le Conseil fédéral et les autorités fédérales administratives de recours);
         -  art. 71 (dénonciation auprès d'une autorité de surveillance de faits imputables à une autorité administrative fédérale);
         -  art. 79 (recours à l'Assemblée fédérale contre certaines décisions administratives et contre les décisions sur recours prises par le Conseil fédéral en vertu de l'art. 79, al. 1, let. a Constitution fédérale), délai à 30 jours.
    ·         Loi fédérale sur le principe de la transparence dans l'administration (Loi sur la transparence, LTrans)   (RO 2006 2319)
    J'invoque donc subsidiairement les garanties minimales en matière de procédure déduites par le Tribunal fédéral de l'art. 4 de la Constitution fédérale (qui assure l'égalité devant la loi), ainsi que des garanties minimales fixées par la Convention européenne des droits de l'homme (et par d'autres conventions internationales). Ces principes et garanties valent pour toutes les procédures, même s'ils ne sont pas repris expressément (ce qui est cependant le cas normal) dans les dispositions de procédures. C'est ainsi que dans toute procédure il existe en règle générale, le droit d'être entendu, avec comme corollaire le droit de consulter le dossier, de participer à l'administration des preuves, le droit de voir son cas jugé dans un délai raisonnable par une autorité indépendante et impartiale, le droit de faire réexaminer son cas par une autorité de recours, etc.; en outre, tout participant à une procédure doit agir en respectant le principe de la bonne foi, ce qui signifie que l'abus de droit ne peut pas profiter à celui qui le commet, surtout dans ce cas qui touche les fondements de notre état démocratique.
    Plusieurs fondements de la démocratie suisse sont violés, notamment :
    L'article 4 de la Constitution fédérale qui consacre notamment le principe général de l'égalité de traitement. D'autres droits sont violés, notamment : L'égalité de traitement à un observateur lors du dépouillement, Droit d'être entendu. Droit de Recours et de participer à l'enquête, avec notamment les questions suivantes : qui était présent lors du dépouillement, qui a tenu le procès-verbal, peut-on en obtenir une copie ou au moins le lire ? Arbitraire. Principe de transparence. Déni de justice.
    Conclusions :
    Que les résultats soient publiés.
    Que tous les candidats puissent assister au dépouillement des prochaines élections.
    Toute autre mesure rendue nécessaire suite à la procédure.

    Je voudrai aussi que toutes les pièces soient au dossier, y compris la correspondance et les articles de presse.

    Je vous présente, Monsieur le Président, l'expression de ma considération distinguée.

    Sujet : Notre recours du 14 juillet et votre réponse du 3 août 2006.

    Monsieur,

    Votre courrier daté du 3 août 2006 en réponse à notre courrier du 14 juillet 2006 (reçu dans une enveloppe sans indication de date d'expédition, ni timbre), nous est bien parvenu… le 11 ct et a retenu toute notre attention. En effet, outre cet envoi et ce délai peu usuel, nous devons malheureusement constater d'autres «anomalies».

    En voici un inventaire succinct, et pour quels 7 points nous vous saurions gré - au vu de ce qui précède - d'apporter réponse, car la Démocratie suisse est ici en jeu, de surcroît, à sa plus haute charge et fonction.

    1. Votre courrier ne porte aucune référence, et ne comporte également aucune mention de C.c. Devons-nous ainsi conclure que l'ensemble des personnes mentionnées dans votre courrier (du Président de la Confédération aux Parlementaires des deux Chambres qui furent scrutateurs le jour de l'«Election» de Madame Doris Leuthard, en passant par Madame la Chancelière de la Confédération) ne sont pas informées de vos réponses à notre courrier du 14 juillet 2006 ?

    2. Avez-vous, en interne (suite au passage chez le Président le la Confédération et la Chancellerie), bien reçu l'ensemble des annexes de notre courrier, car nous sommes aussi étonnés par certaines lacunes dans vos réponses ?

    3. Principalement, votre absence de toute réponse à notre recours, qui «trouverait» justification par le biais de votre réponse groupée à nos questions 6. et 7., à savoir qu'il n'y a (voir le libellé exact de votre réponse 1.) … aucune possibilité de recours ?

    4. Ce constat est si énorme (sic!), et tendrait à prouver que les partis en place verrouillent une chasse gardée à tous les échelons, comme le confirment les scandales démocratiques passés lors d'élections et de votations dans plusieurs cantons, que nous nous «gênons» presque de vous poser la question (en sus de Constitutionalistes suisses et étrangers d'ores et déjà choqués), pourquoi les Elections au Conseil fédéral sont-elles régie par le «principe de la confidentialité» (porte béante pour toutes les fraudes électorales, ici au détriment de Candidats indépendants) et pour le surplus, par un droit, voire des lois assimilant une telle Election à des travaux d'une Commission parlementaire ?

    5. N'ayant reçu de votre part que des réponses très partielles et notamment pour la question 6, nous redemandons si les scrutateurs ont tenu un Procès-verbal du dépouillement qui leur aurait permis de vérifier la véracité des résultats annoncés à la Tribune, et qui n'offrent ainsi et à ce jour aucune garantie de fiabilité en tant que tel ?

    6 : D'autant plus que Monsieur André Reymond, Conseiller national UDC de Genève, a affirmé avoir été scrutateur et, à ce titre, a discrédité M. Georges Letellier, notre candidat, en affirmant que celui-ci n'avait reçu aucune voix. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

    7. Le Conseil fédéral et Madame Doris Leuthard sont-ils au courant des «détails» de votre procédure lacunaire et peu respectueuse des usages démocratiques suisses ?

    En résumé, nous avons vraiment besoin de Glasnost aussi en Suisse, comme le confirme la nouvelle loi sur la transparence, et de simplement savoir le résultat par candidat, au moins celui de M. Letellier, qui y a droit en vertu du principe d'égalité.

    Mouvement Citoyen Suisse
    Grand-Vennes 25
    1010 LAUSANNE


                                    Recommandé

                                    A l'attention de
                                    Monsieur John CLERC
                                    Secrétaire général adjoint
                                    Assemblée fédérale
                                    CH-3003 BERNE


                                    Lausanne, le 5 septembre 2006


    Concerne : votre courrier du 15 août 2006 en réponse à notre recours


    Monsieur le Secrétaire général adjoint,

    Au nom du Mouvement Citoyen Suisse et de M. Georges Letellier, Candidat du MCS à l'Election au Conseil fédéral, nous vous remercions d'abord pour votre clarification (suite aux allégations d'un Conseiller national genevois et Scrutateur auto proclamé), comme apportée au 3ième paragraphe de votre courrier cité en marge.

    Nous y retiendrons ainsi votre liste de Scrutateurs, comme véridique et définitive.

    Ceci admis, le reste de vos «réponses» nous laissent perplexes et insatisfaits à juste titre. Voici les nôtres - en regard des traditions démocratiques suisses et des lois qui en assurent le sain fonctionnement - dans l'ordre de vos paragraphes :

    1. «J'accuse réception de votre lettre du 14 août au sujet d'un soit-disant recours contre l'élection du Conseil fédéral du 14 juin 2006.»

    Nous avons, en effet, fait recours dans les délais, dans les formes et sur le fond, mais aussi sur la base de diverses lois en force, sans jamais avoir reçu de réponses satisfaisantes, ni de votre part, ni de vos Services… ni de la Chancellerie.

    Pour le surplus, nous ne faisons pas recours contre ladite Élection en tant que telle, mais contre les nombreuses irrégularités et «pratiques» qui ont émaillé sa tenue, sans garantie aucune de fiabilité du «résultat» annoncé, ni égalité de traitement et de transparence pourtant garantie par des lois votées au Parlement (PJ précédentes).

    Enfin, la destruction immédiate (sic!) des bulletins de vote par vos «soins» est déjà, en soi, un aveu plausible de fraude électorale, comme relevé par certains Média.

    2. «Il n'y a pas de recours possible contre une Élection par l'Assemblée fédérale (arrêt du Tribunal fédéral du 6 novembre 2003) …

    Même en cas de fraude électorale ? Nos Parlementaires fédéraux et le Souverain serait-il d'accord avec votre réponse, sinon même, avec l'arrêt précité du TF ?

    ./..



    - 2 -

    D'autant plus que la «méthodologie» utilisée par vos Services, et N.B. non pas par l'Assemblée fédérale en tant que telle, est complètement contraire aux lois et aux us et coutumes démocratiques, tant au plan communal, que cantonal… et fédéral.

    Faut-il ajouter que cet arrêt du TF annexé (votre référence : 1P.658/2003 /bmt ?) est effectivement un déni complet de l'esprit démocratique de nos lois et Institutions, s'il ne fallait ajouter qu'il traita de l'Election de Juges et non pas de Conseillers fédéraux.

    Du travail pour tous les Citoyen(ne)s suisses et pour tout Parlementaire lucide.

    … Mme Leuthard a été élue conseillère fédérale puis a été assermentée. …

    La méthode Coué n'est de loin pas le garant fiable d'une Élection sans fraude !

    … Elle a pris ses fonctions le 1 aoùt 2006.»

    Dito, et bien triste jour pour la plus vieille Démocratie au monde et sa transparence.

    4. «Toutes les personnes qui avaient à recevoir une copie de ma lettre l'ont reçue.»

    Nous voici bien (re-sic!) informés et cela confirme aussi le contenu étrange de votre précédent courrier, par exemple dépourvu de C.c. ! Nous ne manquerons donc pas de faire connaître les dols subis par les «petits» Candidat(e)s, dont notamment votre refus de publication des résultats réels, et les véritables enjeux de cette «Élection» (qui aurait du voir un deuxième tour… alors incertain pour la favorite d'une campagne soviétique des Média suisses), à toutes les personnes concernées à Berne.

    5. «La procédure utilisée n'est pas contraire aux « us et coutumes démocratiques » puisqu'elle a cours depuis 158 ans et qu'elle est conforme à la loi. …

    La non tenue d'un protocole des résultats du dépouillement des bulletins (ou si tenu, lui aussi détruit par vos soins ? souligné ici en l'absence de vos réponses à nos questions précédentes sur ces points cruciaux), voici les «us et coutumes» que nous subissons «soit-disant» depuis 158 ans, car vous nous citiez une autre date dans votre précédent courrier. Mais ne nous perdons pas dans des «détails» à ce stade.

    … Elle est parfaitement connue des membres du Conseil fédéral et de la Chancellerie de la Confédération.»

    Permettez-nous d'en doutez au vu de ce qui précède, et si tel devait être le cas, votre commentaire tendrait à accréditer la thèse que ces instances favoriseraient, en pleine connaissance de cause, des méthodologies facilitant les fraudes électorales.

    6. Toutes les informations sur cette affaire ayant été données dans ma lettre du 3 août, il n'y a pas lieu de poursuivre au-delà de la présente lettre cet échange de correspondance.»

    Comme constaté ci-dessus, nous sommes en souffrance de réponses satisfaisantes de vos Services par votre biais. Le MCS et son Candidat réservent ainsi tous leurs droits et cet échange de courrier, effectivement stérile, sera transmis en temps utile, c.-à.-d. délais, à d'autres instances, tant en Suisse que dans l'Union européenne.

    Veuillez agréez, Monsieur le Secrétaire général adjoint, nos salutations distinguées.


    Pour le MCS :                                                        i.a.  F. de Siebenthal

    PJ

    Rappel:

    Le destinataire d'un acte doit interpréter la portée de celui-ci d'après le sens qu'il «pouvait raisonnablement lui attribuer en le considérant comme réellement voulu, sur la base de l'attitude antérieure du déclarant et des circonstances qu'il connaissait au moment où la déclaration lui a été faite (ATF 94 II101, pp. 104-105, JT 1969 I 27, P. 28, cité par Engel, Traité des obligations en droit suisse 2è éd. 1997, pp. 238-239). Une déclaration adressée à une autorité doit être comprise selon le sens que, de bonne foi, son destinataire doit lui prêter (ATF 102 Ia 92, c.2, rés. In JT 1978 I 30).

    L'administration étant davantage versée dans les matières qu'elle doit habituellement traiter, du moins formellement, on peut attendre de sa part une diligence accrue dans l'examen des actes qui lui sont soumis, notamment lorsqu'ils sont rédigés par des profanes, afin de leur donner un sens raisonnable, sans avoir à s'en tenir aux expressions inexactes utilisées (Egli, la protection de la bonne foi dans le procès, en Juridiction constitutionnelle et Juridiction administrative, Recueil des travaux publiés sous l'égide de la Première cour de droit public du Tribunal fédéral suisse, pp. 225ss, spéc. Pp. 236-237 et les exemples cités).

    De plus et selon la même logique, si le destinataire de ce recours ne répond pas aux formes de procédures, vous voudrez bien le faire suivre d'office à l'instance compétente. Il en est de même de l'application des articles invoqués.
    Liens sur l'affaire Ferraye qui tenait au coeur de M. Letellier, que justice soit faite à l'
    inventeur du procédé révolutionnaire qui a permis la maîtrise rapide des puits de pétrole mis à feu par l'armée de Saddam Hussein au Koweit en 1991, et qui s'est vu escroquer de plusieurs millards de dollars de royalties par les plus hautes instances politiques de plusieurs Etats. 




















    Résistances:



    Frauds in Votations and General Assemblies


    N’oublions pas que cette inauguration a eu lieu le 1er juin, jour d’ouverture du mois du Sacré-Coeur. Satan est vraiment au faîte de sa puissance, c’est trop visible.

    « Les Suisses ont mis sur l’une des cérémonies d’ouverture auprès les plus bizarres de l’histoire à marquer l’achèvement du plus long tunnel du monde. Célèbre pour leurs trains, les organisateurs encordés dans plus de 600 danseurs, acrobates et acteurs dramatiques et même composé très propre thème musical de la nouvelle route comme ils ont tiré tous les arrêts pour l’inauguration de mercredi dans le tunnel du nord du portail à Erstfeld. 

    La chancelière allemande Angela Merkel, le président François Hollande de la France et le Premier ministre italien Matteo Renzi sont tous venus dans le sud de la Suisse pour, une célébration fastueuse optimiste, avec des groupes de musique et des danseurs. »

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/06/illuminatis-au-saint-gothard.html

    0 0


    0 0


    0 0
  • 06/16/16--23:01: ASSASSINATS POLITIQUES ?
  • ASSASSINATS JUSTE AVANT UN REFERENDUM EN PASSE D’ÊTRE PERDU POUR L'UE


    ===== MA MISE EN GARDE DU 8 JUIN 2016 SE RÉVÈLE
    TRAGIQUEMENT EXACTE ET PRÉMONITOIRE =====
    LA DÉPUTÉE BRITANNIQUE JO COX, L'UNE DES PORTE-PAROLE DU MAINTIEN DANS L'UE, EST ASSASSINÉE DANS DES CONDITIONS QUI RAPPELLENT L'ASSASSINAT D'ANA LINDH, PORTE-PAROLE DU CAMP PRO-EURO, LORS DU RÉFÉRENDUM SUÉDOIS DU 14 SEPTEMBRE 2003
    --------------------------------------
    Ayant été interrogé par Radio Sputnik le 8 juin dernier - il y a 8 jours, j'avais mis en garde les auditeurs sur le fait que les partisans du maintien dans l'Union européenne étaient prêts à tout pour terroriser les électeurs. Et j'avais en particulier rappelé ce qui s'était passé dans les jours précédant le référendum du 14 septembre 2003 en Suède, pour ou contre l'adoption de l'euro.
    Voici le verbatim de mon entretien sur Radio Sputnik - que nous avions diffusé aussitôt sur la présente page facebook et sur notre site et qui peut être réécouté sur le site de la radio.
    -------------------------------------------------------
    Verbatim d'un extrait de mon entretien
    sur Radio Sputnik du 8 juin 2016 (à partir de 16'25")
    ------------------------------------------------------
    « Alors j’espère qu’au Royaume-Uni, il ne va pas se produire la même chose que ce qui s’était produit en Suède.
    Puisque je rappelle qu’en Suède, comme les sondages pour l’entrée de la Suède dans l’euro donnaient désespérément le Non gagnant, eh bien la porte-parole du camp du Oui, qui était Mme Ana Lindh, la jeune ministre des affaires étrangères du gouvernement suédois de l’époque, qui avait 42 ans et qui était une jeune femme très photogénique, et qui avait été l’égérie du camp du Oui, eh bien a été assassinée dans une galerie commerciale de Stockholm par un type.
    L’affaire a été à moitié élucidée -… c'est une espèce de Serbe sorti d’un hôpital psychiatrique, enfin un type qui a à peu près le profil de Lee Harvey Oswald, si vous voyez ce que je veux dire….
    Et elle a été, donc, assassinée deux jours avant la tenue du référendum.
    Et au lieu d’arrêter le référendum et de le reporter, eh bien le gouvernement du Premier ministre M. Personn, à l’époque Premier ministre de la Suède, a maintenu le référendum.
    Et pendant les 48 heures précédant le scrutin, on a chanté les louanges de cette femme qui avait été assassinée pour le triomphe du Oui. Et on a expliqué aux Suédois que cela allait changer probablement la donne, et qu'ils allaient voter Oui.
    Je ne sais pas si vous vous rendez compte.
    Il y a même eu un sondage Gallup, qui a été le dernier sondage publié, qui avait indiqué que le camp du Oui, miraculeusement, allait triompher, du fait de cet assassinat mystérieux.
    En fait, bon, ça n’a pas eu lieu. Le non l’a remporté en Suède.
    Et puis, ce qui est intéressant, c'est que toutes les prophéties d’Apocalypse qui avaient été faites pour la Suède, eh bien, donc c'était en 2003, eh bien treize ans après, plus personne n’en parle.
    Et pourquoi plus personne n’en parle ?
    Eh bien parce que la Suède, je ne vais pas dire qu’elle se porte merveilleusement bien car elle fait quand même partie de l’Union européenne. Mais elle est, parmi les pays de l’Union européenne, l'un des pays, sinon celui, qui se porte le mieux
    [...]
    Alors tout ça pour dire, j’espère que le Brexit…, il ne va pas y avoir…, je serais un des plus ardents partisans du camp du Oui au Royaume-Uni, je prendrais des gardes du corps.
    Parce que vous comprenez, si évidemment il y avait un attentat ou s'il y avait quelque chose comme ça qui se passait au Royaume-Uni, les médias vous expliqueraient aussitôt : « vous voyez, si on sort de l’Union européenne » ; ils feront un amalgame qui n’a aucun rapport entre, par exemple, le terrorisme, le risque d’attentat et puis la sortie de l’UE
    Enfin tout est possible, on a affaire à quelque chose, car là on touche au dur.
    Si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, ça va inéluctablement avoir un effet de domino parce que tout simplement les peuples d’Europe vont regarder ce qui va se passer et puis ils constateront que ce n’est pas l’Apocalypse promise par les européistes. »
    ---------------------------------------------
    Ce 16 juin, mes propos tenus il y a 8 jours viennent de se révéler tragiquement justes et prémonitoires.
    On a appris en effet, ce 16 juin 2016 après-midi, que la séduisante députée britannique pro-UE, très en pointe dans la campagne en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'UE, a été blessée par balles et poignardée à mort par un mystérieux assassin.
    Les dépêches de presse précisent obligeamment - alors même que l'enquête n'a pas démarré - que l'assassin aurait crié « Britain First ! » (« La Grande-Bretagne d'abord ! »), jeudi, au moment d'accomplir son geste....
    -----------------------------
    Commentaires
    -----------------------------
    Le mystérieux assassinat d'Ana Lindh - porte-parole du Oui à l'euro - était survenu en Suède le 11 janvier 2003, 3 jours avant le référendum pour ou contre l'euro, et alors que tous les sondages donnaient le Non à l'euro gagnant.
    Le mystérieux assassinat de Jo Cox - l'une des porte-parole du maintien dans l'UE - survient le 16 juin 2016, 6 jours avant le référendum pour ou contre la sortie de l'UE, et alors que tous les sondages donnaient le Brexit gagnant.
    Comme en Suède il y a 13 ans, cet assassinat est aussitôt médiatisé et vient bouleverser les derniers jours du référendum, au moment où tous les sondages donnent le référendum perdu pour le camp européiste.
    On notera que l'une des premières personnalités à réagir à l'assassinat de Jo Cox a été John Kerry, secrétaire d’État américain, qui s’est inquiété d’une « attaque contre tous ceux qui croient à la démocratie »....
    Comme en Suède il y a 13 ans, il est probable que, dans les prochains jours, des sondages miraculeux fassent état d'un soudain renversement de tendance et d'une victoire possible des européistes « par respect pour la défunte »...
    -------------------
    Pour les lecteurs qui veulent en savoir plus sur ce qui s'est passé en Suède en 2003, je renvoie à ma conférence "faut-il avoir peur de sortir de l'euro".
    En avril 2011 - il y a 5 ans - j'exposais ainsi comment les européistes étaient « passé à la phase 7 : l'exploitation indécente, incroyable d'un assassinat totalement inattendu.

    »
    Cela peut s'écouter ici, à partir de 22'25'' (mais la captation vidéo n'est pas parfaite ) :
    https://www.youtube.com/watch…
    ----------------------
    Pour les lecteurs qui souhaitent visionner cette conférence dans de meilleures conditions d'écoute et de visionnage, je leur suggère de visionner cet extrait de la même conférence, enregistré à Saint-Pierre de la Réunion le 20 juin 2015, 
    à partir de 1h27'03" :
    https://www.youtube.com/watch?v=LCOJzgjFYgY
    ----------------------
    Je présente toutes mes condoléances les plus attristées aux proches de la député Jo Cox, et je conjure le grand peuple britannique de faire comme les Suédois il y a 13 ans, c'est-à-dire de ne pas céder à l'émotion provoqué par cet assassinat aussi effroyable que mystérieux.
    François Asselineau
    16 juin 2016

    0 0

    1. « L’impôt doit être impersonnel. Ce principe signifie que son prélèvement ne doit pas impliquer des recherches de type inquisitorial sur la vie des personnes. C’est là une exigence tout à fait primordiale si on admet que la finalité ultime de la vie dans une société démocratique est le respect de la personne humaine et son plein épanouissement » 

      Maurice Allais

    2. et
    3. Monnaies sans endettement, injectées dans l’économie par voie de dépense de l’État ou donnée aux citoyens (comme au début d’une partie de Monopoly).



    4. faible production = peu d'argent,
      production moyenne = production moyenne d'argent, 
      production abondante = argent abondant, 
      production automatique = argent automatique.

      Le vrai problème, se distribuer les produits surabondants grâce aux robots de plus en plus nombreux et efficaces.

      On finance des guerres avec des milliers de milliards, pourquoi pas la paix avec quelques centaines de milliards ?

      La Suisse, premier pays sans chômeurs et SANS IMPÔTS, NI POUR LES PERSONNES, NI POUR LES ENTREPRISES.

      PAS DE DéCLARATION FISCALE, NI POUR LES PERSONNES, NI POUR LES ENTREPRISES.

      Le vrai paradis fiscal, la nique aux enfers fiscaux voisins et éloignés ...



      Nous sommes le Souverain, le Roi, qui ne doit pas être mis à nu par des manants impolis au service d'un état inquisiteur et impitoyable.

      On comble le trou SURTOUT PAR LE PARTAGE DES Créations Monétaires sans leur destruction automatique comme actuellement, sic, du néant à chaque création de dettes à intérêts composés exponentiels et au néant à chaque remboursement, ...ex nihilo et ad nihilo ... ce qui aggrave les crises...

      Ils doivent nous donner les chiffres des stocks et des flux des créations monétaires, en vertu du principe de la transparence ( Glasnost...). 

      Ces sommes énormes suffiront à couvrir tous nos besoins, publics et privés.

      On peut imaginer que 90 % des biens soient produits par des robots, il faudra bien nous les distribuer avec des tickets faciles à produire, tickets appelés argent...

      En cas improbable d'insuffisance, on peut imaginer une miette,  une MINUSCULE taxe AUTOMATIQUE sur les paiements électronique de plus de 100 mille milliards par année, sic...

      "les créateurs de monnaie sont les seuls à ne pas devoir publier le cumul de leurs actifs et de leurs flux. Nous demandons que les banques publient régulièrement leurs créations monétaires totales, leurs stocks et leurs flux, pas uniquement le bilan annuel et le compte de pertes et profits, qui cachent soigneusement la monnaie qui, par exemple, est créée pour spéculer, changer les prix des produits cotés en bourse et est détruite ensuite." en haute fréquence, en nano secondes...
      Ils ont actuellement au moins sept manières d'abuser du système.
      http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/01/creation-monetaire-bancaire-du-neant-ex.html

      Reprise du contrôle des créations et flux monétaires pour le Souverain suisse, des milliers de milliards, chiffres secrets, au moins 3 mille milliards avec les devises, 200 milliards par année, quel enjeu !
      "Il existe de nombreuses manières d'organiser un système bancaire, celle que nous utilisons aujourd'hui est la pire de toutes." - 
      Mervin King, gouverneur de la Banque d'Angleterre du 1er juillet 2003 au 1er juillet 2013
      La Banque Centrale d'Angleterre, dans son dernier bulletin sorti le 14 mars 2014, démonte consciencieusement les idées fausses qui sont encore largement enseignées dans de nombreux cours d'économie à propos de la monnaie, et les remplace par une description complète de la réalité des faits.




    5. «Une taxe sur les transactions financières pourrait remplacer tous les impôts actuels»


      Dans son dernier ouvrage*, Marc Chesney dresse un parallèle entre la Première Guerre mondiale et la crise financière de 2008. Pour le professeur de finance de l’Université de Zurich, une société civilisée vacille dans les deux cas. Aujourd’hui, une aristocratie financière a pris le pouvoir au détriment du reste de la population, dénonce-t-il, tout en proposant des solutions. Entretien.
      Le Temps: Vous comparez la crise financière et la Première Guerre mondiale, n’est-ce pas exagéré?
      Marc Chesney: Il s’agit uniquement de comparer l’Europe de 1914 à celle d’aujourd’hui. A l’époque, une société civilisée a subitement basculé dans la barbarie. Actuellement, la société vacille sur elle-même, tremble sur ses fondations, confrontée qu’elle est à une crise d’une grande ampleur, une crise aux dimensions non seulement financières, mais aussi économiques, sociales, politiques et environnementales. Une aristocratie financière a pris le pouvoir. Elle se drape dans les habits du libéralisme, mais sa pratique quotidienne contredit souvent les principes de base. Cette aristocratie arrive à imposer sa politique et ses intérêts. Ceux-ci ont provoqué la crise et nuisent aux perspectives d’amélioration. Si les dégâts causés par la crise sont d’une autre nature que ceux de la Grande Guerre, ils sont néanmoins dévastateurs.
      Lire aussi: En Suisse, les inégalités de revenu sont moins flagrantes qu’ailleurs
      Le nombre de chômeurs dans le monde a augmenté d’environ 60 millions par rapport à 2007. Dans de nombreux pays européens, des pans entiers de la population perdent espoir, perspectives et repères. Ils sont confrontés à une situation difficile dont l’issue semble incertaine. Les frémissements de croissance sont une illusion car les véritables problèmes n’ont pas été résolus.
      – Vous le dites, la croissance frémit. N’est-ce pas le signe que nous sortons finalement de la crise?
      – La chute des prix du pétrole explique principalement ces frémissements de croissance. Mais les problèmes de fond demeurent: au niveau international le chômage et le sous-emploi sont énormes, les particuliers et les entreprises subissent des niveaux d’imposition bien trop élevés alors que les grandes banques sont sous-imposées. Quant à la politique de la Banque centrale européenne (BCE), qui consiste à maintenir un taux d’intérêt très faible et à inonder les marchés financiers de liquidité, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Ces liquidités, au lieu d’être investies dans l’économie, stagnent le plus souvent dans le secteur financier et contribuent au développement de la finance casino.
      – Pourtant, des mesures ont été prises depuis la crise, notamment pour renforcer l’assise financière des banques pour éviter que les Etats ne doivent se porter à leur secours…
      – En apparence effectivement. En réalité les lobbys sont à l’œuvre pour soit vider de leur contenu les projets de réformes, soit les complexifier de manière démesurée. En dernière instance, c’est le contribuable, sans parler du client, de l’employé et de l’actionnaire, qui le cas échéant s’acquitte de la facture laissée par les banques systémiques. Cette situation contredit un des principes de base du libéralisme, en l’occurrence que ceux qui prennent des risques se doivent de les assumer. Les banques systémiques sont incitées à prendre des risques et ce, aux dépens de la société.
      – Vous êtes partisan d’une taxe sur les transactions financières, mais qui n’a rien à voir avec la taxe Tobin. Pouvez-vous en dire plus?
      – Il s’agirait, comme le propose le financier zurichois Felix Bolliger, de taxer tous les paiements électroniques, comme les factures de restaurant… et pas seulement les achats d’actions ou d’obligations. En Suisse ces paiements sont de l’ordre de 100 000 milliards de francs par an. C’est énorme. Il s’agit d’environ 160 fois le PIB du pays.
      Lire aussi: L’éloge de la rupture économique de Philippe Aghion
      Il suffirait de prendre 0,2% sur chaque transaction pour obtenir 200 milliards, soit davantage que l’ensemble des impôts perçus en suisse, qui est de l’ordre de 170 milliards. Une telle taxe, si elle était introduite, pourrait théoriquement remplacer tous les impôts actuels et permettrait de simplifier le système fiscal. Cela pourrait délester l’économie d’activités qui lui sont néfastes comme le trading à haute fréquence.
      – Certaines transactions ne se déplaceraient-elles pas simplement ailleurs, où aucune taxe n’est perçue?
      – Oui, la Suisse risquerait de perdre certaines activités. Lesquelles? Les activités de négoce à haute fréquence par exemple? Elle peut certainement se passer des transactions sur actions exécutées en quelques microsecondes, c’est-à-dire d’activités de la finance casino. Et elle en gagnera par ailleurs, parce que les entreprises, tout comme le contribuable, bénéficieraient dans ce cas d’une véritable baisse des impôts qui leur permettrait d’investir et de créer des emplois.
      – Une telle proposition pourrait-elle vraiment être mise en œuvre?
      – Nous avons besoin – la Suisse, mais en général l’Europe aussi – de politiciens qui prennent leurs responsabilités et s’émancipent des lobbys de cette aristocratie financière. La société se doit aussi de comprendre les enjeux, même si, il est vrai, un certain jargon est favorisé pour rendre le tout très opaque. Des termes comme hors-bilan, trading à haute fréquence, darks pools sont souvent utilisés, mais qui comprend vraiment ces termes? Cette complexité permet à un secteur composé de «spécialistes» – l’aristocratie financière – de détenir le pouvoir aux dépens de la démocratie.
      – Ne noircissez-vous pas quelque peu le tableau? Si l’on prend UBS, la banque a beaucoup changé depuis son sauvetage en 2008. Elle a augmenté ses fonds propres et considérablement réduit ses activités de banque d’affaires par exemple.
      – Tant mieux. Mais regardez les bonus, les politiques de rémunération n’ont pas vraiment changé. A Credit Suisse, le directeur général sortant Brady Dougan a perçu approximativement 160 millions de francs durant son mandat, alors que pendant la même période le cours de bourse de celle-ci s’est effondré d’environ 75%. Par ailleurs, la banque a dû s’acquitter en 2014 d’une amende record de 2,8 milliards de dollars pour avoir incité des contribuables américains à échapper au fisc. Du point de vue économique aussi, ces rémunérations sont tout simplement injustifiables. Certains actionnaires réagissent, mais ils sont une minorité. Que font les autres?
      – La question portait sur UBS…
      – Parlons-en! Ces dernières années, elle a été confrontée à une série de scandales. Après les manipulations des taux Libor et des changes, l’aide à l’évasion fiscale, quel sera le prochain? La situation requiert un travail en profondeur. Le monde académique porte aussi sa part de responsabilité. Comparés aux programmes de cours datant d’avant la crise, les programmes actuels en finance n’ont pas suffisamment été modifiés. Dans les cours de finance, la question des prix des actifs est au premier plan, or c’est des valeurs de notre société qu’il faudrait parler. Actuellement, elles sont purement financières, le problème étant précisément que les valeurs d’une société démocratique et civilisée ne sauraient être purement financières.
      Marc Chesney «De la Grande Guerre à la crise permanente», Presses polytechniques universitaires romandes, avril 2015.


      Pour un capital social local. Le Polypoly.



      Pour une vraie démocratie économique de base. Cercles de création de capital ( 3C ).

      Le monde actuel vit dans un vieux système atroce et stupide qui pousse aux guerres car il détruit l'argent par la rigueur. Chaque remboursement de dette est une destruction d'argent qui aggrave les crises. Démonstrations:





      http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/05/destruction-de-la-monnaie-par-la.html

      http://desiebenthal.blogspot.ch/2014/11/la-suisse-lavant-garde-de-la-robolution.html

      https://communities.cyclos.org/register/app/form

      Comment résister immédiatement et faire un capital et un crédit démocratique au niveau local ? Le polypoly (c).
      Un système simple pour échanger des biens et des services dans le cadre d’un club privé. L'unité de compte est par exemple le temps, la minute, l'heure ou le jour de travail, ou toute autre mesure culturellement acceptée localement. ( www.Wir.ch, SELS, TIMEBANK, francs locaux, nantos, Ithaca, ...)
      Comment ouvrir une banque locale sans intérêts par l'utilisation de simples cartes.


      Je vais maintenant vous apprendre à ouvrir une banque locale, ce qui est  facile à faire. Des banques locales analogues ont été établies en Suisse par des agriculteurs. Le banquier est un agriculteur, la banque se trouve dans une ferme, les clients sont des agriculteurs, et les propriétaires de la banque sont des agriculteurs. Puisque les banques sont très petites et dans de petites maisons, et parce que vous n'avez pas besoin de gros véhicules blindés et de sécurité personnelle, ces banques sont très économiques et efficaces. L’union de Raiffeisen et de Wir.
    6. http://desiebenthal.blogspot.ch/2011/05/pour-un-capital-social-local-le.html
    7. « L’impôt doit être impersonnel. Ce principe signifie que son prélèvement ne doit pas impliquer des recherches de type inquisitorial sur la vie des personnes. C’est là une exigence tout à fait primordiale si on admet que la finalité ultime de la vie dans une société démocratique est le respect de la personne humaine et son plein épanouissement » 

      Maurice Allais
    8. TARGET2 facts in 2014
      No of participants TARGET2 had 1,007 direct participants, 837 indirect participants and 5,037 correspondents
      No of ancillary systems TARGET2 settled the cash positions of 84 ancillary systems
      Daily averages TARGET2 processed a daily average of 354,263 payments, representing a daily average value of €1.9 trillion
      Average transaction value €5.5 million
      Payment values more than two-thirds of all TARGET2 payments had a value of less than €50,000 each; 13% of all payments had value of over €1 million
      Peaks the peak in volume turnover was 30 June 2014 with 568,060 transactions and peak value turnover was on 30 April 2014 with €3,155 billion
      Large-value payment system traffic TARGET2’s share in total large-value payment system traffic in euro was 91% in value terms and 61% in volume terms
      SSP technical availability 100%
      99.9% of TARGET2 payments were processed in less than five minutes

      http://www.ecb.europa.eu/paym/t2/html/index.en.html

    0 0
  • 06/19/16--03:44: Gothard: stop illuminati


  • Pédo-criminels au pouvoir ?

    N° 29 | 19.6.2016

    Exergue

    Cette 29e livraison d'Antipresse est un peu particulière. Face aux réactions alarmées ou hilares suscitées par la fameuse cérémonie du Gothard, le 1er juin (rapportée en brève dans Antipresse 28), nous avons décidé de consacrer un numéro spécial à ce «happening» étrangement sous-médiatisé en Suisse... et surcommenté jusqu'au délire dans le reste du monde.
    Il nous a semblé, par-delà son fatras visuel et symbolique, que cet événement était hautement représentatif d'un état d'esprit et d'un état d'âme régnant dans les «élites» suisses et européennes au début du XXIe siècle. Une mise en scène aussi grossièrement explicite désarme toute analyse et ne laisse place qu'à la littérature et à la dérision.
    Nous vous proposons donc notre réinterprétation, satirique et burlesque, de la vieille légende du Pont du Diable, inscrite dans les fondements mythologiques de la Suisse, mais actualisée à la lumière de la scénographie offerte au public par les sphères officielles de ce pays lors de l'inauguration solennelle de la plus ambitieuse œuvre commune de toute son histoire.
    Vu la longueur exceptionnelle du texte, la rubrique du Désinvité a été supprimée dans cette édition.

    NOUVELLEAKS par Slobodan Despot

    ON NE TROMPE PAS LE DIABLE DEUX FOIS

    Conte suisse 2.0
    Note de l’auteur : Cette nouvelle version du « Pont du Diable » est une pure œuvre de fantaisie. Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé serait totalement fortuite.

    I. Son petit train électrique

    Le Prince des Ténèbres s’ennuyait depuis près de mille ans sur son rocher du Gothard lorsqu’il sentit, vers la fin du XXe siècle, des foreuses lui chatouiller le séant. Les industrieux descendants des Helvètes aux bras noueux venaient d’entamer le chantier de ce qui devait être le tunnel le plus long du monde. Il se frotta les griffes !
    Depuis près de mille ans, il ruminait son humiliation par ces montagnards pour qui il avait construit un premier pont en une seule nuit. Leur modeste contrepartie consistait à lui céder la première âme qui le franchirait. Et ces madrés apprentis-banquiers lui avaient dépêché… une chèvre ! Cette fois-ci, il comptait bien récupérer son dû. Il attendit donc, patiemment ou impatiemment, on ne le sait pas : car que pèsent dix-sept années dans l’agenda du Diable ?
    Dix-sept ans et onze virgule un milliards de francs plus tard, les gnomes désormais urbanisés organisèrent une grande fête pour inaugurer leur œuvre, dont ils s’attribuaient tout le mérite. Ils ne savaient pas qu’on ne creuse pas même une taupinière dans ces montagnes sans son aval. Ils ignoraient que les neuf vies perdues « par accident » au fil des travaux n’étaient qu’un acompte sur ses services. Un ouvrier tous les six kilomètres de galerie ! A l’époque, il avait demandé une âme pour dix mètres de passerelle… Mais il les avait laissés faire, se contentant de leur souffler quelques suggestions.
    Les descendants n’étaient pas du même bois que les aïeux. Ils étaient plus réceptifs, plus « ouverts » comme ils le disaient eux-mêmes. Les retourner n’était qu’un jeu d’enfant. Le Malin décida que leur prodige d’Ingénierie serait son cadeau du millénaire, comme les éternels adolescents s’offrent un petit train électrique à cinquante ans.
    Ce premier jour du mois de juin de l’an de grâce 2016, Satan s’installa donc devant son écran plasma et s’apprêta à savourer la cérémonie d’ouverture. Il fit défiler les chaînes nationales, mais ne trouva nulle part la retransmission. Les bulletins de nouvelles n’en passaient que des bribes, très brèves, très recadrées, avec des commentaires presqu’embarrassés. La grande messe noire que lui avaient annoncée ses espions était pourtant devisée à huit millions. Les nains avaient vu les choses en grand : six cents figurants, des chœurs, des orchestres, des écrans géants. Ces lèche-culs avaient même fait venir un metteur en scène allemand, pour flatter le grand empire voisin et bien montrer qu’ils ne savaient plus rien faire tout seuls. (Décidément, les temps ont bien changé, s’était dit l’Ennemi en se lissant les cornes.)
    Tout cela était bien alléchant, mais à quoi bon si on ne le retransmettait pas en diablovision urbi et orbi? Les médias assommaient leur public avec des ouvertures de jeux olympiques qui coûtaient à peine davantage. Sans oublier l’incessant matraquage des events de l’Expo.02, en 2002… Et maintenant ?Black out sur le chantier du siècle ? Il mettrait bon ordre à tout cela ! En attendant, il se passa quelques vidéos de l’État islamique dont il goûtait l’exécution soignée et l’humour subtil.

    II. Le debriefing

    La cérémonie une fois terminée, le Prince des Ténèbres convoqua en sa caverne alpestre ses sbires et ses indics, qu’il avait infiltrés parmi le personnel et les invités de la manifestation. Ces démons mineurs se mirent à caqueter tous en même temps.
    — Silence ! tonna le Maître des Enfers. C’est moi qui pose les questions. Et je ne veux entendre qu’une seule voix !... La cérémonie fut-elle en tout point conforme aux normes sataniques ?
    — Oui, Maître ! s’écrièrent les démons d’une seule voix.
    — Fut-elle cacophonique, puante et laide à souhait ?
    — Oh oui, Maître !
    — Mes attributs et symboles ont-ils été disposés en bonne place ?
    — Oui, Maître !
    — Honorés et vénérés sans équivoque ?
    — Oui, Maître !
    — Y a-t-on représenté mes fidèles lieutenants ?
    — Oui, Maître, en l'apparence de Baphomet, le démon ailé aux seins de femme. On lui a même ajouté une jolie tête blafarde d’hydrocéphale mort-né.
    — Et ma maudite personne ?
    — Oui, Maître, sous l’effigie d’un grand bouc.
    — A-t-on fait défiler l’humanité esclave à mes pieds ?
    — Oui, Maître, sans le moindre doute. Une armée de prolétaires, tout d’orange vêtus, avançant au pas de zombie sous l’aile du Baphomet…
    — Et mes domestiques humains, ces larves complaisantes ?
    — Offerts comme sur un plateau en sous-vêtements blancs, Maître, et dans des poses lascives.
    — Leurs plateformes, qui plus est, étaient poussées à grand-peine par des prolétaires, pour bien distinguer la caste initiée de la caste laborieuse, ajouta un démon isolé dans un élan de pédanterie.
    — Une seule voix ou rien, ai-je dit !
    Le démon dissident s’évapora aussitôt dans un nuage de soufre. Le lendemain, le Département fédéral de la Justice déplora par communiqué la disparition d’un de ses plus compétents chefs de service lors d’une randonnée en montagne.
    — Il n’empêche, poursuivit le Tentateur après avoir foudroyé le bavard, cette attention aux détails me plaît. On reconnaît bien là l’esprit germanique ! Aurait-on poussé la prévenance jusqu’à convier ma fiancée, la Putain de Babylone ?
    — Oui, Maître : la Femme Écarlate était bien là, impossible à confondre dans sa robe rouge ! Elle était grosse de vos œuvres et portait, par surcroît de dérision, un vicieux petit sac à l’effigie de la croix suisse…
    — Ah, leur croix blanche ! Ils la mettent à toutes les sauces sitôt qu’il s’agit de fourguer du bibelot. Elle se vend si bien qu’on en aura bientôt oublié sa détestable signification !
    Sur ces mots, le Diable fut pris d’un rire tonitruant qui fut enregistré par les sismographes dans tout le massif du Gothard.
    — Bien ! Bien ! Bien ! Mes petits démoncules, tout ceci me paraît fort bien emmanché. A-t-on proclamé, en fin de compte urbi et orbi mon Nom maudit ?
    La troupe démoniaque fut parcourue d’une hésitation. Un ange essaya de passer.
    — Comment ? Je ne vous entends pas !
    — C’est-à-dire, Maître… La cérémonie n’était guère verbale. Ce n’était pas le concept. Même les chants étaient dépourvus de paroles audibles.
    — L’a-t-on écrit alors, en grandes lettres de feu et de suie ?
    — Euh, l’écrit n’était pas non plus dans le concept, Maître… Mais ils ont vu Votre maudit visage se dessiner mille fois sur leur écran géant, avec des effets de stroboscopie…
    — Maigre consolation… Un petit pentagramme, au moins ?
    — Non, mais tous ont pu Vous admirer, sous la forme du Bouc, besognant sur scène la Femme Écarlate !
    — Une telle scène, Maître, se passe de sous-titres, enchérit un incube imprudent qui fut aussitôt éviscéré. Le lendemain, on apprit qu’un illustre réalisateur suisse, dont les films dépassaient les mille entrées, était mort d’overdose.
    — Je sens le doute en moi s’immiscer, marmonna le Diviseur. Vous n’allez pas me dire encore qu’on a invoqué une fois de plus l’Autre, l’Innommable…
    — Vous voulez dire le Christ, Maître ? demanda un lémurien distrait qui fut immédiatement emporté dans un cri glaçant par des chauves-souris géantes. Le lendemain, un éminent professeur de théologie fribourgeois ne se présenta pas à ses cours.
    Les autres n’en firent aucun cas, mais protestèrent à l’unisson :
    — Oh, non, Maître ! Pas une seule fois ! Soyez tranquille !
    — J’ai pourtant lu qu’on avait convoqué les prétendues « autorités religieuses »…
    — Certes, Maître, mais nous en avons profité pour jeter la discorde entre les pseudo-chrétiens en remplaçant le pasteur par un imam et en oubliant totalement l’orthodoxe ! Puis on les a tous envoyés en troupeau bénir un coin de tunnel désert. Personne n’en a fait cas.
    — Ne me mentez pas ! rugit l’Obscur. La radio a bien rapporté la présence d’un évêque dans le cortège !
    Sur ces mots, la troupe bigarrée des démons mineurs pouffa d’un rire franc qui laissa le Maître pantois.
    — Mais non, Maître ! Ce n’était qu’un figurant avec une mitre ! Un évêque de carnaval ! Une potiche ! Un conciliaire !
    — Vous me rassurez sur ce point. Mais mon triomphe est bancal. Au lieu de messe noire, les médias ne parlent que de « légendes montagnardes », de « folklore alpin »…
    — Enfin, Maître… C’est ce qui figurait dans le communiqué de presse, pour berner le bon peuple avant la cérémonie. Vous savez très bien, Maître, que les journalistes ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez, même quand ils se retrouvent face au Diable en personne dans un tunnel.
    — Vous m’en direz tant ! Ne cherchez-vous pas à m’enfumer ?
    La servile assemblée s’émut tant que chacun, malgré la menace, se remit à glapir pour lui-même.
    — Depuis quand le folklore alpin comprend-il les scarabées égyptiens ?
    — L’arbre de vie renversé ?
    — Le sacrifice de l’Agneau ?
    — La croix couchée ?
    — Les esprits-meules de foin du vaudou ?
    — La cheffe de cérémonie en tunique blanche déchirée ?
    — Que vous faut-il de plus, Maître ?
    Débordé par le tumulte, le Prince de ce monde renonça à sévir. Lorsque les mauvais esprits se furent calmés, il étira ses bras et parla ainsi :
    — Je vous ai compris ! Cette cérémonie me plaît assez, ne serait-ce que par sa saine laideur foutraque ! A-t-elle été applaudie par le peuple, toujours friand de mardis gras et de saturnales ?
    — Oh, Maître, les édiles étaient ravis !
    — Les notables éblouis !
    — Les conseillers abasourdis !
    — Les communicateurs ébahis !
    — Taisez-vous ! Une seule voix, je vous rappelle !
    — Oui Maître, reprit le pandémonium d’une seule voix. Toute l’élite helvétique et eurocratique était là. Et elle applaudissait à tout rompre ! Les ministres et les chefs d’État avaient la bouche en cul-de-poule comme des satrapes goûtant les poèmes du sultan.
    — Toute l’élite, cela fait combien de monde ? Était-ce un nouveau Woodstock, au moins ? Une Nuit debout ?
    De nouveau, un ange tenta de passer. Cette fois-ci, il y réussit.
    — Euh… Maître… On a visé surtout les décideurs. C’était le concept.
    — Les décideurs, cela nous donne combien ?
    — Mille personnes, Maître…
    — Mille personnes ? Mille personnes ! Vous vous foutez de moi ? Pour une cérémonie à huit millions ? Quel gaspillage ! Je ne reconnais plus mes Suisses !
    L’immense éclat de voix fit effondrer un pan de rocher dans le canton d’Uri. On déplora six victimes.
    — C’est quand même tout ce qui compte en Suisse et en Europe, Maître.
    — Ne me vendez pas votre baratin de relations publiques ! Pas à moi ! Les « tout ce qui compte » autoproclamés, ça vaut pipette ! Je les connais trop bien : ils travaillent presque tous pour moi. C’est le peuple qu’il me faut, les ignares, les candides, les béotiens, les supporters de football !
    Dans son emportement, le Seigneur des Mouches se transforma en un tourbillon de glaires qui recouvrit l’infernal parlement de crachats gluants.
    — C’est la télévision qu’il me faut, m’entendez-vous ? tempêta la nuée visqueuse. La télévision, pharmacie de l’immondice, hospice de la vulgarité, boulevard de la bêtise ! La télévision, ce vase d’iniquité, ce lavage de cerveau permanent ! La télévision, cet encéphalogramme du nivellement par le bas et le plus bas encore ! Bref…
    Il s’était rhabillé en tissu de ténèbres et rassis sur son trône.
    — Bref : je veux voir ma cérémonie transmise en Eurovision !
    Les démons écarquillèrent leurs yeux injectés.
    — En différé, Maître ? Aucun producteur ne la prendrait.
    — Oui, Maître : c’est déjà une vieille histoire. Tout événement passé devient ringard dans l’heure, ajouta un lézard à lunettes rondes qui voulait faire l’avantageux. Il fut aussitôt vitrifié. Le lendemain, la Première chaîne nationale mit au concours le poste de rédacteur en chef de l’information.
    — Qu’à cela ne tienne ! Amenez-moi les producteurs du spectacle !

    III. Rencontre au sommet

    Le soir même de la cérémonie d’inauguration, un étrange incident se produisit dans le tunnel du Gothard. Un train spécial avait été affrété pour un aller-retour dans les galeries avec les VIP et les organisateurs du spectacle. Vers le milieu du trajet, le conducteur crut voir une silhouette se jeter sur les voies et déclencha le frein d’urgence. Au même moment, la lumière vacilla et s’éteignit. Après quelques minutes, l’éclairage revint de lui-même et le train put repartir : le conducteur avait manifestement été victime d’une illusion d’optique.
    On s’aperçut alors qu’il manquait quatre personnes dans la voiture présidentielle : le metteur en scène, l’acteur qui jouait le bouc et celui qu’on avait affublé d’ailes et d’une tête de bébé mort-né pour jouer l’Antéchrist, et puis surtout… Madame la Ministre des Transports, vedette et patronne de l’événement. Aucune porte n’avait été ouverte : ils étaient tous quelque part dans le train. Mais où ?
    Pendant que les services de sécurité se grattaient le crâne, les quatre disparus se regardaient dans le blanc des yeux au milieu d’un vaste hall sans fenêtres orné d’immenses rideaux de velours rouge. De faibles néons grésillants dessinaient autour d’eux comme un test de Rorschach d’ombres et de mouvements indistincts. Puis une voix caverneuse résonna dans leurs têtes.
    — Madame, Messieurs et tout ce qu’il y a entre deux, soyez les bienvenus en mon austère demeure !
    Ils se tournèrent vers le coin le plus sombre de la cathédrale de béton et n’y virent qu’une paire de braises rougeoyantes.
    — Je sais : ça fait un peu blockhaus. Mais nous faisons notre possible pour vous obliger.
    Aussitôt, ils sentirent derrière leurs mollets le rebord de quatre fauteuils de cuir rouge et s’y assirent machinalement. La ministre fut la première à ouvrir la bouche :
    — Où sommes-nous ? Si c’est un kidnapping, je vous avertis…
    — Ne vous alarmez pas, Madame : vous êtes aussi libres que des humains peuvent l’être. Quant au lieu… vous n’êtes qu’à quelques mètres au-dessus de votre train, au milieu du Gothard.
    — Comment cela ? Je connais par cœur les plans. Il n’y a rien au-dessus du tunnel.
    — Rien sur les plans, non. Mais vous connaissez les ingénieurs : sitôt que vous leur parlez sécurité et progrès, ils se mettent en quatre. Cette annexe ne vous aura coûté que deux ou trois cents millions. Bien moins que la surfacturation de vos contractants…
    — Qui êtes-vous d’abord, Monsieur ? s’empressa de demander la ministre, qui s’était recomposé une posture officielle.
    — Vous le saurez assez tôt, Madame. Mais de grâce, épargnez-moi ce sourire idiot.
    — Mais je ne souris pas. Je n’ai aucune envie de sourire !
    — Elle ne sourit pas, Maître, flûta soudain une voix multiple et haut perchée, comme un chœur de castrats. Ce n’est que le rictus boutiquier des officiels suisses. Ils l’affichent tout le temps, même quand ils dorment.
    — Ce me semble être une moquerie…
    — Non, Maître, c’est une crampe des zygomatiques. A force de vouloir rassurer et plaire à tout le monde, elle est devenue congénitale. Ils ne s’en rendent même pas compte !
    Les quatre otages assistaient médusés à ce dialogue sans visages.
    — Madame, reprit la voix grave, je dois vous dire que vous m’avez fait un honneur et un grand plaisir par votre tenue.
    Sans s’en rendre compte, la ministre jeta sur ses atours un regard coquet.
    — Cela vient de chez…
    — Oui, Madame : de chez nous. Une belle femme comme vous se postant en robe de vierge déchirée devant l’un de mes antres c’est… comment dire ? Du plus haut érotisme satanique !
    — Et d’une belle dérision à l’égard de l’Autre, de l’Innommable… enchérit la voix plurielle.
    Les quatre humains furent soudain pris de panique. Les deux comédiens se prirent par la main.
    — En effet, jeunes gens : vous voici chez Satan ! Lucifer ou Belzébuth si vous préférez…
    Le rocher trembla. Une lueur bleue parut dans le coin sombre et révéla quelques formes. Soudain, l’interprète d’Antéchrist poussa un cri aigu et se recroquevilla sur sa chaise, faisant tomber ses prothèses mammaires.
    — Mais… Maître ! Ce n’est même pas un trans ! C’est un homme déguisé !
    — On n’en avait pas sous la main… expliqua le metteur en scène comme pour s’excuser.
    — Et alors ? Encore mieux ! Ce mauvais déguisement ne fait qu’ajouter le factice à la dérision. Mais qu’avez-vous donc, jeune homme ?
    — Aah, rappelez ces araignées !
    — Il est arachnophobe, ajouta le metteur en scène. Mais où voit-il des araignées ?
    — Oh, cela me revient, fit l’Immonde. Ceux qui me craignent me voient sous l’aspect de leur pires cauchemars. Tu me paraissais plus fier en éventant les esclaves humains de tes ailes blanches, mon garçon…
    Comme le comédien tremblait de tous ses membres, le Malin s’apitoya.
    — Peut-être seras-tu plus à l’aise en compagnie de celui que tu singeais, mon fidèle Baphomet ?
    L’ombre grouillante se changea aussitôt en un démon hideux à tête de bouc et ailes de chauve-souris, des seins de femme très pâles sortant de sa poitrine velue. Les trois autres se couvrirent la face, mais le pseudo-Antéchrist s’effondra au sol. Son âme s’envola au ciel comme la buée d’un vapoteur.
    — Peste ! tonna le démon. Une âme de perdue !
    — Malédiction ! Il n’a pas supporté la vision de la laideur. C’était un agent de l’Ennemi, de l’Autre, de l’Innommable…
    — Vous pourriez lire plus attentivement les CV de vos figurants, monsieur le Régisseur, gronda le Pervers.
    L’adipeux metteur en scène sembla se liquéfier.
    — Pardon, monsieur… Satan ! Je… On ne m’y reprendra plus…
    — Aucun risque, en effet. Et maintenant, Madame, à nous deux. Pourquoi avez-vous empêché le peuple de voir mon apothéose ?
    — Mais… Je n’ai rien empêché du tout.
    — Si. Vous avez réservé ma messe noire à un millier de VIP inutiles. Vous avez dépensé huit mille francs par place assise ! Pensiez-vous que le bon peuple ne méritait pas de voir le spectacle ? Qu’il n’était qu’une quantité négligeable ? Ou l’avez-vous simplement oublié dans l’équation, comme d’habitude ?
    — N… non. C’était le concept.
    — Eh bien, votre concept, vous allez le changer.
    Instinctivement, la ministre avait déjà tiré son portable de son sac à main.
    — Vous allez m’appeler vos collègues ministres aux manières de sommeliers, vos chefs de cabinet métrosexuels, vos copains patrons de presse et même s’il le faut vos camarades du Parti demicrotte-clampin. Et vous leur direz de passer mon apothéose en Eurovision !
    Sur ces mots, le Bouc se manifesta pour la première fois :
    — Excusez-moi, monsieur… monsieur Lucifer, mais je crois que c’est impossible. Le Diable lui-même ne pourrait faire repasser un event périmé à la télévision…
    — Oui, que voulez-vous : au XXIe siècle, l’audimat est la divinité suprême, confirma le metteur en scène allemand.
    Ce furent leurs dernières paroles. A la place du comédien, ne resta sur le fauteuil qu’un trophée de chamois, et une flaque de saindoux se substitua au lard germanique. La ministre, comprenant qu’on ne plaisantait plus, masqua son éternel sourire de la main gauche tandis que sa droite composait fébrilement des numéros.
    — Ne vous pressez pas, Madame, le Diable a tout son temps, reprit la voix sur un ton patelin. Vous êtes désormais mon hôte chérie et choyée. En attendant que votre mission soit accomplie, nous enverrons un de nos démoncules prendre votre place. Vos concitoyens n’y verront que du feu. Quant à ces trois insignifiants, on aura oublié leur disparition dès les prochaines nouvelles de 20 heures…

    IV. Épilogue

    Le metteur en scène et les deux comédiens ne furent jamais retrouvés dans le train officiel. Le mystère de leur disparition demeura entier et le tunnel du Gothard, comme le pont médiéval, fut baptisé depuis lors le tunnel du Diable. Quant à la ministre, elle finit par sortir du cabinet de toilette où elle était allée se repoudrer minutieusement. Elle a repris ses fonctions avec entrain et même soufflé l’office fédéral de la Culture à un collègue endormi. Elle annonce d’importants événements culturels et médiatiques en Suisse pour ces tout prochains mois.
    http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/06/fraudes-electorales-scandale-du-st.html

    Résistances:





    Frauds in Votations and General Assemblies


    N’oublions pas que cette inauguration a eu lieu le 1er juin, jour d’ouverture du mois du Sacré-Coeur. Satan est vraiment au faîte de sa puissance, c’est trop visible.

    « Les Suisses ont mis sur l’une des cérémonies d’ouverture auprès les plus bizarres de l’histoire à marquer l’achèvement du plus long tunnel du monde. Célèbre pour leurs trains, les organisateurs encordés dans plus de 600 danseurs, acrobates et acteurs dramatiques et même composé très propre thème musical de la nouvelle route comme ils ont tiré tous les arrêts pour l’inauguration de mercredi dans le tunnel du nord du portail à Erstfeld. 

    La chancelière allemande Angela Merkel, le président François Hollande de la France et le Premier ministre italien Matteo Renzi sont tous venus dans le sud de la Suisse pour, une célébration fastueuse optimiste, avec des groupes de musique et des danseurs. »

    Quand la Suisse a offert 17 milliards de dollars pour les attentats du 11 septembre

    Jacqueline de Croÿ - 20 janvier 2010

    Tout commença en 1991, après qu’une milice incendia 1164 puits de pétrole Koweïtiens. La destruction des tours anéantira 4000 enquêtes sur le blanchiment d'argent, qui devaient mener au vol de 157 milliards de dollars issus de la mise à feu des puits de pétrole, dont 17 milliards ont été assurés par la Suisse. Le dossier a atterri dans le Secret Défense français, joint au dossier de pédopornographie Zandvoort, via le réseau Coral.

    Deux inventions venaient de bouleverser la planète : l’une pour éteindre un puit de pétrole incendié en cinq minutes alors que le procédé original prenait six mois ; l’autre pour empêcher que le pétrole n’inonde le désert, alors que le procédé original obligeait à condamner le puit et en forer un nouveau.
    Joseph Ferrayé pensait que le juste prix des royalties lui revenant pour ses inventions à 30 millions de dollars par extinction de puit de pétrole en feu. Il serait l’homme le plus riche du monde, si le système judiciaire européen n’avait pas été rodé à légaliser n’importe quelle escroquerie par le vol des pièces principales du dossier au greffe des tribunaux, pour ensuite déclarer le plaignant fou sur base d’un faux rapport psychiatrique.
    Le procédé Ferrayé assurait l’extinction des incendies koweïtiens en trois mois, alors que le système traditionnel assurait une catastrophe économique et écologique de 8 à 12 ans, avec une retombée de 5.000 tonnes de suie par jour. L’administration française classe l’invention de Joseph Ferrayé "Secret Défense" français, puis fait chanter le Koweït pour lui extorquer 100 millions de dollars par puit de pétrole, alors que la convention originale prévoyait 30 millions. Les puits de pétrole étant hautement inflammables, une centaine d’incendie doivent être éteints chaque année. Le prix de l'extinction est descendu 80 millions. Les royalties n'ont jamais été versées à l’inventeur, mais volées par une multitude de sociétés et fondations, dont aux réseaux financiers d’Al Qaïda et deux sociétés contrôlées par le beau-père d’Oussama Bin Laden.
    La famille Bin Laden vient d’un modeste village du Yémen, que le père quitta adolescent, pour trouver du travail en Arabie Saoudite. Il fonda une entreprise de construction prospère. Il se tua dans un accident d’hélicoptère en 1967, laissant 22 veuves et 54 orphelins. Le petit Oussama avait alors 11 ans et hérita de 80 millions de dollars, mais devenu grand, il préféra l’habit traditionnel et la protection du droit à la dignité des arabes, au faste nouveau riche. Il avait donc une prédisposition psychologique contre la multiplication du prix de l’extinction des puits de pétrole. La fortune familiale fut mystérieusement multipliée par cinq. Yeslam Bin Laden, l’un des grands frères d’Oussama, distribua 16.2 milliards à ses frères et soeurs dans le cadre d’une dite "sortie d’indivision" de la fortune de leur père, en 1994, soit 27 ans après son décès. Il leur versa 300 millions chacun, à partir de ses comptes suisses, alors que la part originale de l’héritage n’était que de 80 millions chacun, entreprises comprises, à la mort de leur père.
    En 1995, des mystérieuses sociétés sont prêtes à verser 17 milliards de royalties à Joseph Ferrayé. Le montant qui lui revient est alors de 117 milliards pour les feux Koweitiens, et 34 milliards pour les quatre années suivantes, d'où 151 milliards. Les 17 milliards proposés représentent un montant équivalent à l'addition du brusque enrichissement de la famille Bin Laden, et d'un misérable 800 millions hors taxe que Jacques Chirac, alors président Français, lui "concède" pour qu’il retire sa plainte du 29 janvier 1996.
    Les enjeux sont si gigantesques, que les pots-de-vin atteignent 200 millions de dollars pour priver Joseph Ferrayé de défense. Les 17 milliards se volatilisent. Les conseillers de Joseph Ferrayé deviennent soudain multimillionnaires. Curieusement, la fortune de Yeslam Bin Laden apparaît revenir à l’état auquel son père lui avait laissé. Ceci permet de supposer que la famille Bin Laden est susceptible d'avoir voulu rendre à Joseph Ferrayé ce qui lui revenait, pour qu'il puisse reprendre le contrôle de ses inventions, et les sortir des mains des bandits français.
    Le plus extraordinaire vient de Bernard Bertossa, le Procureur Général de Genève, qui a jugé Joseph Ferrayé fou de réclamer ses royalties, tout en refusant de constater que les pièces principales du dossier avaient été volées au greffe, en plein nuage des attaques du 11 septembre !
    Le World Trade Center, considérés comme les bâtiments les plus sûrs du monde, abritait les archives informatiques de Wall Street. Il y avait alors 4'000 enquêtes menées au sein des tours sur les transactions boursières louches portant sur le blanchiment d’argent, qui devaient inexorablement mener aux gigantesques royalties volées à Joseph Ferrayé.
    En refusant à Joseph Ferrayé le fruit de son invention par une moquerie du droit international, la Suisse a payé 17 milliards de dollars les attentats du 11 septembre. Clairement, si Oussama Bin Laden avait voulu réduire un bâtiment en poussières, il aurait choisi le Palais de Justice de Genève.
    Une étrange torsion du destin permettra à Joseph Ferrayé de croiser le chemin du Werkgroep Morkhoven, une ONG belge active au démantèlement des réseaux de production de photos de crimes réels. Ils furent frappés de constater les inventions classées "secret défense" français se retrouvent dans le même panier que la culotte d’un haut magistrat français, identifié en 1982, sur une photo pédopornographique. L'ONG a alors cherché la corrélation entre l’extinction de puits de pétrole et la culotte du magistrat.
    En 1998, le parrain du réseau pédocriminel de Zandvoort a remis sa collection de 88'539 photos pédopornographiques à l’ONG pour flanquer la pagaille dans le réseau qui avait décidé de se débarrasser de lui. Parmi ces photos, celle du magistrat avec un garçon de 11 ans, tout deux culotte baissée. Ce magistrat a été exposé dans le dossier Coral en 1982, conjointement avec 340 personnalités, parmi lesquels les plus hauts fonctionnaires français qui s’entendent pour priver Mr Ferrayé de ses royalties.
    Le Werkgroep Morkhoven a cherché durant dix ans, où ce magistrat avait caché sa culotte. Elle a été retrouvée en 2008, par l’intermédiaire de Patricia Poupard, une des parties civiles du dossier Zandvoort, dans le "Secret Défense" français, avec mention "dossier classé - interdiction d’y puiser". Il est alors apparu que le dossier Zandvoort/France pouvait être rouvert par des faits nouveaux : la juge Ringot avait en effet déclaré un non lieu, en l’absence 80'000 pièces du dossier, et sans se prononcer sur la culotte de son confrère !
    Il s’avère que tous les plaignants ont été victimes d’un piège identique à celui tendu à Joseph Ferrayé. De multiples faux accidents mettent la famille en danger. Une association de malfaiteurs, sous le couvert d’associations d’aide aux victimes, d’avocats marrons et autres prétendus "experts", les poussent à fuir. Un barbouze offre d'assister la famille dans sa fuite. Ceux qui tombent dans le piège perdent généralement tous leurs acquis : maison, sécurité sociale, emploi, etc. Ils sont condamnés pour les faits qu’ils ont exposés, et incarcérés si possible, sur base d’un dossier incomplet assorti d’une expertise psychiatrique.
    Il est piquant de constater que le Procureur Bertossa est incidemment à l’origine "piège suisse" des victimes françaises de Zandvoort. Il a en effet eu originalité d’ouvrir le dossier sur base d’une fraction des cédéroms qu'il a reçu d'une ONG suisse, le CIDE, (Comité International pour la Dignité de l’Enfant), sans inviter l’ONG belge en possession du dossier complet. Il a ensuite convoqué des citoyens français qui soupçonnaient que leurs enfants figurent dans le fichier pour visionner une FRACTION du dossier en Suisse. La procédure normale eut voulu d'envoyer officiellement des policiers suisses en Belgique pour interroger les auteurs de la découverte, puis éventuellement en France, dans le cadre des liens franco-suisse du réseau.
    Le CIDE, par l’intermédiaire de son fondateur, le Sénateur Glatz, a donné le dossier Coral à Marcel Vervloesem, mais en lui cachant qu’il connaissait le fameux magistrat à la culotte "Secret Défense". Il a également eut l’originalité de promettre un asile politique en Suisse aux parents français invités par Bertossa, alors que son ONG fournissait un avocat à l’ex-époux d’une de ces mères, afin de la poursuivre pour enlèvement parental. Glatz employait le psychiatre Salem, qui avait l’originalité de déclarer les mères folles, parfois même sans les avoir vu.
    Toutes les mères françaises piégées par le rêve suisse ont été incarcérées pour "enlèvement parental", déclarées folles, en l’absence de 80.000 pièces à leur dossier. De même, en Belgique, Marcel Vervloesem, chercheur du Werkgroep Morkhoven qui a signé la plainte sur le réseau pédocriminel de Zandvoort, a été incarcéré trois ans après une condamnation… en l’absence de 42 pièces de son dossier.
    Le même Salem a porté plainte, en même temps que plusieurs personnes qui ont roulé Mr Ferrayé dans la farine, contre ses plus vifs défenseurs. Ils ont obtenu de faire condamner Mr Ulrich à 4.5 ans de prison, et Mr Burdet à 22 mois de prison pour "diffamation".
    Depuis, Glatz et Salem ont préconisé à un collectionneur de pédopornographie de la RSR, la Radio Suisse Romande, un traitement psychiatrique, parce que sa collection était "limite", plutôt que de confier le dossier à la police afin de retrouver les victimes. La justice suisse a estimé que la collection dépassait les limites et a condamné le collectionneur à dix jours-amendes avec un sursis de deux ans. En revanche, Jorge Resende, l’informaticien qui a apporté la collection à la police, est menacé de prison pour avoir porter atteinte à l’honneur de ces messieurs !
    Mr Resende est en réel danger. Mr Ulrich est détenu à la prison d'Orbes, malgré deux infarctus, donc manifestement dans des conditions de détention visant à le tuer. Les autorités suisses refusent de libérer Mr Burdet, alors qu’il a déjà effectué sa peine, dans l'espoir d'une grève de la faim de plus qui le tuerait. Les autorités belges sont encore plus sordides: elles ont interdit le traitement du cancer de Mr Vervloesem et l'ont mis en régime de déshydratation, donc aussi dans le but de le tuer.
    Les pièces exposées par le dossier Zandvoort mènent à l’industrie du film snuff, donc des films de meurtres réels vendus à 25.000 euros pièce.
    Je crois comprendre, dit Joseph Ferrayé, que ces gens ont volé tant d’argent et sont si pervertis, qu’ils ne savent pas comment dépenser cet argent.
    Le Werkgroep Morkhoven recherche naturellement si le magistrat à la culotte "Secret Défense" ne serait pas tombé dans un puits de pétrole, par l’intermédiaire des sociétés et fondations créées pour détourner les royalties Ferrayé.
    _____
    Éditeur responsable: Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti - 10 Rue Faider - 1060 Bruxelles - Belgique - Droit de réponse: postmaster@droitfondamental.eu

    Frauds in Votations and General Assemblies



    How to fight frauds in Votations and General Assemblies ( f.i. Swiss national Bank... ) ?

    We have massive frauds here in Switzerland,

    Please, see some pictures  as facts...


    We work with Marco Saba, Janeuz Lewicky ... see cc above among others.

    We have hints about Brexit, Austria, Europe and Poland...

    Are you interested to work with us ? Please, contact us :  siebenthal at gmail.com






    François de Siebenthal: Fraudes trop faciles, enveloppes de votes ...

    desiebenthal.blogspot.com/2016/03/fraudes-trop-faciles-enveloppes-de.html

    19 mars 2016 - Elections communales à Lausanne et votations vaudoises, mars 2016. Ils ont juste changé la couleur de l'enveloppe, qui reste translucide, ...

    François de Siebenthal: E-voting. Fraudes genevoises, refus du ...

    desiebenthal.blogspot.com/2013/09/e-voting-fraudes-genevoises-refus-du.html

    7 sept. 2013 - Jean Chucri Canaan, seul recourant pour fraudes démocratiques à Genève lors du vote RFID, passeports biométriques et cartes d'identité ...

    François de Siebenthal: Fraudes démocratiques même en Suisse ...

    desiebenthal.blogspot.com/2015/06/fraudes-democratiques-meme-en-suisse.html

    15 juin 2015 - 11 nov. 2011 - Fraudes électorales. .... Le système est fait pour faciliter les fraudesdans toute la Suisse. .... Posted by François de Siebenthal at ...

    François de Siebenthal: Fraudes démocratiques massives, le système ...

    desiebenthal.blogspot.com/2016/06/fraudes-democratiques-massives-le.html

    6 juin 2016 - Fraudes démocratiques massives, le système est fait pour tricher. Nachricht in Deutsch siehe unten... Italiano: Brogli elettorali in Svizzera - Il ...

    François de Siebenthal: Matériel de vote, fraudes faciles

    desiebenthal.blogspot.com/2013/10/materiel-de-vote-fraudes-faciles.html

    8 oct. 2013 - Matériel de vote, fraudes faciles. Exemple à Lausanne, on doit écrire oui ou non, les autres doivent faire des croix et ne pas plier leur bulletin.

    François de Siebenthal: Fraudes électorales. Secret du vote ? Une ...

    desiebenthal.blogspot.com/2011/11/fraudes-electorales-secret-du-vote-une.html

    11 nov. 2011 - Fraudes électorales. Quel secret de vote ? Une mauvaise blague qui perdure. Le système est fait pour tricher, depuis le début, sic... La Suisse ...

    François de Siebenthal: Fraudes démocratiques en Suisse, de pire en ...

    desiebenthal.blogspot.com/2013/09/fraudes-democratiques-en-suisse-de-pire.html

    17 sept. 2013 - Fraudes démocratiques en Suisse, de pire en pire. On a pu voir ces lumières typiques de flash car toutes les parois sont vitrées dans leur partie ...





    0 0
  • 06/20/16--07:09: Méditer le "psaume 2"

  • * Je vous invite tous, famille et amis, face aux situations idéologiques, politiques et culturelles actuelles, agitées et confuses partout, à lire et encore mieux à méditer le "psaume 2" du livre des psaumes dans la Bible. Cinq minutes qui vous apporteront lumière, paix et compréhension. Alléluia.

    Ich lade Sie alle Familie und Freunde, mit Blick auf die gegenwärtigen ideologischen, politischen und kulturellen Situationen unklar belästigt und am Ende noch besser zu lesen "Psalm 2" aus dem Buch der Psalmen in der Bibel zu meditieren. 5 Minuten , die Sie Erleuchtung, Frieden und Verständnis bringen wird. Halleluja. 

    Vi invito tutta la famiglia e gli amici, di fronte alle attuali situazioni ideologiche, politiche e culturali di essere turbato e poco chiaro da leggere fine ancora meglio a meditare "Salmo 2" dal libro dei Salmi nella Bibbia. 5 minuti che vi porterà illuminismo, pace e comprensione. Alleluia. 

    * Invito a todos familiares y amigos cara a la situaciòn ideològica, polìtica y cultural, bastante confusa y agitada en todas partes a leer y mejor a meditar profundamente el "Salmo 2" del libro de los Salmos en la Biblia. 5 minutos que daràn claridad, paz y entendimiento.  Alléluia.

    ** I invite you all family and friends, facing the present ideological, political and cultural situations being troubled and unclear to read end even better to meditate "Psalm 2" from the book of psalms in the Bible. 5 minutes that will bring you enlightment, peace and understanding. Alléluia.



    verset original hébreu4 traduction française de Louis Segond5 Vulgate6 latine
    1 לָמָּה, רָגְשׁוּ גוֹיִם; וּלְאֻמִּים, יֶהְגּוּ-רִיק Pourquoi les nations s’agitent-elles en tumulte et les peuples méditent-ils de vains projets ? [Psalmus David] quare fremuerunt gentes et populi meditati sunt inania
    2 יִתְיַצְּבוּ, מַלְכֵי-אֶרֶץ-- וְרוֹזְנִים נוֹסְדוּ-יָחַד:עַל-יְהוָה, וְעַל-מְשִׁיחוֹ Les rois de la terre se soulèvent, et les princes tiennent conseil ensemble, contre Yahweh et contre son Oint. adstiterunt reges terrae et principes convenerunt in unum adversus Dominum et adversus christum eius [diapsalma]
    3 נְנַתְּקָה, אֶת-מוֹסְרוֹתֵימוֹ; וְנַשְׁלִיכָה מִמֶּנּוּ עֲבֹתֵימוֹ « Brisons leurs liens, disent-ils, et jetons loin de nous leurs chaînes » Disrumpamus vincula eorum et proiciamus a nobis iugum ipsorum
    4 יוֹשֵׁב בַּשָּׁמַיִם יִשְׂחָק: אֲדֹנָי, יִלְעַג-לָמוֹ Celui qui est assis dans les cieux sourit, le Seigneur se moque d’eux. Qui habitat in caelis inridebit eos et Dominus subsannabit eos
    5 אָז יְדַבֵּר אֵלֵימוֹ בְאַפּוֹ; וּבַחֲרוֹנוֹ יְבַהֲלֵמוֹ Alors il leur parlera dans sa colère, et dans sa fureur il les épouvantera : Tunc loquetur ad eos in ira sua et in furore suo conturbabit eos
    6 וַאֲנִי, נָסַכְתִּי מַלְכִּי: עַל-צִיּוֹן, הַר-קָדְשִׁי « Et moi, j’ai établi mon roi, sur Sion, ma montagne sainte. » Ego autem constitutus sum rex ab eo super Sion montem sanctum eius praedicans praeceptum eius
    7 אֲסַפְּרָה, אֶל-חֹק: יְהוָה, אָמַר אֵלַי בְּנִי אַתָּה--אֲנִי, הַיּוֹם יְלִדְתִּיךָ « Je publierai le décret : Yahweh m’a dit : Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui. Dominus dixit ad me filius meus es tu ego hodie genui te
    8 שְׁאַל מִמֶּנִּי--וְאֶתְּנָה גוֹיִם, נַחֲלָתֶךָ; וַאֲחֻזָּתְךָ, אַפְסֵי-אָרֶץ Demande, et je te donnerai les nations pour héritage, pour domaine les extrémités de la terre. Postula a me et dabo tibi gentes hereditatem tuam et possessionem tuam terminos terrae
    9 תְּרֹעֵם, בְּשֵׁבֶט בַּרְזֶל: כִּכְלִי יוֹצֵר תְּנַפְּצֵם Et maintenant, rois, devenez sages ; recevez l’avertissement, juges de la terre. Reges eos in virga ferrea tamquam vas figuli confringes eos
    10 וְעַתָּה, מְלָכִים הַשְׂכִּילוּ; הִוָּסְרוּ, שֹׁפְטֵי אָרֶץ Servez Yahweh avec crainte, tressaillez de joie avec tremblement. Et nunc reges intellegite erudimini qui iudicatis terram
    11 עִבְדוּ אֶת-יְהוָה בְּיִרְאָה; וְגִילוּ, בִּרְעָדָה Baisez le Fils, de peur qu’il ne s’irrite et que vous ne périssiez dans votre voie ; Servite Domino in timore et exultate ei in tremore
    12 נַשְּׁקוּ-בַר, פֶּן-יֶאֱנַף וְתֹאבְדוּ דֶרֶךְ-- כִּי-יִבְעַר כִּמְעַט אַפּוֹ:אַשְׁרֵי, כָּל-חוֹסֵי בוֹ Car bientôt s’allumerait sa colère ; heureux tous ceux qui mettent en lui leur confiance. Adprehendite disciplinam nequando irascatur Dominus et pereatis de via iusta


older | 1 | .... | 31 | 32 | (Page 33) | 34 | 35 | .... | 70 | newer